La décroissance est terrible pour tout le monde, surtout pour les pauvres

Deux stratégies globales sont proposées pour lutter contre la pauvreté, mais seule l’une d’entre elles est politiquement viable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by Ev on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décroissance est terrible pour tout le monde, surtout pour les pauvres

Publié le 17 juin 2022
- A +

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l’économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu’a fait l’économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du commerce, le produit intérieur brut (PIB) corrigé de l’inflation a diminué de 0,4 % au cours du premier trimestre de cette année, ce qui représente une baisse annualisée de 1,4 %. Cette contraction fait du premier trimestre de 2022 le trimestre le plus faible pour la croissance du PIB depuis la récession de 2020 liée à la pandémie.

La décroissance économique est terrible pour presque tout le monde, mais elle met surtout en danger les pauvres. Il est donc remarquable que les problèmes liés à la décroissance soient moins appréciés par ceux qui prétendent être les plus soucieux des intérêts des classes inférieures.

 

La minimisation de la décroissance

Le New York Times rapporte que la Maison Blanche a été « dédaigneuse » des récentes nouvelles du Département du Commerce, réfutant le fait que « les dépenses de consommation, les investissements des entreprises et les investissements résidentiels ont augmenté à des taux élevés ».

Si les gens sont réconfortés par les mesures de réussite choisies par l’administration Biden dans une économie qui souffre globalement, c’est probablement en partie parce que la croissance économique est considérée comme une faible priorité, au mieux, par un ensemble important des commentateurs politiques.

Robert Pollin, professeur d’économie et codirecteur de l’Institut de recherche en économie politique de l’Université du Massachusetts Amherst, qui a participé à l’élaboration d’une loi pour le sénateur Bernie Sanders, a déclaré lors d’une interview :

« À moins de changer l’environnement politique et de rendre les politiques économiques plus égalitaires, toute la croissance ira dans les poches des riches, ce qui s’est plus ou moins produit, en tout cas depuis la fin de la récession. Donc, la croissance est mauvaise si elle est plus inégalitaire. »

Ben Burgis, chroniqueur à Jacobin Magazine et professeur adjoint de philosophie au Morehouse College, plaide en faveur d’une économie coopérative tout en admettant :

« Probablement dans une économie dominée par les coopératives, parce que les gens n’auront pas le même genre d’incitations à ce genre d’expansion rapide que les propriétaires d’entreprises plus traditionnelles pourraient avoir, je pense que cela signifie que vous allez probablement avoir une croissance économique plus lente […] Mais je ne suis pas sûr que ce soit une mauvaise chose, surtout si l’on commence à penser aux effets écologiques d’une croissance constante pour le plaisir de la croissance. »

Le commentateur politique socialiste Ian Kochinski, qui se présente sous le pseudonyme de Vaush, a déclaré :

« L’une des tristes vérités d’être socialiste est que vous devez accepter que votre nation ne pourra pas profiter de la croissance vertigineuse du PIB dont bénéficient les nations capitalistes. Il va falloir sacrifier une partie de l’efficacité économique, dans l’espoir d’améliorer la vie de tous. »

Certains critiques de la croissance vont même jusqu’à remettre en question son importance en tant qu’objectif politique. Par exemple, dans son livre à succès intitulé This Changes Everything : Capitalism vs. The Climate, Naomi Klein qualifie la croissance économique de « téméraire et sale » et préconise une politique de « décroissance radicale et immédiate » afin de ramener les émissions mondiales de carbone à des niveaux gérables.

 

La croissance et les pauvres

Max Roser, économiste à l’université d’Oxford, a souligné que le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a diminué d’environ 137 000 individus chaque jour au cours des 25 dernières années. Cela représente plus d’un milliard de personnes, soit plus qu’il n’y avait de personnes sur Terre il y a seulement deux siècles.

Cet événement miraculeux a été qualifié de « fait le plus important concernant le bien-être dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale » par l’économiste Angus Deaton, lauréat du prix Nobel de l’université de Princeton, dans son livre The Great Escape. Et comme l’a fait remarquer Fareed Zakaria, animateur sur CNN et chroniqueur au Washington Post, ces données indiquent que davantage de personnes ont échappé à l’extrême pauvreté au cours des cinquante dernières années qu’au cours des cinq cents années précédentes.

Steven Pinker, spécialiste des sciences cognitives de l’université de Harvard, note dans son livre Enlightenment Now (2018) que si cette tendance devait se poursuivre, le taux d’extrême pauvreté atteindrait zéro en 2026. La pandémie de Covid-19 et les confinements ont fait reculer l’économie mondiale de quelques années, mais la fin virtuelle de l’extrême pauvreté reste largement à portée de main, ce qui est une circonstance sans précédent à vivre en tant qu’espèce.

Comme l’expliquent Deaton et Pinker dans leurs ouvrages précités, et comme l’explique Benjamin M. Friedman, président du département d’économie de l’université de Harvard, dans son livre The Moral Consequences of Economic Growth, l’amélioration du sort matériel des pauvres entraîne une amélioration de leur santé physique, de leurs possibilités d’éducation, de leur espérance de vie, de leur sécurité face à la violence, de la confiance en leurs voisins et d’innombrables autres niveaux de vie.

Comme l’écrit Pinker :

« Bien qu’il soit facile de se moquer du revenu national comme d’une mesure superficielle et matérialiste, il est en corrélation avec tous les indicateurs de l’épanouissement humain. »

Il est à noter que ceux qui sont sortis de l’extrême pauvreté, principalement dans des pays comme la Chine et l’Inde, n’ont pas été aidés par des programmes sociaux massifs, mais par un marché mondial croissant pour leur travail. Si la redistribution de la richesse préexistante était la cause de ce phénomène, alors la réduction de l’extrême pauvreté se serait accompagnée d’une réduction de l’extrême richesse dans un autre sous-ensemble de la population.

Au contraire, il n’existe aucun groupe démographique important dont les pertes massives correspondent à ces gains massifs. Au contraire, comme les Américains et les autres habitants des pays riches sont devenus plus riches en moyenne, leur demande accrue de main-d’œuvre à l’étranger a fait passer les travailleurs des fermes aux usines, des usines aux ensembles de bureaux, etc. Cela a été rendu possible par le fait que le produit mondial brut a plus ou moins doublé depuis 1990.

Cette croissance généralisée n’a cessé de se développer depuis qu’elle a commencé à l’époque de la révolution industrielle, ce qui explique pourquoi plus de 90 % de la population humaine a vécu avant 1800 dans une extrême pauvreté tout au long de l’histoire de l’humanité, et pourquoi moins de 10 % vit dans une extrême pauvreté aujourd’hui. C’est la croissance économique, et non les programmes de redistribution, qui a permis aux masses de sortir de l’extrême pauvreté comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité.

 

La croissance comme objectif politique

Tyler Cowen, économiste à l’université George Mason, explique dans un article de Foreign Affairs :

« Sur le moyen et le long terme, même de petits changements dans les taux de croissance ont des conséquences importantes sur le niveau de vie. Une économie qui croît à 1 % double son revenu moyen environ tous les 70 ans, alors qu’une économie qui croît à 3 % double son revenu moyen environ tous les 23 ans – ce qui, au fil du temps, fait une grande différence dans la vie des gens. »

Pour concrétiser ce point, Cowen propose une expérience de pensée dans son livre Stubborn Attachments :

« Refaites l’histoire des États-Unis, mais supposez que l’économie du pays ait progressé d’un point de pourcentage de moins chaque année entre 1870 et 1990. Dans ce scénario, les États-Unis de 1990 ne seraient pas plus riches que le Mexique de 1990. »

Ce ne sont pas seulement les Américains riches qui seraient moins bien lotis dans un tel scénario – les classes inférieures et moyennes du Mexique sont beaucoup plus mal loties que les classes inférieures et moyennes des États-Unis, et cela est largement fonction de la réussite générale de l’économie de chaque pays.

Dans le discours politique et économique actuel, deux grandes stratégies sont proposées pour lutter contre la pauvreté.

La première consiste à redistribuer les richesses de ceux qui en ont beaucoup, les membres les plus puissants de la société sur le plan économique, à ceux qui en sont dépourvus, les membres les plus faibles de la société sur le plan économique. Cette stratégie à somme nulle est pratiquement vouée à l’échec car elle nécessite de se faire des ennemis parmi les plus puissants économiquement, qui sont, par définition, à la fois incités et habilités à empêcher la redistribution. C’est en grande partie la raison pour laquelle toutes les expériences socialistes majeures de l’histoire ont abouti à ce qu’une classe d’élite prenne le contrôle et s’enrichisse au détriment des classes inférieures.

L’autre stratégie consiste à accroître l’abondance des richesses au point qu’une partie toujours plus grande de la population puisse se permettre de satisfaire ses besoins. Cette stratégie à somme positive repose sur la croissance économique. Tout comme l’augmentation de l’offre de pommes fait baisser leur prix, l’augmentation de l’offre de richesses réduit les obstacles à l’obtention de ressources suffisantes pour satisfaire ses besoins dans une économie de marché.

Au fur et à mesure que certains deviennent plus riches, ils seront disposés à payer davantage pour votre travail. Et plus l’économie se développe, plus les progrès technologiques et scientifiques peuvent être financés, ce qui finit par accroître les capacités de la grande majorité de l’humanité. Au lieu de faire de l’élite économique un ennemi, cette stratégie en fait une alliée, ce qui signifie qu’elle a beaucoup plus de chances de réussir dans la pratique. Et comme nous l’avons vu, contrairement à toute autre stratégie jamais tentée, elle s’est déjà révélée efficace à l’échelle mondiale pour réduire la pauvreté et améliorer la condition humaine d’autres manières grâce aux progrès technologique et scientifique.

À terme, même une petite variation du taux de croissance économique fera la différence entre la famine et la survie pour des millions ou des milliards de personnes, sans parler de la différence entre l’extinction de l’humanité et sa capacité à financer suffisamment de progrès technologiques pour devenir durablement multiplanétaire.

Les détracteurs de la croissance ont tort quant à ses dangers environnementaux, mais ils ont également tort de minimiser son rôle dans la lutte contre la pauvreté. Si leur objectif est effectivement de gagner ce combat, les responsables politiques devraient placer l’inversion de la tendance à la croissance lamentable de l’Amérique en tête de leur liste de priorités.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le peuple a faim parce que le prince dévore une quantité d’impôts.
    Voilà pourquoi il a faim.
    Le peuple est difficile à gouverner parce que le prince aime à agir.
    Voilà pourquoi il est difficile à gouverner.
    (Tao Te King, 75)
    Toujours rien de nouveau sous le soleil.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Le 30 avril 2022 à la salle Gaveau (Paris) a eu lieu la cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022. Un groupe de huit étudiants a fait une déclaration fracassante qui aurait dû rester un incident de parcours. Largement médiatisée, elle est devenue un événement quasi national. De quoi s'interroger sur l'avenir de notre société.

 

Une intervention programmée

La cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022 était organisée par AgroParisTech Alumni – l'association des anciens élèves – et a fait l'objet d'une vidé... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles