La déroute de Juppé ? Ce sont les méchants réseaux sociaux !

Comme je le disais hier, tout ne se déroule vraiment pas comme prévu pour François Hollande. En revanche, du côté des médias, la musique est posée, les paroles déjà écrites et l’orchestre joue donc fortissimo la partition qu’il s’est imposée.

Fillon grand vainqueur du premier tour de la primaire, il semble que seuls les réseaux sociaux et Contrepoints l’avaient envisagé sérieusement. En revanche, pour les autres, à savoir les politiciens et les médias, c’est la consternation.

Juppé, chancelant, en seconde position, semble groggy devant un tel écart. Sarkozy, littéralement blasté par le souffle de l’explosion, s’est éparpillé en rase campagne la soirée à peine entamée en décidant de lâcher la politique (une fois encore), tout en appelant ses électeurs à reporter leurs voix sur Fillon au prochain tour. Saluons au passage le geste « élégant » de Copé qui a lui appelé son électeur à effectuer le report sur Juppé. Bref, toute la classe jacassante est étonnée, voire un peu scandalisée que les choses ne se déroulent pas comme elle l’avait planifié.

L’aspect répétitif de ce type spécifique d’erreur laisse perplexe. Le rythme des déconvenues des faiseurs d’opinion s’accélère, mais, coincés dans leurs habitudes, ils refusent toujours autant de prendre le nécessaire recul et de s’interroger sur les raisons profondes de leurs errements. Les chroniqueurs / journalistes / experts / troubadours ne semblent pas s’apercevoir qu’ils tournent en roue libre et malgré les récents exemples de leurs plantages, refont les mêmes erreurs, au même moment, de la même façon.

liberation-une-fillon-sarkozyAinsi, il n’aura pas même fallu le temps d’une nuit pour que, d’une façon si extraordinairement prévisible, toute la presse commence à débiter de l’article assassin sur l’actuel gagnant. Libération, torchon sur-subventionné dont le lectorat est à peine plus important que les électeurs de Jean-Frédéric Poisson, se fend d’une Une tout ce qu’il y a de plus subtile, et qui, si la feuille de chou n’était pas officiellement du Camp du Bien, aurait fait hurler un peu tout le monde. Cette Une est évidemment accompagnée d’un article revenant sur le sombre vainqueur, pas du tout biaisé et ne faisant absolument pas passer pour des abrutis congénitaux ceux qui viendraient – idée saugrenue – à soutenir Fillon.

Pour certaines radios, il sera plus simple d’inviter sur son plateau l’une ou l’autre vibrante starlette, un people bien remonté ou une micro-célébrité cultureuse et de la laisser débiter ses pensées, en vrac, sur l’abominable stupeur qui l’a touchée lorsque les scores du premier tour de la primaire furent à peu près connus. Sur RMC, cela donne une bourdinerie grandiose, par exemple :

jean-michel-ribes-fillon

Ah, pour sûr, si Fillon était seulement le dixième de ce que prétend ce metteur en scène dont la subvention pourrait alors être remise en question, on comprendrait son désarroi et, dans la foulée, on en profiterait pour souhaiter ardemment l’arrivée du candidat de la droite à la présidence. Évidemment, un regard lucide sur son passé, son programme, l’électorat français et les habitudes du pays permettent de clairement repositionner les curseurs de l’hygiène mentale, et d’en conclure que Fillon ne sera pas, même de loin, un Thatcher français et que Jean-Michel Ribes pourra plus que probablement nous agonir de ses productions encore un pénible moment.

Et lorsqu’on n’a pas de starlette ou d’intermittent de la lutte finale disponible pour son plateau, on peut toujours faire appel… aux « meilleurs d’entre nous » qui se feront un plaisir d’intervenir. Tenez, prenez le malheureux second de cette primaire : en deux ou trois questions bien posées, Juppé sera le parfait candidat pour débiner Fillon à gros traits.

Au passage, on pourra douter grandement de la stratégie de Juppé qui continue de croire que sa survie est dans un rapprochement toujours plus important vers sa gauche, alors qu’elle risque bien de l’abandonner à son triste sort. Dans cette stratégie qui ressemble de plus en plus à une boulette machiavélique, Juppé oublie manifestement qu’en essayant de faire passer Fillon pour un gros droitard sans foi ni loi, prêt à débiter les acquis sociaux en petites tranches fines, il se positionne a contrario comme un bon gros social-démocrate bien mou et en tout point similaire à Hollande, que 96% des Français détestent maintenant avec application (selon les derniers sondages).

Il n’est pas impossible que sa stratégie cause à Juppé quelques soucis.

Mais à côté des manœuvres grossières de toute la clique jacassante, Juppé passe à la limite pour un gentleman faisant ce qu’on fait de bonne guerre en campagne électorale. Le pompon est en effet atteint par d’autres médias qui, à la subtilité légendaire de Libération, préfèrent répondre avec du gros mortier de 120 mm en laissant généreusement les théories conspirationnistes s’épancher dans leurs colonnes.

Pignouferies de presse

Pour ces épaves, pas de doute, si Juppé a merdouillé grave, c’est parce qu’il avait contre lui toute la fachosphère !

Aaaaah, les réseaux sociaux, qu’ils sont donc méchants et fourbes ! À tel point, M’ame Ginette, qu’ils ont à eux seuls fait chuter le gentil candidat de tous, le brave pépé Juppé. La presse avait pourtant bien fait son travail, en expliquant soigneusement à tous que Juppé était bien le candidat de l’ouverture d’esprit, du renouveau, qu’il allait permettre à la droite, enfin, de renouer avec le peuple, et tout ça.

Et là, patatras, voilà que les réseaux sociaux du Camp du Mal ont colporté des rumeurs (ceux du Camp du Bien ne font jamais ça), ont expliqué leur point de vue avec des mots très crus (ceux du Camp du Bien sont toujours cuits, marinés longuement avec des épices et des aromates délicatement parfumés) et ont fusillé la crédibilité de Juppé. C’est vraiment trop injuste !

gifa dr house disappointed déçu tristounet

Eh oui, vous l’avez compris : ceux qui ont émis des opinions négatives sur Juppé sont des fachos, des abrutis, des idiots, des colporteurs de rumeurs à la petite semaine. S’ils ne sont pas d’accord avec les positionnements du Candidat Officiel des Médias, c’est qu’ils ont un agenda caché ou s’il est visible, il est alors trempé dans la plus pure méchanceté.

Autrement dit, on nous rejoue ici, avec le même entrain, exactement les mêmes musiques que celles qui furent jouées pendant les élections américaines, pendant qu’il s’agissait de présenter le candidat Trump comme un parfait abruti, ou le camp du Brexit comme celui d’insondables imbéciles dont les électeurs ne pouvaient être que d’immondes crétins, des fascistes, des racistes, des xénophobes ou d’autres engeances insupportables.

Cette stratégie particulièrement fine des médias a remarquablement bien fonctionné en Angleterre, tout aussi bien aux États-Unis, et promet d’excellents résultats en France. Nos chroniqueurs / journalistes / experts / troubadours répètent les mêmes comportements, sans comprendre qu’ils obtiendront les mêmes résultats.

Forcément, ça va bien se passer.

forcément ça va bien se passer - vague
—-
Sur le web