Marine Le Pen en 2027 : le boulet social nationaliste de la droite

OPINION : peut-on imaginer une droite sans le poids lourd social-national du RN de Marine Le Pen ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Marine Le Pen by European Parliament (creative commons) (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marine Le Pen en 2027 : le boulet social nationaliste de la droite

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 mai 2022
- A +

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l’extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites1

 

Les divisions à droite sont anciennes, profondes et récurrentes. Les travaux historiques ont largement insisté sur la pluralité des droites en France, pour reprendre le titre du livre de René Rémond, Les Droites en France. L’historien insistait sur l’existence de trois familles structurant le paysage politique à droite depuis 1815 : les légitimistes (ou traditionalistes), les bonapartistes et les orléanistes. Pour Rémond, la famille nationaliste était considérée comme un avatar du bonapartisme.

Mais dans La Droite révolutionnaire. Les origines françaises du fascisme, 1885-1914, un ouvrage publié en 1978, Zeev Sternhell distinguait une quatrième droite : une droite révolutionnaire préfasciste indépendante de la famille bonapartiste.

En 2017, dans Histoire des droites en France de 1815 à nos jours, l’historien Gilles Richard distingue huit familles : les légitimistes, les orléanistes, les bonapartistes, les républicains libéraux, les nationalistes, les démo­crates-chrétiens, les agrariens et les gaullistes. On s’étonnera de l’absence des conservateurs mis sur la touche par les droites françaises elles-mêmes depuis la fin du XIXe siècle. Pourtant ils constituent bien une neuvième famille.

Il n’existe pas aujourd’hui à droite de consensus sur la relation qui doit être établie entre nation et construction européenne, nation et mondialisation. Si le point de départ de l’histoire de la gauche est l’égalité, on ne peut réduire la droite à l’opposition à celle-ci. On a souvent vu les droites relever la tête dès l’instant où elles ont pu largement se fédérer autour d’un dirigeant, un chef doté d’un projet susceptible de transcender des clivages existants et d’apporter des réponses aux enjeux brûlants du temps.

Se présenter aux législatives, s’allier avec Zemmour, viser 2027… Que va faire Marine Le Pen après son troisième échec à la présidentielle ?

Peu avant 20 heures, ce dimanche 24 avril, Marine Le Pen a appris sa défaite au second tour de l’élection présidentielle. Si la déception était palpable au moment de découvrir du résultat, lors de son discours, la candidate s’est toutefois félicitée d’un score historique. Comme le veut la tradition républicaine, celle-ci a reconnu sa défaite, en appelant Emmanuel Macron, comme le révèle BFMTV, le mercredi 27 avril 2022. Après l’avoir félicité pour sa réélection, la candidate du Rassemblement national l’a prévenu que la prochaine élection présidentielle, en 2027, « sera très probablement la bonne pour elle ».

Marine Le Pen a déclaré qu’elle « mènerait la bataille des législatives aux côtés de Jordan Bardella ». À 53 ans, la dirigeante d’extrême droite veut prendre la tête de l’opposition, devant Jean-Luc Mélenchon. 

Si les commentateurs s’interroge sur ce que va faire Marine Le Pen en 2027, la vraie question est de savoir ce que la droite va faire de Marine Le Pen. Si celle-ci a su dédiaboliser son mouvement et lui donner un élan jusque-là inconnu, elle se heurte encore au fameux plafond de verre. Or, si Marine Le Pen a su se créer un prénom, le poids du patronyme pèse encore trop lourd et le programme social nationaliste du Rassemblement national (que l’on peut résumer en quatre mots : populisme, localisme, nationalisme, souverainisme) empêche une union des droites en développant un programme libéral.

2027 : l’instant Marion ?

La prochaine élection présidentielle sera-t-elle le temps de la recomposition autour de Marion Maréchal ? La Constitution interdira à Emmanuel Macron de se représenter. Si Marine Le Pen n’aura que 58 ans, il est difficile d’imaginer une quatrième candidature, ce qui sera également le cas de Jean-Luc Mélenchon sans compter son âge.

Bref, dans 5 ans, l’absence du trio arrivé en tête en 2022 pourrait favoriser à droite une candidature unique autour de Marion Maréchal. Encore faut-il que celle-ci développe un programme libéral autour de trois axes calqués sur notre devise national :

  • Liberté : respect de la propriété privée, libertés individuelles et publiques.
  • Égalité (en droit) : méritocratie.
  • Fraternité : solidarité nationale.

 

La nation doit être remise au cœur de la société française, notamment en ce qui concerne ses relations avec l’Union européenne.

L’État doit se recentrer sur les fonctions régaliennes (justice, police, santé publique, défense nationale) afin de diminuer la fiscalité tout en permettant le remboursement de la dette publique.

Les régions françaises doivent retrouver leurs limites territoriales d’avant la catastrophique réforme Hollande avec une autonomie renforcée.

Les initiatives entrepreneuriales doivent être favorisées avec une stabilisation de la fiscalité et une diminution des charges salariales. 

L’équilibre libéral ainsi atteint serait une chance pour les Français, unis autour d’un chef charismatique. 

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je suis entièrement d’accord avec l’analyse de fond et sa conclusion conservatrice et libérale, le programme socialisant de MLP était un repoussoir pour beaucoup et n’offrait pas assez d’esprit de synthèse même si personnellement j’ai voté pour elle, faute de mieux et par esprit bêtement d’efficacité je l’avoue, la vie n’étant qu’une somme de compromis sans compromissions.

  • La bonne blague du plafond de verre :elle a d’abord servi à expliquer pourquoi le FN ne dépassait pas les 20 %, puis au fil des élections : les 25%,30%,35%,40%. Le plafond de verre est une vue de l’esprit, au mieux un plafond mobile…

  • Pas d’accord avec l’ascension de Marion… ni de ceux qui l’ont soutenue. Ils ont voulu faire une OPA sur des électeurs. Or, par essence l’électeur n’appartient à aucun parti, même s’il ne vote pas comme on veut… la bourrique. Quant on voit les dégâts que ça fait, des électeurs gauchistes se sentant obligés de voter Macron. On voit bien là les limites d’une certaine Gauche, comme celles d’une certaine Droite… celle de Marion et au delà, car en réalité c’est vrai, elle pourrait ratisser très large. Mais voilà, son électorat ne lui appartient pas, pas plus que l’électorat « droitard » n’appartenait à Sarkozy, pas plus que l’électorat « gaucho » n’appartenait à Hollande… et pas plus que l’électorat « gaucho » n’appartient pas à Mélechon, un peu vieux certes, mais avec du temps devant lui pour s’en apercevoir !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Depuis le retrait de la vie politique d’Alain Madelin, les libéraux sont orphelins d’un homme politique de premier plan. David Lisnard sera-t-il celui-là ?

Force est de constater la montée en puissance du maire de Cannes depuis plusieurs mois.

Tout d’abord, le président de Nouvelle Énergie n’a pas hésité à signer la tribune collective « Le libéralisme, ce mot interdit en France » parue dans Le Figaro le 22 avril. Certes, des hommes politiques ont pu se revendiquer du libéralisme par ignorance ou, plus souvent, par opportunisme, ... Poursuivre la lecture

Je viens de regarder une vidéo émouvante sur cet homme noir, Daryl Davis, qui se lie d'amitié avec un membre du KKK, sans (bien sûr) l'approuver pour faire triompher le dialogue et le respect sur la haine.

Ce qu'il dit sur le racisme et la lutte contre l'ignorance est très frappant. En particulier cette phrase :

"Si tu as un adversaire, tu ne dois pas respecter ce qu'il dit, mais respecter son droit de le dire".

Attention à ne pas voir le fascisme partout

C'est l'exact opposé de l'anti-fascisme que nous voyons se ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles