Non, le « bio » n’est pas moins cher au supermarché !

Supermarché By: francois schnell - CC BY 2.0

Contrairement à ce que laisse penser une enquête du Parisien, les produits « bio » les moins chers ne se trouvent pas forcément au supermarché.

Par Wackes Seppi.

bio
Supermarché By: francois schnellCC BY 2.0

Dans un précédent billet, « Agriculture biologique, enfumages politiques et mensonges médiatiques », nous avions évoqué un article au titre explicite du Parisien, « Consommer bio et pas cher, c’est possible ».

Les chiffres du Parisien laissent sceptique

La preuve par un panier composé de quatre yaourts nature (500g), un steak de 125g, un litre de lait demi-écrémé et six œufs. Le panier « bio » sort à 7,08€ tandis que le panier « produits de grande marque » grimpe à 7,21€. Preuve est faite… si on oublie que le panier « produits de marque distributeur » affiche un modeste 5,49€, et que le client, formaté à l’idéologie, de l’enseigne spécialisée dans le « bio » se fait dévaliser de 9,42€.

Ce bel article nous a laissé sceptique et nous avons flâné dans un petit supermarché – de province comme dit Le Parisien, mais d’une « province » qui subit une pression élevée sur les prix – et une enseigne bio.

Résultat des courses :
ws

Le bio du supermarché est plus cher

Nous n’avons nullement la prétention d’avoir fait œuvre scientifique. Quelqu’un d’autre aurait vraisemblablement relevé d’autres prix. Par exemple des œufs non pas en vrac, mais déjà en boîte (cela aurait donné, d’un producteur local bien connu dans la région, 1,16€ les 6 œufs « élevés en cage », 1,85€ pour le plein air et 2,88 pour le bio dans le supermarché ; et 1,95€ pour le magasin spécialisé, mais pour des œufs moyens, et non gros. Notre steak de supermarché, emballé dans son laboratoire, était de la limousine.

Ce qui ressort de notre petit exercice, c’est que nos totaux sont plutôt cohérents, sauf… pour le bio en supermarché.

Il est aussi intéressant de noter que le gourmet « bio » carnivore ou flexitarien n’aura guère de choix au niveau des viandes : dans le cas du bœuf, des tranches nobles style steak, entrecôte, pavé, etc. et du steak haché. Pour la daube et d’autres plats mijotés… Faut-il conclure que les morceaux moins nobles atterrissent dans les armoires dédiées au conventionnel ?

Les prix affolants des légumes « bio » au supermarché

Nous avons aussi arpenté les rayons des fruits et légumes. Mon supermarché a sensiblement réduit son offre bio, après s’être lancé en grand. Le choix est d’une pauvreté affligeante. Voici quelques prix.

ws2
Cela se passe de commentaire. Sauf que, globalement, les fruits et légumes sont plutôt moches dans le supermarché ; le distributeur spécialisé a en revanche des légumes de bonne qualité visuelle.

Sur le web