Énergie : les contorsions de Ségolène Royal

C’est pourtant bien madame Royal qui a initié ce mouvement de réduction pour sortir du nucléaire en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Segolene ROYAL by Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Énergie : les contorsions de Ségolène Royal

Publié le 3 mars 2023
- A +

Madame Ségolène Royal, ministre de l’Énergie entre 2014 et 2017, a sauvé la France à en croire son audition par la Commission d’enquête sur la souveraineté énergétique de la France le 7 février 2023. Pourtant, elle figure parmi les principaux responsables des difficultés actuelles de production de l’électricité et de l’augmentation vertigineuse de son coût en France.

Ses déclarations rappellent étrangement le fameux « Responsable mais pas coupable » de l’ancienne ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale du gouvernement Fabius, Georgina Dufoix.

 

Un culot à toute épreuve

Madame Royal ne manque pas d’air.

Déjà ministre de l’environnement en 1992, une de ses préoccupations « consistait à ne pas laisser croire que nous disposions d’une énergie abondante, sous la forme du nucléaire ». On peut se demander pourquoi.

Elle veut en conséquence imposer « une civilisation moins consommatrice d’énergie » et elle est directement impliquée dans la débâcle du nucléaire français et la flambée des prix de l’électricité… qu’elle n’a pas souhaité.

Selon ses attributions ministérielles de 2014 à 2017, elle était chargée d’élaborer et de mettre en œuvre la politique de l’énergie « afin notamment d’assurer la sécurité d’approvisionnement et la lutte contre le réchauffement climatique » avec le succès constaté aujourd’hui.

Elle déclare sans sourciller « J’ai souhaité que la France finalise sa stratégie bas carbone afin de se montrer exemplaire à la Conférence de Paris sur le Climat (COP21) de décembre 2015 » sans jamais citer le nucléaire comme le moyen permettant pourtant encore aujourd’hui à la France de se placer en tête des grands pays industrialisés pour sa production d’électricité décarbonée.

Madame Royal manie le verbe avec talent pour aligner des mots ronflants dans des phrases creuses ayant l’apparence du bon sens pour, telle une anguille, se faufiler entre les questions précises de la Commission d’enquête. Elle met rarement des chiffres en face de ses affirmations péremptoires, parfois fausses. Par exemple : « les réacteurs de Fessenheim tombaient souvent en panne ».

Le président de la Commission lui a d’ailleurs rappelé qu’elle témoignait sous serment et lui a demandé :

« À l’issue de l’audition, pourriez-vous nous communiquer les éléments que vous avez indiqués sur la fermeture de Fessenheim ? Je pense notamment aux arrêts des réacteurs à Fessenheim, à comparer au reste du parc ».

Madame Royal déclare également : « Je désirais profiter de la COP21 pour encourager nos industriels à prendre de l’avance dans tous ces domaines » alors qu’elle n’a pas cité une seule fois le nucléaire employant 35 000 personnes comme faisant partie de ces énergies décarbonées parmi ces domaines…

« Nous composions donc avec une diversité dans les territoires »: l’expression est belle mais elle ne signifie rien. Dans le domaine de la production d’électricité la diversification avec des productions aléatoires (EnRI) ne contribue pas à la robustesse de la production, mais au contraire la centralisation avec de puissants moyens pilotables. Ajouter des œufs pourris dans le panier de production fragilise le réseau et augmente les coûts.

Au final, il reste une impression écœurante issue d’un mélange de mauvaise foi, d’ignorance stupéfiante à ce niveau de « responsabilité », ou de bêtise profonde concernant la production d’électricité et le système énergétique français.

 

Être les meilleurs !

Selon madame Royal, pour « continuer à être les meilleurs dans le domaine énergétique, il convient avant tout d’économiser l’énergie » (peut-être est-ce une maladie dont il faut se protéger ?), et donc d’aller vers le rationnement (mot tabou jamais employé).

Et bien sûr, il est nécessaire que « les énergies renouvelables constituent un deuxième pilier ». Madame Royal déclare froidement que « l’hydroélectricité a réglé le problème de stockage » des énergies renouvelables intermittentes (EnRI) dépendantes du vent et du soleil !

La loi de 2015 sur la croissance verte qu’elle a portée activement ne vise pas à diminuer le nucléaire mais à « porter » sa part à 50 % dans le mix énergétique français à l’horizon 2025 tout en souhaitant « réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030 par rapport à 1990 ». Pour mémoire, le nucléaire émet moins de GES que l’éolien ou le photovoltaïque !

De qui se moque-t-elle ?

 

Trois objectifs ratés

« La loi de 2015 poursuivait également trois objectifs politiques forts, qui figurent d’ailleurs dans l’exposé de ses motifs :

« ne pas opposer les énergies les unes aux autres » ; c’est raté puisque le développement des EnRI est utilisé comme une arme pour s’opposer au nucléaire et tarit les financements pour la relance de ce dernier.-

– « faire en sorte que la France ne connaisse ni pénurie ni dépendance » ; c’est encore raté puisque l’intermittence des EnRI nécessite des centrales à gaz ou au charbon importés, ou de l’électricité carbonée importée de chez nos voisins.

– « disposer d’un champ d’énergies propres, sûres et les moins chères possible ». Là aussi c’est raté, notamment sur le volet coût de l’électricité en forte hausse ces dernières années à cause principalement des EnRI alors que le coût du nucléaire est stable.

Autant de naïveté ou d’incompétence est désarmante. Elle constate pourtant elle-même que, au sortir de la guerre, le conseil national de la résistance « présentait l’énergie comme un levier majeur de développement. Cette approche a conduit au service public de l’énergie, et à la création d’entreprises publiques puissantes » (sans citer le nucléaire…).

« En 2015, j’ai demandé au parlement de consentir le même effort d’imagination, d’anticipation et d’investissement afin de prendre le tournant de l’autonomie énergétique et de la lutte contre le réchauffement climatique ».

Sauf que madame Royal n’avait pas remarqué que c’était déjà fait depuis 30 ans et que la France était déjà quasiment championne du monde dans ces domaines !

Dire une chose…

« Selon moi, la transition énergétique a besoin de stabilité et de sécurité, et je regrette que les changements ministériels aient provoqué des reculs, au détriment des entreprises et industriels. Ils ont besoin de durabilité et de visibilité pour arrêter leur stratégie et investir ».

Oui, mais elle a fait le contraire en s’impliquant dans la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim, en limitant les perspectives dans le nucléaire, et en laissant perdre les compétences dans la première filière énergétique en France.

« De mon point de vue, on ne peut pas être pour ou contre le nucléaire, mais uniquement pour un modèle énergétique équilibré, nous fournissant une énergie la moins chère possible, nous garantissant une indépendance et une stabilité des règles ».

Oui, mais là encore elle a fait le contraire en sabordant le nucléaire stable et relativement bon marché. Elle a aussi accru la dépendance de la France au gaz, aux matières premières importées pour les éoliennes, et aux panneaux photovoltaïques chinois.

Elle déclare « L’énergie, c’est la vie. Il s’agit du sujet le plus important dans un pays et dans sa stratégie ». Mais elle avoue peu après que, durant sa campagne présidentielle de 2007, « l’énergie n’était pas un sujet archiprioritaire » alors qu’elle avait déjà été ministre de l’Environnement en 1992 !

 

Au bal des faux-culs…

Après plusieurs dizaines d’années de vie politique, madame Ségolène Royal manie admirablement la langue de bois. Si elle se plaint dans cette audition que « les technocrates n’ont jamais de comptes à rendre sur rien », elle ferait bien de s’intéresser aussi aux politiques qui peuvent dilapider des milliards d’euros d’argent public par idéologie et spolier les Français sans rendre aucun compte devant la justice si les formes légales sont respectées.

Et madame Royal, qui perd parfois la mémoire sur ses déclarations contradictoires rappelées par le rapporteur de cette commission, a fait des émules.

En effet, l’actuelle Première ministre Elisabeth Borne a été à bonne école. Elle a été directrice de son cabinet au ministère de l’Énergie de 2014 à 2017. Elle s’est félicitée de la fermeture des deux réacteurs nucléaires de Fessenheim en 2020 mais elle soutient cependant aujourd’hui la commande de 6 réacteurs nucléaires EPR (et peut-être 14) annoncée le 10 février 2022 par le président Macron.

Au sujet de madame Borne, Ségolène Royal a déclaré dans son audition :

« Après mon départ du ministère, mon ancienne directrice de cabinet (Elisabeth Borne) est elle-même devenue ministre de l’Environnement, en binôme avec M. Antoine Pellion. Ils ont alors décidé de la fermeture de la centrale de Fessenheim, non conditionnée à l’ouverture de la centrale de Flamanville, et publié une PPE contenant une liste de fermetures de réacteurs.

Enfin, en novembre 2019, ils ont demandé à EDF d’imaginer un scénario « 100 % énergies renouvelables ». Ils contredisaient ainsi publiquement M. Jean-Bernard Levy, selon lequel il convenait de réfléchir à de nouveaux réacteurs car d’autres arrivaient en fin de vie.

Comment des ingénieurs, techniciens et ouvriers peuvent-ils se sentir motivés par l’énergie nucléaire, ne serait-ce que pour entretenir les centrales, s’ils entendent que cette énergie va s’arrêter ? C’est impossible ».

C’est pourtant bien madame Royal qui a initié ce mouvement de réduction pour sortir du nucléaire en France.

Au sujet de monsieur François Brottes, autre fossoyeur du système électrique alors qu’il avait été nommé président de réseau français d’électricité (RTE) par madame Royal après avoir été le rapporteur de la loi de 2015 sur la « croissance verte », elle déclare « Certains changent de position en fonction de leur posture. Moi, je ne l’ai jamais fait »… Chacun appréciera.

Madame Royal est certainement une danseuse étoile au bal des faux-culs mais, hélas pour la France, elle n’est pas la seule à briller au firmament de l’irresponsabilité.

 

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Il suffit de dire que Madame Royale est socialiste, donc appartenant à un parti affilié à Staline (issu du PC financé par Staline) et tout est dit sur ses positions et motivations. De même, le parti écologiste est soutenu depuis son origine par les socialistes et font le jeu de Poutine en matière économique : énergie, agriculture, industrie.
    Il suffit de chercher à qui profite crime pour en connaître l’instigateur caché.

    • « Never attribute to malice that which is adequately explained by stupidity. » Surtout avec Ségolène…

      • Eh oui, tous ceux qui ont été fascinés par sa danse du ventre s’aperçoivent aujourd’hui que ce n’étaient que contorsions! ( remake de « la cigale et la fourmi » d’un écrivain célèbre).

      • Avatar
        jacques lemiere
        4 mars 2023 at 12 h 39 min

        la stupidité va être souvent définie comme persister à appliquer une méthode qui ne fonctionne pas pour résoudre un problème…

        son « problème »..être élue..le pouvoir..
        pas si stupide..
        ceux qui persistent à affirmer qu’ un élu va » agir dans l’interet général » par contre…

        -1
  • Elle joue la naïve mais ne le soyons pas, elle fait ce qu’on lui commande de faire, enfin, faisait.
    Les renouvelables n’ont jamais eu d’autre but que d’augmenter notre consommation de gaz…. Que l’Europe n’a plus, d’où, retour en force du nucléaire….. Sans doute trop tard, la desindustrialisation est en marche, qui pourra reconstruire le nucléaire ?

    • Vous lui prêtez plus de ruse et d’intelligence qu’elle n’en a, sur ce sujet je serais plutôt de l’avis de Michel O.

  • Merci pour la dernière phrase, qui résume parfaitement l’article.

  • Le plus grave est qu’il n’est pas impossible que cette dame soit beaucoup moins compétente qu’insincère !
    Lors de son débat avec Sarkozy en 2007, elle croyait que la part du nucléaire en France était de 30%…

    • Nos politiques sont tous incompétents et pas un n’est sincère… Ils nous le prouvent tous les jours… Et c’est normal, ils n’ont jamais rien fait dans la vie que du bachotage ou du copinage pour gagner leur vie, voir lemaire une vraie caricature.

  • « Le président de la Commission lui a d’ailleurs rappelé qu’elle témoignait sous serment  »
    Il ne serait pas un peu naïf, le président de la commission, pour penser que de nos jours, nos politiciens ont encore un semblant d’honneur, ou au moins un soupçon de rigueur morale?

  • En Chine, admettre publiquement qu’on a commis une erreur est une honte suprême, qui fait perdre la face (et une partie de sa crédibilité) à celui qui le fait. Je crois cependant, à titre personnel, qu’on verra Xi Jinping admettre qu’il peut avoir commis une erreur dans sa gouvernance bien avant que Ségolène Royal ne puisse même envisager de faire la même chose. Cette dame soutiendra toujours, en toute situation, qu’elle ne saurait avoir commis la moindre erreur ou faute. Se remettre en question est juste… hors de ses capacités.
    Ce qui pose 2 problèmes :
    * la remise en question étant un élément fondamental de tout processus d’apprentissage, elle est figée dans ce qui lui tient lieu d’idées et ne sera pas capable d’en bouger
    * plus gênant pour nous : des « journalistes » continuent à lui demander son avis, alors qu’elle devrait, au même titre que son ex compagnon, être laissée à un bienheureux (pour nous) oubli…

    • « Cette dame soutiendra toujours, en toute situation, qu’elle ne saurait avoir commis la moindre erreur ou faute »
      Bien sûr puisqu’elle est incapable de donner aucun chiffre susceptible d’étayer ses affirmations! Le flou est la meilleure arme des politiciens socialistes!

  • Elle a commencé sa carrière comme ministre de Mitterrand, en allant le voir dès son élection avec son culot habituel. Or, ce président choisissait ses collaborateurs en fonction de leur appartenance politique et non en fonction de leurs compétences : grosse erreur !
    Plus tard, quand elle a réussi à se faire adouber pour représenter son parti aux présidentielles, des ténors du PS d’une autre trempe comme Mauroy, s’étonnaient du creux de ses propos et Rocard la comparait (déjà !) à Jeanne d’Arc.
    En réalité, la madone du PS n’a jamais roulé que pour son propre compte, avec un dogme antinucléaire caractéristique des personnes qui n’ont aucune culture scientifique ni même économique (comme présidente de Région elle en a fait la preuve).
    On lui souhaite une bonne retraite, mais surtout de nous f… définitivement la paix.

  • Ne lui jetons pas la pierre cependant, elle nous a laissé ( dans ma région) quelques beaux portiques écotaxe que l’on pourra à terme recycler en monuments décoratifs de nos nombreux ronds- points!

  • Avatar
    jacques lemiere
    4 mars 2023 at 12 h 19 min

    élue…
    elle donne à ses électeurs ce qu’ils veulent …
    en l’occurence négliger le futur pour la jouissance immédiate…
    elle ment..ou dit des conneries..sous leurs applaudissements.

    je veux qu’on m’explique pourtant par quel miracle , si on laisse l ‘énergie sous la main des élus, on ne peut pas avoir « pire » que ségo demain..

    moi je veux juste que les électeurs de sego assument…

    -1
    • Avatar
      jacques lemiere
      10 mars 2023 at 8 h 17 min

      et voila moins un..

      comment ne pas vouloir faire face à ses contractions;.

      il faut que l’etat gère l’eznrgie;.. mais un état qui sut les conseils des gens comme moi.
      appel à la « technocratie ».. à la gay..
      faire le bonheur des cons ..surtout car ça permet aussi à MOI de payer moins cher..

      Moi je ne sui pas libéral..alors ça me fait rire..

      vole l’elecvtricté relève du régalien mais pas tout à fait ..nouveau paradigme libéral.

  • Avatar
    jacques lemiere
    4 mars 2023 at 12 h 23 min

    la route solaire c’est comme le sens partis dans les grottes pour fuir le wifi..

    Que sont ils devenus???.

    -1
  • Elle nous laissé quand même de merveilleuses réalisations que le monde entier nous envie:
    La route solaire
    Les portiques éco-taxe ( qui sont présent dans les auttres pays d’europe sans manif ni problèmes )
    La voiture à air comprimé
    et d’autres chef-d’œuvres de la science au service de la population !
    Gloire à Ségolène au plus des cieux !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le journal Cicero a révélé qu’un rapport transmis au ministre de la Transformation climatique démontrant qu’il fallait maintenir les centrales nucléaires en Allemagne a été caché par ce dernier. Un rapport occulté dans le but de faire valider la politique des Verts de fermeture des centrales allemandes. L’opinion publique est choquée, et le prestige des Verts terni.

 

Par Markus C. Kerber[1]

Robert Habeck, vice-chancelier et ministre Vert de l’Économie et du Climat, est auteur de livres pour enfants (avec sa femme), ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Un thread de The Final Frontier pour expliquer ce qu'est l'uranium appauvri.

A retrouver sur Twitter à cette adresse 

Allez, mini thread de mise au point rapide sur la question de l'uranium appauvri.

On entend en effet tout et son contraire sur ce dernier. Pour les anti-nucléaires, c'est un déchet. Pour les pros, c'est une ressource valorisable.

Qu'en est-il vraiment ?

Alors matière valorisable ou déchet ? En fait les deux à la fois.

 

1- De l'uranium pas vraiment appauvri

Dans la nature, ... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Le 26 avril 1986, la centrale nucléaire de Tchernobyl connaissait un accident majeur qui allait ébranler l'URSS et le monde du nucléaire. Au sujet des causes de cet accident, de nombreux propos farfelus circulent. Retour sur les erreurs et les malfaçons qui ont conduit à la catastrophe.

Nous publions ici le thread Twitter réalisé par The Final Frontier.

 

Bon, ce soir, comme promis, un thread sur la catastrophe de Tchernobyl. On va en gros voir ce qu’il s’est passé, et surtout pourquoi ça s’est passé.

Pour bea... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles