Qui a « normalisé » l’extrême droite en France ?

Depuis maintenant des décennies, de droite à gauche, du centre jusqu’à la périphérie politique, on pille le programme et les méthodes de la formation d’extrême droite pour tenter d’accéder à la magistrature suprême.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Marine Le Pen au Liban, pour les Chrétiens du Liban. Visite à Byblos, Mont-Liban. By: Gilbert-Noël Sfeir Mont-Liban - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui a « normalisé » l’extrême droite en France ?

Publié le 1 juillet 2022
- A +

Deux députés RN fraîchement élus à l’Assemblée nationale s’y retrouvent vice-présidents depuis mercredi, suscitant un tollé à gauche, pour qui l’extrême droite reste infréquentable.

Pour Marine Le Pen, c’est une nouvelle victoire de sa stratégie de dédiabolisation.

Depuis l’arrivée des 89 députés de la formation nationaliste à l’Assemblée, les commentateurs s’interrogent gravement : faut-il traiter les nouveaux venus comme des pestiférés ou au contraire, les intégrer aux pratiques ordinaires de gouvernement ? Le RN est-il devenu un banal parti de droite, ou est-il resté une coalition factieuse de nostalgiques et de folkloriques ?

Premièrement, on remarque que ces considérations éthiques arrivent à point nommé, au moment où les différentes écuries politiques cherchent à se partager le gâteau des rôles et des commissions au sein de l’Assemblée. Deux postes qui reviennent au RN, ce sont deux postes qui échappent à la NUPES et à LREM.

Deuxièmement, on se scandalise des nostalgiques de l’Algérie française, mais par contre, les formations qui ont soutenu les dictatures d’Amérique du Sud ou ont été les promoteurs serviles de l’ex-URSS, parfois même de la Russie poutiniste contemporaine, passent entre les gouttes. La Macronie a bien tenté pendant la campagne d’étendre la diabolisation de l’extrême droite à l’extrême gauche, avec le succès que nous pouvons tous constater. Les deux courants sont désormais bien implantés partout en France.

Dédiabolisation inefficace

C’est que la dédiabolisation du Rassemblement national a commencé bien avant que ses représentants passent le perron du Palais Bourbon. Et elle n’est pas le seul fait de Marine Le Pen (ou de la maladresse de son concurrent malheureux, Éric Zemmour). Depuis maintenant des décennies, de droite à gauche, du centre jusqu’à la périphérie politique, on pille le programme et les méthodes de la formation d’extrême droite pour tenter d’accéder à la magistrature suprême.

Le style populiste, qui consiste à fustiger l’ensemble de la classe politique et à se présenter comme outsider pour générer la sympathie populaire contre les institutions, est devenu dominant depuis le début des années 2000. Inspiré par le style de Jean-Marie Le Pen, les Sarkozy, mais aussi les Ségolène Royal, François Bayrou et tant d’autres se sont positionnés en « rupture » avec l’offre politique dominante, avec plus ou moins de bonne foi. En s’appuyant très clairement sur le culte de la personnalité plus que sur des programmes de réformes, tous ces braves gens ont participé à la dilution de la culture démocratique dans l’hyperprésidentialisme.

L’antifascisme de théâtre, pour paraphraser Lionel Jospin, qui date des années Mitterrand et qui s’est perpétué jusqu’aux années 2020, a trop souvent servi de paravent au statu quo et à l’immobilisme politique de ses prétendus défenseurs. Il a fini par devenir le programme unique d’un progressisme à court d’idées, et une sorte d’épouvantail qui ne faisait plus peur à personne.

Sur le fond, la surenchère sécuritaire qui a suivi l’entrée en guerre de l’Occident « contre le terrorisme » a donné à une partie de la classe politique l’opportunité de singer le FN, parfois en le doublant à droite sur les questions de restriction de libertés publiques. Surfant sur la paranoïa antiterroriste et la montée en puissance de l’hostilité à l’Islam, le droitisme s’est constitué en véritable fonds de commerce politique. À la droite de la droite, chercher à siphonner les voix du FN est devenu un véritable sport.

 

Surenchère sécuritaire partout

Si la surenchère sécuritaire est devenue un élément de rhétorique ordinaire à droite (mais aussi au sein d’une certaine gauche dite républicaine), cela ne signifie pas que cela se traduise dans les faits par une amélioration de la protection des biens et des personnes. Au contraire, le divorce entre le discours sécuritaire de la classe politique et l’explosion de violence au quotidien qu’elle est incapable de juguler ont permis au FN, puis au RN, d’engranger des voix et de la popularité avec facilité et régularité.

De son côté, la gauche, de Hollande à Mélenchon, par son soutien cartoonesque aux délinquants et aux agresseurs des forces de l’ordre, a réussi le tour de force d’incarner une certaine idée du renoncement dans le domaine de la justice et de la sécurité au plus grand bénéfice de toutes les formations droitières du pays.

La Macronie a aussi apporté sa petite pierre à l’édifice. En banalisant la glorification de l’État autoritaire, jadis réservée aux groupuscules fascisants et aux réactionnaires anti-démocratie parlementaire, l’« extrême-centrisme » a innové, pour le pire. Après une crise des Gilets jaunes vertement réprimés, la gestion de la crise sanitaire s’est appuyée sur l’état d’urgence, généralisant le contrôle social, la surveillance et la répression. L’absurdistan autoritaire et sanitaire qui a déjà largement été évoqué dans les colonnes de Contrepoints s’est doublé de la criminalisation des demandes de libertés publiques.

Depuis les dernières élections, ce sont donc des formations autoritaires, national-socialisantes et antilibérales qui dominent le paysage politique. Si banalisation de l’extrême droite il y a, c’est donc avec le concours d’une classe politique qui a troqué la culture libérale pour le cynisme depuis bien longtemps.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Et hop ! Un point Godwin pour « national-socialisant ».
    J’ai une autre lecture des événements.
    Comment le RN s’est-il normalisé ? Grâce :
    – au long travail de sa présidente
    – à son poids électoral important.
    Dans une démocratie, on ne traite pas 25 % comme on traite 10 %.
    Pourquoi son poids est-il désormais si important ?
    Quand ma femme me dit « il faut descendre la poubelle »… que je fais mine de ne pas entendre, puis que je tourne le sujet en dérision, puis que je dis fermement non, puis que je finis par mépriser ma femme, je ne dois pas m’attendre à ce qu’il ressorte du bon pour moi. Un jour les poubelles seront descendues, mais par quelqu’un d’autre.
    C’est une image bien sûr. Je suis un mari respectueux. D’ailleurs je ne suis pas marié.

    • Un peu facile l’appel au point Godwin sur ce coup là car ça n’est pas une digression que de parler de national socialisme ici. Personne n’a parler d’´antisemitisme ici par exemple. Mais le point de scission entre une Marion et une Marine c’est justement le côté socialiste de Marine le Pen. C’est le cœur du sujet même : il n’y a plus que des socialistes en France et le RN en est la version nationale.

      • Si tout est socialisme, alors rien ne l’est.
        Dans le détail, si l’on excepte la « renationalisation » des autoroutes, et la saine préoccupation autour du pouvoir d’achat, je n’ai pas vu de gros morceaux de socialisme dans le programme du RN. Au contraire, il y est beaucoup question de réduction fiscale, tant sur les entreprises que sur les particuliers. On y privatise aussi l’audiovisuel public. On y facilite l’accession à la propriété. On y renforce les mesures de sécurité. On y limite l’immigration, bien sûr.
        Bref. Pas mal de trucs à hérisser le poil de gauche.

  • Pas étonnant que l’extrême-gauche et l’extrême-« droite » se détestent, elles se disputent la même clientèle.

  • Le RN n’est pas d’extrême droite ! cette classification ne sert qu’à faire peur aux électeurs faute d’être capable d’un vrai débat démocratique.

  • Eric Zemmour.

  • Devinez pourquoi certains départements ont voté RN, l’hypocrisie a ses limites, que des gens qui ont beaucoup d’argents qui peuvent se permettre d’avoir une résidence secondaire à Casablanca ou des gens qui ont des bon emplois en Afrique subsaharienne qui contraignent le gouvernement d’accepter des mineurs et d’autres sans papiers ou qui se marie avec le cousin qui est la bas et comme cela ils seront Français et pendant ce temps la les travailleurs pauvres Français cherchent un parti pour les représenter

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Par Elina Lemaire.

Remous provoqués par la scission de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en quatre groupes politiques, interrogations autour de l’attribution aux groupes d’opposition de certains postes-clés à l’Assemblée nationale (vice-présidences, questures, présidence de la – très stratégique – commission des finances), réception des présidents des groupes par le président de la République au lendemain des élections, puis par la Première ministre à quelques jours de son discours de politique générale… La situ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles