Pass climatique, vous reprendrez bien une dose d’autoritarisme

WWF appelle chaque candidat à prendre l’engagement de soumettre chacune des décisions de son mandat présidentiel à l’obtention d’un pass climatique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
pass source https://unsplash.com/s/photos/green-pass

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass climatique, vous reprendrez bien une dose d’autoritarisme

Publié le 17 avril 2022
- A +

Alors que le printemps et les élections présidentielles arrivent à grands pas, les propositions les plus navrantes fleurissent à une fréquence telle qu’il est difficile de savoir quel candidat affichera le programme le plus liberticide pour 2022.

Le pass climatique de la WWF

Et comme si ce brouhaha n’était pas déjà suffisamment pénible, voilà maintenant que les ONG s’ajoutent à la cacophonie et s’imaginent pour des raisons obscures avoir un droit de regard sur la vie des Français. On apprend ainsi avec consternation que WWF propose l’instauration d’un pass climatique et appelle chaque candidat à « prendre l’engagement de soumettre chacune des décisions de votre mandat présidentiel à l’obtention d’un pass climatique. »

Mais ne vous y méprenez pas, cette exigence n’est pas un pur caprice d’une organisation déconnectée de la réalité ne concevant pas que le Français moyen ne soit pas obnubilé comme elle par la question du réchauffement climatique, si bien que « en 2019, seuls 3% des articles de loi promulgués étaient évalués à l’aune de leur impact sur le climat ». Non, il ne s’agit que du simple constat de l’inefficacité de la démocratie en matière environnementale :

« Les précédents présidents n’ont pas eu la main assez verte pour réduire l’empreinte écologique de la France», […] Tout simplement parce que rien ne les y oblige. »

Voilà qui est tout de suite plus convainquant.

S’il est certes évident que la démocratie est à la liberté ce que la pornographie est à l’amour, les démocraties occidentales avaient jusqu’à peu au moins le mérite de prétendre être le reflet de la volonté des peuples. Aujourd’hui, face au constat implacable que le citoyen de base est bien trop stupide pour élire des représentants se souciant suffisamment du climat, il n’est plus question pour certains de s’embarrasser d’un processus démocratique un peu encombrant, mais d’imposer par la force une autorité pour assurer le bien commun.

Et d’une façon si prévisible qu’elle en serait comique si les dérives totalitaires n’étaient pas aussi évidentes, l’organisation suggère d’utiliser la méthode forte avec un zèle indéfectible.

Elle rappelle que « l’État a exigé des Français une discipline de fer dans la lutte contre une crise sanitaire exceptionnelle et rien ne peut plus justifier aujourd’hui qu’un chef d’État ne s’impose pas la même discipline dans la lutte contre la crise écologique ».

Comme on dit, en politique il ne faut jamais rater une bonne crise.

Toujours plus de bureaucratie et d’étatisme

Comme toujours, une analyse unidimensionnelle consistant à prétendre qu’il n’existe qu’un seul problème et qu’une seule manière d’y répondre (et qui caractérise généralement la pensée des enfants et des névrosés) ne peut conduire qu’à la tyrannie. Avec l’instauration du passe sanitaire, nombreux sont ceux qui ont été raillés pour avoir soulevé que ces mesures ouvraient une boîte de Pandore dangereuse, en particulier dans un pays constamment en état d’urgence.

Aujourd’hui, le plus inquiétant n’est pas de constater que l’avenir commence à leur donner raison, mais que la demande de mesures toujours plus liberticides n’émane pas du gouvernement mais d’une partie des Français eux-mêmes. À la manière de l’amatrice de sado-masochisme, la population semble attendre avec impatience le prochain coup de fouet de son maître, prête à hurler de plaisir et à redemander un coup plus fort encore.

Espérons seulement qu’ils apprécient autant le fouet que le bâillon, car au train où vont les choses, ils se retrouveront si vite muselés qu’ils ne pourront plus exprimer le moindre désaccord sans risquer de terribles représailles judiciaires. Chaque jour qui passe est ainsi la triste confirmation que la démocratie est l’autoroute la plus sûre vers le totalitarisme, pavée par les citoyens eux-mêmes.

Qu’ils creusent leurs tombes seuls, nous prendrons notre propre chemin.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Avatar
    jacques lemiere
    17 avril 2022 at 7 h 28 min

    Ubne remarque..

    les associations qui se qualifient frauduleusement de défense de l’environnement sont souvent qualifiées par le gouvernement d’utilité publique et ont des privilèges…car la « défense de l’environnement « serait d’interêt public..ce qui est FAUX…

    Non à l’instar de je ne sais plus quelle écolo qui se revendiquer de sauveur de planete et voulait qualifier ses opposants de destructeurs de planete… alors qu’elle vit exactement comme les dits destructeurs de planète!!!!
    penser comme je dis faire comme je dis.. le pire ennemi de l’écolo..est un autre écolo..

    nous luttons contre notre droit à la subjectivité ..et ce n’est pas rien..

    désormais c’est un « scientifique » qui me dit si je dois avoir peur d’un virus.

    désormais c’est le gouvernement qui me dit ce que j’ai le droit de hair et d’aimer!!!

  • J’imagine que le wwf se voit bien en tant qu’instance officielle et incontournable (mais pas gratuite) d’évaluation des politiques « vertes ». Qui finance ces clowns ?

  • Macron n’a pas eu ma voix au 1er tour pour tout ce qu’il a fait de mal et pour tout ce qu’il n’a pas fait de bien mais je ne lui pardonnerai jamais son alliance avec les écolos qui nous a menée où on en est actuellement.
    S’il fait à nouveau entrer le loup dans la bergerie avec ce pass climatique il est souhaitable que le peuple encore en état de se rebeller le fasse mais comme vous le dites si justement « au train où vont les choses, ils se retrouveront si vite muselés qu’ils ne pourront plus exprimer le moindre désaccord sans risquer de terribles représailles judiciaires ».
    Cependant une partie de la population n’en a jamais assez et demande toujours plus de mesures liberticides, pensant qu’ainsi ils seront mieux protégés.
    Il est donc exclu qu’il ait ma voix au second tour.

    11
  • Et macron, dans sa longue liste électoraliste de mesures démagogiques…, déclare que son:
    «prochain premier ministre sera directement chargé de la planification écologique».
    Ce type est dangereux. Nous allons avoir cinq ans pour nous lamenter sur la nullité (déjà bien connue et démontrée) de ce saltimbanque immature…
    Faire du nucléaire…mais pas trop mais « en même temps » économiser 40% de consommation électrique, « en même temps que » l’on va augmenter icelle par des véhicules à pollution délocalisée (lire « électriques ») tuant ainsi ce qui reste de l’industrie automobile : 58.000 emplois…
    Faire de l’éolien…mais pas trop car les gaulois (réfractaires) commencent à trouver que la « déco » n’en vaut pas le coût » et en même temps un peu de gaz (allégeance versus Allemagne oblige).
    Un réacteur nucléaire c’est 80 km d’éoliennes…sauf que le réacteur, lui fonctionne 7j/7 et 24h/24 lui !
    A pleurer.

    11
  • Les écolos et les membres du WWF, qu’ils qu’ils se soient, fument ils ? si c’était le cas, ils devraient arrêter immédiatement car fumer pollue et intoxique d’autres personnes qui ne fument pas

  • Après le dernier rapport du GIEC, je parie que l’état d’urgence climatique n’est qu’une question de mois

  • Encore une bonne raison de ne pas voter Macron, qui reprendra cette idée géniale avec le concours de Laurent Berger, grand ami de Pascal Canfin, qui préfère défendre la nature plutôt que ses adhérents.
    L’écologie est une idéologie totalitaire et est bien plus dangereuse que la prétendue menace fasciste !
    Dans quelques années, les pauvres qui roulent en vieux moteur thermique seront interdits d’accès à la plupart des grandes métropoles, c’est déjà le cas à Paris.
    Grâce aux dispositifs Crit’air ou équivalents, les bobos ne croiseront bientôt plus les péquenots et pourront vivre sereinement dans leur communauté composée uniquement de citoyens écoresponsables.
    Il leur faudra cependant faire quelques entorses à leur religion, ne serait-ce que pour manger des légumes dont la culture demande encore un minimum de gazole. Les engins agricoles électriques ne sont pas encore au point…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles