Législatives 2022 : l’unanimisme autoritaire contre la liberté

La mise sous tutelle politique et économique par l’Etat qui semble désirable pour une grande partie de nos concitoyens comme pour nos gouvernants s’apparente à une véritable régression vers l’hétéronomie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
leash source https://unsplash.com/photos/aI3EBLvcyu4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Législatives 2022 : l’unanimisme autoritaire contre la liberté

Publié le 10 juin 2022
- A +

Pour les amis de la liberté individuelle, la bataille des législatives semble mal engagée : la gauche autoritaire tendance NUPES est en tête des sondages, suivie de près par le centre autoritaire tendance majorité présidentielle, lui-même suivi par la droite autoritaire tendance Rassemblement national. Dans tous les cas de figure, les programmes dirigistes promettent davantage d’intervention de l’État, que ce soit en matière de sécurité, de maîtrise des prix, d’écologie ou encore d’énergie. La mystique du plan est réapparue après la crise sanitaire, et, avec elle, la demande étendue de l’autorité verticale de l’État.

Le penchant autoritaire des électeurs à la source de cette réorientation des programmes vient de loin, mais n’a cessé de se renforcer au fil des années. La succession des attaques terroristes a acclimaté l’idée d’une nécessaire extension de la législation d’exception sur le sol national, extension qui s’est révélée également coûteuse en termes de libertés publiques.

La panique climatique, savamment entretenue par les collapsologues, cherche à reproduire le même mécanisme de frayeur pour là encore contrôler les vies et revenir sur les libertés. La crise sanitaire, à son tour, a été l’occasion pour nos édiles de franchir une étape supplémentaire : la criminalisation des libertés publiques et la sacralisation de la sécurité. Depuis qu’aux yeux de l’État bureaucratique, le contrat social fait passer les devoirs (collectifs) avant nos droits (individuels), les défenseurs des libertés individuelles sont assignés à la marge d’un débat public où règne désormais le conformisme collectiviste le plus étouffant.

 

L’aspiration à l’autoritarisme

Dans un sondage Odoxa de 2019, un Français sur deux approuvait l’idée d’une dictature temporaire dirigée par un militaire. Aujourd’hui, les électeurs sont majoritairement prêts à voter pour un Chavez national, un technocrate qui s’est conduit en despote ou encore à un général Boulanger en jupon. La demande de protection par l’État a progressé jusqu’à éliminer le libéralisme dans l’offre politique aux élections, présidentielle hier, législatives aujourd’hui.

On peut accuser Trump, le brexit, Cnews ou encore Marine Le Pen, mais ce serait manquer un point essentiel. La classe politique qui a intérêt à étendre ses prérogatives travaille la société française au corps depuis des décennies. Elle a fini par corrompre le principe moral sans lequel l’articulation entre démocratie et libéralisme se réduit à un flatus vocis.

La montée de l’autoritarisme ne peut se comprendre sans l’effacement dans les esprits de l’autonomie, la faculté de vivre et d’agir selon ses propres forces. C’est parce que, depuis Aristote jusqu’à Kant, l’homme est libre à la fois de choisir ses lois et de se soumettre librement à un gouvernement d’hommes de même condition sous l’empire d’une Constitution qu’un régime est considéré comme droit, ou, pour parler comme les Modernes, républicain. Parce que la démocratie est taillée par et pour l’autonomie individuelle, sa disparition entraîne l’évaporation de son esprit.

 

Le citoyen autonome

Concrètement, un citoyen en démocratie libérale est indépendant financièrement et intellectuellement. Il cherche à être raisonnable dans ses prises de décision politique et demande des comptes à des élus qui légifèrent en son nom. Il peut éventuellement les sanctionner en cas de manquement par son vote.

Aujourd’hui, la mise sous tutelle politique et économique par l’État qui semble désirable pour une grande partie de nos concitoyens comme pour nos gouvernants s’apparente à une véritable régression vers l’hétéronomie. La classe politique dominante encourage la dépendance à l’argent du contribuable, l’abandon de la raison publique et normalise la loyauté aveugle envers des dirigeants dont l’intelligence et les compétences sont largement surestimées pour asseoir leur domination. Le résultat se déroule sous nos yeux, sans surprise, avec les législatives : la liberté devient criminelle ou politiquement inexistante, et les formes de collectivisme autoritaires de droite comme de gauche sont encensées.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Lire dans la foulée une autre superbe article de CP paru aujourd’hui « Méfiez-vous de l’attrait des solutions simples », pour se rendre compte que forcément ça ne peut que mal se passer.

  • Tableau malheureusement tout à fait exact. Et on peut parier sans prendre de risque pour une détérioration.

  • Le poussin ou la poule ?
    C’est le politicien qui veut diriger nos corps et nos âmes… ou c’est le citoyen qui veut être guidé et protégé ?

  • Le poussin ou la poule ?
    C’est le politicien qui veut diriger nos corps et nos âmes… ou c’est le citoyen qui veut être guidé et protégé ?

    • La répétition fait la réputation, disait l’autre…
      J’espère que la mienne n’est pas faite.

  • Le libéralisme a en effet disparu de la scène. Vive l’Etat ! Il y a deux voies cependant : Pinochet et Maduro. Dans les deux, les libertés individuelles sont écrasées, du Covid 19 puissance 10, mais dans la première les libertés économiques sont sauvegardées voire rétablies, dans la deuxième, tout est perdu. Qui plus est, il est très difficile de sortir de la deuxième voie, alors que dans la première, l’épanouissement des libertés économiques avec une multitude de petits entrepreneurs qui n’ont pas besoin de l’Etat entraine forcément et rapidement une issue heureuse. Force est de constater que pour le moment, c’est la deuxième voie qui est privilégiée ici bas. Nous avons quand même une petite chance si cette voie diabolique venait à s’imposer, que la catastrophe soit très rapide et qu’elle amène un dictateur éclairé rappelé pour sauver les meubles.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles