Les jeunes contre les « Boomers »

Les reproches faits aux boomers, la génération née après la guerre, relèvent à la fois d’une passion égalitariste et d’une incompréhension de ce qu’est la vraie vie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8
old couple source https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Retraites-la-grande-arnaque

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les jeunes contre les « Boomers »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 juillet 2022
- A +

Je suis un boomer et cet état de fait me range dans la catégorie des salauds de vieux qui sont plus riches que les jeunes. J’ai donc des comptes à rendre aux révoltés juvéniles. Je vais essayer de les régler dans cet article.

Les reproches faits aux boomers, la génération née après la guerre, relèvent à la fois d’une passion égalitariste et d’une incompréhension de ce qu’est la vraie vie que ces jeunes n’ont pas encore vécue. Ils s’accompagnent aussi d’une pensée autoritaire et pessimiste pour juger la liberté dangereuse et le capitalisme irresponsable face à l’apocalypse climatique annoncée.

 

La passion égalitariste

Selon ces jeunes soldats de la guerre des générations, la passion égalitariste devrait induire la paupérisation des anciens pour l’aligner sur la pauvreté des jeunes. Rappelons que l’égalité qu’il faut louer et défendre est celle des droits, pas celle des situations ou des patrimoines. Dans la réalité, nous ne sommes pas égaux.

Comme l’avait rappelé Alexandre Soljenitsyne :

« Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres ils ne seront pas égaux, et s’ils sont égaux c’est qu’ils ne sont pas libres. »

Hélas, le rapport aux libertés des jeunes radicaux est particulièrement distant, pour ne pas dire hostile. Certains prônent la décroissance pour sauver la planète. Selon eux, il faudrait donc taxer les riches, les dividendes et ces salauds de boomers qui nous laissent la dette publique en héritage.

 

Plus riches ou moins pauvres ? 

C’est vrai que les retraités français sont plus riches (ou plutôt moins pauvres, parce que ces moyennes sont assez désolantes) que leurs enfants, ce que nous confirment les statistiques.

L’Insee nous présente une étude de 2019 sur les revenus fiscaux et sociaux et établit que :

« Le niveau de vie médian des retraités vivant en France métropolitaine s’élève à 1900 euros par mois. Il est supérieur de 3,3 % au niveau de vie médian de l’ensemble de la population, qui est de 1840 euros par mois. »

Bref, personne n’est vraiment riche dans cette étude comme, hélas, dans notre pays où le taux de pauvreté s’établit à 14,6 % de la population, soit 9,2 millions de personnes en 2019.

 

La vraie vie

La vraie vie expliquera aux plus jeunes comment cet écart avec les retraités existe et pourquoi il n’est pas scandaleux.

Les boomers ont une vie active derrière eux durant laquelle ils ont travaillé, épargné et investi, en s’endettant le plus souvent pour acquérir un logement. Une fois retraités, s’ils sont propriétaires, ils  n’ont plus de loyer à payer, et l’immense majorité d’entre eux n’ont plus d’enfants à charge, pour lesquels ils ont dépensé de l’argent afin qu’ils soient bien nourris, bien vêtus, bien logés et bien éduqués.

Peut-être avons-nous mal voté durant notre vie et manifestement, nos élus n’ont pas fait leur travail pour réduire les déficits et la dette. En tant qu’individus, les boomers en sont désolés, mais n’ont eu aucun moyen de contrôler le gouvernement. C’est théoriquement le rôle du Parlement, et il nous faudrait donc changer de Constitution, mais c’est un autre débat.

 

Une atteinte aux principes républicains

Si les obsédés de l’égalitarisme sont choqués par cette différence de revenus, il faut leur signaler qu’il n’y a rien de plus inégalitaire que notre système de retraite actuel. Il favorise de façon scandaleuse les fonctionnaires aux dépens des salariés du privé. Les premiers sont protégés par un statut leur offrant un emploi à vie qui leur épargne les visites à Pôle Emploi, ils voient leurs retraites basées sur 75 % des salaires des six derniers mois de leur carrière, qui sont les plus élevés qu’ils n’ont jamais connus.

Les employés du privé, eux, sont moins bien lotis alors que ce sont eux, et non les fonctionnaires, qui occupent des emplois productifs nécessaires à notre prospérité. Ils sont mal payés en début de carrière, puis les augmentations sont difficiles à obtenir.

Les 35 heures, merci Madame Aubry, ont gelé les salaires du privé pendant au moins une décennie. Enfin, les jeunes mal payés sont plus rentables que les « vieux » – cette appellation démarre à 50 ans  – poussés vers la porte de sortie. Les voilà au chômage, ce qui ne favorisera pas leur retraites, lesquelles ont pour base la moyenne des 25 meilleures années, et parmi elles certaines ne sont pas très flamboyantes.

Je signale donc aux amis de l’égalité et de la nuit du 4 août prônant la fin des privilèges, que ce système favorisant la fonction publique est non seulement une honte mais aussi une atteinte aux principes de notre République. Voilà pour eux un meilleur combat que celui entre les générations, d’une jalousie sans objet.

Enfin, pour conclure, il faudrait avertir les jeunes que le système de répartition qui est le nôtre va bientôt s’écrouler en raison de la faiblesse de notre démographie. Les actifs ne pourront pas continuer longtemps à financer les retraites de leurs aînés, de plus en plus nombreux. Aux jeunes en colère, je suggère qu’ils préparent leur avenir en défendant, malgré leur réticence envers le capitalisme, les retraites par capitalisation. Il n’y aura qu’elles pour les sauver et leur permettre de faire comme nous, les boomers, plus riches vieux – ou moins pauvres – que lorsque nous étions jeunes.

Voir les commentaires (141)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (141)
  • Il y a trente ans, j’étais jeune et je réclamais la retraite par capitalisation et l’homogénéisation des systèmes de retraite.
    Aujourd’hui je suis un boomer et je constate que rien n’a changé.
    Ah si, on est passé aux 35h et les homo peuvent se marier entre eux.
    Super.

    12
    • Vous oubliez les réformes de l’éducation nase quasi annuelles. Les 5 ou 6 réformes des retraites. Les plans banlieues en pagaille, les réformes de décentralisations, les réformes de l’assurance chômage, les réformes de la justice et j’en passe.
      Non les hommes des gouvernements travaillent, mais à réformer l’Etat n’y pensait pas, ce n’est pas dans leur intérêt, l’intérêt étant ce qui guide l’action des hommes ( ça va polémiquer je sens 😁)

    • Article qui manque de contre arguments je trouve :

      – Dire « on a peut être mal voter » : voter mitterand et une réforme à 60ans alors que d’autres pays montaient l’âge, pour des raisons totalement cohérentes, ce n’est pas un petit grain de sable = deresponsabilisation.

      – Dernier budget équilibré de l’état = 1974 = certains boomers ont pensé vivre au dessus de leurs moyens sans que cela pose de problème sur le long terme = Alice au pays des merveilles.

      – Vous dites que vous n’avez pas les moyens de contrôler le gouvernement. 6 ans avant vous aviez pu vous faire entendre pourtant = mauvaise foi

      => « Toute nation a le gouvernement qu’elle mérite. » Joseph Comte de Maistre

      – Quand à la jeunesse actuelle, qui a cette « passion pour l’égalité » ; cette jeunesse a bien été éduquée par quelqu’un… On peu délicatement penser que certains boomers y sont pour quelque chose = retour de bâton

      Avec un peu de mauvaise foi de ma part : les lockdown étaient pour protéger qui en particulier ?

      Peut être avez vous voter des choix plus réalistes et qu’il vous est donc difficile d’entendre certains propos… mais peut être n’êtes vous pas une généralité dans ce cas…

      Excellente conclusion : on nous parle depuis suffisamment longtps des problèmes des retraites = « un homme averti en vaux deux, un homme préparé en vaux quatre » (Richard Détente) = celui qui, a notre époque continu à ne rien préparer niveau retraite, en dehors des cotisations étatiques, a le même profil d’imbécile que ceux qui ont voté mitterand… A un moment il faudra assumer le retour de bâton…

      -2
  • Entré dans la vie active en 1973, je suis un vrai boomer et je me demande si les jeunes d’aujourd’hui ont une idée même très vague de ce qu’était la vie à cette époque? Professionnellement, d’abord salarié avec quelques périodes de chômage, puis indépendant et gérant de société, je ne dois mon niveau de vie actuel qu’à moi-même, car je me suis battu en permanence pour améliorer ma situation. Evidemment, n’étant pas fonctionnaire, la retraite que m’attribue la sécu est plus que « riquiqui » et si je n’avais qu’elle, ce serait la misère!
    Je n’ai pas l’impression d’avoir une quelconque responsabilité dans la dette que dont on prétend ( les djeun’s) nous rendre responsables puisque nous n’avons eu aucun pouvoir de modifier la trajectoire dispendieuse des gouvernements depuis 1974 ( dernière année, je le rappelle, de l’équilibre budgétaire des finances publiques). Je donne souvent sur les forums le même conseil aux jeunes qui accusent les boomers ( c’est facile et dans l’air du temps): pour s’en sortir, il vaut mieux qu’ils ne comptent que sur eux-mêmes, n’écoutent pas les balivernes des médias et des politiques, et travaillent à faire changer le système puisqu’ils sont maintenant aux manettes! Dans 40 ans, quand ils auront à faire le bilan de leur vie, on verra bien si leur agressivité a payé!

    15
    • « la dette dont on prétend…. »

    • Ok Boomer. Merci d’être l’illustration parfaite de tout ce qu’on vous reproche.

      -4
      • Une petite explication peut-être?
        Parlez nous de vous, de vos compétences, de vos réussites et de vos échecs! Nous auront alors le moyen de vous juger sur pièces, contrairement à ce que vous faites sans savoir avec les boomers

      • En reprenant l’expression stupide et méprisante d’une ‘député’ néozélandaise en mal de notoriété, vous ne faîtes pas preuve ni d’originalité ni de beaucoup d’arguments pertinents.
        Vous êtes l’illustration parfaite de ce qui semble être une des causes des dérives irréversibles vers lequel le monde actuel se précipite

  • Avatar
    The Real Franky Bee
    30 juillet 2022 at 9 h 13 min

    Les boomers ont peut être « travaillé toute leur vie » (enfin jusqu’à 60 ans hein ?), mais les générations X et Z vont elles devoir travailler encore bien plus longtemps, dans un monde devenu encore plus compétitif d’un point de vue professionnel et où les salaires augmentent peu. Et certes, les boomers se sont endettés pour acquérir leur logement, mais sur des durées beaucoup moindres que les jeunes ménages actuels, les et à des prix bien plus raisonnables. Enfin, la retraite accordée aux uns et aux autres reste dépendante de la capacité du pays à continuer de s’endetter davantage, parce que cela fait longtemps que l’économie française ne produit plus suffisamment de richesses pour financer toutes les prestations promises au fil des décennies. Un jour où l’autre, tout le monde devra payer le prix de tous ces mauvais choix destinés à maintenir coûte que coûte un prétendu effet richesse totalement fallacieux. Vieux comme jeunes.

    • « la retraite accordée… »
      La leçon des années passées est qu’il faut se préparer une retraite par soi-même. Il semble que les générations Y, Z, et au-delà de l’alphabet ne veuillent pas l’entendre, le destin risque fort en effet de ne leur accorder que ce qu’elles méritent.

      • Tout à fait d’accord avec vous! Quand la bise sera venue ( pas celle du covid, mais celle de la retraite!).Certains auront moins de tchatche!

        • C’est sûr, après avoir laché près de la moitié de leurs revenus du temps de leur activité pour financer la retraite dorée sur tranche des Boomers, les générations suivantes auront bien du mal à financer eux même leur retraite.
          Et ça d’autant plus que les merveilleux Boomers ont profité d’une retraite par répartition tout en étant la génération ayant le moins d’enfants (le fameux baby crush), donc les rares enfant nés dans les années 70 et 80 payent cher aujourd’hui un système qu’ils n’ont jamais choisi, et n’auront pas de retraite ou si peu quand ils arriveront à 75 ans l’âge où on pourra seulement leur accorder ce petit rien… Ben oui, ce système de répartation ça marche si on a plein d’enfants… Mais vivre avec l’argent de ses parents puis piquer celui de ses enfants tout en évitant d’avoir des enfants pour pouvoir mieux en profiter, c’est trop trop généreux, courageux et libéral.

          J’adore !

          Plutôt que de défendre « les boomers » en général il serait plutôt bien vu pour les quelques boomers libéraux et ayant eu des enfants de se dissocier de leur génération. Un peu comme moi, enfant des 70’s je me dissocie de mes congénères fans de communisme, de progressisme sexuel et sociétal ainsi que d’écologisme bidon !

          • « les rares enfant nés dans les années 70 et 80 payent cher aujourd’hui un système qu’ils n’ont jamais choisi, et n’auront pas de retraite ou si peu ».
            Parce que vous croyez que les « boomers » ont choisi leur système de retraite ?
            Au fait, ce n’est pas vous qui défilez dans la rue pour défendre le système par répartition ?
            Tous ensemble, tous ensemble, ouais ouais !!! …..

            • … et pour défendre une imposition confiscatoire sur l’épargne-retraite de ceux qui voudraient échapper à la répartition et moins peser sur les actifs !

            • C’est drôle, pour un enfant de la France d’avant, celle de l’école qui marchait, vous avez l’air d’avoir beaucoup de mal à comprendre quelques lignes…
              Et pour un libéral, de tenir dur comme fer à vos « classes d’âge », concept assez bidon s’il en est. Prenez vos distances, ne considérez pas que votre année de naissance vous oblige à défendre « votre génération » qui est dans l’ensemble (en moyenne) une des pire des 200 dernières années mais qui contient malgré tout beaucoup d’individus fort recommandables.

              Et pour finir, les « jeunes » ingrats paresseux et mal élevés… les X, Y, Z etc. c’est « vous » qui les avez élevés si vous continuez à réfléchir en « groupes d’âge » !

              • D’accord, mais le terme « boomer » n’existe que parce que certains se définissent comme anti-boomers et nous forcent à cette partition en classes d’âge. Pas facile à ignorer.

      • OK Boomer! Avec un telle fiscalité et un tel environnement, il est difficile aux nouveaux actifs d’épargner/d’investir quand ce n’est pas le bouclage de fin de mois qui devient compliqué.

        -2
        • Et que proposez-vous pour que ça change ? Moi je défends de pouvoir défiscaliser les revenus de son épargne retraite en échange de l’abandon de la part équivalente de ses droits à répartition, abandon répercuté évidemment sur les charges qui la financent. Vous me soutenez ?

        • il y a moins d’impôt sur le revenu actuellement qu’à la notre !
          https:/ /www.ipp.eu/wp-content/uploads/2014/07/n12-notesIPP-juillet2014.pdf

  • Les boomers…autrefois on les appelait les soixante-huitards (tiens, ce terme ne s’utilise plus). Cette curieuse génération qui veut aujourd’hui faire croire aux plus jeunes qu’ils ont travaillé dur pour en arriver là, alors que je les ai vu piller (et oui, je fais partie de la génération X) l’héritage de leurs parents et hypothèquer l’avenir de leurs enfants et surtout petits-enfants : retraite Ponzi à 60 ans, 5ème semaine de vacances, nationalisations, dévaluations, destruction du système scolaire devenu un vrai système de propagande collectiviste, endettement délirant de la France… Mais comme cela n’a pas été suffisant, cette génération a remis le couvert un peu plus tard : 35 heures, achèvement de la destruction du tissus industriel à coup de taxes, de normes, de règlementations (cachez cette fumée que je ne saurais voir), nivellement du système educatif par le bas pour rattraper le niveau catastrophique (80% de réussite au bac).
    On croit rêver quand cette génération de Tartuffes s’offusque d’être agressée par ces jeunes wokes, qui sont l’aboutissement des idées les plus délirantes de nos soixante-huitards : non seulement ils ont détruit l’avenir de cette nation, mais ils n’assument pas et ne se sentent aucunement responsable de ce désastre. Remarquez, pour une génération d’enfants gâtés et capricieux cela n’a rien de surprenant.

    -7
    • Vous vous trompez de cible.
      En fait c’est aux boomers ayant voté socialiste que vous devez vous adresser.

      13
      • J’ai croisé dans ma vie très peu de soixante-huitards qui ne votaient pas à gauche

        • Venez me voir et croisons-nous !

          • Pour être plus disert, près de 55% des électeurs n’ont pas voté Mitterrand en 88 par exemple. Sortez donc un peu du milieu où vous ne les croisez que rarement, discutez avec eux, et tirez-en des enseignements pour ne pas commettre à votre tour les erreurs socialistes.

        • Vous n’avez pas croisé les bons !

        • Je reprends vos propos. :
          – Retraite à 60 ans : socialiste
          – 5ème semaine de vacances : socialiste,
          – nationalisations: socialiste,
          – dévaluations : les deux tendances (gauche et droite) mais on a jamais pu voter pour ou contre !
          – destruction du système scolaire : socialiste avec l’appui de ses principaux militants : les enseignants.
          – nivellement par le bas de l’éducation : Purement socialiste.
          – 35 heures : c’est ce que je travaillais à 3/4 de temps juste avant mon départ à la retraite de libéral il y a qq mois à…65 ans.
          – dette : Mitterrand : 40%, Sarko 25% et macron 35% (socialiste quoique l’on en pense).

          Pour finir : en 1968 j’étais en cinquième…et je trouve cette période extrêmement décadente.
          Toujours en 1968 : mon père était directeur technique d’entreprise privée…en mai les syndicats (socialo-communistes) sont venu le voir pour dire qu’ils allaient faire grève. Il pose alors la question : « Pour quelle raison ? » Réponse : « Parce que c’est la consigne du syndicat !  »
          Le socialo-communisme…

        • Les soixante-huitards sont essentiellement des étudiants parisiens, imbus d’idéologies dont les grèves (dans les deux sens du mot) sont les enfants. Ceux qui ont tenu le coup, c’est le reste du pays, qui a malgré tout continué à travailler.

        • La grande erreur de la génération d’après-guerre a été de penser que leur progéniture n’aurait plus à vivre aussi durement. La technologie a fait croire que tout allait devenir facile, alors que le mode de vie avait seulement changé. Il serait temps que les dernières générations comprennent, si cela est encore dans leurs capacités, qu’il est plus facile de faire porter la responsabilité par leurs devanciers pour se dédouaner que d’affronter vigoureusement les défis d’une nouvelle époque. De toute façon, ce sera les générations suivantes qui finiront par le comprendre ou y être contraintes. « Génération perdue » chantait déjà dramatiquement, je crois, Hallyday. Quand ça tangue, il faut toujours un certain temps pour retrouver un équilibre. Apparemment, ça tangue encore…

    • Eh bien ! En voilà un vrai d’anti-boomer qui n’a encore rien compris au film!
      Cher ami, puisque vous avez des idées ( il a surtout des idées comme disait Coluche), pourquoi ne pas vous astreindre à les faire appliquer plutôt que gémir sur le sort des pôvres d’jeuns! C’est votre génération qui est aux manettes maintenant, et on ne vous voit guère vous impliquer ( ni même aller voter) sur des sujets à votre portée ( qualité de l’eau, production/réduction et traitement des déchets), et à part être scotchés sur vos smartphones, on ne voit pas beaucoup d’actions efficaces de votre part dans ces domaines! Par contre insulter les autres en les traitant de Tartuffes, encore une preuve que votre culture littéraire s’est cantonnée au survol à haute altitude des grands auteurs français!

      • Désolé de ne pas avoir le temps de m’occuper des grands problèmes de société, mais je fait partie des « affairés », qui essaient de faire tourner leur entreprise pour payer les retraites des soixante-huitards, malgré tous les bâtons qu’ils mettent dans les roues des entreprises et de leurs salariés (la gestion du covid a été l’apothéose de la protection de leur petite vie rebelle).

        • Et que croyez vous que je faisais en gérant mon entreprise sinon aussi pour payer comme vous, les retraites de mes parents? Vous avez la vue basse et les idées courtes malgré vos 56 ans d’affairé, il semble que vous n’ayez pas beaucoup appris de vos expériences!
          Vous feriez mieux de vous donner les moyens de changer le système plutôt que de critiquer ceux que l’on a forcé à adhérer à une chaine de Ponzi! Mais malgré une grande G… figure, vous préférez japper de loin contre les boomers. Pas très glorieux comme posture! Ceux qui agissent vraiment ne l’ouvrent pas aussi grande!

          • Parents qui devaient avoir la retraite à 65 ans et une bonne dizaines d’années en moins d’espérance de vie ainsi que des possibilités de soins et donc de cout bien moindre, avec en plus une démographie à votre avantage, pas vraiment la même charge…
            Mais éclairerez nous je vous en prie sur comment changer le système alors que ce sont les vieux qui font les élections et que leur champion a été élu.

      • « Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit. »

        Coluche

    • « curieuse génération qui veut aujourd’hui faire croire aux plus jeunes qu’ils ont travaillé dur  »
      On est enclin à penser que le terme « travailler dur » que vous utilisez n’a pas tout à fait la même signification pour vous de ce que ça voulait dire dans les années 70 ( avec l’arrivée de la première crise pétrolière, le chômage, l’inflation etc….).
      Je connais quelques jeunes qui travaillent dur mais ce n’est pas la majorité ( à laquelle vous semblez appartenir si j’en crois vos propos désobligeants!)

      • Je suis un jeune de 56 ans, vous savez, la première génération (X) que les soixante-huitards ont endetté

        -2
        • Vous faites donc partie de la génération au pouvoir…

          • Non, Macron c’est le champion de boomers, votre champion, ou au moins celui de vos classards

            -3
            • Un autre petit conseil aux jeunes générations : cessez de raisonner en termes de classes. Pour les classes sociales, il faut parfois longtemps avant de se rendre compte que ça n’a pas de sens parce qu’on en change tout au cours de sa vie. Pour les classes d’âge, ça devrait être plus évident…
              Ceci dit, 60% des 18-24 ans ont voté Macron au 2e tour. Je le vois comme un échec de mes amis et moi à éduquer les plus jeunes, donc faites mieux si vous le pouvez au lieu de nous le reprocher. Idem pour la retraite par capitalisation, les vieux sont relativement faciles à convaincre que si la capitalisation avait été possible, ils seraient gagnants et les comptes sociaux également. Beaucoup de jeunes en haïssent le principe et n’écoutent rien, ils ne cherchent pas de solutions mais des boucs émissaires à dénigrer.

              • C’est pas les 18-24 ans qu’il faut regarder, mais les 25-60 ans, en fait tous les actifs qui se font enfler, qui héritent des choix pourris d’une majorité de boomers.

                -2
              • « Je le vois comme un échec de mes amis et moi à éduquer les plus jeunes »
                Vous pouvez vous la garder votre condescendance, c’est vos classards qu’il fallait éduquer.
                Vous avez soutenu la politique sanitaire du gouvernement, vous n’avez rien à apprendre à aucun jeune à par l’égoïsme mais c’est déjà assez partagé.

                -1
                • Et vous, vous faites comment pour éduquer vos propres « classards » ? Les miens, je leur disais « Grande gueule, petits bras ! », faute de connaître une meilleure méthode dont je ne doute pas que vous allez nous l’exposer.

              • Faux: 70% des moins de 35 ans se sont abstenus. C’est ça leur positionnement.

            • Pas très libéral de prétendre argumenter en mettant tous les individus d’une « classe d’âge » (je reprends les termes utilisés plus haut) dans le même sac!
              Vous votez sans doute ( si vous votez encore?) pour des politiques qui remplissent les critères que vous exigez ou votez vous par défaut pour celui que vous jugez le moins pire? Eclairez nous car vous semblez être dans le « grand n’importe quoi »?
              Macron, ce petit arriviste borné et prétentieux, n’est pas près d’avoir mon suffrage, car je déteste par dessus tout les « faux culs » et c’en est un sauf votre respect.
              Les vieux d’après vouys font les élections mais demandez vous pourquoi? Un début de réponse: Les jeunes ne vont plus voter!
              Et concernant la retraite, sachez également que je ne l’ai pas prise à 60 ni à 65 ans, mais à 68 ans! Et je n’ai pas vu cela comme un scandale personnel, bien que les tracasseries administratives de notre belle ripoublique, j’en avais ma claque depuis le début!

              • Arretez de limiter le débat à votre petite personne. La plupart des boomers prennent leurs retraites fissa et l’anticipent 5 ans avant.

                Quant à voter, ça ne sert à rien. Pire, vous donnez de la légitimité à ce cirque.

                La bonne nouvelle c’est qu’on récolte toujours ce que l’on sème et j’avoue attendre avec impatience la chute de ce système car les retraités seront les premiers tondus (comme en Grèce): un petit -30% sur les retraites me gratifiera d’un shadenfreude bien mérité.

                -3
                • En pratique cela diminuerait d’autant l’héritage de mes enfants…
                  Dommage !

                • Et vous croyez que -30% sur les retraites ferait +30% sur votre chômage ? Sans compter qu’il faut être bien jeune et naïf pour imaginer voir les charges baisser au prétexte que l’Etat aurait moins de retraites à payer !

                • Tu préfères t’attaquer aux retraites qu’aux 50 milliards de fraudes annuelles
                  aux prestations sociales. C’est tellement plus confortable.
                  Et si je dis qui est à l’origine de ces fraudes massives,
                  alors la température va monter de 10 degrés.

                • « j’avoue attendre avec impatience la chute de ce système car les retraités seront les premiers tondus »
                  Oui, ça s’appelle une rupture de contrat ou une escroquerie au choix!

                  • Ce contrat: je ne l’ai pas lu, ni accepté encore moins signé. Il ne m’engage donc pas!

                    Et pour répondre à MichelO (qui a désactivé l’option « répondre » preuve qu’il est à court d’arguments): je l’attends sereinement le jour où ma retraite fera -60%,:

                    – ça n’arrivera pas car ce système ne me fournira aucune retraite et -60% de 0 font zéro.
                    – je ne suis pas attaché à ce pays et l’expatriation me tente de plus en plus.

                    • 1. L’option « répondre » a été désactivée par le site, ou en tout cas pas par moi qui ne saurais pas comment faire. L’interprétation que vous en faites n’a cependant rien d’étonnant au vu de vos autres commentaires.
                      2. Par -60%, j’entendais sur vos revenus d’activité. Quand les retraités tireront la langue, les actifs mourront de soif, surtout ceux qui ne montrent pas l’amabilité requise envers ceux qui achètent les produits de leur activité.
                      3. Si la répartition ne me fournit aucune retraite, qu’importe ! En revanche si les jeunes générations continuent à me piquer 60% de ce que ma capitalisation devrait me rapporter, ce sera dur, mais bien moins que pour la majorité.
                      4. J’ai pas mal voyagé, et vous vous préparez probablement de belles désillusions à l’étranger avec l’habitude de mordre la main qui vous aura nourri pendant vos premières décennies de vie.
                      5. Que faites-vous, vous, pour promouvoir la capitalisation ?

                    • « Ce contrat: je ne l’ai pas lu, ni accepté encore moins signé. Il ne m’engage donc pas! »
                      Bienvenue au club « boomer ».
                      C’est bien de reconnaître que jeunes ou vieux, on se fait entuber depuis des décennies par les politiques!
                      Quant à votre expatriation, dépêchez vous, la planète est en passe de virer socialo-communiste vert à toute vitesse!

                    • à C2MR:
                      – la liste de pays est longue pour s’expatrier alors non, je ne me presse pas.
                      – à partir du moment où vous encaissez vos retraites et n’assumez pas votre gabegie , vous êtes le problème. Ce n’est pas mon cas (en plus d’une date de naissance qui me me sort de la classe des boomers).

                      -1
          • L’âge moyen des députés est de 49 ans.

    • la génération X est née entre 70 et 80
      la génération Y est née entre 80 et 90
      ça fait donc 50 ans pour les une et 40 ans pour les autres; le vote est autorisé à partir de 18 ans!
      en conséquence ça fait 30 et 20 ans que ces générations votent! qu’ont ils fait? voter vert et socialistes! où sont ils ces super extra lucides ? que font ils à part râler? ils profitent des 35h, des 5 semaines de vacances, et des RTT; en tant que boomer je n’ai connu ces « avantages  » (avec gel de mon salaire) que sur la fin de ma carrière;

      • Tout comme vous, je pense que la critique et la recherche de boucs émissaires est facile, signe aussi d’une fainéantise d’esprit caractéristique de ceux qui nous traitent de boomers et qui feraient bien de balayer devant leur porte, il y a plein de déchets socialistes et écolos qui encombrent le passage!

    • Et c’est encore les boomers de cette même génération (« cette génération ») qui souscrit aux idées de la NUPES : semaine de 32h, 6ème semaine de congés, retraite à 60 ans, smic à 1500 € (pour 32h), embauche de fonctionnaires à tire-larigot ?????

  • – Ouaip, les djeuns, vous trompez pas de cible, le s.laud, c’est pas moi, c’est le fonctionnaire, avec son emploi à vie [c’est vrai] et sa méga-retraite [c’est faux].
    C’est pas sympa de baisser la tête à l’arrivée du boulet de canon en espérant qu’un autre se le prenne dans la poire.
    Quand on prône le différentialisme, on ne stoppe pas au milieu du gué. Ben oui, il y a des jeunes, des vieux, des riches, des pauvres, du salarié privé, du fonctionnaire, de l’artisan… C’est la vie. Personne n’a été pris en traître.
    Travaillez, prenez de la peine, c’est le fonds qui manque le moins ! Inutile de leur en dire plus, à nos petits jeunes. A 20 ans, penser à sa retraite, ou prendre pour modèle le capitaliste à bedaine et gros cigare, c’est suspect.
    La première moitié de notre vie est gâchée par nos parents, la seconde par nos enfants. Alors carpe diem.

  • Ne tombons pas dans le piège de la lutte entre les générations qui nous est tendu par le pouvoir et relayé par la plupart des médias merdophages.
    Né en 1959, je suis donc un boomer et suis conscient d’avoir eu de la chance en n’ayant jamais connu le chômage.
    Sans vouloir ici rejouer les misérables, je voudrais quand même rappeler quelques vérités.
    Mes parents étaient pauvres et courageux, mes vacances scolaires étaient consacrées au ramassage des foins et aux travaux arboricoles. J’ai découvert la mer en même temps que mes filles.
    J’ajoute que, comme la majorité des compatriotes de mon âge, j’ai donné un an au service la nation en crapahutant à pied de long en large dans les montagnes jurassiennes.
    Je ne me plains pas car tous ces exercices m’ont forgé un certain mental.
    Je comprendrais que les jeunes se révoltent face au un pouvoir qui dilapide le pognon des Français mais il serait imbécile qu’ils s’en prennent à leur ainés, donc à leurs parents, qui leur ont permis de vivre une jeunesse confortable avec des vacances à la mer, au ski…
    Jeunes de France, ne vous laissez pas enfumer par cette nouvelle théorie des boomers qui auraient ruiné notre pays.
    Oui, nous avons notre part de responsabilité puisque nous avons mis au pouvoir des hommes incompétents et irresponsables mais avions nous le choix ?
    Je vous souhaite sincèrement le meilleur pour vous et vos enfants, ne sombrez pas dans un pessimisme paralysant.
    Intéressez vous à la politique, votez, écrivez à votre député, ayez un esprit critique et ne prenez pas la parole officielle comme parole d’évangile.

    • « Oui, nous avons notre part de responsabilité puisque nous avons mis au pouvoir …. »
      Je plussoie et je complète:
      Nous avons mis au pouvoir des hommes et des femmes qui SE PRETENDAIENT COMPETENTS, mais qui faisaient des promesses intenables ( même avec NOTRE ARGENT), et nous n’avions pas le choix car le système de la Vème république est tellement bien verrouillé qu’il aurait fallu faire la révolution bis. On peut remarquer qu’au 21ème siècle, rien n’a changé, et que les jeunes critiquent les soixante huitards sans avoir aucune intention eux-mêmes de changer le petit monde douillet de leur adolescence. ( a part « SAUVER LE PLANETE » qui ne leur a rien demandé La grosse secousse politique de mai 68 n’a pas abouti pleinement car récupérée rapidement par les mêmes politicardq qu’avant! Alors oui, même conseil aux jeunes ( enfin les vrais, pas ceux qui sont déjà vieux dans leur tête).

    • La majorité des « gen X » (la génération sacrifiée, d’où le nom), généralement les plus remontés contre les « boomers » ont également fait leurs service militaire, ont également eu une enfance en des « temps reculés » ou la TV couleur était un luxe…

      Ce ne sont pas forcément tous les « boomers » qui ont ruiné le pays, mais de 68 à 2010 ce sont des boomers qui ont organisé un changement de société et présidé à la mise en place de l’État tentaculaire et oppressant, organisé et déployé la « déséducation » des jeunes actuels, etc.

      Bien sûr TOUS LES BOOMERS ne sont pas coupables… Mais les coupable sont tous ou presque des BOOMERS…

      • Les coupables agissants sont très peu nombreux, et il est fatal qu’ils aient fait partie de la génération au pouvoir. Les coupables suivant le principe « qui ne dit mot consent » se trouvent en proportion au moins aussi importante, sinon plus, chez les générations suivantes.

  • Je suis un boomer.
    Durant ma scolarité, les maîtres nous tabassaient.
    Quand j’ai cherché du boulot, y en avait déjà plus (crise pétrolière 1973).
    Ensuite j’ai fait un an de service militaire dans une unité combattante (j’ai toujours gardé pour moi,
    ce que j’y ai vu et vécu).
    J’ai ensuite bossé comme un dingue, pour payer des impôts sur le revenu, des impôts locaux,
    de la CSG, CRDS …. et autres cotisations « sociales ».
    Avec ma pension de retraite d’aujourd’hui, j’arrive à peine à me nourrir.
    Alors oui, je suis un boomer.
    Et aux gamins, je dis : Mouchez vous le nez et torchez vous le cul.

    • Et on verra ceux que les gamins vous répondront quand vous serez à l’ehpad et vous demanderez « mouchez MOI le nez et torchez MOI le cul. Baste qu’il y est des gens pour vous écouter et vous servir…

      -3
      • qu’il y ait*

      • Vous semblez oublier que « le chien qui nous a mordu vous mordra auss »i! Vous vous croyez immortel sans doute ? Grossière erreur, surtout avec une retraite mal préparée et donc misérable puisque vos enfants seront encore moins que vous capables de payer, le temps risque de vous paraître très long! On dit que la misère est moins dure au soleil! Alors fuyez pauvres fous!

      • l’Ehpad est bien trop cher pour moi.

    • Certes, Austrasie, mais ayez l’honnêteté de reconnaitre que sur votre vie (je parle pour la moyenne de la classe d’âge, je rappelle, pour les individus ça varie évidemment) vous avez payé beaucoup moins (les impots en tout genre ont massivement augmenté ces dernières années) et reçu nettement plus de services sociaux en tout genre, avec une couverture qui était relativement décente, des retraites honnêtes comparées à celles qui vont suivre, prises nettement plus jeunes.
      Et je vais vous faire une révélation : les jeunes qui vous nourrissent aujourd’hui comprennent une part de débiles éco-woke et râleurs, mais d’autres aussi qui ont également fait leurs service militaire, travaillé, payé… et payé plus, et qui eux n’auront sans doute pas de retraite par répartition. Et que eux, (en moyenne encore, faut se répéter souvent semble-t-il) auront payé nettement plus !

      • Vous avez dit vous-même que les moyennes n’avaient pas de sens. On ne peut pas faire la moyenne entre ceux qui ont payé et ceux qui ont reçu !

        • Bien sur que si!

        • Non, la moyenne a un sens (sauf pour certaines distributions ou elle est infinie) mais elle ne représente pas tous les points/individus à titre personnel. La génération née entre 1943 et 1960 dans les pays « occidentaux » a en moyenne payé moins (en argent et en sang) et touché plus (en argent et en « services publics ») que n’importe quelle autre génération la précédent ou la suivant. Mais cette moyenne ne veut pas dire que TOUS les boomers ont abusé du système, réclamé plus et de la répartition tout en n’ayant pas d’enfants. Il y en a qui ont travaillé (et travaillent encore) après l’âge légal de la retraite, n’ont pas « tiré sur la corde de la sécu etc » et ont eu 4 enfants ou plus. Mais ce fait ne fait qu’être la symétrie d’un nombre égal qui n’ont pas eu d’enfants du tout, ont pris leur retraite très très tôt et à un niveau très élevé, ont voté pour se « servir sur la bête » en étant conscient ou pas que cela ruinerait les chances des générations suivantes (cheminots SNCF, fonctionnaires en général, n’ayant pas eu d’enfants, on vous regarde).

          La moyenne a un sens pour représenter une « génération dans son ensemble » mais évidemment quasi tous les membres de la dite génération dévient de cette moyenne. On espère que ceux présents ici ont dévié « en bien »… mais ça implique simplement que d’autre ont été encore pires que cette moyenne pas brillante !

          • La moyenne n’a pas de sens pour une population de torchons et de serviettes. On ne peut pas parler non plus par exemple de taille moyenne du sexe pour l’ensemble des Français et Françaises 🙂 . Dans le cas d’une population hétérogène, la moyenne ne caractérise absolument rien et on doit simultanément considérer d’autres quantités statistiques ou se taire. Sinon, il s’agit manifestement de tentative de manipulation et de propagande.

            -1
            • Et un petit rappel, quand on regarde à quelle période on aurait payé ou reçu le plus : il n’y a pas de free lunch.

              -1
              • Mais il y a la dette… Le lunch sera juste payé par les gens nés plus tard.

                • Certes, mais c’est le déficit qu’il faut considérer, soit quelques %, et qui n’est constitué que pour une petite partie de la population, d’où l’inanité de regarder les moyennes. Vous vous désolidarisez de votre génération, mais vous semblez oublier qu’à peu près la moitié de cette génération fait comme vous.

                • De plus, il est faux d’imaginer que la dette ne pèse que sur les générations futures. Elle pèse sur tous les citoyens, dès sa constitution et jusqu’à son remboursement ou son annulation, et restreint leur liberté.

  • Né en 1951.. Service Militaire… Début vie active en 1970.. retraité à 65 ans au bout de environ 2.400 h/an x 45 ans = 108.000h/travaillées soit environ sur une base de 85 ans ..745.000 h de vie = 15 % du temps d’existence à travailler ..payer impots taxes etc…( Nos parents travaillaient / contribuaient environ 25/30 % de leur temps d’existence!) Donc nous avons bien contribué aux investissements.. dont profitent tous les jeunes.
    Un jeune: 40 ans X 1.600 h /an = 64.000h / 745.000 h =8,5 % seulement!
    Je ne pousse pas le calcul sur un fonctionnaire à 1.400 h/an!!
    IL suffirait que chaque français pousse l’effort en moyenne jusqu’à 10 % de travail sur temps d’existence ( environ 1800/1900 h/an) et le problème de financement serait réglé.

    • Plus simple : supprimons le financement. Pas de cotisation, pas de problème.
      De chacun selon ses moyens, à soi-même selon ses moyens !

      • Oui, mais il faut en même temps supprimer toute imposition sur ce que chacun consacre à sa retraite.

        • Et pourquoi ?

          • Parce que cette imposition est une confiscation pure et simple de la propriété privée. Que vous dépensiez l’argent que vous avez gagné aujourd’hui ou dans 30 ans quand vous serez en retraite ne doit pas faire la moindre différence. Si l’Etat vous en pique 30% parce que vous l’avez conservé 30 ans sans le dépenser, 1. c’est de la pure spoliation, 2. c’est une punition pour vous être montré prévoyant au lieu de compter sur la collectivité.

            • Oui, il faut supprimer toute imposition, d’accord. Et laisser des contributions volontaires à des services « d’État » (mais en concurrence à plusieurs) pour ceux qui le veulent. Si ça finira sans doute par arriver je crains que ça ne soit pas de mon vivant (ni de celui de mes arrière petits enfants !)

  • Avatar
    retraitetranquile
    30 juillet 2022 at 21 h 30 min

    Rentré dans la vie active en 73 puis 1 an d’armée, Puis retour au civil conducteur routier au moment de la construction de l’Europe. Les 35h de la Martine à cette époque même pas en rêve. Plutôt 60 à 70h par semaine dans des camions de 250 Ch sans clim, à prendre les nationales et passer les cols par économie.
    Alors quand je vois mes neveux qui sont arrivés à l’heure de la télé couleur, du téléphone portable, de la tablette, de la game boy et tutti quanti. Qu’il faut mener faire leur sport en voiture, aller les récupérer.
    Nous avons bien vécu mais la grosse différence est toute simple: on se levait le matin, on allait bosser, quelque soit le niveau d’étude chacun se trouvait un boulot et s’il était compétant et volontaire il progressait dans son job.
    Les soixante-huitards des grandes facs ont voulu appliquer le système communiste « égalitaire ».
    Résultat aujourd’hui des bacheliers incultes, des jeunes qui font des études de sociologie ou d’histoire de l’art et qui restent en fac pour repousser le moment où il vont être obligés de se mettre sur le marché et découvrir qu’il ne sont pas à la maille pour survivre dans la vraie vie.
    Alors on accuse les anciens. Un peu facile.

    • « Alors on accuse les anciens. Un peu facile »
      Mais assumez un peu bon sang !!
      QUI l’a voté la Martine et la gauche pluriel ?
      Majoritairement vous ou vos classards.

      -1
      • « QUI l’a voté la Martine et la gauche pluriel ?
        Seulement 71,76% des votants !

      • Qui refuse le retour aux 40 heures ? Majoritairement vous et vos classards, non ?

        • C’est sur que, une fois la retraite prise, être en faveur d’un retour aux 40 heures (ou 50, soyons fous) ne « coûte » pas grand chose…

          • … surtout pour ceux qui n’ont jamais fait moins. Je n’aime guère Elon Musk, mais en ce qui concerne la possibilité du télétravail limitée à ceux qui ont déjà fait plus de 40 heures de présence, nous sommes d’accord. Travailler nettement plus que le quota, c’est un moyen de contourner les règles débiles et de préparer sa retraite.

      • Vous vous demandez qui a voté quand la plupart des élections de ces dernières décennies se sont jouées entre 51% pour et 49% contre le candidat élu! 2% d’écart ce n’est même pas la marge d’erreur à laquelle s’attendre dans une république française qui devient de plus en plus bananière!
        Encore une fois, si vous mettez tout le monde dans le même sac, alors vous y êtes aussi, et donc aussi responsable que vos classards!

    • Reprocher au jeunes de rien foutre et de l’avoir trop facile c’est un peu comme pour les jeunes de reprocher aux vieux d’avoir plein de sous et de les exploiter : un peu court.

      Il faut juste regarder le taux d’imposition moyen, le taux de retraite, le prix de l’immobilier etc. Et comprendre que les « jeunes râleurs » (qui ne sont en général plus si jeunes, ont eux aussi connu la TV avec 3 chaines, le service militaire, etc.) en moyenne ont déjà payé beaucoup plus, héritent de « vos » dettes et du système que vous avez mis en place et que « vous » avez éduqué les génération suivantes à trouver géniales : pour le libéral de moins de 55 ans il y a de quoi rager, d’autant qu’il voit qu’il ne pourra pas avoir de retraite « d’État » digne de ce nom et qu’il ne peut pas épargner pour se préparer la sienne vu qu’il paye beaucoup pour payer les vôtres et que, (en moyenne) contrairement à vous il a des enfants en nombre (légèrement) plus important qu’il doit également éduquer (de sa poche puisque le système que vous avez mis en place ne marche pas du tout pour éduquer, ou instruire, juste faire de la propagande et du lavage de cerveaux socialiste).

      Arrêtez de vous sentir solidaires de votre génération, elle statistiquement la plus privilégiée de tous les temps, et objectivement a mis en place les systèmes socialistes actuels plus vicieux que les précédents parce que nappés d’une petite couche de libéralisme et d’un poil de pseudo démocratie !

      -1
      • Médecin anesthésiste libéral installé en 1986.
        Taux d’imposition 1994 à 2006 : taux marginal supérieur à 56,8% (Fabius lui-même trouvait en 2000 que l’on avait atteint le maximum)
        Quand je faisais 100 F de chiffre d’affaire, frais payés et impôts payés il me restait 25,4F…
        Concernant la retraite les cotisations ont énormément augmentées toute ma carrière et, tout comme vous, cela a diminué ma capacité d’épargne en vue de ma retraite.
        Retraite par points : concernant la retrait complémentaire des médecins, pour équilibrer le régime on a supprimé brutalement 75% des points acquis pendant 10 ans !
        Je viens juste de partir à la retraite : perte d’environ 2/3 de mes revenus.
        Pour ne pas augmenter les cotisations des actifs la caisse de retraite ne va pas augmenter les retraites en août et je vais donc, six mois après mon départ à la retraite, déjà encaisser une baisse d’au moins 4%. Chez nous on ne rase pas gratis…
        Comme la majorité des médecins j’avais voté pour la liquidation de cette retraite complémentaire (ASV) pour pouvoir capitaliser la valeur de ces capitalisations et c’est l’état qui a refusé de prendre en compte ce vote.
        Je n’ai jamais voté socialiste, y compris macron.
        « Arrêtez de vous sentir solidaires de votre génération »
        Je suis forcé de l’être puisque le terme même de boomer, dont le critère est l’année de naissance, me classe d’office avec ceux qui ont permis l’avènement de la société socialiste que j’abhorre.
        Une fois de plus ne pas oublier que le socialisme n’est passé en 81 qu’avec 51,76% cela fait beaucoup de monde contre lui !

  • Un boomer a cotisé 1/4 de ce qu’il aurait dû pour sa retraite et donne des leçons a ceux qui la paient maintenant….
    Mentalité de parasite….

    -4
    • 1/4 ? Source ?
      Perso, j’ai mis de côté bien moins que ce que j’ai cotisé, et même après les prélèvements fiscaux confiscatoires, cette capitalisation me rapporte bien plus que ma retraite d’Etat. Donc oui, je crois pouvoir donner des leçons à ceux qui refusent aujourd’hui cette capitalisation pour pouvoir mieux gueuler sur les boomers.

      • Boomer, ils ne peuvent pas capitaliser: le reste à vivre (ou budget non contraint) après tous les prélèvements et coûts fixes est dérisoire.

        -1
        • Antiboomer, à l’époque on savait compter et faire un budget. Et faire des économies, ça découle de ce savoir et de cette préoccupation. Avec le SMIC, il est bien plus facile aujourd’hui de mettre un petit peu de côté que ça n’était alors avec le SMIG, et même avec 1.5 SMIG. Et si on permet de racheter les jours de RTT, le problème est résolu. Vous en pensez quoi, de cette éventualité de travailler plus pour gagner plus ?

          • Déjà, boomer, avec un « SMIC », tu ne te loges pas alors épargner…
            « J’claque des doigts et sur ta thèse, il tombe de la neige »

            SENO

            -1
            • Moi, si, je me logerais avec un SMIC. Et j’aurais de quoi vivre et épargner. Pour qui s’en est sorti dans les 70, on rigole, les conditions d’aujourd’hui sont bien plus favorables.

              • Dans ma ville, il y a des F5 très corrects pour moins de 1000€ par mois. En 75, j’avais 3 colocs, ça ferait moins de 250€ charges comprises chacun. On s’en sort au SMIC sans pb.

    • à Ph11: Tout à fait! Sans compter la difficulté croissante de se loger pour les jeunes actifs.

      -1
      • Vous voulez dire l’interdiction croissante de loger les gens aux conditions qui prévalaient au dernier tiers du siècle dernier. Interdictions mises en place par qui ? Certainement pas les boomers, en tout cas…

        • Hors-sujet: vous détourner le débat de la responsabilité des boomers dans la situation des retraites actuelles.

          -2
  • Et c’est encore les boomers de cette même génération (« cette génération ») qui souscrit aux idées de la NUPES : semaine de 32h, 6ème semaine de congés, retraite à 60 ans, smic à 1500 € (pour 32h), embauche de fonctionnaires à tire-larigot ?????

    •  » semaine de 32h, 6ème semaine de congés, retraite à 60 ans, smic à 1500 € (pour 32h) »
      Franchement en ma qualité de « boomer » (de la première heure comme on dit), j’en ai rien a battre des idées de la NUPES, surtout celles là! ça fait longtemps qu’avec mon entreprise, j’estime avoir assez donné ( impôts, cotisations sociales et patronales, vous savez, celles qui sortent de l’entreprise pour ne pas aller dans la poche du salarié). Alors attachez vous à la réforme du système puisque c’est votre génération qui est (ou sera bientôt) aux manettes, et formez vous pour reprendre le flambeau avec efficacité!

  • Avatar
    jacques lemiere
    1 août 2022 at 8 h 23 min

    alors le reproche est légitime mais ne peut pas être individuel.. mais vis à vis de la majorité elective, et son idéologie étatiste, non pas des boomer mais aussi des parents des boomers;..

    car en effet sécu ,retrait dette, code du travail..etc etc…

    et non il n ‘existe pas de façon « juste » de sortir du collectivisme… car on ne sait pas qui a été spolié;.et de combien… et par qui et combien…

    pire…cesont souvent des jeunes étatiste qui reprochent aux boomers les conséquences de l’etatisme..

    en effet jeunes il ya de fortes chances que vous vous êtes « fait avoir »…mais attention non pas dans l’absolu mais relativement!!! vous êtes toujours redevables de vos parents.!! et vous êtes toujours dans le groupe des pays riches…. les boomers allemands n’ont jamais craché sur leurs parents pour un pays en ruine.

  • Certes certes, les boomers ont travaillé toute leur vie… Enfin, si on veut. Les personnes nées en 1945 ont dû valider 160 trimestres, celles nées après 1973 sont appelées à valider (pour le moment… avant une nouvelle réforme) 172 trimestres, alors même qu’elles entrent plus tard sur le marché (dégradé) du travail. Mais, les premières ont travaillé toooooooute leur vie. Par ailleurs, beaucoup de femmes de cette génération étaient femmes au foyer, ce qui n’empêchait aucunement aux familles de vivre correctement, mais passons sur ce détail.
    Ce que l’auteur semble oublier, ce sont les conditions dans lesquelles chaque génération peut construire sa vie personnelle, professionnelle, voire son patrimoine.
    Petit regard sur ma fiche de paie.
    Charges de paiement des retraites pour les retraités actuels (cessons de parler de cotisations ou de salaire différé, nous payons les pensions des retraités actuels) : 19% de mon super brut. Ce taux se situait entre 8 et 10% dans les années 70. Pourtant, pour éviter de me retrouver sans un sou quand un jour peut-être je serai à la retraite, il me faut mettre de l’argent de côté, n’ayant évidemment pas le choix de mon système de cotisation (peut-on échapper au système étatique par répartition en tant que salarié ?). Donc je paie deux fois pour espérer avoir quelque chose.
    Les boomers ont un taux de remplacement de 70-75%. Ce taux de remplacement est amené à baisser dans tous les scenarii du COR.
    Un boomer a un taux de conversion de plus de 250%, là où un quarantenaire aujourd’hui peut espérer – au mieux – un taux de conversion de 90% (selon le modèle actuel, donc avant toute réforme de nouveau désavantageuse).
    Je rappellerais à notre auteur que les retraités français ont un revenu moyen plus élevé que le reste de la population (alors que par définition, ils ne travaillent pas) et qu’ils sont les mieux lotis de l’Union européenne. Certes, il y a des petites retraites. Elles concernent essentiellement des femmes qui n’ont que très peu voire pas travaillé.
    Résumons, côté retraites, les boomers auront peu cotisé (leurs parents étaient moins nombreux, vivaient moins longtemps et avaient de petites pensions), moins longtemps (160 trimestres pour une personne née en 1945 contre 172 pour une personne née après 1973), pour en sauvegarder plus. Sauvegarder, que dis-je ? pour faire une culbute financière très avantageuse (250%).
    Je passe rapidement sur charges de sécurité sociale soient 10 % de mon super brut essentiellement la même tranche d’âge des retraités, mais là non plus je n’ai pas le choix de mon système d’assurance sociale. Au passage, je rigole quand on me dit que la santé, c’est gratuit : 10% de mon super brut tous les mois + une mutuelle et toujours des restes à charge.

    Parlons logement. Il n’a échappé à personne que le coût du logement a fort augmenté. De 1968 à 2018, les prix de l’immobilier en valeur réelle ont été multipliés par plus de 4 à Paris par exemple. Sont actuellement propriétaires (et multipropriétaires) des personnes âgées qui bénéficient des revenus de ces investissements qu’ils ont pu faire à une époque de plein emploi et de salaires en croissance constantes.

    La dévalorisation des diplômes. Les plus jeunes font de plus longues études car les diplômes ne valent plus rien. Ils entrent plus tard et plus difficilement dans une vie professionnelle et accèdent tardivement au sésame du CDI qui peut leur ouvrir la porte d’un crédit immobilier.

    Je rappellerais également à notre auteur que les quarantenaires (ceux qui paient pour toutes les générations d’inactifs : les plus âgés, les boomers, les enfants, les jeunes et les trop nombreux autres inactifs) sont nombreux à vouloir échapper au monopole de la sécurité sociale, à la retraite par répartition, etc. Ils ne le peuvent qu’en s’expatriant. Le poids électoral des plus âgés est démographiquement défavorable aux plus jeunes (1 électeur sur 2 a plus de 50 ans). De fait, toute l’offre électorale s’adresse à des personnes qui n’ont aucun intérêt à ce que les choses changent puisqu’ils en bénéficient. L’enfermement généralisé de 2020 et 2021 ou la revalorisation récente des pensions de retraite sans aucune condition de revenu en témoignent.
    A tous les jeunes de mon entourage, je ne conseille qu’une chose : expatriez-vous.

    • Exact! Tout est dit!

      -1
    • Interprétations très tirées par les cheveux. Par exemple, le chômage dépasse 8% depuis 85 et les maxima ont été atteints dans les années 90. Les diplômes qui ne valent rien sont totalement anecdotiques, ils obligent simplement les recruteurs à juger sur d’autres critères, et si les études sont aussi longues c’est parce que les étudiants vivent aujourd’hui via l’Etat aux frais des actifs pendant leurs études interminables, alors qu’il fallait accepter de gagner sa croûte plus jeune et plus durement auparavant.
      Mais surtout, l’idée fausse d’un partage de gâteau fixe, où seul priver les anciens permettrait d’accroître la part des jeunes, ne s’était pas imposée. Encore une fois, les retraités n’auraient rien à perdre si on leur proposait de renoncer à des droits par répartition en échange de l’exonération fiscale crédible de leur patrimoine. Pourquoi ne le leur proposez-vous pas ?
      Enfin, je vous prédis une bonne crise quand tous ces expatriés, incapables de changer ce qu’ils pourraient changer et de s’assumer pour ce qu’ils ne peuvent changer, reviendront à l’automne de leur vie réclamer la becquée qu’ils ne trouveront pas à l’étranger. Le couchsurfing et le wwoofing, il vient un âge où ça craint…

  • non, non , désolée ! cette diatribe contre les retraités fonctionnaires ne concerne encore , qu’une partie des fonctionnaires ayant choisi dès le début la fonction publique et ayant bien louvoyé durant leur  » parcours » ( souvent immobile le cul derrière une chaise, à chercher les  » bons filons » pour profiter du système., et non acharnés à vouloir oeuvrer pour la  » cause commune – à défaut d’Etat français – et faire pour le mieux…
    JE SUIS UNE BOOMER, née en 51 . J’AI TRAVAILlé DANS LE PRIVé ( COMMERCE; INDUSTRIE; ETC;; ° AVANT DE REJOINDRE LA FONCTION PUBLIQUE durant les 20 dernières années ( sur 33 au lieu de 41, cause arrêts bébés et mutations /stages conjoint ) , NON PAR OPPORTUNISME MAIS PAR CONTRAINTES GéOGRAPHIQUES , passage de multiples concours( au moins 4) , et pointages à pole emploi sans indemnités ( paris , grenoble , valence): ma retraite est de 1 400 euros brut( avant impots et mutuelle ) , pour une  » cadre A » , cadre depuis le début ( diplômée grandes écoles ) ; ce qui ne correspond nullement à 75% du dernier salaire ( qui était de 3 500 euros en 2014). j’ai commencé à travailler en 73 et suis partie à 63 ans et 4 mois..
    Donc : ne généralisez pas ; et ne honnissez pas les ex-fonctionnaires occasionnels. Non, les  » vieux » ne sont pas riches .ils ont juste leur maison acquise et pas de crédits sur le dos . point final . pas de vacances/voyages ; pas de résidence secondaire et/ou 4  » bien immobilier en location ; des petits-enfants, une maison à réaménager en conséquence ; des mamies , frères et soeurs à gérer en EPAHD ruineux ,etc…

    • Avatar
      jacques lemiere
      1 août 2022 at 11 h 25 min

      même pas..

      les enfants d’ajourd’hui sont toujours évidemment redevables..juste relativement moins que dans un monde alternatif à cause des choix démocratiques de leurs parents.. anticapitalistes.. relativement mais pas absolument…ils sont toujours riches et favorisés!!!

      vous entendezs les enfants malgaches se plaindre des boomers « malgaches »?
      les enfants chinois!!!???

      ça devrait faire rire..

  • Avatar
    alline.francois@gmail.com
    1 août 2022 at 10 h 23 min

    71% des 18-24 ans veulent télétravailler, faire uniquement un boulot qu’ils aiment, aux heures et jours qu’ils aiment sinon démissionneront jusqu’à trouver « l’emploi idéal ».
    Le monde qu’ils connaissent a été construit par leurs aïeux qui travaillaient 12 heures par jour, 7 jours par semaine en 1850, puis 10h par jour six jours semaine début du siècle dernier, puis 50h puis 48h puis 40h jusqu’au 35 h aujourd’hui.
    Sécurité sociale, CAF, chomage et tout le tremblement n’existant qu’après 45
    Ils seraient bien avisés de le savoir pour le comprendre…!!!

    • Vous n’avez pas compris leurs attentes: ils n’ont jamais dis qu’ils ne voulaient pas beaucoup travailler. C’est fini le même travail toute sa vie. Ils switch d’un poste à un autre y compris à l’étranger. Cela rends caduque et inutiles votre coûteux système collectiviste (assurance chomage,…).

      • Ah zut, je croyais que vous mettiez seulement les « boomers sur la sellette dans vos posts, mais voilà que les chômeurs en prennent un coup aussi!
        J’ai quand même beaucoup de mal à vous voir en vrai libéral dézingant le système collectiviste!
        On ne vous a guère entendu réclamer la mise à plat de tout le système ni vos idées lumineuses pour le réformer, le rendre viable et juste ( exit régimes spéciaux par exemple?) et efficace!

  • Vus les commentaires et les votes « up » ou « down » des commentaires, c’est fou le nombre de boomers socialistes n’acceptant pas la critique qui traîne sur Contrepoints !

    C’est vraiment dur d’admettre que vous êtes nés au seins de la pire génération de l’histoire, et que ça ne fait pas de vous des gens pourris ? Mais que ce sont les autres de votre génération, biberonnés au communisme triomphant du « parti des 75 000 fusillés », ceux qui ont été socialistes jusqu’à la lie, qui en 68 ont exproprié la génération précédente et pris toutes les commandes puis vécu avec la répartition sans avoir d’enfants et financé le décalage (rapidement colossal) par la dette (donc en la faisant payer par les enfants, petits enfants, arrière petits enfants qu’ils n’ont souvent pas eu). Ceux qui ont voulu la retraite à 60 ans pour tous alors qu’ils vivaient plus vieux que jamais ?

    Je n’ai aucun mal à dire que ma génération n’est pas brillante non plus, qu’elle est en train d’imposer une tyrannie écolo-sociétale woke faite de sexualité débridée et d’anticapitalisme même pas intelligent, une génération de marxistes qui n’ont jamais lu Marx (et seraient sûrement très déçus s’ils le lisaient).

    Pour moi la seule raison pour laquelle vous voulez à tout prix défendre la génération « boomer » (concept socialiste que de mettre tous les gens d’un âge donné dans le même panier, parler en moyenne est déjà moins pire, même si MichelO l’a bien fait remarquer -avec un poil de mauvaise foi- c’est pas la panacée) c’est que vous avez tous ce vieux fond de communisme/socialisme qui vous pousse à vous voir comme « un élément de la société » et non à penser « la société comme une somme d’individus chacun différent et de valeur »…

    Allez, mettez vite plein de moins à ce commentaire… mais au moins promettez moi en échange d’y penser, de réfléchir à ce réflexe étrange !

  • Les chiens aboient et la caravane passe. Dans deux ou trois décennies, la génération qui voue actuellement les boomers aux gémonies passera elle aussi devant le tribunal. Et cela risque d’être encore plus sanglant pour elle que pour celle des boomers. Dans les manifestations pour toutes ces causes qui transformeront à plus ou moins court terme notre société en désert économique et/ou en enfer collectiviste, je ne vois pas beaucoup de boomers. Tiens, vous en pensez quoi, Franz ? Vous serez toujours d’accord pour essentialiser une génération le jour où la suivante fera preuve de la même verve que vous ?

    Pour ma part, j’estime avoir fait mon devoir. J’ai payé largement via mes impôts des délires auxquels je n’adhère pas et j’ai prévu de transmettre à mes enfants au moins autant que ce que mes parents m’ont transmis. J’entends bien que mes enfants soient comptables de mes actes, mais les enfants des autres, ils peuvent aller… euh comment dire ? S’ils ont eu des parents jouisseurs ce n’est pas mon problème.

    • Le truc amusant dans votre commentaire c’est qu’on croirait que j’essentialise une génération… Quand c’est vous et les autres « défenseurs » des boomers qui le fait.
      Comme je le répète, je n’ai aucun souci à reconnaitre que ma génération a en moyenne des tas de défauts à commencer par les délires éco-wokes qui vont mettre à genoux notre civilisation. Visiblement les gens nés entre 1943 et 1960 eux n’arrivent pas à admettre qu’ils sont des individus nés à cette date et pas forcément co-responsables de « leur génération » qui en moyenne a sans aucun doute été la plus favorisée de l’histoire et a tiré sur la corde, faisant payer ce statut d’abord à leurs parents (morts pour eux ou pour les avoirs et qui ont bossé dur pour remettre le pays d’aplomb après la seconde guerre mondiale) puis à leurs enfants, petits enfants et arrière petits enfants en inventant l’Etat providence généralisé (dont ils ont profité et profitent encore tant qu’il tient… plus qu’une dizaine d’années avant l’explosion, mais ils seront bien vieux à ce moment, les « boomers ») financé par la dette (et donc les enfants et petits enfants… qu’ils n’ont presque pas eu). Ma génération a bien entendu continué, et rajouté l’éco-débilité… mais cela n’excuse en rien la « généraion précédente » (en moyenne) et n’accuse en rien les gens, les individus nés dans cette même période, qui ont peut-être eu beaucoup d’enfants, les ont éduqué comme il faut et ont lutté vote après vote, post et enseignements après post et enseignement, contre le collectivisme (je pense à mes parents… nés dans la période en question, mais pas du tout « boomers »).

      Étrangement pour des libéraux, les intervenants nés dans cette période semblent ne pas pouvoir comprendre ce que je dis à longueur de post, ne pas pouvoir se dissocier de leurs contemporains… Et donc être au fond d’eux pas très libéraux, plutôt socialistes voire communistes en fait ! Avant de mettre un vote « moins » et de répondre « blah blah blah les jeunes ne sont pas bien ils disent du mal de ma génération »… « ils nous essentialisent » (sic.), relisez mon post, les vôtres, regardez vous dans le miroir et assumez, ou pas…

      • Et il doit y avoir tellement de gens n’arrivant pas à condamner leur propre génération tant ils « essentialisent la classe d’âge » que mes commentaires sont désormais bloqués.
        Bref, rigolo comme il est difficile de penser la société, le groupe comme une somme d’individus et non l’individu comme un membre du groupe, même pour des « libéraux ».
        Et intéressant de voir à quel point cette génération d’être d’exception éduqués comme il faut (contrairement aux jeunes qui sont débiles, geignards et méchants d’oser critiquer « les boomers »… ) il est difficile de comprendre mes commentaires que vous devriez à titre individuel applaudir si vous êtes libéraux, puisqu’ils critiquent non « les gens nés à ces dates » mais le groupe, la génération qui a mis en place le pire système socialiste du monde (« de chacun -des enfants que je n’aurais pas ou presque- selon ses capacités à chacun selon mes besoins, via la dette et l’Etat providence »)

        • Vous avez sans doute raison, mais encore une fois votre vocabulaire est troublant. Vos commentaires critiquent « le groupe », sans louer le groupe de presque même taille qui s’y est opposé de toutes ses forces. Aujourd’hui, il y a la même fracture entre écolo-wokes haineux autoritaires, et gens sensés soucieux de se construire une existence dans le respect d’un certain nombre de valeurs moins collectivistes, mais ces derniers ne semblent pas obtenir votre soutien. Comme si la dénonciation d’un groupe arrivé par hasard au pouvoir pouvait remplacer l’action pour supprimer les reliques de leurs errements…

    • Désolé de ne pas vous répondre, mes commentaires sont désormais tous en modération. Il semble que faire remarquer que le socialisme, plus encore sur le dos des générations futures, n’est pas très joli et que les individus ne sont jamais à confondre avec les groupes sans pour autant qu’on puisse nier l’existence de ces groupes ne passe pas sur un site « libéral ». Au modérateur : « faudra expliquer où est le problème dans mes commentaires à part votre date de naissance ».

      • Je crois que c’est le nombre de commentaires par un même auteur qui entraîne une modération de ses commentaires. N’y voyez pas de censure personnelle.

    • +1000!
      Le temps s’écoulant toujours dans le même sens ( du moins dans le monde connu) il y a fort à parier que ça se passe comme vous l’anticipez!
      mais les jeunes et l’anticipation, j’ai comme un doute, ce n’est même pas de la science fiction!

  • Le verdict est sans appel: il y a bien conflit de générations.

    En témoignent, la dureté des commentaires de cet article et le fait que ce soit l’article le plus commenté du moment. J’y retourne d’ailleurs.

    • Il ne peut y avoir de « conflit » de générations dans la mesure où les supposés « belligérants » sont privés par l’Etat des moyens de défendre leurs positions tout au moins concernant le système de retraite et son financement.
      Accuser les « boomers » d’avoir l’avantage dans les urnes parce qu’ils vont plus voter ( bien que moins nombreux que les jeunes électeurs qui eux ne vont pas voter, soi-disant pour ne pas avaliser le système) relève au mieux d’un biais cognitif, et/ou au pire d’une volonté manifeste de manipuler la réalité!

      • Et comme disait Coluche: « Si aller voter risquait de changer quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit »

  • L auteur n est pas tres coherent. Il propose aux jeunes de militer pour la retraite par capitalisation afin d avoir une retraite a leur tour. Mais si on passe a la capiatlisation, les boomers comme lui n auront plus de pension de retraite ! eh oui, le principe de la repartition c est les actifs paient pour les retraités. si les actifs epargenet dans une retraite par capitalisation, ils ne paieront plus les pensions des retraités actuels.

    Pour le reste, c est un peu facile de s exonerer de toute responsabilite sous le pretexte que c est le parlement qui controle le gouvernement. Qui a voté pour les deputés ? qui a reelu Mitterrand et Chirac ?
    Meme si je n ai aucune responsabilite pour l election de Mitterrand (trop jeune), ma generation est collectivement coupable de sa reelection et de tous les nuisibles qui sont arrivés apres, meme si je n ai jamais voté pour eux

    Le pire c est que la gabegie continue. Le poids electoral des retraités est tel que notre gouvernement va majorer leurs retraites de 5 % si j ai bien lu alors que c etait l occasion ideale de reduire leur poids dans le budget (aucun actif va avoir + 5% d augmentation, on va donc creuser encoreplus les deficits pour payer les pensions)

    • « Mais si on passe a la capiatlisation, les boomers comme lui n auront plus de pension de retraite ».
      ça peut être vrai….. ou faux! Tout est dans la transition ( comme la transition écolo-énergétique chère aux jeunes)
      Historiquement, le système de répartition mis en place en 1945 après la libération, était fortement inspiré de collectivisme, un peu par obligation, car il fallait bien donner des moyens d’existence à des « retraités » n’ayant jamais cotisé. Cependant, plutôt que de taxer les actifs, le financement aurait pu être assuré par l’impôt beaucoup plus « opaque » dans sa collecte et son (ses) utilisation (s).
      Le second point à souligner, c’est qu’étant un système de transition, il aurait dû être remplacé progressivement par la capitalisation ( surtout à une époque de forte démographie avec de nombreux cotisants et peu de pensionnés, et une économie en expansion). Aucun des gouvernements n’a osé par pure idéologie et peur de non réélection, saisir cette opportunité pour éviter ce que certains appellent ici fort improprement un « conflit de générations ».
      Alors bien sûr, en 2022, l’économie de la France étant à la ramasse, la transition nécessaire sera beaucoup plus douloureuse pour TOUT LE MONDE, et nos politiques qui nous coûtent fort cher et payés avec nos impôts pour proposer des solutions équitables ( et non pas égalitaires) n’ont pas l’air de vouloir se bouger beaucoup pour changer les choses en profondeur.
      Si le choix est fait par les successeurs des « boomers » qui sont aux manettes aujourd’hui de continuer à creuser les déficits et gonfler la dette, nul doute qu’ils seront moins enclins à critiquer leurs aînés!

    • « ma generation est collectivement coupable »
      NON! La responsabilité collective d’une génération ça n’existe pas!
      Une responsabilité ne peut être qu’individuelle, sur le résultat d’une action personnelle.
      La somme de responsabilités individuelles ne peut pas justifier l’existence d’une hypothétique responsabilité collective.

    • @cd
      A chaque fois que la capitalisation revient sur le tapis, je rappelle que la transition est FACILE, en commençant par offrir une défiscalisation des revenus du patrimoine des retraités en échange de leur renoncement à une part actuariellement équivalente de leurs droits à répartition. Refusez-vous ce système ? Si oui, pourquoi ?

      • Il refuse parce que c’est beaucoup plus simple de hurler avec les loups sans proposer de solution au problème! Ces gens là n’existent que s’ils trouvent quelque chose à critiquer, et s’ils ne trouvent rien, ils en inventent!
        Il y a longtemps qu’ils ont oublié d’être pragmatiques! Et c’est sans doute pour ça qu’ils ont des vies de m***de!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Et c'est avec de fort jolis mouvements de jarrets vifs et musclés que l'inflation continue de grimper fermement notamment dans la zone euro, pendant que l'INSEE continue d'afficher des chiffres de plus en plus insolents et décalés avec la réalité vécue par les Français.

Les 5 % crânement affichés jusqu'à présent vont rapidement se muer en 8 % et en zone euro on peut même tabler sur un joli petit 12 % d'ici à la fin de l'année alors que l'inflation des coûts à la production continue de grimper de façon jugée "dramatique" par tous les sp... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles