Mobilité pour trouver du travail : surtout restez où vous êtes !

Changer de lieu de travail et de vie : c’est difficile. Et encore plus quand la mobilité est peu attractive.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Déménagement by thierry liansades(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mobilité pour trouver du travail : surtout restez où vous êtes !

Publié le 26 novembre 2017
- A +

Par Gérard Dosogne1.
Un article d’Emploi 2017

C’est une évidence ! Si l’on vous offre un emploi à 130km de chez vous (La Souterraine), 230km (Alstom) ou, 900km (un grand groupe m’a proposé de quitter Paris pour Cannes), tout le monde trouve cela inadmissible. Vous comprenez, il faudra déménager et mon époux (se), comment va-t-il faire, et les enfants, la crèche, l’école, les copains, et ma grand-mère qu’il faut soigner, et mon club de foot, etc., etc.

Enfin est-il humain en France, et même compatible avec les droits de l’homme, de proposer à un chômeur un travail à plus de 100 km de son domicile ? Il s’agit d’ailleurs d’une cause valable pour refuser un travail proposé par Pôle emploi.

Difficile d’accepter la mobilité

Pourquoi ? Et surtout pourquoi on comprend cette attitude en France… une question culturelle ? La peur de l’éloignement ? Une particularité bien française que le monde ne nous envie pas ?

Oui, un peu de tout cela sans doute, mais tout le monde préfère la stabilité et doit faire un véritable effort quand il doit déménager pour son travail. Partout, aux États-Unis comme en Chine, en Belgique comme en Allemagne.

Alors, connaissant cette difficulté à accepter cette mobilité, il est indispensable de faciliter au maximum la démarche.

En France on fait le contraire : on a multiplié les obstacles et les freins à la mobilité, donnant raison à ceux qui ne veulent pas bouger. Bouger, c’est à la limite de la morale pour l’État (au niveau inconscient), puisque cela signifie obliger l’époux (se) à quitter son emploi, l’enfant à changer d’école, la famille à vendre la maison : donc au lieu d’encourager la mobilité, il faut en dissuader tout le monde.

Au moins 4 freins à la mobilité

• Rigidité du marché de l’emploi : il est vrai que si votre époux (se) doit démissionner, il perd beaucoup (ancienneté, avantages divers, conventions collectives…) et aura des difficultés à retrouver un emploi. En plus, pendant la période de recherche, il n’aura pas droit au chômage, et sera livré à lui-même.

• Rigidité du marché immobilier : si vous êtes locataire d’un logement social, et que vous le quittez, alors bonjour la galère pour en retrouver un dans votre nouvelle ville.

Et si vous êtes propriétaire ? Eh bien l’État vous attend au tournant : si vous vendez et rachetez ailleurs… Les frais de notaire et les taxes vont atteindre environ 12% de la valeur, sans compter les coûts d’agence… Allons, arrondissons à 20% en tout, une paille.

Quand on m’a proposé de partir pour Cannes, le coût, pour avoir un logement identique à celui que j’avais à Paris (70 m2) s’élevait à plus de 100 000 €euros, pas très incitatif…

Et si vous vous dites : je garde mon logement que je donnerai en location et je loue un logement dans ma nouvelle ville, aie, le fisc vous attend avec un marteau : le loyer que vous allez recevoir sera fiscalisé au maximum, et vous avez de la chance si vous gardez 50% du montant de la location après impôt. En outre, bien sûr, le loyer que vous allez payer ne sera pas déductible ;

• Et les banques ? Elles se feront tirer l’oreille pour vous redonner un prêt hypothécaire si vous êtes encore en période d’essai…

• Le système de crèche, école, etc., est quant à lui complètement sclérosé : les nouveaux arrivants sont bien entendu pénalisés : vous n’espérez quand même pas passer devant quelqu’un qui attend une place depuis plusieurs mois ! Manque de place, mauvaises priorités : le chômeur passera avant celui qui vient de retrouver un travail.

J’oublie sans doute toute une série de freins, comme des aides de certaines mairies qui ne seront pas transmissibles, l’abonnement au club de sport non remboursable, et d’autres broutilles faites pour vous rendre désagréable le changement.

Une autre particularité amusante : beaucoup de personnes sont prêtes à un certain sacrifice pour aller au soleil dans le sud de la France… mais refusent de partir vers le Nord : ne serait-il pas du devoir de l’État, dans le cadre de l’aménagement du territoire, d’offrir à ses fonctionnaires, enseignants… des salaires plus élevés pour les candidats prêts à aller dans le nord du pays ? On le fait bien pour les courageux qui partent au soleil de la Martinique ou de Tahiti.

Il faut accompagner la mobilité. Et la solution est simplement que l’État, les banques, l’Éducation nationale, les offices HLM, les syndicats déroulent le tapis rouge à ceux qui sont mobiles en suppriment les freins. C’est uniquement politique. Bien sûr, il sera toujours difficile de quitter ses copains, son environnement douillet, mais au moins, il faut que la perspective d’un bon emploi contrebalance ces freins psychologiques sur lesquels l’État n’a que peu de prise.

Et le Français est rationnel, comme les citoyens des autres pays.

Sur le web

  1.  Gérard Dosogne, président de Business Satcom Consulting, a plus de 20 ans d’expérience dans l’industrie satellitaire, expérience acquise chez Alcatel Space / Thales Alenia Space. Auparavant, il a travaillé 20 ans dans des banques d’investissement (Project Finance, Capital Markets et Fusions Acquisitions). Diplômé de l’Université de Louvain (Chimie et Economie), et MBA de l’Université de Chicago (Booth School of Business).
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Bravo ! tout est dit.
    J’ai tellement entendu de gens dire que le Français n’a pas le cran de déménager pour trouver du boulot ailleurs, et que les Américains eux on du cran de le faire…
    Ils l’ont fait surtout par contrainte, pas par plaisir. D’ailleurs leur situation leur faisait tellement plaisir qu’ils fini par élire Trump pour retrouver leur dignité. « To make America great again » qu’il disent.

  • Voila enfin un article sensé sur le sujet. Contrairement à ce qu’on entend dans les médias mainstream, les français savent compter et font leurs choix en conséquence. Une bonne mesure consisterait à : pouvoir toucher 100% du loyer de sa résidence louée en cas de déménagement. Mais bon, autant rêver …

  • Comme le dit l’article si vous vendez pour racheter, il vous en coûtera environ 20%. Aux USA, cest plutôt 2%. Pourquoi? Tout simplement parce que l’état (local ou fédéral) aux US, ne se sucre pas à chaque transaction immobilière. Ce seul point est LE frein absolu à la mobilité, mais il y aura toujours un connard à Bercy pour expliquer que si l’on supprime les taxes de changement de propriété, c’est toute une série de petits mafieux qui ne vont plus pouvoir bouffer aux frais des autres, c’est à dire vous, les con-tribuables.

    • @ Mullerache

      Ou bien vous quittez votre employeur et votre « clocher » et alors, autant tenter votre chance dans un autre pays moins « prison », ou bien vous construisez un vrai parti libéral français qui vous donnera le successeur d’E.Macron, élu à la majorité!

      • Votre commentaire est ambigu, c’est le successeur qui sera élu à la majorité ? Parce que Macron, il a quand même été élu faute de concurrence convaincante par une petite minorité d’environ un Français sur cinq…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Yannick Harrel.

Le terme fait florès depuis quelques mois mais s’inscrit dans une réalité bien plus profonde et ancienne : il s’agit de la démobilité. Cette vision sociétale a déjà envahi notre espace public de diverses façons et fait distinctement opposition à la mobilité telle que nous la connaissons dans toutes ses variantes. Pis, elle entend régenter notre liberté de circuler encore davantage à l’avenir. À moins que…

Mobilité et démobilité

Par mobilité, nous entendons la capacité de se mouvoir en tout point d’un territoi... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

C’est dorénavant acté : depuis le 1er septembre, toute l’agglomération parisienne se traverse sous la chape des 30 kilomètres-heure et la vitesse sur le périphérique, ceignant icelle, sera ramenée à 50 kilomètres-heure pour 2024, voire même avant. Cette mesure, qui est la queue de toute une série de bien d’autres mesures ayant contribué à rendre la capitale française de moins en moins accessible aux classes moyennes et populaires ainsi qu’aux populations périphériques est hautement symbolique d’une mentalité, d’un é... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Un des rares domaines où la France bat l’Allemagne « à plate couture » c’est bien dans l’émission de CO2.

Au niveau mondial nous émettons 2,4 fois moins de CO2 (0,9%) que l’Allemagne (2,2%) et surtout 9 fois moins pour la production d’électricité (23 millions de tonnes) contre 208 pour nos voisins allemands.

Une règle complétement absurde

Lors de la COP 21, nos hommes politiques ont accepté un programme totalement absurde, en effet chaque pays s’engage à réduire d’ici 2030 de 40% ses émissions de CO2 (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles