Réduire la fonction publique de 25% en 5 ans

Publié Par Drieu Godefridi, le dans Fonction publique

Par Drieu Godefridi.

Monsieur Juppé annonçait ce week-end qu’il refusait de supprimer des emplois de fonctionnaires : « Je ne pense pas qu’on puisse supprimer 600.000 emplois de fonctionnaires” (2 octobre).

Or, cette suppression est non seulement faisable, mais elle vient d’être faite. Pas par une quelconque dictature locale inspirée du général Pinochet : par cette démocratie exemplaire, ce berceau de la liberté parlementaire et du gouvernement par la loi, qu’est le Royaume-Uni.

L’exemple britannique

Le Premier ministre anglais David Cameron a supprimé précisément 600.000 emplois de fonctionnaires durant les trois premières années de son mandat, dans le même temps que l’économie britannique créait 1.200.000 emplois privés (source : Office for National Statistics, « Public Sector Employment »).

En 2014, la masse salariale des fonctionnaires français — y compris les collectivités territoriales — était équivalente à la totalité des recettes fiscales de l’État, pour un total de 278 milliards d’euros (source : Cour des comptes). Soit 44 milliards de plus que la masse salariale de l’emploi public au Royaume-Uni (chiffres et cours de 2013, Office for National Statistics).

Le poids de la fonction publique

Dit autrement, la France dépense chaque année l’équivalent de 14 porte-avions de type Charles de Gaulle de plus que le Royaume-Uni, en rémunération de sa fonction publique. La France s’épuise sous le joug d’une fonction publique pléthorique, surpayée par rapport au privé, en travail réduit de droit ou de fait, bénéficiant de régimes de retraite plus ou moins, mais toujours, préférentiels, et qui est comme un écornifleur sur le corps social.

Un programme de réforme sérieux porterait à la fois sur le statut et sur la masse de la fonction publique. Car on ne réformera la masse qu’à la condition d’avoir préalablement réformé le statut.

On l’oublie, mais l’idée que les fonctionnaires jouissent d’un statut légal préférentiel est exorbitante, sans justification rationnelle, et le principal frein à toute réforme sérieuse.

Pas de statut de la fonction publique en Grande-Bretagne ou en Suède

L’une des raisons pour lesquelles M. Cameron a pu supprimer des centaines de milliers de postes de fonctionnaires excédentaires est que l’écrasante majorité de ceux-ci sont soumis au droit commun du travail (à l’exception du Civil Service au sens strict, 440.000 personnes, encore leurs privilèges sont-ils dérisoires en regard de ceux dont bénéficient les fonctionnaires français, ainsi de l’absence de garantie d’emploi à vie). Aussi épouvantable que cela puisse paraître, il n’existe pas de statut général de la fonction publique dans des pays tels que le Royaume-Uni ou la vertueuse Suède.

Ni, du reste, dans la plupart des pays du monde. Peut-être serait-il opportun de se demander si, sur ce point comme d’autres, l’exception française ne serait pas l’expression d’intérêts catégoriels plutôt que du génie national ?

Réformer la fonction publique

fonction-publique-rene-le-honzecLa réforme de principe acquise, l’idée serait de réduire le volume de la fonction publique de 25% en 5 ans (soit approximativement 300.000 unités par an). Ce n’est qu’à cette condition que l’économie française recommencerait à faire jeu égal — égal, notons-le — avec ses concurrents européens.

Enfin, il faudra mettre en place des garde-fous constitutionnels qui interdisent désormais à l’État, dans ses différentes composantes, de reprendre le chemin de la gabegie par la fonction publique.

Alors, et alors seulement, pourra-t-on reparler sérieusement de croissance, de lutte contre le chômage et d’assimilation ou intégration. Car, l’équation selon laquelle un emploi créé dans la fonction publique détruit 1,5 à 3 emplois dans le privé — par son coût et par allocation sous-optimale des ressources — vaut bien entendu dans les deux directions : pour peu qu’elle s’accompagne d’un minimum de flexibilité de l’emploi privé, la suppression des emplois publics conduit mécaniquement à la création d’un nombre supérieur d’emplois privés. La preuve par le gouvernement de M. Cameron, mais également par l’Irlande, le Portugal et l’Espagne depuis 2008.

Une réforme trop ambitieuse ?

Cette réforme n’est-elle pas trop ambitieuse, voire extrême ? Regardons ce que propose le Front national. En effet, nombre de Français perçoivent le Front national comme une alternative aux idéologies et lâchetés qui se succèdent au pouvoir depuis de longues décennies.

Que prévoit le programme de Madame Le Pen sur le sujet qui nous occupe ? Rien, parce que selon les économistes souverainistes, souvent issus de l’extrême gauche, qui inspirent Mme Le Pen, la fonction publique — statut & masse — n’est pas un problème. C’est pourquoi Madame Le Pen n’offre, en vérité, aucune alternative crédible à la panade actuelle.

L’un des arguments des partisans du Brexit était qu’en restant dans l’UE, l’Angleterre était comme arrimée à un cadavre (shackled to a corpse).

Ce n’est qu’une image. Mais elle n’est pas sans fondement et elle vaut pour la France : avec près de six millions de fonctionnaires en statut privilégié qui lui coûtent chaque année l’équivalent du PIB du Danemark, la France est, en effet, shackled to a corpse.

Réduire d’un quart le volume de la fonction publique française après en avoir aboli les privilèges légaux : voici un élément de programme qui permettrait aux Français d’embrasser l’avenir avec optimisme.

 

  1. La fonction publique d’état est assez maigre et plutôt efficace. Le problème vient bcp de la territoriale, mais un gouvernement n’a pas le pouvoir de la réduire.

    1. Tout à fait d’accord. L’Etat a fait une tentative de réduction, et un début de commencement de projet de gain de productivité (là où c’est possible). En revanche les collectivités territoriales, surabondantes en France, se vautrent dans l’emploi inutile (mais clientéliste), souvent surpayé , en tout cas pour les « cadres » (bulletin de salaire vu par hasard d’une assistante de direction au Conseil Régional de Bretagne : 8000 € net) et qui s’occupe à tourner en rond sans but ni intérêt. La première des réformes serait de supprimer 90% des collectivités territoriales, à commencer par 90% des communes, les conseils départementaux et toutes les intercommunalités et autres pays et syndicats mixtes technocratiques et irresponsables (car sans élus directs répondant devant les électeurs de leurs actions).

      1.  » intercommunalités et autres pays et syndicats mixtes technocratiques et irresponsables (car sans élus directs répondant devant les électeurs de leurs actions)… »

        c’est justement quand il y a des élus que le clientélisme apparaît. Chez nous les intercommunalités gèrent des services directs à la population : crèches, conservatoires, bibliothèques, offices du tourisme, voirie et infrastructures économiques, travaux fibre optique, plans d’urbanisme, déchetteries, eaux…

        La gabegie et le clientélisme dans les collectivités apparaît plutôt au niveau des mairies, avec le financement d’associations privés, et de personnels exclusivement attachés à la réélection du maire : service communication, subventions associatives jamais remises en cause aux différentes corporations locales, boulimie d’infrastructures sportives et sécuritaire…

        Mais aussi au niveau des départements : 90% des dépenses publiques des départements sont imposés (aide dépendance APA, RSA, handicap…), les élus décident uniquement pour les 10% restant. On pourrait mettre un directeur à la place ça serait pareil.

        1. Le problème des intercommunalités et autres « pays » c’est qu’elles prennent l’apparence de la démocratie (il y a des « élus » qui siègent) mais en fait ces pseudo-élus ne sont que les représentants des communes. Outre le fait qu’ils se font embobiner et dominer par les techniiciens (d’où le qualificatif de technocratique) ils n’ont aucun compte à rendre aux électeurs (d’où le terme d’irresponsables). Donc c’est pire que tout. Et ce sont les lieux où se gèrent les plus gros budgets.
          Ceci dit, je suis bien d’accord que le clientélisme est favorisé par la multiplication des élus. D’où ma proposition de supprimer la plupart des collectivités territoriales. Regroupement des communes, suppression des conseils départementaux et 5 régions (comme les numéros de téléphone).
          L’un des problèmes des collectivités territoriales (en tout cas au niveau communal) est que les conseils municipaux sont essentiellement des chambres d’entérinement des décisions prises par le maire. Tant que le vote à bulletin secret n’est pas obligatoire dans toutes les instances, ce sera toujours un déni de démocratie.
          Plus évidemment interdiction absolue de cumul de mandat, une personne un mandat à la fois et deux mandats non consécutifs dans la vie, quels que soient les mandats (de syndical à président de la République).

          1. Les techniciens ont des comptes à rendre, ne vous inquiétez pas pour ça, quand un service public n’est pas ou mal assuré, ça se sait immédiatement, le technicien est alors mis au placard sur des tâches subalternes, et au bout de quelques temps il démissionne. C’est le degré de compétence des élus qui va faire que le technicien s’écrase ou pas, et dans la plupart des cas c’est plutôt le technicien qui prend le relai d’élus incompétents. Un état peut tourner avec des technocrates sans élus (belgique), mais pas l’inverse. Votre remarque sur le vote à bulletin secret est très juste.

    2. Pas le pouvoir de la réduire? Il a bien crée les régions en 1983? Fait grossir ces régions en 2015 sans rien toucher par ailleurs!?

  2. La fonction publique « surpayée » par rapport au privé ??? renseignez-vous avant d’écrire.

    1. Vous êtes vous renseigné avant ce commentaire ? J’ose le croire. On va donc dire que vous avez obligatoirement raison.

    2. Les 3 fonctions publiques ne produisant rien en dehors des fonctionnaires d’Etat spécifiquement attachés aux fonctions régaliennes, les faux fonctionnaires non régaliens sont nécessairement surpayés. Si, dès le premier euro d’un salaire, il n’existe aucune production de richesse en regard, cet euro est en trop par principe.

      En outre, tant au niveau des salaires que des retraites, il ne fait pas de doute que les fonctionnaires sont en moyenne mieux loti que leurs homologues du privé, sans doute pas de beaucoup, mais quand même significativement. Même l’INSEE l’a démontré. Il faut arrêter de pleurnicher sur les salaires des FP et de victimiser les « pauvres » fonctionnaires, surtout lorsque ce sont des faux fonctionnaires.

      1. Oui, donc des non-régaliens comme un personnel de crèche, un prof, une infirmière, un technicien voirie, ne dégage aucune richesse, (pourtant il permet à d’autre d’en créer), il est donc forcément surpayé, donc le mieux, serait qu’ils effectuent leur travail bénévolement. Franchement je ne sais pas qui produit plus de richesse entre un fonctionnaire ou un « productif » qui produit des trucs inutiles, voir néfastes.

        Déterminer si un travail est surpayé ? Ça c’est très facile, il suffit de voir si le métier en question peine à recruter. Or, pour pas mal de concours de fp (beaucoup de discipline de l’education nationale, techniciens, infirmiers, centres pénitenciers) on peine à recruter.

        1. « trucs inutiles, voir néfastes » : c’est une opinion, c’est donc parfaitement sans intérêt pour qui espère comprendre l’économie.

          « donc le mieux, serait qu’ils effectuent leur travail bénévolement » : bien sûr que non ! En revanche, il suffirait qu’ils effectuent exactement le même travail dans le secteur privé concurrentiel, dans le cadre de l’échange volontaire source de toute création de richesses. Il n’y a pas d’autre moyen que l’échange volontaire pour savoir si quelqu’un est correctement payé. Inversement, tout salaire versé dans le cadre de l’échange contraint imposé par le secteur public est forcément exagéré, du fait même de sa nature contraignante. Trépigner indéfiniment comme un gamin mal élevé face au monde trop injuste ne changera pas l’implacable réalité.

          Le cœur du problème économique de la France est donc bien le statut des faux fonctionnaires non régaliens et la stérilisation de 57% du PIB par le secteur public, pourcentage qu’il convient de réduire massivement, jusqu’à revenir à moins de 15 ou 20%, et dans l’urgence, sans attendre que le pays ne soit définitivement effondré.

          Le bénévolat est exactement comme la fonction publique non régalienne, c’est-à-dire stérile en matière de création de richesses. Le bénévolat ne crée pas de richesses, il se contente de déplacer (redistribuer) des richesses déjà créées par ailleurs, richesses qu’il détruit (consomme) en partie en vain puisque son coût de fonctionnement est non nul.

        2. tigrou777: Oui, donc des non-régaliens comme un personnel de crèche, un prof, une infirmière

          En comptant même les enseignants et le personnel hospitalier en plus du régalien (justice, police,armée) on arrive à 2,8 millions de fonctionnaires en tout.
          Or il y a 7 millions de salariés de l’état, soit 4 millions de plus que ceux que vous jugez nécessaires.

          tigrou777: Ça c’est très facile, il suffit de voir si le métier en question peine à recruter.

          Les salaires sont miteux parce que l’état préfère multiplier les bons petits soldats défenseurs de la bureaucratie que d’engager ceux qui sont vraiment nécessaires et de les payer le juste prix.

          Les enseignants sont payés de 6500 à 9000 euros par mois en Suisse et 5200 euros pour une infirmière, il n’y a aucune crise de vocation je vous assure. 180’000 français sont réfugiés économique y travaillent, en particulier dans la fonction hospitalière.
          http://www.travailler-en-suisse.ch/enseigner-geneve-professeur.html

  3. Je ne voterais pas en 2017 pour quelle raison très brièvement !!! Tous les candidats parlent de baisse d’impôts mais aucun ne parle de pouvoir d’achat fort pour le citoyen ce n’est pas en comptant aux 10 sous prêt dans notre consommation que cette France va se redresser économiquement. le fonctionnariat a était créé a la cour de louis 14 c’est un droit qui aurait du être réformé en 1789 Le fonctionnariat est un état dans les état et devrait être dissous sans aucun préavis, il faut aussi revoir copieusement les privilèges et salaires de tous ces hommes d’états qui sont la soi-disant pour le bien du peuple (mon œil) Il faut que le peuple puisse ce gouverner par des référendums accepter une loi ou la changer ou l’ajuster sans que le gouvernement puisse s’y opposer cela étant le choix du peuple par assemblé démocratique de celui-ci . Si je vote alors je me serais trompé en croyant voter pour une république j’ aurais voté une fois de plus pour la monarchie .

  4. les fonctionnaires ne sont pas surpayé par rapport au privé j’en suis la preuve vivante ma carriere terminé au bout de 40 ans 2100 brut euros maitrise cadre b retraitée 1400 euros net les dégâts d’un changement de statut je l’ai connu France telecom je ne le souhaite a aucun corps administratif j’ai 59ans

    1. ha, la fabuleuse administration des ptt (poste, téléphone et télégramme)… comme c’est dommage ce changement de statut appliqué à ces petits êtres fragiles et chétifs que sont les fonks. et maintenant, 2 ou 3 dizaines de suicides chez france télécom et on va les plaindre ? les agriculteurs peuvent bien se suicider par centaines, on s’en fout, ils respirent le bon air de la nature ?
      40 ans de travail et en retraite à 59 ans ? pour ceux du privé, c’est bien 41,5 ans et en retraite à 62 ans ? http://www.cleiss.fr/particuliers/preparer_votre_retraite883.html
      et à part ça, vous avez subi quoi comme dégâts ?

      1. j’ai commencé a 16 ans dans le privé et ensuite a mes 18 ans ptt maintenant dans le public il parte a 62 ans renseignez vous la compassion est le seul chemin pour nous tous pour répondre la haine et a la violence quelle soit verbale ou autre

        1. J’en vois à EDF qui partent à 55 ans. Les conducteurs de TGV partent même en dessous.
          Les retraites du public sont calculées sur les 6 derniers mois (avec parfois une petite augmentation 6 mois avant le départ en retraite) pendant que celles du privé sont calculées sur 25 ans. Et ça ne serait rien si on ne se servait pas des caisses de retraite du privé pour renflouer celles du public.

          Renseignez vous vous aussi : avec vos mêmes conditions salariales, quelles sont les conditions de retraite d’un salarié du privé?
          On pourrait faire la même avec la sécu et les jours de carence, la comparaison irait vers les mêmes conclusions…

          1. La petite augmentation à quelques mois de la retraite, c’est « le coup de chapeau », une pratique ruineuse pour le contribuable et très pratiquée. Dans l’armée, il y a pléthore au niveau des hauts grades. Vous êtes colonel, on vous nomme général, pour ne plus vous voir, avec une retraite de général bien sûr. Jen connais plusieurs exemples.

        2. La violence, c’est celle de l’État et ses hommes qui vivent au crochet du secteur privé, par la force du pillage légal.

        3. carmen : la compassion est le seul chemin pour nous tous pour répondre la haine et a la violence quelle soit verbale ou autre

          Rappelez moi, chère Carmen, c’est bien vous qui avez débarqué ici en nous traitant tous d’adorateur-de-fric sans âme ?

          Compte tenu des slogans puérils que vous nous assenez et de votre « compassion » à géométrie variable, on se demande ce que vous avez fait pendant 59 ans franchement ?
          Par quel miracle avec vous réussi à éviter toute nuance, esprit critique, sagesse, compassion réelle et compréhension des gens et des sociétés humaines ?

    2. hum….

    3. @Carmen
      Le changement de statut à France Télécom, je connais
      Contractuel je suis passé au régime général et j’ai eu alors une évolution de carrière fondée uniquement sur mon aptitude. Une vraie bouffée d’oxygène.
      A ma connaissance, les fonctionnaires ont Gardé leur statut et il y en a encore. Cest vraiment une transition progressive
      France Télécom etait à l’époque une belle endormie. Jy ai vu des incapables roupiller tranquillement pendant des années et des années et des gens très compétents et motivés barrés dans leur carrière par une réglementation idiote.
      Sans ce changement de statut France Télécom serait aujourd’hui dans une situation pire que celle de la SNCF.

    4. Si vous n’aviez pas été surpayée par rapport au privé vous auriez quitté le public, ses lourdeurs, ses promotions à l’age, ses chefaillons, l’impression générale d’inutilité de l’effort, son mépris (au mieux) de la performance.
      Mais vous êtes restée en vous plaignant des durs effets des changements de statut. Donc vous étiez surpayée. QED

      Si on rajoute à la retraite à 59 ans et sans doute des congés à ne plus savoir qu’en faire, non seulement vous n’avez pas été sous-payée, mais vous en avez surement bien profité.

      Je le sais, j’ai quitté la fonction publique (MCF), et si mon salaire « nominal » à clairement augmenté, les conditions ont bien changé, niveau performance attendue, congés, etc.La réalité est que rapporté à la quantité d’effort performant ma rémunération à clairement baissé. Mais au moins je suis « libre »

  5. changer le statut ..mais ceux qui peuvent en décider profitent de ce statut ..la plus part sont fonctionnaires ou élus a vie et puis , qui élit un gvt , des fonctionnaires à statut

  6. le territorial n’est pas le mieux payé les fonctionnaires des finances sont les mieux payés pourquoi en France mettons toujours a dos public privé en plus si demain reduction du nombre de fonctionnaire et passage au privé il y aura encore beaucoup plus de chomeur et la consommation en général va s’en ressentir tout le monde voit sur du court terme et dans 30 ans comment sera la France comme l’Angleterre un désastre

    1. « Car, l’équation selon laquelle un emploi créé dans la fonction publique détruit 1,5 à 3 emplois dans le privé — par son coût et par allocation sous-optimale des ressources — vaut bien entendu dans les deux directions »

      d’accord, je commence à comprendre un peu mieux les dégâts que vous avez subis : difficultés à comprendre des textes simples.
      et terminez vos phrases des points, s’il vous plaît.

    2. Si les fonctionnaires se sentent mal payés, ils n’ont qu’a trouver un meilleure pose dans le le privé. De plus, c’est le nombre de fonctionnaire qui pose problème plus que leurs salaires. On peut aussi évoquer le sujet des retraites.

    3. Carmen :

      Parce que vous vous grattez toute la journée vous ne pensez qu’a la tenue que vous allez mettre vous ne pensez qu’ aux vacances , prime etc le client lui c’est a peine si il est considérait. Si vous ne bénéficiez pas de ce statue vous serez plus serviable et plus rentable .De quel droit partir a la retraite a 59 ans avec 1500 Euro de retraite et avoir le droit de travailler ailleurs . Toute votre vie de travail vous avez profiter d’avantage que le privé n’ a m^me pas le droit d’y penser , ne serait ce que celui de travailler que 3 heures sur 8 heures .

      il faut stopper net tous les droits qui viennent de la monarchie , il n’ y a pas de raison de garder un état dans l’état ce statut dois disparaître et la où un employé suffit inutile d’en mettre 3 par ce que ces 3 là ne bosse qu’ a tour de rôle .

      Pour la majorité des usagés la fonction publique laisse des traces ….
      Je dis pour quelle raison je ne voterais pas en 2017 et il n’ y a pas que la fonction publique qu’il faut réformer…

      j’ai travaillé 40 ans en tant que entrepreneur pour des appels d’ offres et je ne compte plus le nombre de bureaux que j’ai réaménager pour cette fonction publique ce qui s’y passe et écœurant pour le peuple. qui bosse et paye ces impôts sans aucun avantages pour autant .

      1. SVP n’insulter pas la monarchie et ses quelques privilèges en comparant ce régime à la Ripoublique.
        Alors qu’en ce temps là un salarié consacrait 20 jours de travail par an seulement à « l’état ».

  7. « David Cameron a supprimé précisément 600.000 emplois de fonctionnaires durant les trois premières années de son mandat, dans le même temps que l’économie britannique créait 1.200.000 emplois privés. »
    Quel est le lien de cause à effet ? Autrement dit cette assertion basée sur un constat, certes, laisse à penser que supprimer 1 emploi de fonctionnaire créerait 2 emplois…Surprenant ! N’y a-il pas d’autres paramètres moins miraculeux à prendre en compte pour expliquer cette création d’emplois ?
    Sans vouloir dénigrer l’efficacité des fonctionnaires, je ne pense pas le fonctionnaire soit deux fois plus productif que le travailleur du privé, en général !? Même si c’est assez vrai pour certains secteurs, telle la Santé !
    A l’inverse, le coût d’un fonctionnaire n’est pas du simple au double par rapport au secteur privé !
    Peut-on penser que l’argent que le contribuable consacrerait en moins au secteur public, il le consacrerait il au secteur privé dans de nouvelles activités 2 fois moins rémunérées et pour de nouveaux besoins ?
    A moins de poser comme postulat qu’un fonctionnaire ne sert à rien, ce que font certains au café du commerce, le prof, l’infirmière, le postier, etc. Il faudra bien les remplacer ?

    « La réforme de principe acquise, l’idée serait de réduire le volume de la fonction publique de 25% en 5 ans ».
    Après le postulat non démontré que « moins de fonctionnaires ça crée des emplois » on se précipite dans l’extermination !
    On en arrive au statut et à la protection du salarié fonctionnaire qui serait exorbitant par rapport aux « autres » …Injuste ! Scandaleux ! Priviléges ! etc. Ne sommes-nous pas dans le registre affectif de la jalousie, digne du café du commerce plutôt que du factuel ?
    Cette réforme courageuse mais appuyée par les éternelles victimes de la vie que les tortionnaires soient des fonctionnaires, des étrangers, des médecins, des élites etc.) ne fera-t-elle pas que soulager temporairement ces derniers ? Et après les réalités reviendront au galop…
    Si nous revenions au factuel, nous sommes tellement dans l’imprécision que ce n’est plus 2 emplois mais entre 1,5 et 3 : « …un emploi créé dans la fonction publique détruit 1,5 à 3 emplois dans le privé… ».

    Ne sommes-nous pas en pleine « macronerie » qui consiste à garantir que le « macron bus » créerait 22 000 emplois alors que les faits montre qu’ils en ont créé 1 430.
    On apprend que cette erreur venait d’une estimation (encore une) faite à partir de l’expérience de la Grande Bretagne (encore elle) par un cabinet de « touristes » (je reste poli) experts indépendants rémunérés par le contribuable. Allons mettons qu’on arrive à une erreur de 1 à 10 à terme; cela reste rocambolesque !
    source: http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2016/10/05/des-milliers-demploi-crees-par-les-cars-macron-vraiment.html

    Anecdotique pourrait on dire? Or il se trouve qu’en matière fiscale les subventions et aides du CICE ne présente qu’un résultat meilleur mais en deçà de l’effet officiellement attendu.
    Estimation davantage politique qu’économique précise l’économiste Yves Crozet …Il en est de même de votre article…car trop superficiel et trop flatteur d’une certaine opinion.
    Qu’une optimisation des services Etat-départements-régions-communes se fasse pour supprimer les nombreuses redondances improductives non seulement coûteuses mais alourdissant le fonctionnement sans pour autant améliorer la démocratie apparaît rationnel.

    Enfin votre sémantique m’amuse ! Que vient faire le mot « vertueuse » à caractère religieux dans des domaines telle l’économie. Le mot rigueur, davantage pragmatique et scientifique, ne conviendrait-il pas mieux ? A moins que vous considériez l’économie comme une religion et celle que vous préconisez comme la seule, la vraie …

    1. La libéralisation des transports en bus n’a peut être pas permis de créer tant de postes qu’escomptés. Par contre, elle a permis de transporter beaucoup de monde à un coût moindre. Ce n’est pas visible sur les statistiques du chômage mais ça a donné du pouvoir d’achat supplémentaire aux utilisateurs et surtout les plus pauvres.
      @carmen
      « comment sera la France comme l’Angleterre un désastre »
      tellement désastreux que les migrants Somaliens, syriens…ne rêvent que d’aller en Grande Bretagne.
      Etonnant non?

    2. Toujours la même rengaine.
      Dites qu’il y a un problème dans la fonction publique, vous en aurez toujours un pour vous répondre : « et on fait quoi sans policiers, médecins, infirmiers ».
      Or, ces derniers représentent combien dans la fonction publique?
      Combien de gens payés à pantoufler dans des bureaux à l’éducation nationale, dans les collectivités territoriales, dans les multitudes d’administrations que comportent ce pays? Pour x professeurs, combien d’administrateurs/inspecteurs/mecs en arrêt maladie ou je ne sais quoi? Combien de hauts administrateurs, qui dépensent ici 100 000€ de taxis alors qu’ils ont déjà un chauffeur, là 50 000€ de frais de bouche; alors qu’avec l’argent que l’argent pris pour payer ces frais de bouche empêche une famille de se nourrir correctement au quotidien?
      Pour un médecin, combien de gens payés à faire des petits calculs à la sécu?

      Vous nous dites en parlant de l’angleterre : « N’y a-il pas d’autres paramètres moins miraculeux à prendre en compte pour expliquer cette création d’emplois ? » . Ok, quels sont-ils? Je ne les vois pas dans votre post.
      Vous êtes vraiment persuadés que si on rend à un artisan les quelques milliers d’euros qu’on lui a pris par la force pour payer un pousse caillou à pondre des rapports dans je ne sais quelle administration, alors cet artisan ne sera pas capable d’embaucher quelqu’un et au passage, de générer une activité concrète qui aura plus de plus value qu’un n-ième rapport qu’au pire personne ne lit, ou qu’au mieux personne ne prend en compte?

      1. @ Julien

        Vous avez raison et je vous approuve!

        Dans l’éducation nationale, il faut voir le nombre « d »enseignants détachés » et occupés par des tâches purement administratives ou syndicales. (De plus, l’enseignement n’est pas un domaine strictement régalien, comme la médecine quand les hôpitaux publics monopolisent plus d’administratifs que le privé, pour un coût plus élevé. La police et l’armée sont des domaines régaliens, pas forcément sans critique.)

        Mais l’administration et les fonctionnaires ne naissent pas seulement de l’électoralisme politique mais surtout de la multiplication et de la complexité législatives et de leur traduction « pratique » complexes à souhaits (décrets et règlements, exceptions, coefficients avec décimales et conditions multiples ) avec des organismes supplémentaires (conseils, comités, commissions etc …) à créés « e nihilo » pour traiter de multiples documents.

        J’appelle de mes voeux (pieux) un secrétariat d’état ou un ministère dédié à l’abrogation des lois désuètes, à la simplification des règles administratives et à l’informatisation des services. Hors d’un processus complet, homogène, décidé, on ne pourra jamais commencer par « un premier service » qui se rebiffera. Quelqu’un peut organiser ça à partir de 2017?

        QUI?

  8. Un article provocateur et des réactions d’intervenants intéressantes.

    Réduire la fonction publique de 25 % en 5 ans est mission impossible en France car nous vivons dans un pays qui achève de se désindustrialiser; nous sommes d’ailleurs le seul pays d’Europe à s’être engagé dans une telle désindustrialisation. Ceci expliquant que la France est un pays en voie de sous développement.

    La fonction publique constitue le seul gisement d’emplois stables même si l’on constate une grande disparité de rémunération. Ceux qui occupent des postes sont assez rarement stressés par l’activité qu’ils sont supposés accomplir.

    Ce genre d’emploi est néanmoins convoité pour son coté micro-rentier ceci, même si pour beaucoup, les fins de mois sont difficiles.

    1. Mon infirmière libérale est beaucoup plus cool que celles surbookées de nos hôpitaux.Elle n’est pas gratuite non plus…
      Je ne crois pas non plus que nos policiers fonctionnaires d’Etat ou Municipaux s’ennuient…
      Quand des professions sont sous le feu des projecteurs on s’aperçoit que ce n’est pas l’idéologie véhiculée dans les cafés du commerce…

      Il est des images d’Épinal auxquelles il faut tordre le cou !?

    2. Réduire la fonction publique de 25 % en 5 ans est mission impossible en France, car nous vivons dans un pays qui achève de se désindustrialiser

      Inversion causes et effets.

      L’état est tellement énorme (56% du PIB) qu’il écrase le secteur productif et industriel sous son poids fiscal.
      On ne peut pas créer beaucoup de richesses et d’emploi avec autant de prélèvements pas plus qu’on ne court un marathon avec 50 kilos sur le dos.

      Et l’effet ciseau est totalement mortel: une entreprise qui ne se crée pas, un employé de moins c’est une charge en plus pour la société et les entreprises qui donc créent encore moins d’emplois, etc., etc..

      La fonction publique constitue le seul gisement d’emplois stables

      Il a surtout tué le secteur privé, évolution de l’emploi public/privé sur 46 ans:
      http://www.eclaireco.org/files/common/Depenses_-_5.jpg

  9. Le problème fondamental de la France reste(ra) son inaptitude à changer, à s’adapter face aux remous qui agitent le reste du monde.
    Le virus INERTIA y est partie intégrante de la culture, de la mentalité moyenne (de dites élites et du peuple d’en-bas). Le défi à relever ne date pas d’hier (relire l’histoire tumultueuse de cette Nation et la manière dont la plupart des « forces » tentèrent un virage … toujours en mode réactif !). Tout est axé là sur le protectionnisme, il suffit de suivre la teneur des débats dans la sphère strasbourgeoise (les deux institutions supra qui y sévissent).

    A l’opposé, le futur (re)verra la paire Allemagne et R-U assurer une dynamique dans l’ex-U.E et vers le monde.
    Caractéristique des mentalités chez « les deux de cette paire » ? Pardi : l’anticipation et la détermination.
    Cherchons sur le réel de l’hexagone où ces deux traits se cacheraient ?

  10. comment se fait il que le royaume uni ait réussi ce que la france est incapable de faire, ne serait ce pas tout simplement parce que le royaume uni est un royaume ,justement; en quoi la « république « serait elle le meilleur choix de gouvernance; Il suffit de regarder dans quelle démocratie la vie est meilleure ,qu’en « ripoux blique », toutes les monarchie constitutionnelles ont un meilleur niveau de vie que la france, mais les petits coqs gaulois sont bien trop imbus de leur personne pour le reconnaitre et ils continuent de chanter sur leur tas de me.de.

  11. Réduction de la fonction publique ? L’homme politique qui la mettra en œuvre n’est pas encore né. Ah si pardon : il y a ces braves c… de militaires, j’en fais partie, eux ils ne sont pas syndiqués et en plus ils font toujours plus avec toujours moins en disant « oui chef », donc là on fait une pause dans les réductions jusqu’aux élections parce que quand même y’a eu Charlie et puis le Bataclan (et puis GrHollande a dit avec un air martial qu’on était en guerre contre « le terrorisme », on a allumé plein de bougies, tout ça… à faire pleurer un bobo dans son hôtel particulier de la Place des Vosges) mais après les élections on va pouvoir de nouveau leur serrer le kiki et leur couper les vivres aux troufions. C’est bien connu, y font rien dans leurs casernes ma brave dame…
    Je prêche pour ma paroisse ? oui comme tout le monde, la mienne est petite, quasi inaudible et transparente (sauf le 14 juillet et quand il y a un mort au Sahel) et il n’y a plus du tout de gras voire de chair à supprimer. Je me trompe sur le futur ? J’espère… on verra après le printemps 2017.

    1. La Defense est un ministere régalien. Vous devriez etres prioritaires pour les budgets.

      1. Je ne vous le fais pas dire… Pas sûr malheureusement que cela soit aussi clair pour tout le monde, cf. la réduction drastique de notre outil de défense depuis 40 ans.

        1. Xor: Je ne vous le fais pas dire… Pas sûr malheureusement que cela soit aussi clair pour tout le monde, cf. la réduction drastique de notre outil de défense depuis 40 ans.

          Vous faites partie du régalien, l’unique raison qui justifie l’existence de l’état. Pourtant vous ne représentez actuellement en France qu’une petite minorité taillable et corvéable à merci.

          Sur 7 millions de salariés de l’état, vous n’êtes plus que 580’000 à exercer ces fonctions, pourtant vitales, de la société. Les rapports de la Cour des comptes sont alarmants sur les moyens accordés à la police, la justice et l’armée et les rapports sur l’état de la sécurité et de la justice en France décrivent une situation absolument catastrophique.

          Vous êtes même moins que le nombre « d’élus », 600’000 record mondial par habitant ! Il y a plus de bureaucrates occupés à nous pourrir la vie avec des règlements et lois absurde que de gens pour nous protéger et assurer nos droits.

  12. Réformer les statuts ne servira à rien tant qu’ils seront « appliqués » avec un laxisme outrancier (syndicats, manoeuvre électorale…). il faut commencer par appliquer correctement les statuts actuels.
    Notamment en utilisant au mieux les ressources humaines là où elles sont nécessaires et pas en fonction de l’envie des fonctionnaires. si on ne renouvelle pas un fonctionnaire sur deux, il faut aussi pouvoir dispatcher l’excédent de fonctionnaire avec une mobilité complète.
    aujourd’hui une fusion des services non seulement ne génère pas d’économie de personnels, mais va même créer des postes supplémentaires, nouvelle hiérarchie ou autre.
    appliquons les même règles de mobilité que dans l’armée pour toutes les fonctions publiques…

  13. Impossible politiquement de modifier le statut des fonctionnaires en poste. Par contre pour les nouveaux entrants dans la fonction publique, certains candidats à droite envisagent un alignement sur les contrats de droit privé.

    Il importe par contre de commencer au plus tôt l’immense chantier de la refonte des missions des fonctionnaires et de leur organisation.
    Simplifier, supprimer ce qui est inutile au pays, éviter les redondances et rechercher l’efficacité et même l’efficience par de nouveaux modes de management, de rémunération, par l’utilisation des nouvelles technologies et le décloisonnement des services.
    Et, problème culturel, considérer le citoyen comme un client.à servir.

    Il n’est pas interdit de rêver !

    1. @ Christial

      Non, il n’est pas interdit de rêver! ais le chantier prendra quand même 5 à 10.

      Votre post ne demande que de la « productivité », d’une part (le fonctionnariat n’est pas un « assistanat » de plus) et d’autre part un « service à la clientèle », optimal.
      Par contre, les méthodes commerciales actuelles prévoient un service par internet, ce qui permet sur des sites bien faits, de trouver toute solution pour la question de chacun, quitte à trouver un « déterminant » de chacun (code national de chaque habitant, même mineur), ce qui limitera beaucoup les contacts nécessaires entre citoyen et fonctionnaire.

  14. Il y a visiblement sur cet article une alerte qui a déclenché l’intervention massive d’une série de trolls ayant pour mission de défendre la fonction publique envers et contre toute rationalité. Ravi de voir que cela dérange les parasites. Tiens, pour la peine, je vais refaire un don à Contrepoints.

  15. C’est ainsi que dans ma communes de 15000 âmes, dirigée jusqu’aux dernières élections par des socialos (donc pendant trop longtemps) , nous débordons de fonctionnaires « utiles » notamment aux espaces verts….
    Personnellement, je n’ai jamais compris comment on pouvait octroyer un statut de fonctionnaire territorial à un jardinier enfin bref …..
    Donc dans ma communes il y a des jardiniers, pleins de jardiniers ,ils sont super occupés à plein temps à nous créer des « sculptures » pour décorer nos ronds points (oui il y a pleins de rond points aussi) . Je vous assure que  » l’artiste jardinier  » ça existe . Bon , c’est pas du street art…. loin de là c’est plutôt tendance moche mauvais goût et surtout, ça ne sert à rien.
    Pour ce qui concerne l’entretien des espaces verts , nos jardiniers, qui manient le rondin ( à ne pas confondre avec Rodin ) et le fil de fer comme personne, sont tellement débordés que la communes fait appel à des sous traitants. Allez j’arrête là , j’ai une crise d’urticaire.

  16. Vous les supprimez où les 300 000 fonctionnaires : Armée, police, justice, enseignement (pour payer l’éducation des enfants jusqu’à 65 ans), hôpital (pour qu’on vous demande votre CB pour vous soigner)?

    1. Prenons l’exemple de l’enseignement. Si on compare la France et l’Allemagne, le budget par élève de l’enseignement « public » est similaire. En revanche, en Allemagne le ratio budget allant directement à l’élève sur budget total est nettement supérieur à celui de la France. Autrement dit, en France avec le budget de l’Education Nationale, on paye des enseignants et beaucoup d’administratifs dans des bureaux. Quelques uns sont utiles. Beaucoup sont là à s’occuper de tâches administratives qui n’ont d’autre but que de les occuper. On paye aussi des syndicalistes « détachés ». Ce qui est un scandale, car ils ne devraient être financés que par les cotisations des salariés. Donc du gras à couper, il y en a largement. Cf. pour les autres administrations la réponse de Serge, plus bas.
      Autre exemple, dans ma commune, où j’ai été élu (je n’ai pas renouvelé). Nettoyage des rues après le marché de plein air le dimanche. 2 heures de travail pour 2 employés. Evaluation faite par le responsable du service : coût de la prestation faite par les employés municipaux : 50 000 € par an. Montant d’un devis par une entreprise locale : 15 000 € par an. Pourquoi cette différence ? Parce que lorsqu’un employé municipal travaille le dimanche, il a 2 jours de récupération (même pour 2 h de travail). Quelqu’un peut m’expliquer l’intérêt qu’il y a à ce que des personnes en charge du nettoyage soient des fonctionnaires (pour des policiers ou des juges je comprends tout à fait) ?

    2. morpholine: Vous les supprimez où les 300 000 fonctionnaires : Armée, police, justice, enseignement (pour payer l’éducation des enfants jusqu’à 65 ans)

      Il y a 7 millions de salariés de l’état, dont 5 millions de fonctionnaires.
      http://www.observatoiredesgaspillages.com/2010/01/combien-de-fonctionnaires-en-france/

      Faisons les comptes:

      246’000 – Police et Gendarmerie
      77’951 – Justice
      263’350 – Armée
      1’052’700 – Enseignement
      1’183’000 – fonction hospitalière

      Total: 2’823’001

      À quoi diable sont occupés les AUTRES 4 MILLIONS ???

      morpholine: hôpital (pour qu’on vous demande votre CB pour vous soigner)?

      Si l’hôpital est gratuit, pourquoi la France est-elle la no 2 de la taxation dans le monde et à quoi sert cet argent ? Et c’est bien pire que ça, puisque ce monceau d’argent ne suffit pas, l’état dépense 25% de trop chaque année. Il manque 70 milliards dans les caisses chaque année.

    3. Pour l’Hopital, on peut même embaucher des médecins, des infirmières et des techniciens, il suffit de diminuer les administratifs. La mode est au recrutement de comptables du privé pour faire rentrer l’argent (ils le font dix fois mieux que dans le public avec 4 fois moins de personnel). On vient d’apprendre qu’ils perdent même logiciel et sauvegardes (80 M€ jetés à la poubelle, information du début de semaine).
      Il y a aussi celle-là: http://h16free.com/2015/11/09/42348-le-jeu-malsain-de-letat-et-des-hopitaux

    4. En Allemagne, les enseignants ont deux matieres.
      Ne me dites pas que cepapareil, en France aussi j’ai eu des profs qui enseignaient dans deux matieres. Dans le privé.
      Quand on veut, on peut.

  17. J’ai été contractuel de diverses administrations pendant pas mal d’années, donc pour exemple (infos d’il y a 10 ans):
    – Un gros CHU : 1200 personnels de soins, 700 médecins ou équivalents, 1500 personnels administratifs et techniques
    – Une administration centrale : 600 représentants élus, 1200 personnels administratifs et techniques
    – Un établissement d’Enseignement Supérieur : 300 enseignants/chercheurs, 500 personnels administratifs et techniques
    Au vu des jours de congés, droits pour enfants malades, jours de carence, RTT, jours donnés pour Noël-jour de l’an-l’anniversaire du chef… préparation aux concours, passage des concours, formation à l’accompagnement au changement automatique de grade ou d’échelon, etc… il y a effectivement besoin d’une certaine « réserve ». Je ne parle même pas du ratio présence/efficacité. Bref, réellement du nettoyage à faire. Mais pour cela remplacer les grilles de postes administratifs (adjoint des cadres, chef de bureau, chef de section, adjoint administratif, administrateur technique, chargé de mission…) par des grilles de métiers.

    1. Avec ce type de raisonnement on ne s’en sort pas.
      On peut supprimer la moitié des postes des pedagogues inutiles de l’EDNAT, simplifier le mille feuilles, faire la chasse aux postes inutiles et il y en a, revenir sur les 35h. ..La demande est grande pour des services publics et la ressource est limitée. Il n’est pas grossier ou obscène de préconiser quon commence par rationaliser. Je vais aggraver mon cas en disant que c’est ce qu’on fait dans toutes les entreprises bien gérées.

      1. Mon commentaire précédent est pour Morpholine. Sorry.

  18. Mais alors, comment feront les syndicats radicaux pour bloquer le pays s’ils perdent 25% de leur force de frappe ?

    1. Mais au contraire, si on supprime le financement des syndicats par l’Etat (fonction publique) ou l’employeur (privé), il faut en contrepartie rendre l’adhésion à un syndicat obligatoire. Et limiter strictement les mandats syndicaux à 2 mandats non consécutifs dans toute la carrière. On obtient alors des salariés représentés par des salariés et non par des professionnels de la contestation stérile et du blocage.

      1. A condition de changer la Loi et de permettre l’émergence d’autres syndicats que les 5 centrales dites »représentatives ». Donc supprimer aussi le paritarisme dans la gestion de tous les machins qui sont concernés par cette organisation ubuesque.

  19. Question aux fonctionnaires hormis les fonctions de police et de justice, les militaires bien que payaient par l’état ne sont pas fonctionnaires, quelles professions exercent-ils qui ne puissent être effectué sans ce statue?
    Enseignant?
    Médecin / Infirmière / Secrétaire?
    Jardinier?
    Cuisinier?
    Gratte papier?

    Tous les emplois actuellement occupé dans la fonction publique quelle soit territoriale, hospitalière, ou d’état en dehors des fonctions régaliennes peuvent être faites par des employés ayant signé un contrat de travail CDD ou CDI avec l’état.
    Le statue de fonctionnaire ne sert à rien et doit être supprimé pour l’ensemble des personnels hors polices et justices.
    Ensuite vient seulement la question des effectifs que l’on peut largement réduire de moitié sans le moindre problème en 5 ans.

    Depuis 1980 le nombre de fonctionnaire a progressé de 40% alors que la population a seulement progressé de 20% et que je sache en 1980 nous étions déjà loin d’être sous administré, et les gains de productivité aurait du faire diminuer largement le nombre de fonctionnaire d’état, donc oui on peut largement diminuer de 25% (1.4M) le nombre d’employés rémunérés par l’état en 5 ans, et cela avec service (vous connaissez ce mot quand il est accolé à public la question que je me pose est en connaissez-vous seulement le sens) rendu au contribuable bien meilleur.

  20. Deux réflexions, déjà faites dans d’autres articles:

    La première sur l’illusion de vouloir diminuer le nombre de fonctionnaires sans modifier profondément les règles de fonctionnement des administrations.

    Parce que honnêtement, des vrais « glandeurs » existent certainement, mais ils ne sont pas la majorité. Ce qui coute une fortune, voyez-vous, c’est le chef de service qui, pour préserver les deniers de l’état, va mettre deux agents a vérifier la livraison de fourniture de bureaux. Comprenez ouvrir les boites de bic, et vérifier que chaque boite de 50 comporte bien 50 crayons bic (modèle discount, pas la marque bic, à 0.15 centime pièce.) Au cas ou le fournisseur aurait exprès modifié sa chaine pour voler un bic par boite à l’administration.

    Après un comptage méticuleux, ces deux personne diront au chef de service qu’il peut « certifier le service fait », ce qui déclenchera une chaine qui conduira après de nombreuses étapes, au paiement de la facture de 172,02 €

    Et ce chef de service (je veux dire un cadre en milieu de carrière, en général), serait sincèrement outré s’il lui était suggéré que la masse salariale mobilisée par la procédure, de l’achat au paiement, à mobilisé une masse salariale supérieure au cout de la facture.

    L’administration est sclérosée par une multitude de règles incroyablement couteuses, et dont l’habitude persiste souvent bien après leur abrogation. Je ne parle pas des seules activités de « soutien »: Elles sont si profondément imbriquées dans la manière de travailler des administration qu’elles ne sont souvent plus dissociable de l’activité principale. Et le motif est souvent l’économie.

    Alléger ces règles, c’est modifier des années de loi et de textes règlementaires. Mais c’est libérer énormément de capacité de travail, donc in fine de masse salariale.

    la seconde, repose sur la « cogestion », soit la participation des organisations syndicales à la vie même de l’administration. Quand les promotion, les mutations, les attributions de postes ne sont plus faites sur le seul critère du mérite (et c’est bien l’employeur qui est le seul légitime pour dire ce qu’est le mérite, et à qui il revient), vous abandonnez immédiatement tout espoir de management.

    Levez ces deux obstacles, et vous transformez la fonction publique (je parle de celle que je connais un peu, la FPE)

    N’importe que cadre de la fonction publique qui s’est vu contraint de notifier a un agent qu’il jugeait non méritant la promotion qu’il aurai voulu pour un autre pourra vous confirmer l’effet dévastateur sur une équipe. N’importe lequel de ceux qui ont lancé une procédure de sanction contre un abuseur et l’on vu abandonner grâce a une protection syndicale enfoncera le clou.

    Et n’importe quel agent ayant perdu un temps considérable à se faire autoriser puis rembourser un repas à 7.75€ lors d’un déplacement professionnel devrait partager mon point de vue sur le premier point.

    Pour faire simple, la mort du statut de fonctionnaire, je vote pour.
    Ajoutez y un vrai changement de culture, et une simplification considérable des règles interne.
    Avec cela, je ne sais pas si vous dégagerez 600 000 postes (encore une fois, je ne parle que de la FPE, je n’ai jamais bossé avec les autres « versants »), mais une vrai réduction des coûts serait imaginable.

    Mais de grâce, arrêtez de croire que les fonctionnaires sont tous des profiteurs éhontés travaillant 3 heures par jour et buvant le café le reste du temps. Il en existe, je ne le conteste pas. Mais n’avez vous autour de vous aucun collègue à l’attitude détestable qui arrive on ne sait comment à faire illusion ? la majorité des fonctionnaires essaie sincèrement de bien faire son travail. Ce qui est insupportable pour le manager dans l’administration, c’est qu’il ne peut pas toujours récompenser le bon et punir le méchant. Encore une fois, je pense que les conséquences sont faciles à comprendre pour tout manager ayant déjà eu à diriger une équipe en vue d’un objectif.

    Du point de vue d’un certain nombre de fonctionnaires, les salariés du privés sont soit des ouvriers à la chaine mal payés, et viré s’ils n’ont pas ôté leur chapeau au contremaitre, soit des cadres en costume gris surpayés se réunissant autour de powerpoints en fumant des cigare cubains.

    En gros, des exploiteurs ou des exploités.

    1. @Hartman : Entièrement d’accord avec votre analyse. C’est bien le statut et les règles de la fonction publique qui sont à mettre en cause et à supprimer. Ce n’est pas une question de personne. Le problème est que les règles d’avancement, de rémunération et l’absence de possibilité de management que vous avez décrites amène chez tout jeune recruté deux possibilités : partir ou attendre la retraite sans aucune motivation. Il reste (sans doute une minorité) de gens dévoués, travailleurs, qui font spontanément le boulot, travaillent d’arrache-pied, malgré le spectacle lamentable de trop de leurs collègues qui ont compris le système et en profitent en bons planqués. La fonction publique (au moins territoriale) ne fonctionne que grâce à ces fonctionnaires admirables qui ont un vrai sens du service et du travail.
      Dans la territoriale il faut ajouter la proximité des élus qui ont une seule idée en tête : la réélection. Tout remous social nuit à la prochaine réélection. Il s’en suit un manque de courage managérial au delà de toute imagination. Surtout ne rien faire bouger. Ainsi un directeur de service, payé 50 k€ brut, qui passe sa journée à lire le journal, ne fait même pas ses 35h, signalé à plusieurs reprises par sa hiérarchie. Il aurait dû faire l’objet d’une sanction disciplinaire. Mais danger, remous, mauvais pour les prochaines élection. Alors on le mute en créant un poste artificiel de contrôle d’une délégation de service public, pour lequel il n’avait aucune compétence, et qui aurait été fait efficacement pour quelques milliers d’Euro par un cabinet d’audit. Pas de chance, les élections ont quand même été perdues. Mais la nouvelle municipalité a remercié sa supérieure (qui était contractuelle, donc remerciable), alors qu’elle était la seule à vraiment bosser avec efficacité et motivation…

  21. Idée pour réduire la dépense publique via le nombre de fonctionnaires inutiles ou néfastes : se séparer de tous ceux qui ont participé à la rédaction de textes compliqués et contraignants depuis les proclamations grandiloquentes de « chocs de simplification ». Peut-on admettre que de la part de leurs rédacteurs il y a faute grave ou lourde (incompréhension de l’exposé des principes, sinon même sabotage délibéré) ?

    Bien placé pour en parler, Guillaume Poitrinal dénonçait avec une légitime frustration « l’effroyable machine à produire du texte et des autorités » dans Les Echos du 18.05.2016. Vous-même aimez souligner l’exponentielle normative d’une Europe prétendument libérale.

    Modalités de la séparation : la Loi Travail les prévoit-elle ? Serait-elle l’occasion de remettre en cause le statut de la fonction publique que dénonce p.ex. Jean-Marc Daniel à l’instar de l’exemplaire et socialiste Suède que vous citez ?

  22. Pour réduire la fonction publique, il faut en amont réduire (intelligemment!) le législatif, le réglementaire et le normatif

    1. Oui, c’est une machine infernale qui s’auto-alimente par intérêt mutuel.
      Les politiques nous sortent votent une diarrhée de textes pour dire qu’ils font quelque chose, la bureaucratie s’en nourrit (beurk!) et votent pour ses politiciens çàd tous, droite et gauche confondues, jusqu’à présent.

      1. Effectivement, l’ultra centralisme étatique français inspiré du bonapartisme, est la première cause du déclin économique de la France. Cet étatisme représente en charge plus de 56 % du PIB mais, cet étatisme représente un poids électoral tel qu’il lui permet de s’autoentretenir et même de se développer au fil des ans.

        Ce mal typiquement français génère à la fois la croissance constante de l’endettement de l’Etat (pour faire face à des dépenses de fonctionnement) et par des prélèvements Étatiques abusifs – fiscaux et sociaux – sur nos entreprises avec, pour conséquence, une perte de compétitivité de notre économie et la situation catastrophique de l’emploi qui en découle.

        Nul de peut contester que cette situation amène la France dans la voie sans issue de la baisse de l’activité économique et du chômage de masse. Un exemple : Presque toutes les entreprises cotées au CAC 40 ne survivent – secteur automobile notamment – que grâce à l’apport financier des filiales étrangères.

        Dans ce contexte qu’adviendrait il en cas de baisse théorique de l’emploi dans la fonction publique?

        A mon avis une augmentation, dans les mêmes proportions, des inscriptions à Pole Emploi…

        La Vème république va nous amener à une catastrophe économique du genre de ce qui se produit actuellement en Grèce…

  23. Bonjour,
    Bientôt « L’ADN de Patricia » changera tout ça et tout le monde sera à la fois fonctionnaire et contractuel de droit privé.
    Si la fonction publique n’existait pas il y aurait encore plus de chômage. Etre fonctionnaire n’est pas un métier, comme beaucoup le pense, être fonctionnaire est un statut social dans lequel l’égalité, notamment des salaires, était respectée. Aujourd’hui ce n’est pas le statut de fonctionnaire qui pose un problème ce serait plutôt l’inverse. Pour bien préciser les choses il y a par exemple des fonctionnaires qui travaillent en détachement et qui sont payés par la société d’accueil et non par l’état. Et croyez moi sur parole des agents contractuels dans la fonction publique qui font pour certains le même travail ont des salaires bien plus forts que les fonctionnaires. Je me souviens d’une époque ou lorsque j’allais à la poste des PTT, il y avait la queue au guichet et tout le monde râlait parce que l’attente était parfois un peu longue. Un jour je suis allé au guichet d’une caisse d’épargne dont je ne citerais, pas le nom de ce petit animal, il y a avait beaucoup de monde et l’attente était interminable mais surprenant personne ne disait rien ?! ?!?!?! Aujourd’hui la poste avec la banque postale est quasi privatisée, le temps d’attente est encore plus long qu’avant parce qu’il y a moins de personnel mais personne ne dit rien ?!?!?!! Et contrairement aux idées reçues les retraites ne sont pas plus fortes. J’en sais quelques choses. Bref un jour je traversais au feu rouge pour moi et un automobiliste qui voulait manifestement griller le feu à été contraint de piler pour ne pas m’écraser. Et bien savez-vous ce qu’il m’a dit de rage : « espèce de fonctionnaire ! » Mais comment pouvait-il savoir que j’étais fonctionnaire ? LOL
    Il faut cesser de taper sur les fonctionnaires ce sont des gens comme vous et moi. Il faut au contraire en rajouter afin de renforcer les services de l’état qui contrôlent les fraudes aux aides sociales, à la sécurité sociale et aux retraites. Peut-être qu’alors nous réviserons notre aversion contre ceux qui acceptent de services la France avec modestie. Il faut réformer la fonction publique mais pas réduire les effectifs, sinon le service public va disparaitre parce que les financiers ne sont pas des philanthropes ils ne travaillent pas pour des salaires de misère. Bientôt « L’ADN de Patricia » changera tout ça et tout le monde sera à la fois fonctionnaire et contractuel de droit privé. Lisez mon livre L’ADN de Patricia il est gratuit celui là !
    Cordialement
    dubruly

    1. « Tout le monde sera à la fois fonctionnaire et contractuel de droit privé ».
      Je pense qu’il faut optimiser votre pensée en disant: « Tout le monde sera à la fois fonctionnaire et dispensé d’activité »
      Pauvre France…

    2. dubruly: Si la fonction publique n’existait pas il y aurait encore plus de chômage.

      C’est bizarre, dans le pays d’à côté où la fonction publique est deux fois moins nombreuse il y a six fois moins de chômage des jeunes.

      dubruly: Lisez mon livre L’ADN de Patricia il est gratuit celui là !

      Une resucée totalitariste de ce qui se faisait de pire chez Marx sans même le talent ni l’intelligence.
      Quand on lit sur votre site que « Hollande à redressé les comptes publics » on ne peut qu’être émerveillé par votre imperméabilité à la réalité des faits.

Les commentaires sont fermés.