La ruineuse usine à gaz solaire de Ségolène Royal

Ségolène Royal a signé le 9 mai 2017 son dernier arrêté fixant les nouvelles conditions d’achat de l’électricité produite par des panneaux photovoltaïques. Ceci pourrait être un gouffre financier sans équivalent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La ruineuse usine à gaz solaire de Ségolène Royal

Publié le 24 mai 2017
- A +

Par Michel Gay et Bruno Comby.

Avant de quitter le ministère de l’Énergie et de l’Écologie, Madame Ségolène Royal a travaillé jusqu’à la dernière minute pour mettre en place avant de partir un système tarifaire incitatif encourageant l’autoconsommation d’électricité solaire. Elle a signé le 9 mai 2017 son dernier arrêté fixant les nouvelles conditions d’achat de l’électricité produite par des panneaux photovoltaïques.

Il est à première vue sympathique et vertueux (au sens « vert » du terme), mais en apparence seulement, car comme souvent le diable se cache dans les détails.

La formulation alambiquée de ce texte est une véritable usine à gaz, parsemée de formules mathématiques époustouflantes et incompréhensibles pour le commun des mortels (parcourez l’arrêté, juste pour voir…).

Des dizaines de milliards d’euros pour le contribuable

Ce qui est clair, après quelques calculs, c’est que son application va coûter des dizaines milliards d’euros qui s’imposeront aux successeurs de Ségolène et aux Français.

Le système est ouvert pour seulement 18 mois (jusqu’à fin 2018). Mais les consommateurs français d’électricité devront payer pendant 20 ans après fin 2018, donc jusqu’à fin 2038 !

La nouvelle prime à l’installation et le nouveau tarif d’achat pourrait coûter à la collectivité jusqu’à plus de 100 milliards d’euros ! (Voir en annexe : « petits calculs »)
Cet arrêté tarifaire s’applique aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises, pour des installations d’une puissance inférieure à 100 kilowatts crête (kWc). Il s’applique à la revente de la totalité de la production (comme jusqu’à présent), et aussi à l’autoconsommation (avec un petit bonus dans ce cas).

Une idée des tarifs

Pour une famille qui voudrait installer entre 20 et 60 m2 de capteurs solaires sur son toit (soit 3 à 9 kW crête), le tarif d’achat s’étale de 15,89 c€/kWh à 18,7 c€/kWh.

Ce prix d’achat est moins généreux que les 60 c€/kWh dont certains chanceux ont bénéficié en 2010, mais toujours bien supérieur au prix de production industriel de l’électricité d’environ 5 c€/kWh. Il varie légèrement en fonction de plusieurs paramètres, et avec le temps qui passe, pour un même abonné (avec des formules mathématiques compliquées).

– Pour une installation entre 9 et 36 kWc (plutôt pour des PME, ou le toit d’une piscine ou d’un magasin, par exemple)  = 12,07 c€/ kWh

– Pour une installation entre 36 et 100 kWc (environ 2400 à 6600 m2 de capteurs) = 11,5 c€/ kWh

Il existe aussi une prime pour l’intégration au bâti de 3 c€/kWh limitée aux 6 premiers trimestres.

Il sera désormais possible de bénéficier du tarif de rachat pour des panneaux PV posés sur un toit-terrasse, ou servant d’ombrière au dessus d’une terrasse ou d’un balcon par exemple. Les conditions pour bénéficier du tarif sont plus souples qu’auparavant.

Dépôt et recyclage des panneaux obligatoires

La dépose et le recyclage des panneaux en fin de vie dans une usine agréée à cet effet est dorénavant obligatoire. Elle est à la charge du producteur d’électricité (c’est-à-dire vous).
La définition de l’intégration au bâti change. Elle permet de ne plus enlever les anciennes tuiles, et de poser les panneaux solaires jusqu’à 20 millimètres au dessus d’un toit existant (les panneaux produisent alors davantage car, étant ventilés, ils chauffent moins).
En cas d’autoconsommation (le surplus est vendu), il y a une prime à l’installation (en plus du tarif de rachat) dont le montant est de l’ordre de 1200 € maximum pour 3 kWc (c’est proportionnel à la puissance mais avec des seuils et des tranches).

