Écologie : la tentation totalitaire

Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
https://unsplash.com/photos/DbwoDjKUiVE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologie : la tentation totalitaire

Publié le 19 novembre 2022
- A +

Le vandalisme se verdit pour paraître acceptable. Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

 

Sabotez, il en restera toujours quelque chose…

En octobre 2020, le mouvement La Ronce appelait ainsi à multiplier les actions ciblées de sabotage à petite échelle telles que le débouchage de bouteilles dans les rayons de magasin, crever les pneus des SUV (véhicules utilitaires sport)… pour « mettre un joyeux bordel ».

En 1975, la centrale nucléaire de Fessenheim avait été la cible d’un attentat à la bombe.

En 1977, un attentat terroriste à l’explosif revendiqué par le CACCA (Comité d’action contre les crapules atomiques) avait visé le directeur général d’EDF responsable du déploiement de l’énergie nucléaire en France (Marcel Boiteux).

En 1982, la centrale nucléaire de Superphénix avait été victime d’un tir au lance-roquettes fourni par la Fraction armée rouge, organisation terroriste allemande d’extrême gauche. L’auteur de l’attaque a même été élu député écologiste en Suisse. L’alliance entre les nostalgiques du communisme et le fondamentalisme écologiste n’est pas nouvelle (les pastèques : rouges à l’intérieur, vert à l’extérieur).

Des militants écologistes d’Extinction Rebellion ont utilisé des méthodes de délinquants en dégonflant les pneus de 220 voitures à Bordeaux pour dénoncer la pollution de ces véhicules et dissuader par l’intimidation les Français de rouler en SUV.

Quelle sera la prochaine étape ? Faudra-t-il appeler à décapiter les propriétaires des voitures roulant au pétrole ?

En juillet 2021, le collectif Extinction Rébellion revendiquait le sabotage de 300 trottinettes électriques à Lyon.

En mai 2022, un homme a tenté de briser la vitre de protection du tableau de La Joconde avant de jeter sur l’œuvre un gâteau à la crème. L’auteur a déclaré avoir agi ainsi « pour la planète ». « Les artistes, vous disent : pensez à la Terre. C’est pour ça que j’ai fait ça. Pensez à la planète ».

Fin septembre 2022, des militants de Greenpeace sont entrés par effraction dans des locaux de la station de ski de La Bresse-Hohneck pour voler les ordinateurs qui régissent la fabrication de neige de culture en laissant une revendication : « plus d’électricité pour les canons ».

Ces actes violents et parfois désespérés sont le cri d’une génération affolée car manipulée par des journaux en quête de clics, des politiques en quête de pouvoir et des associations en quête de financements et d’existence médiatique.

Ces actes violents sont présentés comme le symbole de la résistance acharnée des défenseurs de Gaïa contre les suppôts du capitalisme et de la grande industrie.

 

Des actes désespérés

Séparée de ses dérives, la cause environnementale est noble.

Mais le risque supposé (souvent fantasmé) d’une dégradation horrible de la planète suscite une peur qui pourrait servir à justifier les actions les plus violentes. Des désespérés veulent sincèrement retarder la catastrophe à venir en effondrant la civilisation industrielle actuelle par des actes « héroïques ».

Ces militants sont encouragés à utiliser tous les moyens de nature à « sauver le monde ». Victimes de discours pessimistes qui autorisent tout, justifient tout, ils se croient investis d’une mission quasi divine qui les pousse à des excès pouvant conduire aux pires dictatures.

Dans cette idée, les principes de la démocratie libérale (dont la liberté de circulation) sont jetés aux orties face au risque imminent d’extinction de notre espèce.

Cette désespérance aboutit à l’éco-anxiété, signe d’une angoisse contemporaine qui se manifeste par un sentiment de terreur face aux menaces qui pèsent sur l’environnement. Une étude de septembre 2021 montre que 84 % des 16-25 ans se disent inquiets face au changement climatique et 75 % estiment que le qualificatif effrayant est celui qui convient le mieux pour évoquer l’avenir, ce qui peut pousser à la violence ou au désespoir.

Cette peur de l’avenir résulte de discours sans cesse plus anxiogènes. Médias, politiques et enseignants font la promotion du « jour du dépassement » (jour où les humains auraient épuisé les ressources que la Terre est capable de générer en une année), concept pourtant démontré comme frauduleux.

Comment envisager l’avenir sereinement après ces discours apocalyptiques à destination notamment d’enfants parfois encore scolarisés en primaire ?

Un jour, ces jeunes finiront par ouvrir les yeux… Les catastrophes annoncées ne se seront pas produites mais ils vivront sous une dictature dans un pays sous-développé. Le réveil sera brutal mais les coupables « écolos » catastrophistes seront morts.

La lutte contre la planification écologique passera avant tout par la pédagogie… hélas si peu vendeuse, et l’arrêt de cette course à l’anxiété.

Puisque des gens suffisamment crédules se laissent escroquer par des lobbies écologistes habiles pour leur extorquer « légalement » de l’argent, alors certains estiment qu’ils n’ont qu’à payer pour leur stupidité. Ce n’est pas moral, mais l’écologie est devenue une industrie de l’escroquerie que certains nomment l’escrologie, prête à appauvrir sans aucun scrupule un peu plus les pauvres.

 

Un nouveau délit d’écocide

La proposition de loi sur l’écocide, si elle est adoptée, révèlera peut-être le caractère totalitaire en cours de l’écologie politique.

En effet, la loi durcit les sanctions pénales en cas d’atteinte à l’environnement par la création :

D’un délit de mise en danger de l’environnement

Le fait d’avoir exposé l’environnement à un risque de dégradation durable de la faune, de la flore ou de l’eau en violant une obligation de sécurité ou de prudence pourra être sanctionné de trois ans de prison et 250 000 euros d’amende. Contrairement au délit général de pollution, les sanctions pourront s’appliquer si le comportement est dangereux et que la pollution n’a pas eu lieu.

D’un délit général de pollution des milieux et d’un délit d’écocide 

Les atteintes les plus graves commises intentionnellement à l’environnement seront passibles d’une peine maximale de 10 ans de prison et 4,5 millions d’euros d’amende (22,5 millions d’euros pour les personnes morales), voire une amende allant jusqu’à dix fois le bénéfice obtenu par l’auteur du dommage commis à l’environnement.

 

La jeunesse ciblée

Le 21 février 2019, le journal Le Temps en Suisse a publié un « Appel de chercheurs à la grève climatique du 15 mars » signé par environ 250 universitaires.

Le public visé est constitué principalement d’adolescents déjà descendus dans les rues et dont les seules connaissances en matière de changement climatique se résument au pilonnage écoligico-idéologique exercé par les médias.

Il est inquiétant de voir des enseignants et des chercheurs recommander à des élèves de quitter l’école pour la rue et les appeler à la désobéissance civile.

Cet « Appel de chercheurs » déclare : « Nous comprenons un mouvement de désobéissance civile comme Extinction Rebellion, dont la radicalité relève du réflexe de survie ».

 

L’apocalypse pour demain ?

Pour emporter la conviction du citoyen la méthode de « mise en épouvante » consiste à faire souffler un vent de panique par un discours apocalyptique parsemé d’assertions scientifiques.

Ainsi, dans cet appel signé par une (petite) partie du monde universitaire prétendant éduquer le peuple, sont évoqués : « la destruction de la biodiversité ; des dangers inédits ; un effondrement de la civilisation thermo-industrielle ; un épuisement de nos ressources naturelles ; le péril qui ne cesse de croître ; jamais l’abîme n’aura été si béant ; l’angoisse de l’effondrement du vivant et l’empoisonnement de l’écosystème ; une civilisation mortifère qui veut nous conduire sur Mars, une planète morte, après avoir rendu la nôtre impropre à la vie ».

Mais il existe-t-il d’autres « appels » de chercheurs et de scientifiques pour juger de la pertinence de cet « Appel des chercheurs » ?

« Comment, d’une façon générale, des faits imaginaires ou inventés, voire franchement mensongers, arrivent-ils à se diffuser, à emporter l’adhésion des publics, à infléchir les décisions des politiques, en bref, à façonner une partie du monde dans lequel nous vivons ? » (Gérald Bronner, La démocratie des crédules).

Le sabotage de l’industrie ourdi par une phalange d’écologistes radicaux infligerait aux Français et aux Européens une dramatique punition socio-économique.

L’actuel locataire de l’Élysée (inconscience ? incompétence ? calcul électoral ?) avait promis en 2018 de saborder une quinzaine de réacteurs en 15 ans avec l’adoption des « propositions » des 150 citoyens de la Convention Climat encadrée par des militants écologistes formatant les réponses.

Avait-il pris cette décision sous pression politique ? Y a-t-il eu chantage ?

Heureusement, le président Macron semble avoir changé d’avis depuis son discours de Belfort du 10 février 2022. Dorénavant, il ne souhaite plus fermer de réacteurs nucléaires. Il a déclaré : « Je souhaite que six EPR2 soient construits et que nous lancions les études sur la construction de 8 EPR2 additionnels ».

Les dirigeants de la France ont préparé depuis 20 ans une débâcle énergétique. Les Français ne la méritent pas mais ils y ont participé par l’aveuglement (volontaire ?) d’une partie de ceux qu’ils ont élus.

La tentation totalitaire écologiste se traduira-t-elle dans les faits ? Le pire n’est jamais sûr… mais il faut rester vigilant !

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Et pendant ce temps, tous ces écologistes utilisent Internet et ses réseaux sociaux, les téléphones fabriqués en Chine, se retrouvent autour d’un café produit à 10.000 km, se chauffent, etc, etc. Mais pas un n’a le courage de s’attaquer aux plus gros pollueurs que sont la Chine avec ses industries et son charbon (et l’Allemagne), à l’Afrique avec sa démographie hors de contrôle.
    Quel courage pour combattre la pollution !!!

  • Les différents rappel de cet article demontrent que l’ideologie écolos est bien une demarche totalitaire, d’incultes betes mais aussi « Mechants ». Ils doivent etre tenu a l’ecart de tous postes de responsabilités dans la gestion du pays.
    Ces malades ne doivent plus etre invités a raconter leurs mensonges dans nos écoles, mais nous devons enseigner dans les ecoles l’art de repérer et de se proteger contre les ecolos dingos !

  • l’écololgisme est par nature totalitaire il repose sur une idée d’un bien commun qui n’est pas appreciable..

    rien n’est « écologique »… et plus écologique est subjectif dans la très grande généralité..
    ce n’est meme pas seulement totalitaire c’est suicidaire..
    pire que l’égalitarisme ..qui n’est que pratiquement impossible..

    Qui sont donc ces ennemis des écolos qui ont pour OBJECTIF de détruire l’environnemet ou la planète???

    les écologistes ne disent pratiquement rien qui puisse être pris au pied de la lettre.. ils prospèrent sur la curieuse tolérance de l’ambiguité de leurs propos rejetant la faute sur celui qui la met en avant…

  • Ajoutons, comme cause de la radicalisation, le piteux score électoral auquel les mouvements écolos sont abonnés.
    Après la rue comme 3ème tour électoral, voici venu le 4ème tour, celui de la violence.

  • L’ennui est que les arguments des écolos politiques, qui sont d’abord antinucléaires (sans pouvoir dire clairement pourquoi), ont contaminé les élus Verts et « de gauche » (sauf, curieusement, les plus à gauche c’est à dire les communistes) qui ne connaissent rien à la technologie.
    Pire, EELV comme son nom l’indique est européen et plus précisément vient d’Allemagne. Et la Commission Européenne qui impose de plus en plus de directives aux 27 états membres, dans le domaine de l’énergie et de l’environnement, est sous la double domination des Allemands et des Verts (Grunen en allemand). La France y a envoyé des idéologues et/ou opportunistes qui votent contre les intérêts de leur pays : encore récemment Pascal Canfin et des députés LREM ont voté contre l’amendement de RepowerUE autorisant enfin le subventionnement du nucléaire, aux côtés des énergies renouvelables et fossiles (oui, fossiles, vous avez bien lu.)
    Heureusement, la sagesse l’a emporté et l’amendement est passé. Mais c’est révélateur.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

photo de Jean-Marc Daniel
10
Sauvegarder cet article

Jean-Marc Daniel qualifie de « pagano-gauchistes » tous ces mouvements qui se disent écologistes et sont en réalité « sans nuances », ne faisant que promouvoir un vieil anti-capitalisme qu’ils tentent de recycler, les idées marxistes du XXe siècle ayant perdu de leur superbe à la suite de la chute de l’URSS.

Selon nombre d’entre eux, au capitalisme devrait être substitué une « société frugale et égalitaire reposant sur de multiples contraintes et sur la restriction des libertés et des possibilités de production ». Par exemple Naomi Kle... Poursuivre la lecture

Dès qu’il s’agit de défendre « l’écologie » qui a souvent un chapeau trop large, alors le soutien aveugle, la défense hargneuse et les mensonges sont de rigueur. Toute critique sape la cause écologiste. Elle devient une trahison, un crime de lèse-écologie.

 

Le dogme écologiste

Il ne faut pas déranger le dogme écologiste. La certitude béate de « l’écologiste » pur et dur se moque bien des faits. Il veut des slogans et de beaux discours. Il ne veut qu’applaudir des idoles…

Les Verts manifestent une forme d’allergie à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles