« Pécressethon » : les Républicains ne sont pas morts !

Y aura-t-il des candidats du parti les Républicains aux élections législatives ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Présidentielle2022 Pécresse (crédits FMas)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Pécressethon » : les Républicains ne sont pas morts !

Publié le 21 avril 2022
- A +

Y aura-t-il des candidats LR aux élections législatives ? Au lendemain de l’élimination de Valérie Pécresse et son score catastrophique (et historique) au premier tour de l’élection présidentielle (4,78%) la question se posait…

Il y a une semaine, celle qui n’est arrivée qu’en cinquième position au premier tour de la présidentielle  – un échec mortifère pour le parti héritier du mouvement gaulliste – avait pris la parole pour évoquer l’urgence de la situation.

Sous la barre des 5 % le parti qui fut naguère la droite de gouvernement ne peut prétendre au remboursement public de ses frais de campagne. « J’ai besoin de votre aide, d’urgence, d’ici le 15 mai, pour boucler le financement de cette campagne présidentielle […] Il en va de la survie des Républicains, et au-delà de la survie de la droite républicaine », avait alors lancé la présidente de la région Île-de-France, confiant être personnellement endettée à hauteur de 5 millions d’euros. 

Selon les informations du Figaro publiées lundi 18 avril, Valérie Pécresse aurait déjà récolté 1,4 million d’euros grâce à la générosité de ses électeurs. Si c’est encore peu sur les 7 millions qu’a coûté la campagne : « Il y a un fort élan de soutien, mais le compte n’y est pas encore », a admis l’entourage de Valérie Pécresse. Sa campagne d’appel aux dons devrait se poursuivre jusqu’au 15 mai.

Le parti Les Républicains n’est pas encore mort

Pour le trésorier du parti LR, David Fasquelle, interrogé par Le Parisien, si « le budget 2022 est solide » il faudra tout de même trouver « environ 3 millions d’euros » pour les candidats aux élections législatives de juin. Ainsi précise-t-il « l’objectif de 5000 euros [par candidat] sera tenu. »

Une fois encore, le parti gaulliste, tel le phénix, renaît de ses cendres, confirmant l’adage selon lequel en politique on n’est jamais mort. Mais au-delà de son financement, les LR ont une chance de gagner les élections législatives (et l’Hôtel Matignon) en proposant un programme de gouvernement réaliste, courageux et libéral !

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « les LR ont une chance de gagner les élections législatives (et l’Hôtel Matignon) en proposant un programme de gouvernement réaliste, courageux et libéral ! » ? Euh… comment dire ? Ou plus simplement avec autant de combines qu’il y a de circonscriptions ?

    • Il est plus probable de voir Valérie ouvrir un compte onlyfan pour éponger ses dettes que de voir une majorité LR à l’assemblée nationale.

  • C’est vrai, techniquement, comme le PS, LR n’est pas mort. Bon, il est en mort cérébrale mais il est toujours sous assistance respiratoire.
    Après, c’est quand même drôle que des millionnaires demandent à des smicards de rembourser leur gabegie.

  • Ces histoires de partis n’ont plus aucun sens dans un pays qui n’a plus son mot à dire pour gouverner. D’ailleurs, ils sont tous interchangeables et viva la démocrature…avec des assemblées de zombies.

  • Le LR libéral ? Première nouvelle !

  • LR = libéral, d’où vient cette bêtise? Ce ne seront que de nouveaux transfuges pour Macron

    • Ca s’appelle un voeu pieux. Vous savez, le pieu qu’on enfonce dans la poitrine pour se débarrasser des vampires suceurs de sang.

  • La conslusion dit tout : LR est mort le jour où il a décidé que plutôt que poursuivre dans la voie entamée par Fillon et plébiscitée par les militants à travers lui, il allait laisser de côté toute idée vue comme « révolutionnaire » et plutôt essayer de courir après Macron vers le centre mou.
    Parce-que clairement, au niveau programme, difficile de dire qui de Pécresse ou de Macron était l’original et qui était la copie…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

On a souvent parlé dans ces colonnes de l’article 49.3, mais connaissez-vous l’article 47.1 ? Si vous aimez la démocratie représentative et parlementaire, vous allez le détester !

La réforme des retraites doit être débattue au Parlement à compter du lundi 30 janvier. Au Sénat, à majorité de droite, le gouvernement ne devrait pas rencontrer trop de résistance mais à l'Assemblée nationale c’est beaucoup moins évident. Les députés de la Nupes et ceux du Rassemblement national à l'extrême droite sont contre le texte.

La majorité pré... Poursuivre la lecture

photo d'Eric Ciotti
6
Sauvegarder cet article

À droite on suit le chef. C’est comme ça. Ça a toujours été comme ça.

Et quand le chef dit une bêtise, on répète la même bêtise. Quand le chef fonce droit dans le mur, on fonce tous droit dans le mur.

Bon, ne soyons pas trop dur. Le ralliement des Républicains au projet de la majorité sur le sujet des retraites n’est peut-être pas encore l’achat de billets de dernière minute pour la traversée inaugurale du Titanic ou l’enrôlement dans la légion le jour du dernier parachutage sur Diên Biên Phu, mais c’est quand même a minima une ... Poursuivre la lecture

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le quoi qu’il en coûte aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie im... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles