Corée du Nord : que faire face au dernier État totalitaire ?

L’ONU doit engager des mesures concrètes en faveur des droits de la population nord-coréenne, notamment l’accès à la libre information.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Corée du Nord : que faire face au dernier État totalitaire ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 août 2017
- A +

Par Pierre Rigoulot.

Article paru initialement en septembre 2016

Corée du Nord : que faire face au dernier État totalitaire ?
By: yeowatzupCC BY 2.0

La Corée du Nord vient donc d’effectuer son cinquième essai nucléaire. Les condamnations ne manquent pas dans le monde entier. Mais quelle importance ? Dans son délire obsidional, la Corée du Nord trouvera dans sa posture «seule contre tous» de quoi justifier de nouveaux appels à la mobilisation, à la résistance, au combat contre l’impérialisme américain et ses marionnettes de Séoul, etc.

Le Conseil de Sécurité va se réunir, et il décidera de nouvelles sanctions qui ne seront pas appliquées ou qui le seront en les assortissant de divers moyens de les détourner.

Ne pas fâcher l’allié chinois

La vérité est que l’Occident n’a guère envie d’adopter des mesures de contrainte qui fâcheraient l’allié chinois, le seul – mais il est de taille – dont puisse se targuer la Corée du Nord. Pour des raisons stratégiques, qui touchent à sa sécurité, telle qu’elle la voit, la Chine continentale ne veut pas que disparaisse la verrue nord-coréenne de son environnement géopolitique.

Les risques engendrés par la prolifération nucléaire et la perspective de missiles porteurs de bombes miniaturisées par un État hors de tout contrôle sont pourtant clairs. Et ce régime est d’autant plus dangereux qu’il est le plus totalitaire du monde et qu’il ne tient aucun compte de l’opinion du peuple sur lequel il exerce une terrible tyrannie.

Il ne suffit donc pas de réagir au seul danger nucléaire que ce régime fait courir au reste du monde, en laissant de côté son caractère totalitaire. La simple realpolitik commande que la communauté internationale dénonce dans le même temps le danger nucléaire et la terreur que la dynastie Kim exerce sur son peuple. Sans cette tyrannie, sans l’imposition d’une vie misérable pour la quasi totalité des habitants du pays, vitrine de Pyongyang excepté, sans l’exploitation honteuse de ses travailleurs, qu’elle «vend» en Chine, en Russie et au Moyen-Orient, pour ne rien dire des divers trafics qu’elle dirige en sous-main, pas de réalisation du programme nucléaire.

Le régime concentrationnaire coréen

Tous les États sont ainsi placés devant leurs responsabilités, à commencer par la Chine communiste : peuvent-ils se contenter de blâmer rituellement, après chaque essai nucléaire, tout en tolérant dans les faits l’existence de ce régime concentrationnaire et familier des exécutions, publiques ou non ? Faut-il être à ce point paralysé par le principe de la souveraineté des États, alors que la Corée du Nord terrorise son propre peuple ?

C’est pourquoi, au-delà des sanctions qu’elle a prises et qu’elle prendra, l’ONU doit engager des mesures concrètes en faveur des droits de la population nord-coréenne, notamment l’accès à la libre information.

Sans doute, comme l’a dit Mme Park, la Présidente de la Corée du Sud, à l’annonce du récent essai, le régime du Nord travaille-t-il à propre destruction, tant il lui est impossible de mener de front ses objectifs militaires et d’assurer le minimum vital à sa population. Celle-ci n’en peut plus d’être nourrie à coups de slogans et de rêves de puissance. Comme l’Union soviétique, le régime nord-coréen totalitaire tombera, malgré son arsenal nucléaire. Certes, cette chute sera d’abord l’œuvre des Nord-Coréens eux-mêmes. Mais pourquoi ne pas donner notre coup de pouce ? On y gagnerait en prime plus de sécurité internationale et la conscience d’aider, enfin vraiment, près de 25 millions d’êtres humains victimes du totalitarisme.

Pierre Rigoulot est directeur de l’Institut d’Histoire Sociale. Auteur de nombreux livres de référence, Pierre Rigoulot a notamment collaboré à l’ouvrage collectif Le Livre noir du communisme (éd. Robert Laffont). Il est le rédacteur en chef d’Histoire et Liberté.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Il semblerait que l’auteur ait oublié la France et Kim Jong Holland…

    • Devancé ! Bon, accordons à l’auteur la qualité de sa vision sélective et une volonté de diabolisation propre à une politique hégémonique dont chacun connaît la source. Et ce n’est pas un plaidoyer pour l’instauration de la démocratie (à l’exemple de la Suisse). Sers l’oligarchie qui veut se corrompre.

      Sinon, toujours aucun auteur dans Contrepoints pour expliquer rigoureusement et objectivement pourquoi la France, petit pays si bien classé mondialement au niveau économique, patauge entre la vingtième et la cinquantième place dans et pour la quasi-totalité des autres indicateurs ?

      Ce qui mériterait d’ailleurs autre chose que de courts articles suivis de commentaires rapidement clos. Contrepoints tient ici, avec ce thème, une opportunité qualitative de développement de son lectorat.

      Pour mémoire : les déclassements français dans l’enseignement, en matière de corruption, dégringolade dans la liberté d’expression et de la presse, stagnation de l’indice démocratique du  »pays des lumières », etc. Ou, à contrario, ce taux aberrant de prélèvements fiscaux, à comparer avec celui de la Corée du Nord, justement ! Ce ne sont pourtant pas des bagatelles.

      • Merci pour votre développement. Je suis tout à fait d’accord avec vous. Je pense que l’un des nombreux problèmes auxquels nous sommes confrontés tient à notre capacité à prendre la mesure réelle de l’état de notre pays et, ce, à tous égards.
        Concernant Contrepoint, il existe quelques chroniqueurs clairvoyants (dont H16 (sauf en matière environnementale, qu’il me pardonne)), mais le compte n’y est pas selon moi.
        Pour entrevoir la Réalité et se détourner enfin des ombres que l’on nous projette depuis si longtemps devant les yeux, entre autres nombreuses choses, je crois qu’il serait nécessaire de se réapproprier le langage confisqué par l’empire du bien pour asservir les individus et emprisonner les idées.
        Ensuite, il faudrait beaucoup de courage pour dire ce qui est, pour désigner ce qui en est la cause et pour donner à la Liberté la place qui devrait être la sienne dans une démocratie glorieuse.

        Bien à vous.

      • Je rêve où vous comparez la France à la Corée du Nord. Je n’aimes pas du tout le système francais qui est très socialiste mais notre pays n’est en rien une dictature communiste totalitaire. La fiscalité n’est pas la seule chose à prendre en compte pour voir si le pays est socialiste/communiste

        • Évidemment que je compare la France à la Corée du Nord, car n’est-ce pas un bon étalon de ce qui se passe chez nous ? Quand bien même la dégradation des valeurs n’y est pas si manifeste.
          Il semble qu’au lieu de  »rêver », vous feriez bien de mettre vos indicateurs à jours, pour commencer, en comprendre sur quelle pente la France est engagée : le fascisme doux du politiquement correct, une presse subventionnée et alignée sur la doxa de l’oligarchie, une justice en perdition, une parodie de démocratie, etc.
          Ici, c’est  »cause toujours ». Vous le verrez le jour où vous voudrez exercer vos droits pour quoi que ce soit qui contrarie le système en place.

        • @Jacquessvd
          Comme dirait Bastiat, il y a ce qu’on voit, la Corée du Nord, et il y a ce qu’on ne voit pas : la France.
          Votre stratégie des trois petits singes ne changera rien à la réalité.

    • En attendant Kim Jong Juppé ou le retour de Kim Jong Sarkozy?

  • Je ne suis pas sûr que la Chine soit un soutien aussi inconditionnel de la CdN qu’il y a encore quelques années.
    Et attendre une révolution de l’intérieur du pays, je n’y crois pas…

  • C’est une blague cet article?

    Aucune critique de nos propres démocraties et comment elles sont en train de tourner vers la dictature tant économique que de la pensée; aucune prise en compte du fait que les américains sont les seuls à avoir lancé une bombe atomique (en fait deux) sur des populations civiles; on parle de camps de concentration et de la Chine qui pourrait les critiquer sans aucune mention du fait que la Chine elle-même a des prisonniers politique et tue les prisonniers par paquets de douze (elle prélève même les organes de gens encore vivants), etc., etc.

    Je suis le premier à descendre en flamme la Corée du nord, mais cela n’interdit pas un minimum de recul sur notre propre système et les actions de nos propres dirigeants. Là c’est complètement à sens unique sans aucun propos nuancé ou mesuré.

    • Entièrement d’accord : l’histoire de la paille et de la poutre.

      Ou bien celle de balayer devant sa porte avant d’aller faire le ménage hez les autres.

  • Il est faux de dire que kim jong-un s’enfout de son peuple car il est triste et aimerait une vie digne pour chacun et je comprends son combat contre l’impérialisme américain qui détruit des pays entiers et des centaines de milliers de vies et ce sont eux qui ont crée daesh juste pour sa soif de domination et c’est les etats-unis qu’il faudrait comdaner après j’admets qu’il devrait y avoir des négociations pour les droits humains mais avec les sanctions on ne fait qu’irriter plus kim jong-un et ne donnent rien

    • Les pays n’y sont pour rien, le mal ce sont les dirigeants, il s’agirait de savoir s’en passer.

    • Arrêtez vos délires anti américains. C’est fascinant avec les anti américains c’est qu’ils vouent une telle haine aux USA qu’ils en arrivent à défendre les pires régimes existants (du temps que ceux ci soient anti américains).
      Ce qui a détruit la Corée du Nord c’est le communisme. Si ce pays existe c’est à cause de la Chine communiste et de l’URSS. C’est l’impérialisme soviétique et chinois qui ont créé la Corée du nord mais cela ne vous gêne pas trop. C’est marrant les anti américains qui s’indignent de l’impérialisme américain mais justifient les autres impérialismes (soviétique et aujourd’hui russe, chinois,….). Pour rappel, les méchants américains ont sauvé la Corée du Sud d’une invasion communiste. Sans l’intervention américaine, l’ensemble de la corée serait une dictature communiste. Demandez aux coréens du sud ce qu’ils en pensent. Si la corée du sud est un pays développé et une démocratie c’est en grande partie grâce au méchant impérialisme américain. Les USA ont d’abord sauvé le pays de l’invasion communiste et ensuite, ce sont eux qui ont fait pression dans les années 80 sur la dictature pour qu’elle accepte la démocratie..

    • « Il est faux de dire que kim jong-un s’enfout de son peuple car il est triste et aimerait une vie digne pour chacun » mais oui bien sûr, s’il en avait tellement à foutre de son peuple, il libéraliserait son régime. Bien sûr s’il y a une dictature totalitaire c’est dans l’intérêt du peuple. Qu’est ce qu’il faut pas entendre.

    • « l faudrait comdaner après j’admets qu’il devrait y avoir des négociations pour les droits humains mais avec les sanctions on ne fait qu’irriter plus kim jong-un et ne donnent rien » Ha oui comme les fameuses négociations qui étaient sensé empêcher à la corée du nord d’avoir l’arme nucléaire ?? On a vu ce que cela a donné. Les accords ont été violés et la Corée du Nord a continué à développer l’arme nucléaire.
      Ce que vous dites est d’une bêtise sans nom. Vous semblez croire que l’usage de la force, le fait d’utiliser les sanctions et le dialogue sont deux choses différentes mais c’est justement pas le cas. Si vous voulez forcer l’autre à faire un accord, vous devez avoir une force dissuasive. Ce phénomène a été observé à divers endroits avec l’ONU (le plus récent est sans doute la Centrafrique): l’absence de force dissuasive n’incite pas à la négociation et la spirale de la violence rend la négociation encore plus improbable.
      L’ONU est souvent dans cette logique on prône le dialogue mais on utilise pas la force militaire (les casques bleus ne servent à rien) et cela est toujours un échec.
      Prenons le cas de la Colombie avec les FARC: si les FARC ont accepté de faire un accord c’est uniquement parce que l’armée colombienne était en train de les anéantir. L’armée colombienne les avait grandement affaibli ces dernières années et les FARC ont compris qu’ils allaient perdre voilà ce qui les a poussé à faire un accord (qui est selon moi bien trop avantageux pour les FARC mais cela est un autre sujet).
      Si Israel a fait un accord avec l’Egypte et avec la Jordanie c’est parce que ces deux pays ont compris que jamais ils arriveraient à détruire Israel et qu’Israel était militaire supérieur à eux.
      Le fait d’utiliser les sanctions n’est en rien incompatible avec le dialogue et lever les sanctions avant d’avoir un accord est totalement stupide. Si les sanctions sont déjà levés, il n’y a aucune incitation à passer un accord

    • Avec votre anti-américanisme primaire, j’en viens à regretter que les américains soient venus vous libérer en 45… y a des soldats qui doivent se retourner dans leurs tombes à la vitesse d’une Gatling…

    • @ Vaucher
      Il n’y a pas d’impérialisme américain! Ils n’ont fait que réagir à l’attaque du 11 septembre. Elle même provoquée par l’antisémistisme hystérique de l’islam. Les USA sont le grand Satan car ils défendent les juifs et Israël.
      Retournez déverser votre haine sur Libération ou l’Humanité, votre place n’est pas sur un site libéral où la haine est proscrite

  • Très amusant. Les dirigeants de Corée-du-Nord ce moquent éperdument des incitations de l’ONU.

  • Que l’ONU s’inquiète de l’information des peuples m’étonne .les Coréens ont acces à autant d’informations et de propagande que les autres pays moins la propagande onusienne….parler information aujourd’hui est un canulard ,même les infos scientifiques sont de la propagande.
    L’information est un mythe qui a encore la peau dure !
    Quelles sont donc ces informations manquantes au coréen du nord?
    Les usa sont leurs amis……a priori le coréen du nord a plus de mémoire que le coréen du sud mais moins de jugeote ,être ami de l’Amérique a bcp d’avantages matériels…n’est-ce pas la raison pour laquelle la France a réintégré la tête d l’OTAN ,fait la guerre en Libye est présente sur tous les théâtres de la’supprematie américaine ?

  • La position d’indifférence ou de soutien tacite de la Chine semblait avoir changé avec son vote des sanctions du Conseil de Sécurité. Qui n’ont pas calmé Kim Jung un.
    Mais depuis, la Chine ne fait pas un geste pour calmer Donald Trump, et renonce, de ce fait, à participer objectivement à la paix. Elle n’aurait pas un moindre intérêt que les autres nations à la mise à l’écart du dictateur Nord Coréen? Quant à se préoccuper des droits de l’homme, c’est beaucoup lui demander.
    Le coréen est fou, c’est certain, et comme tel, il est dangereux pour tout le monde, Chine et Russie comprises.

    • Le moment critique pour le monde se produirait dès lors que Kim se sentirait en danger dans son pays et qu’avec son ego surdimensionnée il préfère mourrir en faisant tout péter : je meurs mais tout le monde meurt avec moi. L’idéal serait qu’il se fasse assassiner quitte à se qu’une guerre civile prenne le relais.

    • La Chine est l’allié de la Corée du Nord. Ils ne s’en vantent pas trop publiquement (cela se comprends) mais ils sont leurs alliés. Ils renvoient en Corée du Nord les coréens fuyant le pays.

      • Exact, sachant très bien que ceux-ci seront exécutés. Mais il est vrai que les communistes ont un mépris total pour la vie des autres! Quant à une révolte et révolution c’est impensable. Les régimes communistes tombent quand ils n’osent plus tuer! Jean Paul II avait recommandé: n’ayez pas peur! C’est la terreur qui paralyse le peuple!

  • A noter que l’on parle beaucoup de la Corée du Nord mais on parle jamais de l’Erythrée qui est une sorte de Corée du Nord africaine. L’Erythrée est une dictature communiste tout aussi totalitaire que la Corée du Nord. La différence entre les deux pays c’est que l’Eythrée n’a pas les moyens comme la Corée du Nord d’empêcher ses citoyens de s’enfuir ce qui explique une émigration massive du pays

  • Face à un état totalitaire: demandez à Trump: la guerre
    Une guerre de plus après l’Amérique Latine, le Moyen Orient, une guerre afin de « pacifier » et « démocratiser » à coup de canon
    Cela marche tellement bien: Afghanistan, Syrie, Iraq … en attendant la Chine, l’Iran …. et l’Antarctique contre les manchots insoumis …
    Que ce doit être stressant que d’être entouré que d’ennemis, jamais un moment de quiétude ….

    •  » Une guerre de plus après l’Amérique Latine, le Moyen Orient, une guerre afin de « pacifier » et « démocratiser » à coup de canon
      Cela marche tellement bien: Afghanistan, Syrie, Iraq …  »

      ça marché pour l’Allemagnei, le Japon, la guerre de Corée ou la Bosnie. Quand à Syrie je ne vois pas trop à part quelques bombardements sporadiques dans la zone kurde.

    • Heu, à part l’Irak vous avez tort. La guerre en Afghanistan c’était suite au 11 septembre. Les talibans au pouvoir en Afghanistan étaient les alliés d’Al Qaeda. L’Afghanistan représentait une menace pour les USA. Alors oui l’intervention américaine est plus que mitigée. Mais à la base ce n’était pas une guerre pour la démocratie mais une guerre parce que l’Afghanistan était une menace pour les USA.
      En Syrie, c’est une guerre civile où les USA sont resté en retrait. Obama n’a pas fait grand chose pour aider la rebellion anti assad. L’intervention américaine en Syrie contre l’EI n’est pas pour la démocratie mais pour combattre une organisation terroriste qui menace les intérêts de l’Occident.
      Trump parle beaucoup mais il ne fait pas grand chose. Voilà pour l’instant ce que l’on retient de sa présidence sur le plan intérieur et sur le plan extérieur.

  • ce dictateur fais la gueule ?peut etre que personne n’a songer a lui envoyer un maillot neymar !!

  • Il me semble que cet article repose sur une idée fausse : que si on lui présentait l’information véridique, le peuple coréen y croirait, ouvrirait les yeux, ferait fonctionner ses neurones, et destituerait son dirigeant. Déjà dans nos propres démocraties occidentales, ce fonctionnement idéal est loin de tourner de manière fluide et sans heurts. Mais là-bas, il se heurte à la disparition de la génération susceptible de reconnaître que le reste du monde peut avoir évolué et ne pas en être resté aux conditions de 1950 sans pour autant se corrompre et à la culture asiatique du respect de la hiérarchie et de l’administration d’Etat. A mon avis, c’est une vision purement occidentale de penser qu’à part une infime minorité, les Nord-Coréens puissent se voir comme les esclaves affamés et miséreux d’une tyrannie. Ils n’ont jamais connu de meilleures conditions, ils n’imaginent pas que le « luxe » puisse s’offrir à d’autres qu’une petite élite monarchique sauf à passer par des voies malhonnêtes et risquer sa vie, vous pourriez leur mettre le nez dans la soie et l’abondance alimentaire, ils ne croiraient pas qu’il s’agisse de notre mode de vie normal, mais y verraient des tentatives de subornation et de corruption.
    Il n’y aura donc pas de chute de la dictature qui soit le fait des Nord-Coréens eux-mêmes. Pragmatiquement, ni la Chine ni la Russie n’ont intérêt à causer une telle chute à leurs frontière, et les chantages du dictateur ne les visant pas, ils ont au contraire un intérêt considérable à la poursuite du statu quo. La Corée du Sud, le Japon et les USA sont en revanche la cible quotidienne du chantage « promesse de gel des attaques militaires contre nourriture ». Jusqu’ici, ils ont toujours payé la rançon. Or la menace pourrait devenir telle que la rançon serait insupportable. Paradoxalement, seul un bouffon comme Trump peut menacer de ne plus payer et de se débarrasser du maître-chanteur. Ca n’est pas politiquement correct, mais devrait induire une clarification bienvenue au moment où les menaces de la Corée du Nord, indistinctement unie entre le dictateur et son peuple manipulé, deviennent extrêmement dangereuses. Le pire serait qu’à l’image des Français avec Saddam Hussein, le mythe d’un peuple raisonnable conduit un peu contre son gré par un dictateur doté au moins du bon sens de s’opposer aux USA, mène à une popularité de 70% pour la Corée du Nord.

  • Ce n’est pas le dernier, il reste Cuba, le Venezuela est sur le chemin.

    • N’oublie-t-on pas, plus proche de chez nous, les états de MM. Recep Tayyip Erdoğan et Alexandre Loukachenko

    • M. Kim Jung un réagit contre une agression Étasunienne… Oui M. Trump l’a invité à manger un hamburger avec lui, c’est considéré comme une tentative d’empoisonnement en Corée il aurait du proposer un Cassoulet ou une Choucroute, c’est quand même plus correct !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Taiwan
1
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Depuis plusieurs mois, la presse étrangère évoque la pénurie de semi-conducteurs et de micropuces. Les mesures liées au covid ont perturbé leur production. Ces nouvelles sont passées relativement inaperçues et n’ont pas soulevé beaucoup de réactions en France. Pourtant, l’enjeu est beaucoup plus important qu’on ne le pense.

Dans notre monde actuel dépendant des appareils informatiques, les semi-conducteurs sont essentiels. Sans eux, nos ordinateurs ne pourraient pas être fabriqués. Ainsi, au début de l’ann... Poursuivre la lecture

L'escale à Taïwan de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, risque de relancer les tensions entre Washington et Pékin. La rivalité sino-américaine est à son comble, et se traduit partout dans le monde, avec l'Ukraine, comme point focal.

Sur le grand échiquier stratégique visant à conserver leur position dominante dans le monde, les États-Unis doivent rassurer leurs alliés en sortant de l'ambiguité face à leurs concurrents russe et chinois.

 

Un signal fort au camp atlantiste à Taiwan

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles