De bons partis politiques sans bons économistes ?

Connaissez-vous les programmes économiques des principales formations politiques françaises ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De bons partis politiques sans bons économistes ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 avril 2015
- A +

Par Bernard Zimmern.

geek credits Ben K Adams (CC BY-NC-ND 2.0)
geek credits Ben K Adams (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Les grands partis politiques sont en train de s’étriller en prévision des prochaines élections régionales et surtout en vue de la présidentielle de 2017, en nous parlant de rassemblement, de menace créée par le succès de l’autre parti ; les campagnes politiques sont devenues des jeux d’ombres où chacun cherche à cacher l’autre mais où l’on chercherait vainement l’esquisse d’un programme économique capable d’amener notre redressement.

Ne parlons pas du parti au pouvoir ; il est certes encourageant de voir des jeunes socialistes essayer de se sortir des vieilles chimères et de tenter en France un socialisme renouvelé à la Tony Blair. Tout en se demandant si c’est possible lorsqu’on voit un Tony Blair, millionnaire, revenir au secours du leader du Labour, Ed Miliband, dont la campagne pourtant ressort toutes les vieilles lunes socialistes. À voir les résistances ayant accompagné le projet, pourtant plus que mesuré, qui a agité les sphères politiques il y a quelques semaines en France, et ont forcé le gouvernement à passer d’un texte d’une centaine d’articles à plus de 200 pour tenter d’accommoder ses opposants internes (y compris un amendement permettant aux départements d’outre-mer de modeler leurs jours de congés pour s’adapter aux mœurs – et religions ? – locales), on peut se demander si le chômage a des chances de régresser malgré une embellie internationale annoncée.

Mais le plus grave n’est pas que le parti socialiste au pouvoir n’ait pas fait les politiques qu’auraient dû mener ses adversaires, c’est que ses adversaires ne savent toujours pas quelles politiques économiques ils devront mener s’ils reviennent au pouvoir. Et, dans une certaine mesure, on peut les excuser, car pour qu’un parti propose de bonnes politiques, encore faut-il que les économistes qui le conseillent aient eux-mêmes les bonnes idées.

Or, l’expérience de 2007 n’a pas été très concluante sur ce point. Se rappelle-t-on que les remèdes proposés à l’époque étaient la fusion des régimes d’embauche, CDD et CDI en un seul (nous n’avons jamais su pourquoi), la fusion de l’ANPE avec l’ASSEDIC ; soit un organisme fonctionnant encore assez bien avec le désastre que nous dénonçons depuis 20 ans, une agence d’État, l’ANPE, qui ne sert qu’à faire tourner les chômeurs et sert d’abri aux politiciens pour cacher leur impuissance. Ou encore, un autre remède, un peu plus tard, consistant à supprimer les publicités payantes sur les chaînes de télévision publiques ? Et nous oublions certainement les plus croustillants qui ont été emportés par le vent de l’histoire.

C’est d’ailleurs un des traits de l’évolution des partis que des mesures précises soient inscrites dans les programmes. La force des leaders de parti sous la troisième et la quatrième république n’était pas leur capacité à proposer les bonnes mesures mais à formuler les bons rêves, à nous présenter leurs programmes, non par les moyens à mettre en œuvre mais par les résultats : plus d’égalité, plus de justice, augmenter le pouvoir d’achat, avoir une défense forte, etc.

L’art d’un leader politique est, par son discours, de parvenir à nous faire croire que ce qui est en fait des vœux pieux, les anglophones disent un « wishfull thinking », est l’action qu’il va mener.

Pour le retour au plein emploi, nous en sommes à peu près au même point, non seulement de la part de la gauche qui n’a jamais su y parvenir, car son rôle à elle n’est pas de créer de la richesse mais de la distribuer, mais aussi de la part de la droite qui n’a jamais su non plus comment créer de vrais emplois et pas seulement des fictions, et qui depuis 2002 n’a jamais su que copier la gauche en créant des petits boulots. Rappelons la SARL à 1 euro de Renaud Dutreil, l’aide à la personne de Jean-Louis Borloo dont les rapports de la Cour des comptes montrent que les emplois créés se chiffrent seulement en quelques dizaines de milliers et ont coûté extrêmement cher, etc.

Pourtant, n’importe quel économiste pourrait se demander pourquoi toute la chaîne des entreprises françaises est atteinte de nanisme, pourquoi malgré les milliards qu’a dépensé l’État à travers la Caisse des Dépôts ou Oséo, maintenant la BPI, nos entreprises françaises restent naines. Non seulement la création d’entreprises et d’emplois nouveaux sombre à des niveaux traduisant l’absence de toute politique ou même la haine de toute création (26.000 entreprises employeuses et 100.000 emplois créés en France, contre 200.000 et 500.000 au Royaume-Uni), mais les PME ne parviennent pas à grossir, les Entreprises de Taille Intermédiaire en nombre et en volume en sont restées depuis 20 ans à peu près au même niveau, c’est-à-dire à moins de la moitié de l’Allemagne. Et ce malgré la loi de François Fillon reconnaissant le titre officiel d’ETI. Malgré, encore une fois, les campagnes menées et les milliards d’argent public dépensés par l’État pour lutter contre ce nanisme.

La réponse sera certainement que l’État n’a pas fait assez, qu’il aurait fallu investir plus.

La réponse sera certainement qu’il faudrait plus d’aides et d’interventions.

Errare humanum est, perseverare diabolicum : l’erreur est humaine, mais persister dans l’erreur par arrogance, c’est diabolique.

Il intéresse certainement nos hommes ou femmes politiques de gagner les élections, mais il intéresserait encore plus leurs électeurs qu’ils sachent s’entourer d’économistes capables de leur indiquer les voies qui permettent de créer des entreprises championnes de croissance, pas seulement des zombies.

Nombre d’entreprises par taille en Allemagne et au Royaume-Uni par rapport à la France en 2009 (France = 100% pour chaque catégorie)

Nombre d'entreprises par taille en Allemagne et au Royaume-Uni par rapport à la France en 2009 (France = 100% pour chaque catégorie)


Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Persévérer dans l’erreur est diabolique, les latins ne justifiaient même pas cette erreur par l’arogance…
    Cependant une comparaison avec l’empire romain ne serait pas dénuée de sens? L’empire occidentale descend les marches une a une, ce n’est pas une pente mais un escalier.
    Votre analyse semble s’ arreter à nos frontières: il me semble que ce ne sont pas les partis qui refusent les economistes mais plutot les economistes qui sont paumés dans l’etendu du piege qui est en train de ce refermer.

    Nous verrons dans 3 a 6 mois si la « reprise » americaine en est réellement une… parce qu’avec les politiques monetaires pratiquées du Japon a l’Europe en passant par les USA, je crains que nous ne rencontrions rellement le fond que lorsque la bulle financière va s’ efondrer et que les marchés financiers retrouveront du sens… ( a tout les niveaux, actions et obligations…).
    Bref, les niveau de dettes sont des épées de Damocles qui rendent toutes analyses economiques limitées:
    Jamais les Etats ne s’ etaient a ce point entendu pour poursuivre la fuite en avant dans la dette, jamais les Etats n’ont été aussi interdependant les uns des autres economiquement, politiquement et militairement.
    L’instrumentalisation de la peur par nos politiques nous mènent inexorablement vers une société de surveillance généralisée, de plus en plus contrôler par le politique: tous les mois de nouveaux interdits viennent s’ ajouter a nos 30 000 pages de textes de lois…
    Bref, vous avez parfaitement raison mais nous sommes si peu nombreux a vous lire…et la masse de corrections est tellement importante que je commence a pensez comme les abstentionistes: c’est peut-etre plus simple de tout foutre par terre et de reconstruire une 6ieme sur des nouveaux textes à tous les niveaux, des textes volontairement simples et concis.
    La question que j’aimerai vous posez?
    Pensez-vous serieusement qu’il sera possible de modifier suffisament les fondations de ce pays pour le remettre sur les railset dans une trajectoire ascendante sans violences civiles?

    Bien à vous

    • votre question est vaine : si le pire est au bout, qu’avons nous à perdre à essayer ?
      Mais oui c’est possible, c’est même facile. Le secteur privé fonctionne encore étonnamment bien compte tenu des charges qu’on lui impose. Le problème c’est le secteur public, qu’il est très facile de remettre d’aplomb … si on le veut.

  • Lorsqu’un parti propose de bonnes politiques dans le domaine économique, des lobbys essayent de les saboter.
    En supprimant les publicités ( payantes) sur les chaînes de télévision publiques Sarkozy avait commencé à apporter un remède à l’abêtissement général de la population par la publicité télévisée un tissu de manipulation des cerveaux pour imposer des dogmes. Les lobbys ont arrêté le processus. Ils poussent le gouvernement socialiste à opérer une régression vers la publicité débridée pour laver les cerveaux. C’est la face économique de la propagande politique pour imposer des totalitarismes.

    • heu, en termes d’abrutissement et de dogme les programmes de la TV publique sont bien pires que la pub. A la limite il serait bon de n’avoir QUE de la pub, ça éviterait les émissions sur le réchauffement anthropique, les méfaits du marché, l’ultra-libéralisme qui tue l’emploi, les riches qui se pavanent, les pauvres qui tirent le diable par la queue et c’est même pas leur faute, les méchants qui tuent des chatons (et des requins) et j’en passe et des meilleures.

  • Le vrai problème c’est que les économistes compétents (et même les moins compétents mais brillants quand même) ont autre chose à faire que d’écrire des programmes sérieux pour des politiciens qui ne les liraient de toute façon pas.

    J’veux pas dire, mais si les politiciens (ou même les médias) voulaient savoir quels programmes il faudrait mettre en place, ils n’ont qu’à lire les publications académiques, dans lesquelles les sornettes sont généralement plus limitées (il n’est qu’à voir leurs deux « chéris » Stiglitz et Krugman qui écrivent et disent n’importe quoi dans les média grand public mais ont, avant de tourner amuseurs pour politiciens de gauche, écrit des trucs pas forcément « justes » mais au moins intéressants et bien ficelés, souvent à l’opposé de ce qu’ils blablatent, d’ailleurs).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes vieux comme le monde continuent de prési... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Nous pensons souvent que le consensus est gage de certitude. On évoque le consensus des experts sur tel ou tel sujet pour avancer avec confiance dans une direction donnée. C’est oublier les leçons de l’histoire qui a régulièrement démenti, parfois brutalement, cette croyance un peu naïve. Un bon exemple est celui de la crise des missiles de Cuba. C’était il y a soixante ans, mais les mêmes mécanismes jouent encore aujourd’hui.

Le 16 octobre 1962, l’Amérique découvrait stupéfaite que les Soviétiques étaient en train d’installer secrètem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles