Les JO 2024 face aux nouvelles mobilités aériennes urbaines électriques

Architectes, ingénieurs et étudiants  en mobilité de demain : commencez à expérimenter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Image by Pexels from Pixabay

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les JO 2024 face aux nouvelles mobilités aériennes urbaines électriques

Publié le 2 mars 2023
- A +

Redon Agglomération fait partie des 500 premières collectivités labellisées Terre de Jeux 2024 par le  comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Objectif : faire du territoire une base arrière des Jeux et accueillir des délégations françaises et étrangères qui souhaiteraient venir s’entraîner durant l’Olympiade 2024.

Si le rayonnement des Jeux Olympiques de Londres a profité à Dinard comme base arrière sur la côte  d’Émeraude en 2012, le pays de Redon peut pleinement s’inspirer de recommandations qui figurent  dans un rapport intitulé : « Paris 2024 : just deliver the Games ».

On ne dira jamais assez l’effet majeur et transformateur d’un tel événement sur l’image qu’un pays  projette vers le monde, mais aussi sur l’image qu’un territoire industriel peut construire de lui-même.

Marcel Quercia, inventeur du briquet à gaz et de la saga Flaminaire à Redon, a aussi fondé l’aérodrome  de la ville. Il en était le premier président. D’origine italienne, son père, Janvier Quercia était le  descendant de Jacomo de la Quercia, professeur de Michel-Ange.

 

Les JO 2024 comme occasion de faire rayonner le pays

Mobilité, tourisme et attractivité seront les clés du succès des Jeux Olympiques en 2024 qui feront la  fierté de notre pays.

Il y a quelques mois avait ainsi lieu à Pontoise (Île-de-France) l’inauguration du premier Vertiport  intégré, épicentre de nouvelles mobilités aériennes durables. Les démarches administratives sont en cours pour implanter cinq vertiports à horizon 2024 en Île-de-France. Dans le domaine médical, les  groupes Aéroports de Paris et RATP travaillent avec l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour évaluer l’usage d’aéronefs légers au service de trois besoins de transports : le transport de  matériel biologique, de blessés légers ou de médecins spécialisés.

Ces mobilités d’avenir sont-elles expérimentables dans le pays de Redon ?

Grâce à son aérodrome, pôle historique autour des nouvelles mobilités aériennes, il est possible de regrouper une trentaine d’acteurs industriels, académiques ou réglementaires pour répondre à l’ensemble des enjeux à venir : aéronefs, opérations, infrastructures, gestion de l’espace aérien, acceptabilité.

Voici quelques nouvelles que nous pouvons utiliser. Maintenant, architectes, ingénieurs et étudiants  en mobilité de demain : commencez à expérimenter.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « Les JO 2024 comme occasion de faire rayonner le pays ». Ah ça c’est sûr que ça va le faire rayonner! Aéroports de Paris, RATP, AP-HP seront à la manoeuvre à ce qu’il parait, vous aller trembler, ils seront à notre service! J’imagine que la SNCF, EDF, et autres seront à notre service aussi, ça rassure, c’est sûr.
    L’ « effet majeur et transformateur d’un tel événement sur l’image qu’un pays projette vers le monde », moi j’en ai une petite idée…

    • Tout à fait d’accord. Et si les fainéants de la RATP sont dans le projet, c’est pour pouvoir le paralyser avec les grèves en même temps que les métros, tram et bus.
      J. O. 2024 dans la ville porcherie qui vénère les sur-mulots, les dealers, les immigrants illégaux sous les ponts, les adolescents ROM pick-pokets et les jeunes du 93 à la baston des touristes.
      Tout individu prit en flagrant délit se verra immédiatement infligé un « rappel à la loi » !

  • L’expérimentation est aujourd’hui réservée aux normateurs et aux législateurs, et de plus il n’est tenu aucun compte de ses enseignements. Les JO seront des funérailles pompeuses et sans attrait pour les initiatives lèche-bottes écolos françaises, et pour les illusions que l’étranger pourrait encore entretenir à notre égard.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme le résume La Tribune, les candidats aux élections proposent – d’un côté comme de l’autre – « [une] explosion de la dépense publique pour financer une politique de la demande plutôt que de l’offre, baisses d’impôts, ou encore le retour sur la réforme de l’âge de la retraite ».

Le parti au pouvoir n’est pas en reste, en quête de maintien du contrôle à l’Assemblée, et fait aussi des promesses de dépenses – sous forme de baisses des prix de l’énergie, et d’aides au logement.

Les Échos explique ainsi :

« … alors que l’ex... Poursuivre la lecture

5
Sauvegarder cet article

Jamais le titre de Hemingway n’aura été aussi vrai que depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel maire de Paris, Annie Dingo Anne Hidalgo : décidément, Paris est une fête et le curseur de celle-ci, qui pointait résolument sur « totale » jusqu’à présent, va passer d’un coup à « plus folle » dans les prochaines semaines pour heurter souplement « irrémédiable » une fois les Jeux Olympiques officiellement lancés dans la capitale.

Il suffit pour s’en convaincre de voir l’ensemble des signes qui s’accumulent tous dans le même sens : non seulem... Poursuivre la lecture

Les auteurs : Miruna Radu-Lefebvre est Professeur en Entrepreneuriat à Audencia. Raina Homai est Research Analyst à Audencia.

 

Au travers des interactions entre entreprise et territoire, un ancrage se construit dans le temps. Celui-ci apparaît particulièrement fort pour les entreprises familiales qui restent sur le même territoire pendant des années, parfois des générations. Le territoire donne une certaine couleur à l’identité d’une entreprise comme à l’identité des individus qui la composent. L’ancrage territorial s’expr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles