Le retour de la fessée

Peut-on tolérer certains actes comme les gifles ou les fessées, violences que le droit qualifie généralement de légères, mais violences tout de même ?

Par Roseline Letteron.

Putto spanking credits M Rafik (CC BY-NC-SA 2.0)
Putto spanking credits M Rafik (CC BY-NC-SA 2.0)

 

L’éducation des enfants suscite, depuis bien longtemps, des débats passionnés. Peut-on tolérer certains actes comme les gifles ou les fessées, violences que le droit qualifie généralement de légères, mais violences tout de même ? La question revient dans les médias à l’occasion de la publication d’un texte du Comité européen sur les droits sociaux, texte adopté le 12 septembre 2014 et publié le 4 mars 2015. Très clairement, il prend position contre les autorités françaises qui ont choisi de ne pas légiférer dans ce domaine.

L’existence du débat

Nul ne conteste l’existence même de ce débat qui présente un caractère international. Certains États ont voté des lois prohibant expressément ce genre de pratiques. Tel est le cas de la Suède, pays pionnier dans ce domaine, puisque le législateur est intervenu dès 1979. Trente cinq ans après, c’est-à-dire plus d’une génération plus tard, le livre du psychiatre David Eberhard dénonçant « ces enfants gâtés à qui on a laissé le pouvoir » suscite dans le pays un important débat, certains demandant l’abrogation de la loi de 1979. D’autres États comme la France ont sanctionné ces pratiques en utilisant le droit commun applicable aux mineurs. On voit alors se développer la revendication inverse, et diverses ONG demandent avec insistance l’intervention du législateur  français pour ériger la gifle ou la fessée en infraction pénale. Le caractère dissuasif de le peine est alors censé entraîner la disparition pure et simple de ces violences.

Nul ne conteste que l’autorité parentale doit pouvoir s’exercer autrement que par la violence. Il n’en demeure pas moins que le débat sur les causes et les conséquences psychologiques de ces pratiques relève d’abord des pédiatres et des pédopsychiatres. La question des instruments juridiques de nature à empêcher les violences à l’égard des enfants est d’une autre nature.

Un débat juridique biaisé

Le problème est que, pour le moment, le débat juridique est parfaitement biaisé, pour ne pas dire manipulé. Le Monde titre ainsi, dans son édition du 2 mars 2015 : « La France condamnée pour ne pas avoir interdit gifles et fessées », formule reprise par Huffington Post, et à peine modifiée dans Le Parisien. Ce dernier affirme que la France est « sanctionnée » par le Conseil de l’Europe. Les formules sont percutantes à souhait, mais elles ont l’inconvénient d’être fausses.

La France ne fait l’objet d’aucune condamnation. Le texte présenté comme tel est une « décision sur le bien-fondé« , c’est son nom officiel, prise par le Comité européen des droits sociaux (CEDS). Organe du Conseil de l’Europe, il a pour mission d’apprécier la manière dont les États appliquent la Charte sociale européenne. Il est composé de quinze experts indépendants et impartiaux élus par le Comité des ministres pour un mandat de six ans, renouvelable une fois. Il peut être saisi de « réclamations collectives » effectuées par différents groupements, associations, syndicats, ONG auxquels le Comité donne un agrément.

L’intérêt britannique pour les libertés

C’est précisément une ONG britannique, l’Association for the Protection of All Children, APPROACH, association dont l’objet principal est la lutte contre les châtiments corporels infligés aux enfants, qui a saisi le CEDS d’une « réclamation collective ». La « décision sur le bien-fondé », se borne à estimer que le droit français viole la Charte sociale européenne, sans formuler aucune condamnation. En d’autres termes, le texte a la valeur d’une expertise juridique et est totalement dépourvu de puissance normative.

On observe avec intérêt que nos amis britanniques s’intéressent beaucoup à l’état des libertés dans notre pays. Tout récemment, dans l’affaire S.A.S. c. France du 1er juillet 2014, la requérante qui se plaignait devant la Cour européenne des droits de l’homme de ne pouvoir  porter un voile intégral dans l’espace public français était défendue par un cabinet britannique. Différentes ONG anglo-saxonnes étaient d’ailleurs venues contester la conception française de la laïcité. Ces efforts avaient pourtant été déployés en vain, puisque la Cour européenne avait finalement déclaré la loi du 10 octobre 2010 conforme à la Convention européenne des droits de l’homme.

Il apparaît tout de même naturel que les Britanniques s’intéressent aux châtiments corporels dont les enfants sont victimes, car c’est précisément sur ce sujet que le Royaume-Uni fut pour la première fois condamné par la Cour européenne des droits de l’homme dans l’arrêt Tyler de 1978. La Cour qualifie alors de « violence institutionnalisée » un châtiment corporel infligé à un adolescent de quinze ans dans l’île de Man, châtiment infligé avec le concours des policiers locaux. Plus tard, dans un arrêt A. c. Royaume-Uni du 23 septembre 1998, la Cour condamne le droit britannique qui tolère encore le châtiment corporel sur des enfants à condition qu’il soit « raisonnable ».

L’article 17 al. 1 de la Charte sociale européenne

Quoi qu’il en soit, l’argument unique du Comité réside dans la violation de l’article 17 al. 1 b)  de la Charte sociale européenne ratifiée par la France en 2002. Or, cette disposition se borne à énoncer que les États parties s’engagent « à protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l’exploitation« .

Le droit français viole-t-il cette disposition ? Rien n’est moins certain. Il suffit de la lire pour comprendre qu’elle impose seulement de protéger les enfants contre la violence, y compris celle infligée par leurs proches. Les instruments juridiques de cette protection demeurent à la discrétion des États, et il n’est mentionné nulle part qu’ils sont tenus d’adopter une législation particulière interdisant les châtiments corporels.

Le droit français réprime les châtiments corporels

Le droit pénal français permet de punir les auteurs de châtiments corporels. C’est ainsi que l‘article R 222-13 al. 1 du code pénal (c. pén.) punit de trois ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende les violences légères infligées à un mineur de moins de quinze ans. Quant aux violences « habituelles« , elles sont réprimées par l’article R 222-14 c. pén. et leur auteur peut risquer entre cinq et trente ans de prison, selon les conséquences pour la victime de ces mauvais traitements.Les juges n’hésitent pas à sanctionner ces pratiques.

La Cour d’appel de Douai, dans une décision du 29 septembre 2010 confirme ainsi la condamnation d’un homme coupable d’avoir donné trois coups de ceinture à la fille de sa compagne, une enfant de sept ans. Le tribunal correctionnel de Limoges, en octobre 2013, condamne à son tour pour coups et blessures volontaires un père qui a reconnu avoir battu son fils de neuf ans. Le tribunal administratif de Nancy, le 16 novembre 2004, admet la légalité de la sanction d’un cadre socio-éducatif accusé d’avoir donné une fessée à un enfant. En l’espèce, il considère qu’une exclusion de deux années est excessive, tenant compte du fait que les faits ne sont pas clairement établis. Enfin, la Cour d’appel de Rouen, intervenant en matière civile le 10 mai 2007, n’hésite à priver de son droit de visite et d’hébergement le père divorcé qui a admis avoir donné deux fessées à son fils. Le système juridique français n’est donc pas sans moyens pour réprimer des comportements violents à l’égard des enfants, même s’il s’agit de violences légères.

Dans ces conditions, l’idée, largement développée dans la presse, selon laquelle le texte publié par le CEDS serait une sorte d’avertissement adressé à la France avant sa condamnation par la Cour européenne des droits de l’homme semble relever de l’incantation. D’une part, la Cour n’est évidemment pas liée par ce texte. Surtout, il lui appartiendra, si un jour elle est saisie, d’apprécier la conformité du droit français à la Convention. Or rien ne permet d’affirmer que le droit français ne réprime pas les violences infligées aux enfants. Le débat portant sur l’opportunité ou non de voter une loi spécifique dans ce domaine élude les problèmes essentiels. Pense-t-on réellement que l’intervention du législateur suffira à mettre fin à des pratiques qui n’ont rien de rationnel, mais sont souvent le résultat de sentiments divers comme l’impuissance, la colère ou la peur ? Si une telle loi donne satisfaction aux associations actives dans ce domaine, elle ne résout d’ailleurs pas le problème essentiel de la preuve.

Dans un tel domaine, les poursuites pénales se heurtent à différents obstacles : les enfants ne dénoncent généralement pas leurs parents, les professeurs comme les services sociaux ne voient pas toujours les traces physiques ou psychologiques de ces violences. Il serait sans doute bien préférable de faire des efforts dans le suivi des enfants, mais aussi dans l’utilisation par les juges, parfois prompts à classer des affaires jugées peu importantes, de dispositions pénales qui existent et qui doivent être appliquées.

Sur le web