Plaidoyer pour que la science supplante finalement la science®

Cessons le sabotage systématique de l’État sur nos vies.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
State Public Health Laboratory in Exton Tests for COVID-19 BY Governor Tom Wolf (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Plaidoyer pour que la science supplante finalement la science®

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 février 2023
- A +

Depuis la pandémie, les adorateurs du Dieu-État nous cassent les oreilles avec la science®. Maintenant que le virus semble endémique, il serait temps que la science, celle qui fonctionne par essai et erreur et qui peut être répliquée/discutée, reprenne sa place.

Donc, si vous avez suivi mon conseil pour 2022 et fait un « régime » de gouvernement, continuez sur votre lancée et séparez le gouvernement de la science. Car contrairement à Midas, tout ce que le gouvernement touche se transforme en plomb.

C’est particulièrement évident en ce qui concerne la nourriture. Depuis les années 1970, on nous martèle que le gras (surtout saturé) est le Vilain et que les glucides sont bons. Voyez le résultat. Établir un lien de cause à effet dans cette situation va de soi car n’en déplaise à la quasi totalité des régimes et recommandations des gouvernements, les calories ne sont pas égales.

À l’exception des fibres les glucides se transforment tous en glucose, c’est-à-dire en sucre – y compris l’amidon des pâtes. Pour assimiler cet élément, le corps doit produire de l’insuline. Mais avec les recommandations officielles de plus de 300 g de glucides par jour – soixante fois le taux normal dans le sang – la production d’insuline doit augmenter de façon exponentielle afin d’éviter la mort de l’organisme. Cette surproduction d’insuline finit par rendre les cellules résistantes et causer un diabète de type 2, voire de type 3 – la maladie d’Alzheimer.

Malgré tout, le gouvernement continue de croire à la fausse théorie selon laquelle trop de gras = crises cardiaques. En fait, dès qu’on a proposé de drastiquement réduire la consommation de gras et de cholestérol, plusieurs scientifiques ont objecté, faisant valoir que les preuves étaient insuffisantes. Mais ils ont été sciemment ignorés, plaidant que le « gouvernement ne pouvait se permettre le luxe d’attendre. »

Depuis donc 50 ans, le gouvernement ignore ses propres études ne démontrant aucun lien de cause à effet entre gras et crises cardiaques. Aussi il donne des conseils complètement déments en attribuant une meilleure cote à des céréales sucrées – que j’appelle personnellement des bombes diabétiques – qu’à un œuf frit dans le beurre. Évidemment, les médias se porteront à la défense de leur maitre, ignorant la commandite patente des produits « recommandés ».

Le secteur privé n’est guère mieux en refusant même de publier des études exonérant la viande de tous méfaits. Et quand de telles études sont publiées, elles sont (presque) toutes basées sur des observations – des questionnaires envoyés aux consommateurs pour sonder leurs habitudes. C’est pourquoi le végétarisme est généralement recommandé car ses adeptes ont généralement de meilleures habitudes de vie (exercice, tabagisme, moins de nourriture transformée, etc.)

 

Détruire l’environnement pour le sauver

En plus de détruire notre santé, le gouvernement détruit aussi l’environnement au nom de sa sauvegarde.

Ne vous méprenez pas : j’approuve la défense de l’environnement. Je vais en vélo au travail, je vais à pied au supermarché, je ne chauffe pas trop ma maison en hiver (15-17 degrés) et je tente de limiter mes déchets…

Mais si urgence il y a vraiment d’agir pour « sauver » la planète, force est de constater que les agissements des gouvernements aggravent la situation à la fois pour l’environnement et pour les humains.

Pour les humains, la « sauvegarde » de l’environnement se traduit par une pauvreté énergétique comme en Californie ou un réseau de distribution qui fout le camp au moment critique comme au Texas. Dans les deux cas, des incitatifs fédéraux pour construire des énergies « renouvelables » (entendre éolien et solaire) ont grandement fragilisé les réseaux électriques en y introduisant des sources intermittentes, inefficaces et pour lesquelles un investissement n’a aucun sens sans aide publique, dixit Warren Buffet.

Cette pauvreté énergétique affecte également l’Europe. Grâce à des lobbys financés par la Russie, le Vieux Continent se tire dans le pied en abandonnant l’exploitation de ses ressources gazières pour dépendre entièrement du pays de Poutine pour se chauffer. Ce ne serait pas un problème si le pays était libéral. Malheureusement, la Russie semble toujours profiter des prix élevés de l’énergie pour affirmer son hégémonie régionale.

Il ne peut en être autrement. Quand il ne vente pas et/ou il ne fait pas soleil, l’état actuel des accumulateurs d’énergie ne permet pas de stocker assez pour pallier ces carences. L’Allemagne en représente l’exemple le plus dramatique : elle a abandonné le nucléaire pour se tourner vers l’éolien et le solaire, avec le désastre que l’on connait. Résultat : elle doit se tourner vers la pire forme de chauffage possible en adoptant de charbon pour éviter de congeler sa population. Pour une fois, Greta Thunberg a raison de protester – bienqu’elle soit une des muses de cette « dévolution. »

L’exemple allemand démontre le paradoxe environnemental moderne : on détruit la nature pour supposément la sauver.

Le pays des Teutons menace de détruire un village et de vieilles forêts pour extraire une source d’énergie digne de l’époque du Rideau de fer. Cette destruction se fait encore à plus grande échelle à cause de l’appétit insatiable des pays industrialisés pour les terres rares nécessaires aux panneaux solaires, éoliennes, moteurs électriques, etc.

Mais vous ne verrez pas cette destruction. Elle est sous-traitée aux pays en développement où les enfants sont exploités sans vergogne et l’environnement détruit en permanence (même aux États-Unis). Comparez ces exploitations sans pitié à un gazoduc après sa construction…

Mais même s’il était possible de restaurer les mines de terres rares et autres métaux, leurs effets sur la faune sont tout aussi dévastateurs. Récemment, une dizaine de baleines se sont échouées sur les côtes du New Jersey. Curieusement, la zone côtière voisine est l’objet d’inspections pour la construction d’éoliennes. Un rapport affirme qu’il n’existe aucun lien et les opposants sont vite accusés d’être à la solde de Big Pétrole. Mais on taira évidemment les liens entre les médias et Big Vent, dont les écrits sont déguisés en article.

Ce n’est guère mieux sur terre. En 2014, l’administration Obama a exempté les éoliennes d’une loi protégeant les animaux en danger. Jusqu’en 2044, les producteurs auront donc le champ libre pour tuer autant de volatiles en danger qu’ils le souhaitent. Bref, comme le rappelle ce meme, les aigles décapités par les éoliennes ne reçoivent aucune publicité, contrairement à ceux couverts de pétrole.

 

Faites ce que je dis…

Finalement, aucun article parlant de science® ne serait complet sans mentionner l’hypocrisie crasse des pachas voulant nous faire vivre de simplicité volontaire dans un monde en décroissance.

Durant leurs réunions fastueuses où l’on mange comme des rois, ils veulent nous forcer à manger #zebugs, à savoir des insectes bourrés de parasites et qui peuvent causer des réactions allergiques aux personnes intolérantes aux fruits de mer ; et sachant que leur consommation est courante là où des « vraies » sources de protéine (bœuf, poulet) sont trop chères.

Ces mêmes pachas se rendent à leurs réunions en jet privé et/ou en limousine alors que la plèbe, si elle est chanceuse, doit se contenter de rencontres (sociales et professionnelles) virtuelles et faire un emprunt pour acheter une voiture électrique parce que celles à essence seront bannies. Sauf les voitures de luxe, naturellement.

Bref, espérons que 2023 sera l’année où la science du siècle des Lumières supplantera la science® une fois pour toutes. Comme avec toute chose que le gouvernement touche, le résultat net est toujours pire que le statu quo ou « ne rien faire. »

À ceux qui me traiteront de négationniste : sachez que je ne « croirai » pas tant et aussi longtemps que les pachas susmentionnés n’agiront pas comme ils le prêchent et qu’ils se trouveront des excuses pour justifier leur hypocrisie.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Staline et Mao et Castro et Maduro et Mélenchon et holland (pour ne citer qu’eux) ont toujours dit à leurs peuples ce qui est bien pour eux. Mais par immense esprit de sacrifice, ils ont appliqué le contraire pour eux-mêmes dans le but de montrer où mène la décadence libérale capitaliste.

    • Leurs peuples les ont crus, c’est bien là le problème. Et même cuits, ils sont encore invités sur les plateaux télé, voir Hollande…

    • eux..quasiment .tous les politiques.. l’interet commun n’existe pas il y en a autant que de critère arbitraire choisi pour le définir..

      je suis beaucoup plus plus inquiet des scientifiques qui pensent vraiment qu’ils agissent dans « l’interet commun »…

      • euh..quasiment .tous les politiques.. l’interet commun n’existe pas il y en a autant que de critères arbitraires choisis pour LES définir..

        je suis beaucoup plus plus inquiet des scientifiques qui pensent vraiment qu’ils agissent dans « l’interet commun »…glaçant..

  • Bravo de dire tout ça sans concessions politiquement correctes de plus en plus difficiles à digérer !

  • la science est la connaissance elle est intrinsèquement individuelle ..on sait ou pas..
    quand on se réfère désormais à la science c’est à a science « académique  » , qui est un corpus de travaux jugés méthodologiquement recevables par des « pairs »..
    ce truc est corruptible via les pairs..si le système se ferme au public ou essaie par différent moyen de se rendre inaccessible..
    ce truc est en général en retard par rapport à la science de certains individus
    il n’y pas lieu de penser que ce soit non plus la science la plus aboutie..surtout quand des interets sont en jeu..
    le danger qui menace la science académique est sa professionnalisation « carriérisme ,le corporatisme et son lien avec l’état.. politisation.
    par ailleurs les scientifique professionnels MENTENT..quand on leur demande pourquoi on doit financer la science..
    ils répondent que ça génère du progrès matériel . or non..ça aide à trouver la vérité ça sert la justice et non la prospérité globale..
    on voit le basculent qui s’est opéré depuis que les idéologies conservatrice environnementales sont à l’oeuevre et devenues populaires , des tas de scientifiques n’ont aucun problème à appeler à la fin du progrès materiel!!! et les scientifiques n’ont pas réagi quand le principe de précaution , qui invoque le role d’arbitre de la « science » a été adopté..

    Et ce n’est PAS un point de détail que le conflit d’interet doit associé au financement privé..

  • Un plaidoyer contre l’agument d’autorité… ça ne serait pas mal..
    Je rappelle l’épisode du prix nobel qui a tout à la fois rappelé les limites des modèles climatiques tout en admettant se confiance.. donc qu’il ne s’agissait plus de science…
    les scientifiques sont dans leur grande majorité coupable de silence orienté et intéressé/// il ya encore quelques années on entendait l’argument jai autre chose à faire…que les sujets étaient des points de détails peccadilles..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans les cercles libéraux américains, on dit souvent qu’il y a un « parti unique » (uniparty) au Congrès. En d’autres termes : il n’y a pas de différences majeures entre Démocrates et Républicains. Les deux sont partisans d’un gouvernement plus important.

Les Démocrates ne s’en cachent pas, et la dernière proposition budgétaire de Joe Biden le confirme à nouveau. L’introduction du texte contient plusieurs énormités que les vérificateurs de « faits » auraient derechef débusquées si le président avait été de l’autre parti.

Non, Bi... Poursuivre la lecture

silos
5
Sauvegarder cet article

Par Bernard Durand et Michel Gay.

Au ministère de la Culture, il n’existe pas de direction générale de la « Culture scientifique » alors qu’il en existe une pour la création artistique, une autre pour les médias et les industries culturelles, et une troisième pour la transmission culturelle, les territoires et la démocratie culturelle. Même le mot science n’apparaît pas dans ces intitulés.

 

Culture scientifique ?

La terminologie même de culture scientifique a évolué. Elle est passé de « culture scientifique », déjà ... Poursuivre la lecture

Dans le récent article du journal Le Monde intitulé « Une relance nucléaire décidée dans le plus grand mépris démocratique », la secrétaire nationale d’un parti ayant eu la peau de Fessenheim et celle de Superphénix, avec seulement 6 à 7 % du corps électoral, déplore implicitement le bafouage de sa militante chasse gardée : la CNDP.

Madame Tondelier surestime manifestement le nombre des nostalgiques de cette mystification consultative et n’a pas encore perçu que ses compatriotes en ont majoritairement soupé de la fallacieuse démocratie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles