La baudruche Zemmour se dégonfle

Malgré les déclarations tonitruantes d’Éric Zemmour lui-même, l’aventure de Reconquête! semble bel et bien terminée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Zemmour 1 by Alexis Vintray (CC BY SA)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La baudruche Zemmour se dégonfle

Publié le 15 juin 2022
- A +

La spirale de l’échec continue pour Reconquête!, le parti nationaliste d’Éric Zemmour : après un score médiocre à la présidentielle, le premier tour des élections législatives de dimanche a confirmé son décrochage avec 4,2 % des suffrages exprimés.

Porté par des sondages insolents et une campagne médiatique agressive, l’éditorialiste devenu tribun d’extrême droite se voyait déjà en Donald Trump français il y a quelques mois encore, lors de la campagne présidentielle. Il allait mettre sur la table ce que toutes les formations concurrentes évitaient de traiter de front : l’immigration, l’identité, l’islam radical, le tout servi dans le style rhétorique qui l’a rendu célèbre au Figaro ou à la télévision. Le champ médiatique s’est fait son relai plus ou moins volontaire : l’homme suscite une telle détestation de ses anciens confrères que s’est créé une sorte de « moment Zemmour » : tout le monde en parle pour taper dessus.

« Bon client » médiatique, son nom attire le chaland autant qu’il suscite la répulsion pour ses propos teintés de xénophobie, voire de racisme. Pour la première fois dans l’histoire de la Cinquième République, le candidat « chouchou » des médias, celui que le miroir grossissant de l’éditocratie place déjà au second tour (ou presque) n’est pas leur favori, mais au contraire leur hantise absolue. Alors que les Chevènement, Cohn-Bendit ou Juppé suscitait l’espoir de la classe médiatique, Zemmour fait son désespoir. Mais elle n’arrête pas d’en parler.

 

Zemmour se « normalise »

Seulement le tribun Zemmour ne peut pas tenir tout une campagne sur ses thèmes favoris, et il lui faut élargir sa palette tout en s’attaquant à sa concurrente directe, Marine Le Pen.

Le Zemmour des plateaux télé était un anti-libéral radical, lecteur de Jean-Claude Michéa, Christophe Guilluy. Il pensait que Marx n’avait pas complètement tort, que le capitalisme, forcément anglo-américain, était une malédiction, et que le bonapartisme convenait à l’esprit du peuple français porté sur l’autorité et le plébiscite.

Le Zemmour devenu candidat a mis un peu d’eau dans son vin, sans toutefois se départir de son tropisme profondément bonapartiste. En jouant à la fois sur la corde de l’anti-fiscalisme et du patriotisme économique, il espère faire la jonction tant espérée par les réactionnaires entre l’électorat populaire et la « bourgeoisie patriote », pour reprendre l’image de Patrick Buisson. Mais peu à peu, c’est vers la « bourgeoisie patriote » que le rééquilibrage se fait, jusqu’à abandonner le bloc populaire à une Marine Le Pen dont la campagne parait poussive.

Lors de la présidentielle, Éric Zemmour a d’abord concentré sa communication contre la droite en général et Marine Le Pen en particulier. « Nous sommes la droite des idées, nous sommes les seuls capables de rassembler, d’attirer du monde dans les meetings et finalement d’« assécher le marigot » du centre-droit, conformément aux vœux exprimés par Jean-Marie Le Pen dès 1997 » semble asséner le camp Zemmour.

Le message, porté par une équipe de comm’ jeune et dynamique, sature la sphère médiatique web. Plusieurs voix s’élèvent pour saluer une candidature certes droitière, mais qui pour la première fois rompt l’alliance entre nationalisme et socialisme. Contrairement au programme social-populiste de Marine Le Pen, qui par certains côtés ressemble davantage à celui de Mitterrand en 1981 qu’à celui de Sarkozy ou Fillon, Zemmour proposait une plateforme pro-business plus crédible et plus au fait des problèmes de désindustrialisation.

 

Et la mode Zemmour passe…

Seulement, une équipe de cadres très centralisée, très parisienne, l’attention fixée sur la communication via les réseaux sociaux, a sous-estimé l’effet bulle informationnelle du champ médiatique. La popularité de Zemmour sur Facebook ou Twitter ne peut pas remplacer une campagne de terrain que Marine Le Pen, elle, n’a jamais négligé. La mode médiatique autour de Zemmour finit par retomber. On ne parle plus d’insécurité ou d’immigration dans les salles de rédaction, mais de pouvoir d’achat, et surtout, de la guerre en Ukraine.

Sur ces thèmes, le tribun Zemmour est particulièrement mauvais, au point de perdre son aura de bon client des médias. Totalement inculte dans le domaine économique, sans véritable expérience politique, Zemmour s’était aussi fendu, il y a quelques années, de déclarations d’amour ridicules pour Poutine et son régime autocratique qui aujourd’hui lui reviennent en boomerang dans la figure.

Même face à Valérie Pécresse (LR), il ne convainc plus. Ses plus fervents soutiens continuent à y croire. Ils imaginent un « vote caché » en faveur de leur champion. Malheureusement pour eux, le vote restera caché y compris le jour de l’élection, l’illusion s’est dissipée.

Pour redynamiser sa campagne et étoffer son équipe, le parti de Zemmour est devenu le radeau de la méduse de toute l’extrême droite anti-Marine Le Pen, de ses éléments les plus folkloriques à ses anciens lieutenants déçus. Philippe de Villiers, Nicolas Bay, Guillaume Peltier, et surtout Marion Maréchal sont venus grossir les rangs du mouvement zemmouriste au plus fort de sa popularité pour finalement assister à son naufrage. Se faisant, l’image du zemmourisme n’a cessé de se droitiser et de s’embourgeoiser. Son électorat s’est toujours trouvé tiraillé entre le lepénisme et le fillonisme.

 

L’embourgeoisement du candidat

À cheval entre le bloc populaire et le bloc élitaire, le zemmourisme s’est finalement identifié à une formation plus classiquement de droite extrême, mais plus à droite que le RN. De manière assez symptomatique, c’est dans le Var que Reconquête! prévoit de faire sa rentrée politique. Traditionnellement, ce sont les terres où l’extrême droite est culturellement plus proche des classes aisées que dans le nord du pays, où elle a pris le relai du PCF à partir des années 1980.

Privé de sa caisse de résonance médiatique, en porte-à-faux avec l’électorat populaire, rattrapé par son poutinisme, Éric Zemmour finit faire 7 % au premier tour de la présidentielle. Par souci de cohérence, il appelle à voter pour Marine Le Pen, qui ne lui rendra pas la pareille. Désormais, pour elle, les zemmouristes devront payer et être rayés de la carte électorale. Il n’y a aucun rapprochement possible avec Zemmour, et aucun geste ne sera fait pour sauver ses candidats de la déroute annoncée aux législatives.

De fait, aucun des ténors du parti n’est arrivé au second tour. Tous, malgré leurs comptes twitter et leurs passages télé, obtiennent des scores suffisamment médiocres pour les démonétiser politiquement. Malgré les déclarations tonitruantes de Zemmour lui-même, l’aventure semble bel et bien terminée.

 

Un mégrétisme à l’âge des réseaux sociaux ?

L’aventure zemmouriste rappelle par certains côtés la « crise de croissance » mégrétiste du Front National de 1998. Les cadres du parti autour de Bruno Mégret ont cherché à doubler Jean-Marie Le Pen, jugé trop passéiste et surtout incapable de gagner l’élection présidentielle. S’en est suivie une crise qui a durablement divisé l’extrême droite pendant pratiquement une décennie.

Les mégrétistes, comme les zemmouristes, étaient à la fois plus droitiers, plus intellos et plus  modernistes que les lepénistes. Sans surprise, on retrouve des ex-mégrétistes autour de Zemmour (Peltier, Bay, etc.), avec la même ambition pour Reconquête! : doubler et ringardiser le RN pour faire ce que Marine Le Pen n’arrive pas à faire, c’est-à-dire gagner l’élection présidentielle. Cela peut aussi expliquer l’attitude de Marine Le Pen à l’endroit de Zemmour. Pour éviter une nouvelle crise mégrétiste, traumatisante du côté Le Pen, mieux vaut tuer dans l’œuf l’opposition. Sur le créneau de l’extrême droite antilibérale, il ne peut en rester qu’une.

 

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Avatar
    jacques lemiere
    15 juin 2022 at 7 h 11 min

    la baudruche fut médiatique, le titre est insultant…

    zemmour a tenu des propos racistes, et sexistes , prône autoritarisme, l’ étatisme.. est opposé à la liberté religieuse, protectionniste.. c’est déjà pas mal…
    on peut dire que c’est assez banal …

    Son racisme et son sexisme sont essentiellement réactionnaire car la tendance actuelle de lois discriminatoires se situe pour moi AUSSI dans le registre du racisme et du sexisme…

    il a fait 7%….

    ai lieu de débats on a eu l’invective. au lieu de questionnement sur nos institutions démocratique de moins en moins libérales , on a même vu des tentatives d’utiliser leur coté arbitraire pour éliminer le candidat..

    comme nous avons refuser de regarder l’avantage de la constitution américaine avec trump..

    la démocratie est une tyrannie.. qu’elle soit une tyrannie des mous et de trouillards bien intentionnés,

    C’est la constitutions qui doit protéger de la tyrannie.. parce que la tyrannie est tentante.. c’est notre tendance naturelle celle que l’education et les lumières apprend à éviter..
    Comme le biais de confirmation…

    .. on peut mettre en parallèle deux choses..la volonté demettre les racines chrétiennes de la France dans la constitution… face à la volonté d’inscrire la lutte contre le changement climatique ou autres lubies écolo dans la constitution. on vient d’avoir la tyrannie covid!!!!

    Tous les candidats furent tyranniques décomplexés… et cette « baudruche ne se dégonfle pas..

    électoralement par ailleurs, la baudruche verte n’a jamais gonflé…et pourtant..

    • Je trouve votre démarche pour défendre Zemmour assez inquiétante ! Zemmour c’est pas bien mais les autres, ses opposants, sont comme lui alors quoi c’est pas grave. Ben si c’est grave je ne veux pas choisir entre une utopie réactionnaire ou progressiste. En somme je choisis un camps par opposition moins par conviction, en oubliant (si ce n’est que ça) ses principes. Zemmour comme beaucoup d’autres dans notre pays, ne cherche qu’à écrire son histoire.
      Il est temps de voir où sont les vrais problèmes, parce que ces querelles dans un verre d’eau commence à devenir sérieusement puériles.

      -1
      • Avatar
        jacques lemiere
        15 juin 2022 at 13 h 06 min

        je ne défends pas zemmour… je n’aime pas l’irrespect dans le titre..
        je rappelle que le salut pour un libéral il est dans la constitution libérale..

        on vient de vivre la tyrannie covid!!!!

        nous mettons en place des lois sexiste et racistes!!! ACTUELLEMENT..

        l
        les quotas , c’est raciste et sexiste…

        un tyran bien intentionné est un tyran.

  • Encore une qui utilise un pseudonyme pour écrire ses articles, on comprend facilement ou se trouve ses amis politiques. Tant de haine dans cet article contre l’infortuné homme politique qui a commis l’erreur d’avoir de l’admiration pour V Poutine, après la guerre en Ukraine avec lui on avait une chance de récupérer un contrat gaz, maintenant c’est foutue, Poutine ne veut plus entendre l’interlocuteur actuel

    11
    • Encore une qui utilise un pseudonyme… Il semblerait que vous aussi ! L’orthographe toujours aussi déficiente.
      M. Zemmour, à 63 ans n’est qu’un journaliste polémiste qui a passé XL années dans un bureau climatisé, insonorisé, feutré, ainsi que sur les plateaux télé où il débitait son discours sans contradicteur. Il ne connait rien des besoins, des attentes des Français. Il n’est qu’une bulle médiatique qui a rendu service à E. Macron en dispersant l’électorat…

  • « extrême droite anti-libérale »… la sentence est tombée. C’est l’expulsion définitive du camp du Bien pour celui des galeux. Plus beau que du France Inter, du BFM TV ou du Libération…
    Vous avez oublié « heures les plus sombres de notre histoire », « le ventre encore fécond de la bête immonde »…

    14
  • Ce sont les français qui se se sont dégonflés pas Zemmour puisqu’il continue . Votre article c’est de la basse critique. Quand vous dites qu’il est contre la liberté religieuse , vous mentez ! Quand un majorité de français dit qu’il y a trop d’étrangers dans le pays vous dites c’est du raçisme là encore vous mentez d autres avant lui ont parlé du nombre etc Vous tenez des propos malveillants teintés de haine .

    15
    • @rene Bernard
      Le racisme c’est de dire qu’on est ainsi ou comme ça et qu’on a tel comportement répréhensible parce que l’on a un certaine couleur de peau, une certaine religion ou que l’on vient d’un autre pays. Ce que le raciste explique par la race ou la nationalité ou la couleur de peau, le gauchiste l’excusera au nom de la classe sociale ou de la race. C’est débile hein ? Oui je sais, vous serez d’accord.
      Ce n’est pas uniquement prôner la supériorité d’une race sur d’autres.
      La critique de l’Islam n’est pas du racisme, on sera là aussi d’accord.
      Et le racisme n’est pas un délit mais une opinion fausse ( je ne serai pas libéral si je la croyais vraie) qu’on a le droit de critiquer, hein, la gauche vous a retournez le cerveau et vous pensez comme eux maintenant : « Vous tenez des propos malveillants teintés de haine ». On se croirait où là ?
      De plus il n’est pas très pertinent d’être raciste quand on veut que SEULEMENT les délinquants et les criminels soient punis et que ceux qui aspirent à vivre paisiblement, comme vous et moi, ne le soient pas.
      Le racisme n’apaise pas la société, regardez les woke. Soyez moins ignorants qu’eux, c’est assez facile.

  • Avatar
    PhilippeHermkens
    15 juin 2022 at 10 h 39 min

    Eric Zemmour n’est certainement pas un libéral. C’est un nationaliste étatiste. Mais, dans le paysage politique français, c’est incontestablement le politique le plus libéral et le moins démagogue.
    En faire un raciste ou un xénophobe est comique. Ce n’est certainement pas parce que l’on veut supprimer toute immigration légale ou illégale que l’on est raciste ou xénophobe. Ce n’est pas parce que l’on souligne que les jeunes du Stade de France qui ont dépouillé les supporters de Liverpool ou du Real Madrid ne sont pas des blonds aux yeux bleus que l’on est raciste ou xénophobe.
    Relayer les états d’âme de l’extrême gauche à ce sujet ne peut vraiment qu’amener à une catastrophe politique de grande ampleur.
    La crise économique profonde qui s’annonce va amener au pouvoir de vrais fascistes, probablement des verts ecolos et islamistes unis dans leur haine pour les libertés individuelles et le capitalisme.
    Vous en serez le responsable intellectuel par votre mépris total pour les demandes d’une population de travailleurs qui souhaitent avoir la paix

    14
    • Avatar
      jacques lemiere
      15 juin 2022 at 13 h 13 min

      la question de savoir quel est le candidat libéral….qui je suppose devrait pouvoir me decider à savoir pour qui voter me laisse dubitatif…

      je sacrifie ma main droite ou ma main gauche..??
      plus exactement j’accepte que la liberté d’innocents soit bafouée.. en les tuant, les emprisonnant; en les taxant…

      même les candidats MOUS… mettent en pace des lois glaçantes..en s’attauqnt à la liberté d’expression..

      on peut enfermer en france pour des paroles..interprétées!!!!

      zemmour est le cadet de mes souci..il est symptomatique de l’incomprehension des français envers le libéralisme…

    • Philippe Hermkens :
      Oui Zemmour n’est pas raciste ou xénophobe. Et l’article n’en fait pas non plus ce que vous prétendez. On peut ne pas être d’accord avec la teneur de l’article cependant tomber dans le travers suivant : décrypter voire critiquer le parcours de Zemmour c’est nécessairement être dans le camps des gauchistes islamos écolos.
      Post hoc, ergo propter hoc !
      Pour quelqu’un qui veut la paix.

      -2
    • « c’est incontestablement le politique le plus libéral et le moins démagogue. »
      Perso je préfère Asselineau. Loin d’être liberal, mais c’est probablement le moins pire de tous.

  • Mme Libercourt
    Nous ne sommes pas le 1er avril, mais j’ai du mal à envisager que votre post ne soit pas une « bonne blague » ou un texte humoristique au 18ème degré ……. pour étudier les réactions des lecteurs.
    Si ce n’est pas le cas c’est que « Contrepoint » commence a voir quelques difficultés pour recruter des contributeurs.
    Je vous conseille donc d’aller parfaire vos études de droit et de philosophie auprès de Mr Plenel que vous appelez à la rescousse de votre « démonstration ».
    Il saura, je n’en doute pas, parfaire votre connaissance du libéralisme !!

  • Zemmour, c’est Fillon sans les costumes. Mais avec une vision. Mais sans l’empathie. Mais avec la bonne analyse.
    Arrimer le bloc populaire au bloc élitaire – c’est souvent ainsi que démarrent les révolutions réussies – pour consolider les droites, certains en rêvaient. Zemmour ne l’a pas fait.
    Le bloc populaire, déjà passé de la gauche à Le Pen, n’a pas fait le déplacement. Ça fait sans doute beaucoup en si peu de temps.
    Mais Zemmour reste un petit jeune qui n’en veut. Je ne parierais pas un kopek sur un game over.

    • « Zemmour, c’est Fillon sans les costumes. Mais avec une vision. Mais sans l’empathie. Mais avec la bonne analyse. »
      Donc ce n’est pas du tout Fillon… Fillon a été aux affaires et n’a réglé aucun des problèmes (réels) évoqués depuis des années par Zemmour.

  • Sur un point Zemmour ou Megret ont raison: Le Pen (pere ou fille) n ont aucune chance d etre elu president, a supposer qu ils le souhaitent (dans le cas du pere, il etait clair qu il preferait etre a la tete d un parti d opposition qui lui assurait un train de vie confortable)
    C est pour ca, que Marine a comme priorité de faire la peau de Reconquete et Zemmour, afin de pouvoir garder l exlusifite de la boutique (et de se planter une fois de plus en 2027)
    Sur l echec de Zemmour, il en a fait evidement, il n avait pas de vrai programme hors de l immigration. ce qui est evidement un peu court. Ajouter a ca l attaque de l ukraine par les russes ou Zemmour c est fait pieger non seulement par ses anciennes declarations (comme melanchon ou l epen a qui ca n a pas porte tort) mais aussi par son attitude initial de rejet des refugies ukrainiens
    Apres on peut voir le verre a moitie vide ou a moitie plein: parti de rien, il a reussi a faire mieux que les candidats LR et PS reunit.
    Si les LR explosent (une partie allant a la gamelle avec Sarkozy), Zemmour a un espace. et si c est la niece (marion Marechal) qui se presente, la tante risque de prendre un coup de vieux et ne pas pouvoir perdre au second tour (personne n envisage serieusement une victoire de marine)

    • Clairement : si la nièce LePen prend le lead, ça sera une tout autre histoire pour les partis de mammouths…

      • Oui, Zemmour s’est grillé et a bien montré qu’il nagerait dans le costard. Pour moi il est mort politiquement, il s’est suicidé par incompétence. Il n’a pas su quitter son ancien métier de polémiste. Le meilleur service qu’il peut rendre a son parti serait d’en partir!

        La nièce se débrouille pas trop mal. Reste a savoir si elle saurait s’entourer correctement car c’est la la clef . Si elle est rejointe par des gens de bon sens comme Charles gave… ça pourrait donner un truc intéressant. Surtout que dans 5 ans les choses seront bien différentes: le pays sera en ruine économique, en espérant que ce ne soit pas encore la guerre civile…

  • Le titre marque en effet le pas de cet article que je n’ai du coup pas lu (seulement les titres des chapitres pour confirmer mon avis). Après réflexion, Zemmour a été créé pour tuer le RN, ce qui a pas trop mal marché au final…
    Il s’est en effet trop concentré sur l’immigration et absolument pas l’économie et d’éventuelles analyses ; mais encore une fois, est-ce que ce n’était pas le but ?

    • « Après réflexion, Zemmour a été créé pour tuer le RN »
      Créé par qui?

      « Il s’est en effet trop concentré sur l’immigration et absolument pas l’économie et d’éventuelles analyses ; mais encore une fois, est-ce que ce n’était pas le but ? »
      Il s’est concentré sur ce qu’il sait et n’a pratiquement pas parlé d’économie parce qu’il n’a quasiment aucune connaissance sur le sujet, tout simplement. Après, je ne pense pas que ce soit par cette lacune que s’explique sa défaite et sa future disparition du champs politique. Je crois surtout que le matraquage anti-extrême droite (qui est en réalité un matraquage anti-droite) qui existe depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir dans les années 80 a réellement conditionné les électeurs actuellement majoritaires: les retraités et les futurs retraités. C’est de l’ordre du réflexe pavlovien…

  • Zemmour a des convictions et il a eu le courage, ou l’audace, de vouloir leur donner une chance.
    Il a voulu mettre en avant une préoccupation que je partage, celle de l’avenir d’un pays qui perd ses valeurs, ses traditions, son homogénéité. Mais il a vite été ostracisé, traité de facho, et ça a suffit pour éviter les questions qui fâchent. Et puis il a été trop entier, pas assez démagogue ( ou roublard ?). Pas assez politique, somme toute…
    Vous devez vous réjouir : la France creolisée va continuer à couler, noyée dans ses comptes sociaux déficitaires depuis des décennies, des institutions qui ne marchent plus et incapable d’intégrer correctement les nouveaux venus (car trop nombreux en même temps et avec trop de besoins divers).
    Fallait sûrement revoter pour ceux qui ont dirigé tout cela ces dernières années…🙄

    • Ne vous focalisez pas sur ceux qui ont revoté. Les taux d’abstention montrent qu’il y avait énormément de voix à prendre, pas spécialement aux autres candidats, mais aux pêcheurs à la ligne. Ces voix-là, ça se gagne à coup de propositions constructives et avec une au moins une apparence de modestie compétente. Et si au lieu de vouloir reconquérir, il avait été crédible pour réédifier, les valeurs, les traditions, ou l’homogénéité auraient découlé sans problème du succès de la réédification. Engueuler ceux qui ne vous ont pas soutenu, c’est la pire des stratégies.

      -1
  • Zemmour a le courage de dire tout haut ce que beaucoup pensent.
    il est le produit des dénis dont nous sommes victimes depuis longtemps et de la mise sous le tapi des problèmes qui ne sauraient exister dans la belle république française.
    Si les hommes politiques de droite comme de la gauche de gouvernement étaient courageux, on n’en serait pas là.
    Et s’ils osaient remettre à leur place les petits messieurs et petites dames qui sévissent dans les médias, on ne serait plus victime de leur mimiques et de leurs commentaires déplacés; Par exemple, et il y a pire,le commentaire du sieur Gendre sur le moratoire proposé par Barnier lors des primaires de la droite en se permettant de dire que c’était un projet du RN pour le disqualifier alors que Barnier ne pouvait même plus le contredire. Qu’a t on à faire de l’opinion de cet individu? Pour qui se prend il?
    Alors oui, Zemmour a été utile et est en réalité le produit de la pleutrerie des uns et de la désinformation bien réelle des autres!

  • Vous préférez probablement que le bibendum Larcher et sa clique macroniste continue de gonfler sur notre dos. Vous préférez peut être le centre écervelé d’un pistonné LGBT comme Attal ou séjourné..amus de Macron. Cracher sur Zemmour après sa défaite me semble vraiment nul de votre part. Vos critiques sur le discours et sur la stratégie viennent bien entendu après les faits. Vous auriez été bien incapable à priori de prévoir la défaite même avec 1 chance sur 2. Vous me rappelez bien tous ces universitaires enseignants bien en vue de l’establishment dénoncés à juste titre par Nassim Taleb, ils n’ont pas inventé l’eau chaude mais savent expliquer tout mais seulement à posteriori. L’histoire et l’innovation sont faites par Ceux qui cherchent et tatonent pas par les petits scribouillards bien diplômés et bien au chaud médiocre et petit bourgeois de la nomenklatura bien pensante de type BHL ou Attali à qui vous ressemblez et ce n’est pas vraiment un complments ment. Posez surtout les questions suivantes qui sont liées
    Pourquoi Benalla est toujours libre en Suisse et pas extradé ? Pourquoi son domicile a été fouillé par des barbouzes de lEtat
    Pourquoi « en même temps » Mélenchon et lislamo-gauchisme de Mediapart progressent à cette vitesse en toute impunité ?
    Pourquoi la presse subventionnée se tait là dessus grâce à 800 millions d’euros de subventions.
    Il y a des scandales bien pire que Mazarine Pingeot… Mais surtout ne dites rien sauf si vous un once de courage,, mais je doute de vos capacités d’investigation et de votre courage

  • Quand on postule à de hautes fonctions, il vaut mieux taire son éventuelle admiration pour quiconque d’encore vivant. Que l’intérêt de la France soit de ne pas s’allier à l’Ukraine, c’est une chose, qu’il soit de se poser en fan d’un chef d’Etat étranger en fonction, c’en serait une autre.

    • C’était en réponse à Iris.

    • Qu’il se soit +/- identifié à Poutine, c’était effectivement pas malin vu sa réputation en occident mais il aurait pu s’en sortir facilement:
      Poutine n’a (à ma connaissance) jamais pris un directeur d’entreprise Française en otage pour piller une société Francaise d’importance stratégique. On peut pas en dire autant des « amis » outre atlantique de Macron…

      Et le rôle de Macron avec Ursula et Joe dans la façon de négocier avec les russes qui a emmené la guerre est franchement très critiquable… Y avais du grain à moudre…

      De plus, l’intention de se rapprocher de la Russie était une bonne chose pour l’avenir de la France. Le revirement imbécile de Zemmour a montré l’absence du recul que doit avoir un président. Coup très mal joué…

      On avait besoin d’un Président, pas d’un autre Macron.

  • On peut être libéral et s’inquiéter de la déliquescence accélérée du pays, due en grande partie à l’immigration massive et incontrôlée de populations d’origine arabo-musulmane, qui ne pourront pas s’intégrer, si tant est qu’elles en aient la volonté. Nous fonçons tête baissée vers le chaos ethnique, voir l’exemple récent des agressions au Stade de France, ou se qui se passe en Suède. Éric Zemmour a eu le courage, depuis plus de 20 ans, de dénoncer cette situation. Il a fait sans doute de nombreuses erreurs pendant sa campagne présidentielle mais son échec, pour incontestable qu’il soit, est bien plus une catastrophe pour le pays que pour lui-même. Cet article, uniquement à charge et avec des arguments très pauvres, est une caricature. On croirait lire Le Monde. Citer en référence Edwy Plenel, sur Contrepoints, pour expliquer ce qu’a fait Marion Maréchal pendant la campagne, il faut quand même oser..

  • Si la France était une démocratie il aurait eu une chance…. Mais….. Et ce n’est pas grave puisque de toute façon, la France, elle est morte depuis longtemps…

    -1
  • MMElivercourr » ? et contrepoints prennent le parti de se ranger du côté du courageux troupeau qui crache dans la soupe en reprenant les poncifs de la doxa « bien pensante » dont acte il n’en reste pas moins que Reconquête à réussi à rassembler 1 mouvement de gens courageux et sincères qui aiment et veulent défendre leur pays & culture, que cet élan n’est pas mort en dépit des apparences trompeuses et éclatera le moment voulu comme cela c’est toujours passé quand les vieilles ficelles politicardes casseront de tout côté

  • Bof….. pas terrible cet article.. et cette analyse de Zemmour. ..on a vu mieux comme rédaction sur Contrepoints.

  • Que la direction de Contrepoints ait laissé passer un tel article, totalement partisan et empreint de la mauvaise foi la plus totale, en dit long sur son orientation politique. Mais ça n’est pas grave, les jeux sont faits, les Français n’ont pas voulu de Zemmour, il faut s’incliner. Qu’un type comme Zemmour se soit présenté, dans tous les sens du mot, a été une chance incroyable pour la France, la plupart des Français ne sont aperçu de rien, tant pis pour eux, tant pis pour ce pays. Mais je crois qu’une 2e chance ne se présentera pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

Deux députés RN fraîchement élus à l’Assemblée nationale s'y retrouvent vice-présidents depuis mercredi, suscitant un tollé à gauche, pour qui l’extrême droite reste infréquentable.

Il n’est pas question que le #RN ait 2 vice-presidences qui leur permettent d’animer les débats de l’Assemblée. Parler depuis l’hemicycle, certes, c’est la démocratie, parler depuis la tribune et y tenir des propos comme ceux d’hier, en est une autre. #PasDeRNAuPerchoir

— Sandrine Rousseau (@sandrousseau) June 29, 2022

Poursuivre la lecture

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles