Comptes de campagne de la présidentielle : le nerf de la guerre

Si en valeur absolue, avec près de 17 millions d’euros de dépenses, Emmanuel Macron est celui qui a le plus dépensé, c’est Valérie Pécresse qui, en valeur relative, a le coût de campagne le plus élevé (8,53 euros par suffrage).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Pen & Macron, French election posters 2017 by Lorie Shaull (Creative Commons CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comptes de campagne de la présidentielle : le nerf de la guerre

Publié le 22 juillet 2022
- A +

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s’est montrée plus économe que certains candidats qui n’ont pas réussi à se qualifier pour le second tour (Valérie Pécresse avec 14,3 millions, Jean-Luc Mélenchon avec 13,7 millions). Les deux candidats présents au second tour de la présidentielle étaient loin du plafond de dépenses autorisé à ce stade, puisqu’il est situé à un peu plus de 22 millions d’euros, dont 16 millions maximum pour le premier tour.

Suivent ensuite Éric Zemmour (11 millions), Yannick Jadot (5,2 millions) et enfin Anne Hidalgo (3,7 millions). Sans surprise, en queue de liste, on retrouve les plus petits candidats : Nathalie Arthaud (plus de 890 000 euros), Nicolas Dupont-Aignan (plus de 870 000 euros), Philippe Poutou (un peu moins de 820 000) et enfin Jean Lassalle (plus de 813 000 euros).

 

Que nous apprend le détail des dépenses (et des recettes) des différents candidats ?

Jean-Luc Mélenchon a dépensé plus de 7,8 millions d’euros dans les réunions publiques. À la veille du premier tour, La France insoumise revendiquait avoir organisé plus de 300 meetings, avec son candidat mais aussi sans lui, que ce soit en métropole et dans les Outre-Mer. La technologie, avec son premier meeting immersif à Nantes et les hologrammes, coûte forcément cher. Il est le candidat qui a le plus dépensé dans ce domaine.

La différence de stratégie entre Marine Le Pen et Éric Zemmour se retrouve aussi dans leurs comptes de campagne. Le second avait surtout misé sur des meetings de grande ampleur et des événements médiatiques importants, avec plus de 4,6 millions dépensés en réunions publiques. La candidate du Rassemblement national a dépensé moitié moins en réunions publiques, mais plus d’un million d’euros dans la tournée de ses quinze bus « Marine Présidente ».

À noter également l’importance des « opérations commerciales » dans les finances de la campagne d’Éric Zemmour. En la matière, les équipes du candidat sont les premières. Ces recettes, qui comprennent la vente d’objets promotionnels, représentent un peu moins de 500 000 euros. Cette stratégie financière particulièrement axée sur les goodies avait été remarquée durant la campagne et, a semble-t-il, porté ses fruits.

La candidate Les Républicains, Valérie Pécresse, a dépensé près de 2,6 millions d’euros en promotion téléphonique, davantage que l’ensemble des autres candidats sur ce domaine. Ce qui peut aussi inclure les campagnes de phoning réalisées par ses équipes durant la primaire de la droite. Le déficit du parti de droite a été comblé en lançant, avec succès, un appel aux dons au lendemain du premier tour, ce qui a permis à Valérie Pécresse de rembourser le prêt de 5 millions d’euros qu’elle avait pris à titre personnel.

Alors que la campagne de Benoit Hamon avait coûté 15 millions d’euros et celle de François Hollande un peu moins de 22 millions, les dépenses de la candidature d’Anne Hidalgo se situent en dessous des 4 millions, le parti ayant anticipé un score inférieur à 5 %. Tout comme Yannick Jadot, qui avait provisionné plus de 7,9 millions d’euros de recettes pour cette campagne, mais qui a stoppé ses dépenses à 5,2 millions. Un solde positif de plus de 2,7 millions, dans lequel il est difficile de ne pas voir une anticipation de son échec et de ne pas laisser trop de dettes.

 

Combien a coûté chaque voix aux différents candidats ?

Si en valeur absolue, avec près de 17 millions d’euros de dépenses, Emmanuel Macron est celui qui a le plus dépensé, c’est Valérie Pécresse qui, en valeur relative, a le coût de campagne le plus élevé (8,53 euros par suffrage). À l’opposé, Jean Lassalle réalise la campagne la moins coûteuse en valeur absolue (813 060 euros) avec un coût par suffrage de 74 centimes.

Résultats inférieurs à 5 %

Nathalie Arthaud – 197 094 voix pour un budget de 891 098 euros soit 4,52 euros/voix.
Philippe Poutou – 268 904 voix pour un budget de de 819 686 euros soit 3,05 euros/voix.
Anne Hidalgo – 616 478 voix pour un budget de 3 744 225 euros soit 6,07 euros/voix.
Nicolas Dupont-Aignan – 725 176 voix pour un budget de 871 410 euros soit 1,20 euro/voix.
Fabien Roussel – 802 422 voix pour un budget de 4 016 173 euros soit 5 euros/voix.
Jean Lassalle – 1 101 387 voix pour un budget de 813 060 euros soit 0,74 euro/voix.
Yannick Jadot – 1 627 853 voix pour un budget de 5 162 964 euros soit 3,17 euros/voix.
Valérie Pécresse – 1 679 001 voix pour un budget de 14 324 135 euros soit 8,53 euros/voix.

Résultats supérieurs à 5 %

Éric Zemmour – 2 485 226 voix pour un budget de 10 976 228 euros soit 4,42 euros/voix.
Jean-Luc Mélenchon – 7 712 520 voix pour un budget de 13 685 064 euros soit 1,77 euro/voix.

Résultats Accès au second tour

Marine Le Pen – 8 133 828 voix pour un budget de 11 483 385 euros soit 1,41 euro/voix.
Emmanuel Macron – 9 783 058 voix pour un budget de 16 699 979 euros soit 1,70 euro/voix.

Pour ces deux derniers candidats, le budget correspond aux dépenses du premier et second tours alors que le nombre de voix pris en compte est celui du premier tour uniquement.

 

La CNCCFP rendra sa décision finale à la fin de l’année

Il est rappelé que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a jusqu’au 24 décembre 2022 pour instruire ces comptes et rendre ses décisions. Ces comptes pourraient donc être amenés à évoluer, la CNCCFP précisant bien qu’il ne s’agit que des comptes des candidats « tels que déposés par eux ».

Le plafond des dépenses était établi cette année à 16 851 000 euros pour les candidats présents au premier tour, et 22 509 000 euros pour les candidats qualifiés pour le second tour. La Commission des comptes de campagne n’a, jusqu’à présent, approuvé qu’un seul compte du premier coup, celui du NPA Olivier Besancenot en 2007. En 2012, il avait rejeté ceux du président sortant Nicolas Sarkozy.

Les remboursements s’élèveront au maximum à 800 423 euros pour les candidats n’ayant pas atteint la barre des 5 % ; 8 004 225 euros pour les autres candidats présents au premier tour ; 10 691 775 euros pour les candidats concourant au second tour.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles