L’élection présidentielle 2017 sera imprévisible jusqu’au bout !

Les élections présidentielles approchent et dans la continuité de 2016, la politique française est marquée par une grande instabilité.

Par la rédaction de Contrepoints

Imprévisible élection présidentielle !
By: Peaches&CreamCC BY 2.0

L’Observatoire de la Politique Nationale BVA pour Orange et La Tribune de février 20171 nous renseigne sur la cote d’influence et la popularité des principaux acteurs de la campagne présidentielle.

Le couple exécutif peu populaire jusqu’au bout

François Hollande avait bénéficié d’un léger mieux dans sa popularité lorsqu’il a refusé de briguer un second mandat. Ce sursaut semble terminé et le Président ne dispose que de 22% de bonnes opinions.

Evolution de la popularité de François Hollande.
Evolution de la popularité de François Hollande.

S’il devait prendre l’envie à François Hollande de faire un retour dans la campagne des présidentielles devant les divisions de la gauche, la tâche serait ardue. S’il devait se prononcer pour soutenir l’un des candidats, le cadeau serait probablement empoisonné.

Bernard Cazeneuve, le Premier ministre par intérim, bénéficie de 45% de bonnes opinions. Ce chiffre était de 51% le mois précédent. Le relatif succès de curiosité du « nouvel-ancien » gouvernement semble se tasser… 75% des Français pensent que la politique du gouvernement n’est pas juste et 86% qu’elle n’est pas efficace.

Les affaires et la primaire bousculent les présidentielles

Lorsqu’on demande aux Français, pour chaque personnalité politique, s’ils souhaitent qu’elle ait plus d’influence dans la vie politique, on voit nettement l’effet du résultat de la primaire de la gauche et des affaires Fillon. Ainsi, Alain Juppé gagne 7 points, en seconde place, juste derrière Emmanuel Macron qui perd 4 points. Benoit Hamon gagne 3 points, en cinquième place et surtout, François Fillon perd 7 points et se retrouve en onzième position.

Influence des personnalités politiques avant les présidentielles.
Influence des personnalités politiques (cliquez pour agrandir)

Cliquez pour agrandir.

La tendance de la gauche à rejeter l’aile la plus centriste de son parti se ressent à l’examen des réponses limitées aux sympathisants de gauche. Jean Luc Mélenchon arrive en tête, suivi de Benoit Hamon (+11 points) et Christiane Taubira. Manuel Valls n’apparaît pas dans le top 15 et Emmanuel Macron perd 7 points.

Chez les sympathisants de la droite et du centre, François Fillon reste en tête. Les côtes d’Alain Juppé et de Nathalie Kosciusko-Morizet montent de 8 points alors qu’Emmanuel Macron perd 18 points. Ce dernier, qui perd 4 points chez l’ensemble des Français, semble souffrir du syndrome du centrisme : ni vraiment accepté à gauche, ni vraiment rejeté à droite.

Si François Fillon reste populaire à droite, en vue des présidentielles, l’avis des Français sur sa conférence de presse concernant les affaires dont on parle tant est intéressant. On constate que deux tiers des Français ne l’ont pas trouvé convaincant. En revanche, chez les sympathisants des Républicains, 82% ont été convaincus et 67% pour les sympathisants de la droite.

Présidentielles : avis de gros temps

L’année 2016 aura été imprévisible sur le plan politique. Élection de Donald Trump, Brexit, renoncement de Hollande, investiture de Fillon… Ces élections présidentielles sont elles-mêmes peu communes :

  • La quasi totalité de la classe politique est convaincue que Marine Le Pen sera au second tour. Les places sont donc chères… probablement autour de 20%.
  • la gauche arrive avec deux représentants pour un courant (Hamon et Mélenchon) alors qu’Emmanuel Macron est susceptible d’engranger des voix au centre.
  • La droite croyait avoir trouvé un candidat honnête et droit dont le programme suscitait une bonne adhésion mais le voilà englué à son tour dans des affaires dont on ne connaîtra probablement pas l’issue avant le premier tour.

Que va réserver la suite ? Quelles nouvelles surprises viendront encore empêcher la situation de se stabiliser ?

  1. Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 6 (après 17h) au 7 février 2017. Échantillon de 1039 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les évolutions signalées dans ce rapport correspondent à des évolutions depuis janvier 2017, date de la vague précédente. Exemple de lecture : dans le cas d’un échantillon de 1 000 personnes, pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%, la marge d’erreur est égale à 2,5. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 17,5% et 22,5%.