Les primes dégressives

Cette prime dégressive est versée sur 5 années au « producteur » (vous, si vous installez des panneaux sur votre toit) par l’acheteur (ENEDIS). Elle est fixée à :

400 €/kWc pour une installation jusqu’à 3kWc

300 €/kWc pour une installation entre 3 et 9 kWc

200 €/kWc pour une installation entre 9 et 36 kWc

100 €/kWc pour une installation entre 36 et 100 kWc

La quantité d’électricité achetée au tarif de rachat est limitée à 1600 heures maximum d’équivalent de production pleine puissance par an (soit un facteur de charge de 18%).

C’est à peu près le rendement des meilleurs panneaux bien orientés plein sud. Il ne sera donc plus possible de tricher comme certains malins en Espagne qui revendaient de l’électricité prétendument solaire en éclairant les panneaux solaires la nuit avec des LEDS.

Un système toujours généreux

Il est possible de procéder à des installations multiples pour un même propriétaire (par exemple sur la résidence principale ET sur la résidence secondaire), mais avec un tarif de rachat éventuellement  légèrement inférieur (en fonction des seuils de puissance).

Ce système est donc toujours généreux. Il s’agit encore d’une énorme subvention ! Des milliards d’euros sont actuellement déjà jetés par la fenêtre (plus de 5 milliards d’euros par an, à quoi va s’ajouter ce nouveau  système).

L’électricité est toujours rachetée sur le site de production (chez vous) en petite quantité à un prix supérieur au prix de vente au détail qui inclut le transport et surtout les taxes pour la collectivité, ce qui n’est pas logique sur le plan social et commercial.

Derrière les promesses des technocrates…

Cependant, attention il s’agit peut-être d’un piège : car derrière les belles promesses d’une vie plus verte, il serait vicieux que les technocrates antinucléaires poussent massivement les Français à s’équiper de panneaux solaires d’ici fin 2018, pour ensuite annoncer en 2019 des taxes sur ces mêmes panneaux…

C’est déjà le cas en Espagne et en Allemagne où, après avoir été généreusement encouragés, les propriétaires de panneaux solaires sont maintenant surtaxés. Ils doivent payer une taxe de réseau, qui ne va pas tarder en France également.

Ce qui est d’ailleurs logique dès lors qu’on demande au réseau de reprendre l’électricité photovoltaïque à un moment où celui-ci n’en a pas besoin, ce qui induit des complications et des coûts élevés.
Ce nouveau système est donc une magnifique usine à gaz pondue par la technocratie verte qui va coûter une fortune.
Heureusement qu’il restera encore les réacteurs nucléaires pour produire l’électricité quand on en aura besoin…

ANNEXE « Petits calculs »

Si 5 millions de foyers (sur plus de 23 millions) profitent de ce nouveau tarif en installant seulement 20 m2 de panneaux PV sur leur toit, soit 3 kW (12 panneaux de 250 Watts-crête = 20 m2), combien cela va-t-il coûter à la collectivité ?

(Rappel : il est possible d’en installer trois fois plus car le tarif reste intéressant pour les particuliers jusqu’à 9 kW).

Tarif de rachat : 18,7 c€/kWh

Prime d’intégration au bâti : 3 c€/kWh

Total rachat avec prime : 21,7 c€/kWh

Comme ce tarif va s’éroder avec les années qui passe, prenons un tarif moyen de rachat de 20 c€/kWh sur 20 ans (en tenant compte de la réindexation qui agit dans l’autre sens).

Production moyenne des panneaux (en région parisienne) : 3000 kWh par an (ajouter 15% à Nice).

3000 kWh par an x 20 ans x 20 c€/kWh = 12 000 €

S’y ajoute la prime d’installation : 1200 € (et d’éventuelles aides de la région, du département ou de la ville).

Soit un coût de 13 200 € à régler par la collectivité pour chaque foyer bénéficiaire x 5 millions de bénéficiaires = 66 milliards d’EUROS au total sur 20 ans (!)
Avons-nous besoin d’une telle hémorragie financière en période de disette budgétaire ?

Encore un gigantesque gaspillage d’argent public pour produire de l’électricité uniquement de jour, et principalement en été au moment où elle est largement inutile puisque nos réacteurs nucléaires freinent déjà leur production (surcapacité) tout en coûtant le même prix à exploiter qu’il y ait une production d’électricité solaire ou non.

En cas de succès de ce nouveau tarif de rachat pour l’autoconsommation, tripler et même quadrupler le prix de l’électricité pour tous les consommateurs est-il vraiment un objectif à atteindre ? Cela alors que 12 millions de Français (un sur cinq) sont déjà en situation de précarité énergétique

Les seuls qui y gagneront sont les grands industriels fabricants de panneaux solaires chinois et américains (essentiellement).
Il est donc à espérer pour nos concitoyens que ce dispositif ne séduira pas des millions de Français, comme l’espère Madame Royal.

 

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • c’est bien joli ces petits calculs de coin de table, il y a quand même 2 ou 3 points qui ne font pas sérieux.
    1) 5 millions de foyers à 3 kw, cela fait 15 GW. Avec des tarifs beaucoup plus avantageux les années passées, on est très loin d’avoir atteint des puissances installées chez les particuliers s’approchant de cela.
    2) 0,20€ le KW est très proche du prix d’achat actuel pour les particuliers (et sera bientôt inférieur). Les particuliers ne vont pas se précipiter sur ce tarif alors qu’ils auront plus interet à consommer eux même leur production.

    M Gay, comme a son habitude fait encore beaucoup de bruit pour pas grand choses

    • @fred

      Il semblerait que l’intérêt manifeste pour les énergies renouvelables réside dans le fait qu’elles permettent de justifier l’utilisation des énergies polluantes ( fuel, charbon, lignite ) , et plus elles produiront ( donc plus on en installera ) et plus l’on sera autoriser à polluer car nécessairement il faudra compenser d’autant pour produire l’électricité en l’absence de vent et soleil !
      Le chien qui se mord la queue !

      • cette analyse que l’on rencontre souvent à le gros défaut d’être simpliste et de ne pas résister aux faits
        il suffit de voir l’évolution inverse , en France, de la production d’électricité renouvelable et de la production d’électricité d’origine fossile.
        Je vous laisse vérifier par vous même sur les rapports RTE

  • Qu’elle usine à gaz!
    En résumé accessible à un non mathématicien ,ça rapporte combien et à qui ?
    Au pif , à la banque , peu de chose par rapport aux autres cadeaux dont elles bénéficient

  • Ce système me parait bien opaque.
    Je serai étonné que les consommateurs s’y précipitassent considérant le manque de lisibilité.
    A se demander si cette usine à gaz n’a pas été conçue justement pour désinciter les consommateurs à s’équiper en PV, tout en s’affichant écologiquement correct.

    • @ nevez

      Pourquoi votre étonnement?

      Avez-vous imaginé qu’une usine à gaz servait à autre chose qu’à multiplier les fonctionnaires nécessaires qu’on ne peut d’ailleurs pas supprimer dans la suite?

      L’administration française fait bien partie intégrante du pouvoir français, forte du fait qu’elle survit après chaque élection! Seul problème, elle n’est pas élue démocratiquement puisque nommée à vie!

      Les ministres changent, l’administration demeure en place!

  • Cette bonne femme n’aura fait que des c….es toute sa vie! Dire qu’elle essaye de se recaser maintenant à l’ONU.

    • @ Virgile
      Ben oui! C’est (en termes P.S.) une travailleuse (paraît-il), énarque et sans emploi, en tout cas selon les compétences qu’elle s’attribue!

      Elle est le symbole de la compétence limitée de la France actuelle. Son ex-Jules ne valait pas plus: niveau gravissime!

      E.Macron ne peut pas être ou faire pire!

      • Il émane des mêmes écoles, et vu ses résultats en tant que conseiller et ministre de FH ont peut en douter!
        1,1% de croissance en 2016 et 1 million de chômeurs supplémentaires!

  • Question naïve ; et si tout simplement on décidait de ne pas obliger les personnes privées à vendre l’électricité produite à EDF ?
    On pourrait n’exiger que le respect de normes de sécurité et ne rendre qu’optionnel la vente à EDF.
    On favoriserait alors des installations avec stockage de l’électricité.

    • Réinjecter l’électricité est bien plus efficace que le stockage local….si cette réinjection n’est pas obligatoire pour ERDF et que celui ci a le controle total….le stockage local ne peut pas être individuel mais doit être collectivif..il existe déjà inutile d’en installer chez les particuliers….bien entendu la rentabilité ne sera pas en amont, chez le particulier mais en aval chez ERDF ,les couillons , comptez vous ?

      • Vous oubliez la liste des taxes, qui commence à rivaliser avec la liste des prélèvements sur les salaires… Ce qui fait qu’il vaut mieux consommer ce que l’on produit ❗

        • @ MichelC
          Sans compter le plaisir de l’autonomie et de l’autarcie, indépendamment de l’état, tant que c’est autorisé et non taxé!

          Sans être dupe d’un marché vous dirigeant plus vers un véhicule électrique, encore bien subsidié.

          • qui parle d’autonomie ou d’autarcie, on croirai entendre les défenseurs du minitel face à internet
            Un système non centralisé n’exclu pas les échanges

        • Bah , sont trop intelligents pour toi,une installation individuelle est toujours moins rentable que du collectif ce qui implique que tu dépenseras d’avantage ,on te vend très cher un petit espace de liberté…..

          • recuperer l’eau de pluie chez moi est plus rentable que de faire appel à une instalation collective.
            Pour l’instant, du point de vue du particulier, une part de photovoltaique en autoconsommation (sans la moindre subvention) est financièrement rentable.

          • Attendez que le prix des batteries baisse, c’est plus critique …
            En habitat isolé, cela vaut la peine ❗

    • les décrets concernant l’autoconsommation sont sortis il y a déjà quelques mois

    • Ce que vous proposait est interdit en France, un promoteur qui voulait stocker l’électricité solaire pour l’offrir aux entreprises qui louaient ses bureaux à était interdit de le faire récemment par la justice (valsophia). EDF a un monopole des qu’il s’agit de déplacer de l’électricité même sur un réseau privé.

  • On lit parfois des trucs droles
    « C’est à peu près le rendement des meilleurs panneaux bien orientés plein sud. Il ne sera donc plus possible de tricher comme certains malins en Espagne qui revendaient de l’électricité prétendument solaire en éclairant les panneaux solaires la nuit avec des LEDS »
    les meilleurs panneaux actuels ont des rendements qui approchent 30 %
    les meilleures leds actuelles ont des rendement qui sont aussi de l’ordre de 30%
    la conversion électricité —> lumière —-> éléctricité se fait alors au mieux avec un rendement de 9%
    il faudrait donc acheter le kwh a un prix ridiculement bas pour esperer faire un bénéfice (je ne parle même pas d’amortissement .
    Cette petite anecdocte contée par M Gay ne peut signifier que deux choses
    a) soit M Gay est totalement ignorant
    b) soit M Gay est de mauvaise foi

    l’un n’excluant pas l’autre

    • J’ai plutôt lu à l’époque que des petits malins avaient fait tourner des générateurs la nuit pour les passer en EnR, mieux valorisé que l’électricité « classique », sans doute plus efficace que des LED. Mais générer de l’électricité issu des PV la nuit, ça éveille quelques soupçons.

      • Il y a en effet e nombreuses façons de truander plus simple et plus efficace que le mythe colporté par M Gay

        • Il suffit de débrancher un câble, et d’injecter le courant sous la bonne forme, dans les limites de l’appareillage.

          • @ MichelC et@ Qui veut

            Il suffit d’aller faire un tour en Afrique pour apprendre comment ne pas payer du tout son électricité!

            Quant à M.Gay, je trouve son obsession monomaniaque soit inquiétante, soit liée à des intérêts majeurs promis à un avenir compromis!

            • Vous n’avez pas le droit sur ce site de jeter le doute et l’ opprobre sur les auteurs d’articles! On n’est pas sur Libé!

              • La promotion a tout prix du nucléaire est le fond de commerce de Mr Gay, il s’essaie à quelques publications onéreuses sur le sujet et renvoie fréquemment dans ses articles ou ses rares interventions à des explications plus complètes mais payantes(ses propres ouvrages)
                Les articles de M Gay sont à la limite du publireportage

  • Vous oubliez un truc primordial dans vos calculs je suis pas sur ordi et en déplacement je ne fais donc pas le calcul simplement vous avez oublié la recette des ventes de cette energie produite ce qui baisse considerablement la note des 66 Mds d’euros !

    • On peut même penser que ces soi disant dépenses, représentent sur 20 ans un bénéfice non négligeable.
      le prix de vente par edf de 0.2€ le kwh sera vite dépassé et dès qu’il sera dépassé ce sera tout benef pour edf

      • Pas sur : les prix des batteries pourraient baisser sensibleblement. Déjà des progrès annoncés sur les traitements de surfaces des plaques des batteries. EDF l’aurait alors bien profond 🙁

        • je crois que l’analyse doit être un peu plus complexe que cela.
          EDF à besoin de moyens de production et ne semble pas pouvoir maintenir ses moyens de production actuels à court ou moyen terme. (par exemple Fessenheim 2 vient de se reprendre 3 mois d’arret suplémentaires et redemarrera peut être début novembre)
          Les maintenances sont de plus en plus longues sur le parc nucléaire (et on a pas encore commencé le grand carènage)
          Le solaire est de ce point de vue une bonne solution pour EDF, ce sont les particuliers qui font l’investissement dans de nouveaux moyens de production et ce sont encore les particuliers qui remboursent cet investissement via la CSPE.
          Ces investissements permettent d’arrêter plus de centrales nucléaires plus longtemps l’été pour la maintenance.
          Malheureusement pour EDF, la maintenance ne semble pas se passer aussi bien que prévu.

          • @ fred

            Oui, les centrales nucléaires sont manifestement moins tolérées, surtout à vos frontières, par vos voisins, et depuis Fukushima, vieillies avec des arrêts plus fréquents et longs pour mise au point sécuritaire mieux connue (et donc pas du tout généreuses quand EDF en a besoin, sur un claquement de doigt comme le dit M.Gay).

            Et manifestement, les fins de vie des centrales auront des coûts encore insoupçonnés et pas encore vraiment pris en compte ni assez provisionnées!

            Je ne suis pas opposé au nucléaire par principe mais je ne partage pas du tout l’enthousiasme monovalent aveugle de M.Gay.

        • @ MichelC

          Oh que non!

          EDF est moins partisan du seul nucléaire que M.Gay et investit depuis un bon moment dans le renouvelable comme Total, d’ailleurs!

  • Sur le système des aides au photovoltaïque, je conteste vigoureusement l’allégation tenue par les auteurs « des milliards d’euros sont actuellement déjà jetés par la fenêtre ».

    Faux, ils sont jetés par les toits.

  • Cette bonne femme aura été nuisible et incompétente jusqu’à la dernière minute!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Gouverner, c’est prévoir, c’est choisir, c’est exécuter ».

Cet adage de sagesse n’est malheureusement que partiellement exécuté, la prévision sur le moyen et le long terme étant le parent pauvre de tous les gouvernements. Ainsi en est-il de la politique énergétique, notamment en Allemagne et en France.

Sous la pression des écologistes, l'Allemagne s’est privée de son énergie électrique nucléaire pour se retrouver en pénurie par l’arrêt de fourniture du gaz russe alimentant ses centrales électriques. Toujours sous la pression é... Poursuivre la lecture

Sandrine Rousseau
7
Sauvegarder cet article

Depuis quelques jours, les propos de Sandrine Rousseau qui associe barbecue, steak et virilité affolent les réseaux sociaux.

🔴 Barbecue : un "symbole de virilité", vraiment ?

🗣️ @sandrousseau : "J'en ai marre. Il va falloir travailler sur la symbolique de la viande dans la société. Qu'est-on prêts à faire pour prendre la mesure du dérèglement climatique ?"

📺 #UnOeilSurLeMonde | @ruthelkrief pic.twitter.com/qSf5UyBaCD

— LCI (@LCI) August 29, 2022

Que ce soit pour condamner, se moq... Poursuivre la lecture

Depuis juin dernier, les Pays-Bas sont le théâtre de blocages et manifestations. Agriculteurs et éleveurs s’opposent à un plan de réduction drastique des rejets d'azote, annoncé par le gouvernement. Pour atteindre l’objectif ambitieux de réduction des émissions - 70 % d’ici 2030 -, ce dernier prévoit de réduire l’utilisation des pesticides, ainsi que le nombre de têtes de bétail.

En effet, l’élevage contribue aux émissions d’azote par le biais de l’engrais, des effluents d’élevage ou encore des déjections animales. Selon le gouvernemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles