Les riches vont-ils faire sécession comme les Catalans ?

Dans le cadre des débats sur la transformation de l’ISF ressurgit la volonté de beaucoup de taxer les riches et les signes extérieurs de richesse. Mais n’a-t-on pas besoin des riches ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
catalogne indépendante credits SantiMB (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les riches vont-ils faire sécession comme les Catalans ?

Publié le 13 octobre 2017
- A +

Par Yves Buchsenschutz.
Un article d’Emploi 2017

Ces derniers jours, la machine est repartie : la transformation de l’ISF est de nouveau remise en cause dans le cadre des sacro-saintes inégalités et de la défense des pauvres.

La suppression totale aurait au contraire été plus logique, car on ne voit pas très bien en quoi l’immobilier est moins industriel que la fabrication de voitures ou la possession d’actions de Carrefour ou de Safran ou d’une start-up en création.

Ce débat sur l’ISF est pourtant symptomatique de la France, car cet impôt est tout un symbole : symbole de justice sociale pour les pauvres, symbole anti-riches et anti-argent pour les riches. Même s’il rapporte très peu à l’État (4 milliards en 2016), il a un impact psychologique extrêmement fort sur les investisseurs potentiels. Or, ceux-ci sont indispensables.

Les investisseurs sont nécessaires au redressement du pays, c’est pourquoi il faut leur redonner confiance

Le président Macron – comme avant lui le candidat Fillon – a semblé avoir compris que notre pays avait des législations, en particulier fiscales, non seulement tatillonnes mais en plus confiscatoires et anti-compétitives.

Par rapport aux pays voisins il a donc inventé l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) qui semblait pouvoir résoudre une partie du problème de la confiance des investisseurs qui ont été, sont, et seront toujours parmi les acteurs principaux d’un éventuel renouveau des entreprises françaises, seules capables de créer massivement des emplois pour les chômeurs.

Ce sont particulièrement les entreprises nouvelles et parmi elles, celles à forte croissance, qui ont ce potentiel. À ce stade, il est peut-être bon de faire remarquer que les investisseurs potentiels ne peuvent être que les riches. Cela tombe sous le sens, mais pour investir dans des jeunes pousses, il faut avoir de l’argent… et pouvoir le perdre, toutes choses impossibles ou déraisonnables pour une personne ayant peu de moyens.

Les Français et l’argent…

Si l’on veut relancer la croissance en France, il faudrait que les Français, et en particulier les leaders politiques, règlent une bonne fois pour toutes leur complexe avec la fortune.

Entré comme simple cadre dans la vie professionnelle, j’ai monté les échelons comme beaucoup d’autres, m’occupant à vrai dire surtout de mon job, de ma carrière et bien sûr de ma rémunération.

Un beau jour je me suis trouvé redevable de l’ISF. Première réaction, vérifier les calculs. Confirmation. Question : est-ce un bien ? Ou un mal ? À la réflexion, j’ai compris que j’allais payer encore plus d’impôts, pas très agréable ; mais que d’un autre côté j’étais devenu riche et que cela était plutôt une bonne nouvelle.

Il est probable qu’aujourd’hui l’ascenseur social fonctionne un peu moins bien qu’au début des années 70, plombé par un chômage endémique, des prélèvements obligatoires faramineux et une conjoncture économique qui reste globalement morose. Mais cela ne change pas la solution à appliquer : repenser une fiscalité et des normes qui permettent à tous, d’où qu’ils partent, de créer leur entreprise, de croître et de s’enrichir.

Combien de temps faudra-t-il à mes concitoyens, les Français, pour comprendre qu’il vaut mieux tenter de devenir riche soi-même plutôt que de s’échiner à rendre les autres pauvres ? Ce comportement procède souvent d’un sentiment d’injustice mais parfois aussi uniquement de l’envie, voire tout simplement de la jalousie.

Dans les faits, surtout, ce positionnement poussé à l’extrême n’est que moyennement efficace car les riches finissent par trouver, même au prix de difficultés, des solutions pour ne pas être complètement spoliés. Tous les peuples développés de la Terre ont à peu près compris cela, pourquoi pas le peuple français ?

Il est probable au demeurant qu’il soit au bout du compte moins fatiguant et plus efficace d’essayer de devenir riche par soi-même plutôt que de tenter de remuer la masse des pauvres pour faire jouer la règle de la majorité en sa faveur.

Il ne faut pas oublier en outre que la richesse et la pauvreté ne sont pas des valeurs absolues : ce ne sont que des notions relatives et liées l’une à l’autre. Ici, les décisions sont donc prises en fonction d’opinions, pas de faits.

On en arrive à ce paradoxe qu’à ce jour, les 50% plus pauvres décident de ce que l’on fera de l’argent commun par la règle de la majorité, alors qu’il est, mandature après mandature, de plus en plus payé par les 50% plus riches.

Lassés de cette situation, les riches pourraient aujourd’hui envisager trois types de solutions :

La première, déjà bien engagée, est leur fuite sous des cieux plus cléments ; artistes, sportifs et industriels sont depuis longtemps déjà partis en Suisse ou en Belgique (plus de 10 000 expatriés fiscaux avec un patrimoine moyen de 3,5 millions d’euros) ; il y aurait aujourd’hui 300.000 Français à Londres, 50.000 Français possédant une richesse moyenne au Portugal, et entre 40.000 et 80.000 au Maroc…

Ceci sans compter les jeunes qui vont créer leur entreprise à l’étranger. Tous les motifs sont bons : fiscalité, qualité de vie, facilité d’entreprendre, etc. Même phénomène pour les entreprises : Alstom, Lafarge, Technip… Les entreprises se marient, mais à l’étranger, et les Français pleurent les centres de décisions et les emplois partis.

La deuxième solution serait de donner un poids de vote proportionnel au montant d’impôt payé (l’ancien suffrage censitaire). Avec ce système il est évident que chaque gouvernement n’ajouterait plus une couche de punition à l’encontre des riches à la sortie des élections sans supprimer la précédente.

La troisième, très à la mode, est de faire sécession. Je m’explique : l’Irlande s’est divisée en deux, les Balkans en quatre ou six, le Royaume-Uni a choisi le Brexit – et l’on ne sait pas très bien où va atterrir l’Écosse -, la Catalogne demande l’indépendance.

Les riches de France pourraient demander la création d’une nouvelle province indépendante à statut original : nous connaissons déjà son nom « Fortunes de France ». Il reste à lui trouver une localisation, peut-être les arrondissements et quelques communes sélectionnées de l’Ouest parisien. Gageons qu’un référendum y donnerait des résultats proches de la Catalogne !

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Sus aux riches.
    Mais à partir de quand est-on riche?
    1200€ par mois pour un retraité comme l’a décidé monsieur le président de la république française?
    Tous ceux qui veulent taxer et taxer encore devraient y réfléchir.
    D’autant plus qu’on est toujours riche pour son voisin du moment qu’on ait plus de revenus ou de biens que lui, quelque soit le montant de ceux-ci.

  • Puique vous parlez de la Catalogne, celà fait quelques temps que les très riches ont mis leurs fortunes dans la principauté d’ Andorre……et pour les moins riches, les séparatistes marxistes catalans sauront quoi faire avec l’ argent des autres.

  • La sécession n’est pas une solution, elle ne fait que cristalliser l’opposition entre deux clans figés et fait oublier combien il est souhaitable que le maximum de gens passent du clan des pauvres à celui des riches. Le suffrage censitaire pourrait être utile, si les décisions budgétaires devaient lui être soumises pour confirmation (la loi de finances, chaque année, pourrait être conditionnée à une votation censitaire et remise sur le chantier si elle était refusée par une majorité des électeurs inscrits) et si le suffrage égalitaire était conservé pour les élections de personnes.
    Mais l’essentiel devrait porter sur l’Education Nationale, avec une formation à l’ascension sociale, et sur la propagande, avec l’obligation, au minimum pour les personnes publiques, débatteurs et présentateurs télé, de publier le montant de leur imposition, après tout, ça se fait bien en Norvège pour tout le monde !

  • La sécession des « riches », en fait des productifs/créatifs, fut brillamment illustrée dès 1957 par Ayn Rand dans « La Grève ». (Atlas Shrugged). Elle est hélas illusoire. Les très riches s’expatrient et/ou expatrient leur argent. Pour les moins riches qui ne peuvent quitter le pays il ne reste que la soumission ou la révolte fiscale, qui est un acte séditieux durement puni par la loi.

  • Les FraCe face à face riche-pauvre est certainement beaucoup plus un thème politicien et journalistique que sociétal: cristalliser les excès de certaines entreprises,

  • L auteur devrait faire attention qu il n y ait pas a coté un Saddam Hussein. Parce que si vous n etes pas riche mais vous avez une armée, il est tentant d aller piller le voisin qui ne peut pas se defendre.
    Dans le acs de Saddam, c a c est mal terminé car le Koweit est allé trouver plus fort que lui, mais si le XVI e de Paris fait scecession et que le 93 y fait une descente, je suis pas sur qu il y aura beaucoup de monde pour lui venir en aide

  • « Combien l’Etat perd en recettes fiscales évaporées à cause de l’effet repoussoir du seul ISF ? »
    Entre 15-20 milliards d’Euros/an. Ceci incluant les impôts directs non perçus et tous les impôts indirects (taxes diverses, TVA…etc) mais sans compter les impôts et cotisations qui auraient pu être perçus en France par les emplois crées par ces « riches ».
    https://www.capital.fr/polemik/pour-ou-contre-l-isf-1225661

  • Bien d’accord avec cet article !
    en France on est riche à partir de 6100€ nets par mois (début des 2 derniers déciles, ce qui sonne un peu « imbécile » d’ailleurs), soit !
    Lorsque vous avez 80% de la population qui gagne moins de 6200€/mois nets, vous n’arriverez pas à les convaincre que à 6200€, vous ne pouvez que financer un prêt de 250k€ sur 15 ans, ou 300k€ sur 20 ans, soit un bon studio à Paris, elle est où la richesse ????

    Je proposerais volontiers que l’on mette en perspective les conséquences des règles démocratiques : 1 personne=1 voix, avec celle de « avec ma voix, je décide que ceux qui gagnent 6200€ ou plus vont payer pour tous les autres sans altérer la règle du 1 personne=1 voix ».
    Si on maintient cette règle, alors la règle qui s’en suit est de ne pas altérer celle des responsabilités prises. Les 20% doivent avoir le droit d’arbitrer, rester ou partir, ou pouvoir décider unilatéralement la ligne budgétaire dans laquelle ils verseront leur impot.
    Cela me parait une bonne piste de réflexion.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis une semaine, un enfant de 5 ans et sa famille sont harcelés et menacés par le nationalisme catalan dans la ville de Canet de Mar. Leur tort ? Avoir demandé l’application d’une décision judiciaire du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne, qui consacre le droit des enfants catalans à recevoir 25 % de leur éducation en espagnol. Revenons sur ces évènements, témoins de l’apartheid linguistique qui sévit en Catalogne.

Eléments de contexte : qu’est-ce que l’immersion linguistique ?

La décentralisation politique est un des princip... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Vous vous souvenez, il y a maintenant environ un an et demi, avant la fin du premier confinement, le plus dur, puis régulièrement depuis j’avais écrit qu’il y aurait une reprise en V et qu’il ne fallait pas s’inquiéter alors que les articles catastrophistes se multipliaient.

Bien sûr mon V a été un peu secoué par les demi-confinements qui ont suivi. Nous abordons maintenant la cinquième vague… Mais, à chaque fois, l’économie est moins secouée, car tant nos gouvernants que les acteurs économiques de base ont ap... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

En vue de la primaire écologiste dont le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre 2021 et le second du 25 au 28 septembre, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, a dévoilé son mirifique programme vert le 17 août 2021.

Mesures coercitives et interdictions

L’écologiste Éric Piolle promet une trentaine de mesures coercitives toujours plus liberticides pour « atteindre une neutralité climatique dès 2045 », soit 5 ans plus tôt que les préconisations officielles du gouvernement, elles-mêmes en avance de près de 50 an... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles