La liberté booste l’ascenseur social

Le meilleur moyen d’aider les plus pauvres à emprunter l’ascenseur social est de leur offrir une éducation qui élève plus qu’elle n’abaisse, qui suscite, comme aux États-Unis, l’admiration du succès.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo de Arisa Chattasa sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La liberté booste l’ascenseur social

Publié le 14 mars 2023
- A +

Un article de l’Iref-Europe

 

La mobilité sociale n’est pas si mauvaise en France et joue dans les deux sens.

Selon les chiffres d’une étude de l’Insee produite le 2 juin 2022, parmi les enfants de parents défavorisés (tout en bas de la distribution des revenus des parents), un quart fait partie des 40 % aux revenus les plus élevés de leur génération tandis que parmi les enfants des parents les plus aisés, un quart appartient aux 40 % des revenus les plus faibles. Ou encore, 72 % des enfants de 28 ans appartiennent à un cinquième de revenu différent de celui de leurs parents. Parmi les enfants dont les parents sont les plus modestes, dans le plus bas cinquième de la distribution des revenus, 31 % restent dans le premier cinquième (le « plancher collant ») et 12 % font une mobilité très ascendante vers le plus haut cinquième.

Il n’est pas pour autant certain que le taux français de mobilité ascendante soit, comme le dit l’Insee, supérieur à celui qui est observé aux États-Unis. Certes, il semble que le rêve d’ascension sociale auquel croient encore beaucoup d’Américains peine plus à se concrétiser aujourd’hui qu’hier.

Néanmoins, une étude réalisée en 2018 par l’OCDE montre qu’il faut en moyenne six générations aux enfants de France nés dans le décile le plus pauvre pour se rapprocher du revenu moyen alors qu’il ne leur en faut que cinq aux États-Unis, et 4,5 en moyenne dans l’OCDE.

La mobilité est plus importante dans les pays riches

Ces résultats soulignent notamment que l’ascenseur social fonctionne mieux dans les pays riches que dans les pays pauvres et que son efficacité n’est pas nécessairement liée à l’importance de la redistribution publique : la moitié des pays dans lesquels le rattrapage à la moyenne des revenus se fait en quatre générations a des prélèvements obligatoires inférieurs à 35 % (chiffres OCDE) du PIB en 2021 (Australie, Canada, Japon, et Nouvelle Zélande). Les États-Unis, où il faut cinq générations, ont des prélèvements obligatoires de 28,58 % alors que la France, où il en faut six, a des prélèvements obligatoires de 45,15 %. On note également que les pays de l’OCDE où il faut le plus de générations pour sortir de la pauvreté sont les plus pauvres : Colombie, Afrique du Sud, Brésil, Inde, Chine, Hongrie…

Bien d’autres facteurs que le milieu social comptent pour pouvoir s’élever socialement et économiquement.

Selon l’Insee, seuls environ 30 % de la variation de rang des jeunes adultes seraient liée au milieu familial. Bien sûr, la mobilité ascendante est plus forte quand les parents ont des revenus du capital élevés ou sont diplômés du supérieur, mais aussi dans les zones urbaines denses et riches où il y a davantage d’opportunités d’études et d’emploi. Elle est également plus importante pour les enfants de parents immigrés (15 %, contre 10 % pour les autres) qui ont peut-être plus que d’autres la volonté de s’en sortir et d’éduquer leurs enfants.

Mais l’analyse est complexe parce que c’est aussi, note l’Insee, différent selon l’origine : « Parmi les descendants d’immigrés, les enfants dont le parent au plus haut revenu est né en Asie ont la plus forte probabilité de mobilité ascendante (16 %) ».

 

L’escalier social

Il est vrai que la possibilité de mobilité sociale est probablement le facteur le plus important pour aider les peuples à sortir de la misère. L’espoir de s’élever de sa condition est une motivation très forte pour conjurer le sort auquel, sinon, on s’abandonne facilement. L’idée même que les Américains croient à l’ascenseur social est autoréalisatrice, elle les aide à s’engager dans le dur chemin d’études, de travail et parfois d’humiliation qui mène aux marches supérieures. Car il s’agit plus souvent d’un escalier social, abrupt et périlleux, que d’un ascenseur.

Mais c’est un escalier salutaire pour ceux qui ont la volonté et la liberté de l’emprunter. Car dans les pays qui sont figés dans des classes ou des ordres économiques, religieux ou politiques, la mobilité sociale n’est qu’une idée pure.

En définitive, le meilleur moyen d’aider les plus pauvres à emprunter l’ascenseur social est de leur offrir une éducation qui élève plus qu’elle n’abaisse, qui suscite, comme aux États-Unis, l’admiration du succès plutôt que, comme en France, la jalousie envers ceux qui l’ont gagné par leur travail et leur intelligence. Mais il faut aussi leur assurer un État de droit qui leur permette d’entreprendre leur parcours sans subir de discriminations liées à leur personne et abaisser le poids des réglementations et des charges fiscales qui sont autant de barrières à la montée de l’escalier social.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’ascenseur sociale fonctionne dans les pays riches. Pas dans les républiques bananières et pauvres comme la France.
    Un bac distribué à qui le demande, des diplômes sans réel niveau ni débouchés, comment l’ascenseur peut-il fonctionner ?
    À tel point que désormais les entreprises font passer des tests pour vérifier les niveaux des diplômés à embaucher.
    Ascenseur sociale = travail pour obtenir un diplôme. Un diplôme trouvé dans une pochette surprise ne vaut rien ; et c’est ce que distribue désormais l’éducation nationale.

  • J’ai lu 3 fois cette phrase et je n’ai toujours rien compris : « Ou encore, 72 % des enfants de 28 ans appartiennent à un cinquième de revenu différent de celui de leurs parents ». Que signifie « un cinquième de revenu différent » ?

    • Ce que j’ai compris c’est qu’on divise la population en 5 tranches de revenu, égales en taille, et que 72% des enfants de 28 ans appartiennent à une tranche de revenu différente de celle de leurs parents. Cela peut être une tranche de revenu inférieure ou supérieure.
      Si c’est bien ça, je ne vois pas très bien ce qu’on peut en conclure.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Visite à l'intérieur de la Cité de l'Economie
3
Sauvegarder cet article

Un article de l'Iref-Europe

 

Nous nous sommes rendus à la Cité de l’Économie à Paris pour voir comment l’économie est présentée au public. Si l’on peut y trouver un remarquable exemple de reconversion architecturale, et si la collection de pièces de monnaie exposée dans la salle des coffres vaut le détour, le parcours scénographique d’initiation à l’économie laisse quelque peu perplexe. Explications.

Située dans l’hôtel Gaillard au cœur de la plaine Monceau à Paris – un immense édifice néo-Renaissance, dont la const... Poursuivre la lecture

Une fois réglée la réforme des retraites, Emmanuel Macron va devoir préparer avec son gouvernement un projet de loi sur l’immigration. C’est ce que prévoit le calendrier du Parlement même si l’actualité peut décaler le débat.

Ce débat risque d’être aussi tendu que celui sur l’âge de la retraite parce que non seulement le Rassemblement national, mais aussi Les Républicains d’Éric Ciotti ont un électorat particulièrement sensible au sujet. Sensibles aussi tous ceux qui vivent dans des villes et des quartiers où la densité d’immigrés est ... Poursuivre la lecture

Le Vietnam continue de gagner en liberté économique, comme le confirme la dernière édition du classement de l'indice de liberté économique de la Heritage Foundation. Si le Vietnam, prétendument socialiste, ne gagne que deux points supplémentaires, il aura dépassé la France ! Aucun pays de taille comparable n'a gagné autant de liberté économique que le Vietnam depuis 1995.

L'indice classe un total de 176 pays en fonction de leur degré de liberté économique. L'évaluation globale est basée sur douze catégories de libertés. L'indice divise... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles