Grèves, blocages : risque d’explosion sociale ?

En cette période de grèves et de blocages, un sondage IFOP indique que de plus en plus de Français s’inquiètent du risque de troubles sociaux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grèves, blocages : risque d’explosion sociale ?

Publié le 26 mai 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

tick tock tom credits tom simpson (CC BY-NC-ND 2.0)Un sondage IFOP pour Atlantico de mai 20161 s’intéresse à la perception du risque d’explosion sociale par les Français en ces temps marqués par les grèves et les blocages.

Face aux grèves, l’inquiétude des Français

En mai 2016, les Français sont 72% à estimer qu’il existe un risque que la France connaisse une explosion sociale. Cette proportion évolue assez peu sur les dates pour lesquelles elle était connue depuis 1998. Pour autant, depuis 2013, elle semble osciller autour de 70% alors qu’elle était plus proche des 65% auparavant.

Grèves risque d'explosion sociale

Les extrêmes, de droite comme de gauche, sont les plus enclins à penser que le risque d’explosion sociale est fort, alors que ce sont les sympathisants du Parti Socialiste qui en doutent le plus. Ces différences sont portées par la proportion de sondés qui pensent que la France connaîtra « certainement » une explosion sociale ces prochains mois. La proportion de Français qui pensent que la France connaîtra « probablement » une explosion sociale ces prochains mois étant elle assez indépendante du bord politique.

Grèves risque d'explosion sociale

Une menace perpétuelle

Évidemment, le contexte de grèves et de blocages de ces dernières semaines se prête à la spéculation sur un risque d’explosion sociale. Les résultats du sondage font apparaître un inquiétude dans la fourchette haute des enquêtes menées ces dernières années. On pourrait interpréter la répartition par bord politique comme un souhait, plus que comme une inquiétude, les extrêmes étant souvent plus enclins à recourir à l’agitation pour faire avancer leurs idées.

Quoi qu’il en soit, ce qui frappe le plus, c’est que les Français sont perpétuellement majoritaires à penser qu’il y a un fort risque d’explosion sociale. Les émeutes de 2005, du Trocadéro ou encore la succession de grèves, plus ou moins importantes, ces 20 dernières années tendent à leur donner raison. La situation de la France aussi. Le pays est profondément malade d’une économie atone. Le pays est profondément malade d’un dialogue social absent, à l’image de syndicats qui ne représentent qu’eux-mêmes. Le pays est profondément malade d’une liberté économique largement insuffisante. Le pays est profondément malade d’une classe politique qui a perdu le sens de l’intérêt général.

Dès lors, l’inquiétude des Français est parfaitement rationnelle. Lorsque l’on voit les idées et les personnages emblématiques des mouvements sociaux, qui vont à l’encontre de réformes pourtant insuffisantes, on ne peut que partager cette inquiétude.

  1.  L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 19 au 20 mai 2016.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Entre les « ça va mieux », les optimismes de façade de nos gouvernants et le ressentiment doublé de pessimisme de la France réelle, il y a un fossé qui ne cesse de s’approfondir.
    Le sentiment de ras-le-bol a tendance à s’amplifier surtout parmi les jeunes générations gagnées par un sentiment de frustration.

  • Jusqu’ au boutisme de la CGT: quelle proportion de sympathisants ou militants FN dans les organisateurs de terrain?
    Valls a dit vouloir détruire le FN, si on cherche un mobile…

  • Faire la grève pour revendiquer? D’accord surtout si c’est justifié Mais arrêtez de gêner les citoyens qui n’y sont pour rien. Envahissez l’Elysée, l’Assemblée Nationale, cette réserve d’incapables de faire les lois compréhensibles pour le citoyen lambda, le siège des Socialistes : Solferino mais ne pénalisez pas ceux qui ne vous ont rien fait. Et rassurez vous lorsque vous vous en prendrez à l’Assemblée Nationale les députés qui l’occupent sont tellement peureux et couards qu’ils ont prévus des tunnels pour fuir. Alors allez y qu’on rigole un peu!!!!!

    • ça, c’est une bonne idée : les lois doivent être respectées par tous, il est donc logique que les lois soient compréhensibles par tous, surtout les majeurs.
      il faudrait que chaque loi passe au crible d’une lecture par des jeunes lycéens de 18 ans, au lycée, qui vont bientôt passer leur bac (bac général ou bac pro). lecture et questions de texte : qu’ont ils compris de cette loi. si les futurs citoyens ne comprennent pas la loi, celle ci est déclarée trop complexe, non adoptée et doit être simplifiée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Sri Lanka
4
Sauvegarder cet article

Au Sri Lanka, rien ne va plus.

Ce petit pays de 22 millions d’habitants n’était pourtant pas mal parti : le revenu par habitant y était traditionnellement, et il le reste encore, bien plus élevé qu’en Inde. Il est aujourd’hui au bord du gouffre. Le pays n’a plus de riz, plus d’essence, plus de crédit, plus de touristes, presque plus de thé. Des émeutiers affamés ont envahi le palais du président, qui s’est enfui. Le Premier ministre (son frère) a aussi annoncé sa démission. Les causes de cette dégringolade tragique sont nombreuses, mai... Poursuivre la lecture

Comme souvent, une poignée de mécontents se permet de bloquer tout un secteur. Le 9 juin, les personnels au sol de Paris Aéroport étaient en grève pour protester contre leurs conditions de salaire.

 

Le droit de grève dans la Constitution

Depuis le 27 octobre 1946, le droit de grève est pleinement reconnu à l'alinéa 7 du préambule de la Constitution :

Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

Il est tout de même interdit à certaines professions : surveillants de prison, CRS, magis... Poursuivre la lecture

On entend régulièrement dans les conversations de café du commerce que les tendances importées d’Amérique sont des calembredaines. Si certaines, telles que le mouvement woke et le port de pulls moches à Noël nous apparaissent légitimement ridicules, le Convoi de la Liberté lancé au Canada mi-janvier par plusieurs milliers de camionneurs n’est pas sans faire des émules de ce côté de l’Atlantique.

Ce mouvement très proche de celui des Gilets jaunes est né de l’instauration d’une obligation vaccinale pour rentrer par voie routière sur le ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles