Ne vous laissez pas ruiner par les charlatans !

L’Italie est en proie à un gouvernement de charlatans qui pourrait ruiner l’Europe, selon Le Point. Mais les charlatans ne sont pas qu’italiens, loin de là.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Magia Abracadabra by Fundacion Cajasol(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ne vous laissez pas ruiner par les charlatans !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 juin 2018
- A +

Par Simone Wapler.

Titre du Point de la semaine dernière :

Pourquoi la crise historique en Italie peut faire couler l’Europe… Les charlatans vont-ils nous ruiner ?

La réponse à la deuxième question est évidemment oui.

Les Italiens ont voté pour moins d’impôts et plus d’État-providence. C’est la magie du charlatanisme, des boniments, le triomphe de l’émotion sur la raison.

Mais les charlatans ne sont pas exclusivement italiens ; ils sont partout et ils ruinent tous ceux qui succombent à leurs boniments.

Le mot charlatan nous vient de l’Italien du seizième siècle1 mais comme la fourchette et le macaron, le charlatan s’est très bien exporté.

Ils sont surtout dans les banques centrales, les instances politiques de la plupart des pays, ils sont « stratégistes » dans les banques, économistes dans les universités.

Ces gens sont bien des charlatans, des « imposteurs qui exploitent la crédulité publique » selon le dictionnaire Robert. Des parasitocrates qui n’auront jamais à souffrir des conséquences de leurs erreurs et se nourrissent grassement d’argent public.

Ils nous expliquent qu’on peut obtenir honnêtement quelque chose en l’échange de rien, qu’on peut être plus riche en travaillant moins, qu’il suffit de consommer pour devenir prospère, que le revenu universel nous dispensera de tout effort.

Ils ont raffiné les tricheries monétaires, ils ont créé la Théorie monétaire moderne.

Voici ce qu’en dit mon collègue Jim Rickards :

« La Théorie monétaire moderne prétend aborder de façon nouvelle, au XXIe siècle, les problèmes de finances et de croissance économique des États. En fait, cela revient à ‘mettre du vin nouveau dans de vieilles outres’ (Matthieu 9:14). La Théorie monétaire moderne existe depuis plus de 120 ans sous un autre nom : le ‘chartalisme’. En fait, certains de ses adeptes l’appellent même le ‘néochartalisme’.

Quelle que soit sa dénomination, cette théorie est simple. Elle a pour point de départ la proposition suivante : le gouvernement détient le monopole de la monnaie et des armes.

Le monopole de la monnaie est fondé sur l’idée qu’une banque centrale peut émettre de l’argent et en faire la seule forme de monnaie ayant cours légal. L’État exploite ensuite ce monopole via le système fiscal, en demandant que la monnaie approuvée par l’État lui soit remise en règlement des impôts.

Comme les citoyens ont besoin d’une monnaie fiduciaire approuvée par l’État pour régler leurs impôts, ils doivent l’obtenir en travaillant et en investissant, ce qui crée une demande artificielle et non élastique en faveur de cette monnaie fiduciaire.

Les citoyens qui refusent de payer leurs impôts s’exposent à l’intervention des forces de l’ordre. Ces forces militaires et policières incarcèrent le particulier qui n’a pas payé et saisissent ses biens qu’ils vendent aux enchères pour couvrir le montant des impôts.

Précisons au passage que les partisans de la Théorie monétaire moderne s’opposent traditionnellement aux cryptomonnaies et au Deuxième amendement concernant la détention et le port d’armes. Les cryptomonnaies menacent le monopole de l’État sur la monnaie fiduciaire. Et le fait que tous les citoyens aient le droit de détenir une arme donne à réfléchir à ceux qui envisagent la saisie des biens par l’État. Les cryptomonnaies et le droit aux armes font donc partiellement obstacle aux conditions requises pour imposer une version dure de la Théorie monétaire moderne. »

Les partisans les plus célèbres de la Théorie monétaire moderne, notamment Stephanie Kelton, Warren Mosler et Paul McCulley, ne mettent pas en avant ces aspects coercitifs de la théorie. Ils préfèrent se concentrer sur le fait que la Réserve fédérale dispose de la capacité illimitée d’acheter des obligations l’État avec de l’argent fraichement imprimé.

Les charlatans modernes exploitent à fond le charlatanisme. Ils ne vendent pas de la drogue mais de la fausse monnaie sous forme de crédit. Cette fausse monnaie n’est pas diffusée à tout le monde mais d’abord aux banques et – sous forme de prestations sociales, subventions, aides… – à ceux que les élus en place ont choisis.

Cette fausse monnaie noie l’argent honnêtement gagné et l’épargne.

Grâce aux charlatans modernes, l’effort n’est plus récompensé, l’épargne n’est plus rémunérée et le risque de tout perdre dans l’effondrement d’une pyramide de dettes (car l’envers du crédit reste de la dette malgré les boniments) n’a jamais été aussi grand.

Grâce aux charlatans modernes, les prix sont soufflés, ceux de l’immobilier, ceux des obligations, ceux des actions…

Voici un graphique tout frais du Wall Street Journal à méditer. Il répond à une question importante : « combien de temps mettez-vous à récupérer votre argent lorsque vous investissez en sommet de cycle ».

Au sommet de cycle, après 10 ans de création monétaire, nos charlatans nationaux souhaitent que l’épargne retraite des Français soit dirigée vers la bourse plutôt que vers l’immobilier pour favoriser la croissance. Ils nous promettent monts et merveille pour notre future retraite grâce à la vigueur économique ressuscitée par leurs idées de génie.

En réalité, la croissance n’a pas besoin de ces charlatans, au contraire…

La croissance a besoin d’une monnaie non trafiquée.

La croissance a besoin qu’on laisse les gens nouer des contrats sans contrainte, honnêtes et profitables. Des contrats dans lesquels ni l’acheteur ni le vendeur ne sont influencés par les taxes, les subventions, les prébendes, les manipulations monétaires promues par lesdits charlatans.

Pour plus d’informations, c’est ici.

  1. Le carliatino est un croisement entre le cerretano, bonimenteur et marchand de drogue du village de Cerreto près de Spolète et de carliare (bavarder).
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • les italiens ont peut-être inventé des charlatans , mais en France on a inventé des charlots et c’est pas mieux

  • je comprend mieux pourquoi les charlatans au pouvoir s’acharnent sur les propriétaires ; c’est scandaleux d’empêcher les gens d’avoir un toit sur la tête pour leur vieux jours ;

    • C’est exactement cela. Durant les années de travail (si on en trouve), le SMIC horaire paie le loyer aux Fermiers Généraux de l’Immobilier, et une fois la retraite atteinte, le minimum vieillesse paie le mouroir aux Fermiers Généraux de Retraite… Il ne manquerait plus que les gueux puissent s’abstenir de ce servage 2.0. Pour éviter tout risque, on invente l’impôt sur l’absence de loyer (cf. PickPocketty) <o)

  • On a notre dose en France.

  • « nos charlatans nationaux souhaitent que l’épargne retraite des Français soit dirigée vers la bourse plutôt que vers l’immobilier pour favoriser la croissance. »
    Pas du tout. C’est juste parce qu’ils ne savent pas comment taxer plus l’immobilier sans que ça ne paraisse absurde, tandis que pour la bourse, ils ont quelques idées…

    • @MichelO
      Les syndics,les assurances,etc…,etc… jouent un rôle déterminant pour percevoir toujours plus de taxes et deviennent en quelque sorte de véritables officiers ministériels.
      il n’y a donc aucun » défaut d’imagination » pour taxer l’immobilier ou autre placement.
      Observez vos divers avis d’échéance et vous verrez chaque année l’augmentation considérable de certaines taxes.

  • Le charlatanisme est aussi, et surtout, l’apanage de la classe politique française, et particulièrement de ceux qui se sont partagés le pouvoir depuis ces 40 dernières années.

  • « Mais les charlatans ne sont pas exclusivement italiens ; ils sont partout et ils ruinent tous ceux qui succombent à leurs boniments. »

    Exemple :

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/06/11/97002-20180611FILWWW00070-les-cours-des-cryptomonnnaies-plongent.php

  • L’ENA est la fabrique de charlatans, et Macron en est le chef (momentanément). On se demande comment les français peuvent être gogos à ce point.

  • Il manque les dividendes dans le graphique…

  • « Ne vous laissez pas ruiner par les charlatans ! »
    Vous rigolez! Les gens dit « sérieux » et « responsables » qui les ont précédés nous ont déjà pratiquement mis sur la paille.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
référendum libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Sébastien Laye.

En économie, la seule exactitude qui vaille est celle des chiffres, réalité implacable. Or cet ancrage dans le réel et la statistique sied mal au pouvoir actuel, qui se complait dans la communication à outrance sur des slogans, ou la circonscription de la réalité à une ou deux statistiques favorables.

Pic historique du taux de marge des entreprises

À cet égard, si le gouvernement communique cahin-caha sur les chiffres du chômage (à 8,1 %), plutôt bons mais sans être exceptionnels, et grevés de diverses manipu... Poursuivre la lecture

quoi qu'il en coûte
0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

« La politique du quoi qu’il en coûte ne coûtera jamais trop cher », ainsi parlait l’Homme politique alors que la première crise sanitaire plongeait l’économie française dans l’obscurité. En termes de philosophie morale, le quoi qu’il en coûte repose sur un impératif catégorique hermétique à tout calcul de coin de table : il faut sauver tout le monde.

« Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous. », Montesquieu.

Bien sûr personne n’est dupe, le quoi qu’il en coûte a un coût. D’ailleurs, o... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

Aucun État cherchant à accroître massivement son importance dans l'économie et à monétiser un déficit galopant ne va agir contre la hausse des prix, bien qu'il prétende le contraire.

L'une des choses qui surprend le plus les citoyens d'Argentine ou de Turquie, c'est que leurs gouvernements populistes parlent toujours des classes moyennes et d'aider les pauvres, alors que l'inflation continue de grimper en flèche, rendant tout le monde plus pauvre.

L'inflation est l'érosion... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles