Qui fixe le pouvoir d’achat ?

Ni l’État, ni l’entreprise, mais celui qui crée pour les autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Gold Bar By: Mark Herpel - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui fixe le pouvoir d’achat ?

Publié le 8 juin 2022
- A +

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est donc un élément important du pouvoir d’achat : si une personne consomme beaucoup de carburant, son pouvoir d’achat est diminué par la hausse du prix à la pompe, tandis qu’une autre sera plutôt pénalisée par le prix des dépenses alimentaires quotidiennes.

Si tous les prix augmentent parallèlement, ce peut être aussi dû à la perte de valeur de la monnaie : « trop de monnaie chasse après trop peu de biens », c’est une conjoncture d’inflation qui a pour origine la dégradation de la valeur de la monnaie, en général due à la mauvaise gestion de la banque qui a émis cette monnaie. En général ce sont des banques dites centrales, au niveau national (livre anglaise) ou international (euro pour certains pays de l’Union européenne).

Mais cette approche statistique du pouvoir d’achat, qui relève de l’arithmétique plus que de l’économie, est un simple constat, elle ne nous dit rien sur l’origine du pouvoir d’achat.

Alors qui crée le pouvoir d’achat ?

 

Le pouvoir d’achat décidé par l’État ?

Si l’on s’en remet aux campagnes électorales actuelles, on constate que la classe politique ne cesse de promettre aux Français une augmentation de leur pouvoir d’achat.

Cette augmentation serait pour les uns la compensation par l’État d’évènements fortuits, purement conjoncturels : la pandémie, la guerre, de mauvaises récoltes, des métaux plus rares. Pour les autres elle serait la compensation par l’État d’injustices sociales structurellement liées au système économique ou social. Les salariés exploités, les retraités spoliés, les personnes âgées et handicapées devraient voir leur pouvoir d’achat relevé.

Dans tous les cas, ce serait le rôle de l’État de décider du montant minimum de pouvoir d’achat. Mais cet argent est-il un revenu garanti et indexé, ou un chèque remis exceptionnellement ? Et d’où peut provenir l’argent qui viendra grossir le pouvoir d’achat ?

Cet argent est-il public ? Dans ce cas, ce sont les recettes fiscales de l’État qui doivent être soit augmentées soit redistribuées. Ce sont en fin de compte les contribuables qui paient, soit de façon égale (par exemple avec les impôts indirects comme la TVA, à supposer qu’il n’y ait pas de niches fiscales) soit de façon progressive (impôts directs dont le taux augmente avec le niveau de revenus imposables). Évidemment si les ressources fiscales courantes ne sont pas suffisantes pour assurer la croissance du pouvoir d’achat, l’État devra se résoudre à s’endetter. Au passage on peut déjà se demander si la hausse des impôts n’est pas en soi un facteur de freinage de l’activité économique. Donner à Pierre en prenant à Paul n’est pas une formule durable. L’impôt redistributif n’est pas stimulant puisque tôt ou tard le contribuable aura tendance à ralentir son activité puisque tout effort nouveau le pénalise.

Évidemment, l’État a une autre formule, moins onéreuse, à sa disposition : demander aux entreprises de relever le niveau des salaires et autres revenus d’activité. C’est bien ce qu’ont en vue plusieurs candidats et plusieurs partis. C’est l’État qui décide mais ce n’est pas lui qui paie.

 

Le pouvoir d’achat décidé par l’entreprise

Pourquoi les entreprises ne seraient-elles pas à même de relever le pouvoir d’achat des personnes qui produisent biens et services ?

Sans doute si c’est un ordre donné par l’État, l’entreprise devra s’exécuter. Mais elle court à sa perte (et à la disparition d’emplois) si elle ne dispose pas de ressources pour financer les revenus supplémentaires.

La première ressource, et la plus facile (au moins comptablement) est de répercuter la hausse des salaires et autres rémunérations sur les prix de vente. Dans ce cas, l’État devra couvrir le risque couru par l’entreprise en procédant à deux ajustements : l’un est de bloquer les prix de vente pour empêcher la répercussion sur le client, l’autre est de protéger l’entreprise contre la concurrence, en particulier celle de l’étranger. Ces ajustements ont été évoqués et recommandés par plusieurs candidats et partis.

En dehors des injonctions de l’État, certains ont soutenu que la hausse du pouvoir d’achat, et en particulier des salaires, se transformera en bienfait pour l’entreprise elle-même. C’est ce que soutiennent les « économistes de la demande », dans la filiation keynésienne, puisque plus de pouvoir d’achat c’est plus de dépenses, donc plus de débouchés, donc plus de vente pour l’entreprise.

La hausse de la consommation est donc conçue comme moyen de relance économique globale, et voilà de quoi réduire le chômage et assurer de meilleurs revenus à tous. L’idée est séduisante, mais elle implique aussi que les consommateurs usent de leur pouvoir d’achat sur des produits nationaux, ils doivent donc faire preuve de « patriotisme économique », une belle idée politique, mais d’un réalisme très relatif compte tenu du fait que la différence entre un produit national et un produit étranger est assez subtile, puisque tout produit, même lié au terroir, implique des fournisseurs et des entrants étrangers (les frites sont fabriquées hors de France, pays premier producteur mondial de pommes de terre). Par ailleurs, appliquer les mêmes hausses de salaires à toutes les entreprises, à tous les secteurs, toutes les tailles, et pour tous les salariés, débutants ou expérimentés, n’a réellement aucun sens. Cet égalitarisme devient arbitraire.

Il y a bien encore une troisième approche pour justifier la hausse volontaire des salaires par l’entreprise. Elle est associée à la vielle idée de lutte des classes, à laquelle il serait intelligent de répondre par un salutaire armistice entre travail et capital. Les travailleurs doivent pouvoir être associés au capital et aux profits de l’entreprise, cela créerait une harmonie au sein des personnes actives dans l’entreprise, alors que les actionnaires n’ont finalement qu’un rôle d’apporteurs de capitaux ne participant pas activement à la vie commune.

Je ne partage pas cette approche pour deux raisons.

La première c’est qu’il n’y a aucune raison pour qu’il y ait opposition entre les intérêts de l’employeur et ceux du salarié, c’est la doctrine marxiste qui a inventé la lutte des classes. Les liens entre employeurs et salariés sont des liens contractuels et personnels, c’est une aberration du droit du travail français que d’en faire le seul résultat de négociations collectives menées entre « partenaires sociaux » patronaux et syndicaux, éliminant ainsi toute référence au mérite, à l’expérience et au comportement individuels.

La deuxième raison pour laquelle je ne partage pas cette approche de « participation dans l’entreprise », c’est qu’elle doit reposer non pas sur un décret de l’État -comme on le fait dans la tradition des ordonnances de Michel Debré) mais sur le libre choix de chaque entreprise. J’ai participé il y a plusieurs décennies, en collaboration avec Serge Dassault, à des études sur la participation dans des entreprises à l’époque pionnières, et les modalités de la participation étaient très variables suivant les secteurs et la taille des entreprises, et libre aux dirigeants de la firme de gérer la participation à leur manière. J’ajouterai encore qu’il y a quelque danger pour les salariés de lier leur sort à long terme à celui de l’entreprise. La participation des salariés au capitalisme s’est faite dans de nombreux pays par achat de titres financiers librement choisis. On évite ainsi des affaires comme Enron ou Maxwell…

 

La véritable origine du pouvoir d’achat

Ayant ainsi réfuté les explications les plus courantes et les plus politiques de l’origine du pouvoir d’achat, j’en viens à ce qu’enseigne la science économique classique, agrémentée cependant de quelques apports de l’école autrichienne.

Pour ce faire, il faut remonter au concept même de pouvoir d’achat.

Le pouvoir d’achat est la possibilité pour une personne de satisfaire ses besoins. Or, l’être humain a conscience qu’il n’est pas en mesure de satisfaire lui-même ses propres besoins. Même dans une île à peu près déserte Robinson et Vendredi ont conscience que l’un et l’autre peuvent échanger. L’échange est précisément le propre de l’homme. « On n’a jamais vu deux chiens échanger des os » disait Friedman. Le fondateur de la science économique, Adam Smith, a décrit dans La Théorie des sentiments moraux que la nature de l’être humain le pousse à s’interroger sur ce que désirent les autres : c’est le sentiment d’empathie. De la sorte chacun essaie de trouver le moyen de satisfaire les besoins des autres pour pouvoir satisfaire les siens propres. Et l’échange est toujours gagnant pour les parties qui le concluent parce que chacun a une appréciation personnelle, subjective, de la valeur du bien dont il veut se passer et du bien qu’il veut se procurer. Alors que le prix est le résultat du contrat, il n’est prix que par le calcul de valeurs subjectives qui a présidé à l’échange.

Voilà la véritable origine du pouvoir d’achat : c’est le pouvoir d’acheter le bien ou la prestation des autres contre un bien ou une prestation.

Dans ces conditions, que se passe-t-il quand l’État (ou l’entreprise) prétend décider unilatéralement le montant du pouvoir d’achat de quelqu’un ? On débouche sur la fabrication de « faux droits », suivant l’expression de Jacques Rueff. On donne à des personnes des moyens de dépenser sans tenir aucun compte de ce qu’elles ont apporté aux autres. Ces personnes n’ont rien apporté, n’ont rien produit, ou leur apport et leur produit sont sans commune mesure avec le pouvoir d’achat qui leur a été donné.

C’est vraiment le drame vécu avec l’extension permanente de l’État providence. Les campagnes électorales (et nous sommes en plein dans le sujet) s’accompagnent de promesses de pouvoirs d’achat sous des formes multiples, mais aucune n’a de racine économique ni morale. À l’usage, le sentiment du travail et plus généralement de l’activité utile aux autres finit par se perdre, on ne voit plus dans le pouvoir d’achat qu’un droit social qu’il appartient à l’État de faire respecter, et à l’entreprise de mettre en œuvre. Moins de mérite, moins d’effort, moins de compréhension, moins de responsabilité : c’est la faillite généralisée dans un monde concurrentiel. Reste évidemment l’appel au patriotisme ou au souverainisme, ou à la lutte des classes.

Il est évident, je pense, de préciser que le partage et la solidarité volontaires ont leur place légitime et morale dans toute société civilisée, mais c’est l’affaire de la société civile et du dévouement familial ou personnel. Il n’est pas question de laisser des personnes dans la gêne et la pauvreté durables. De ce point de vue, n’en déplaise aux dictateurs, l’histoire du libéralisme s’est accompagnée de l’élimination progressive des famines, de l’espérance de vie, de la réduction de l’illettrisme, de l’amélioration de la santé. Par comparaison l’histoire du socialisme et de la planification est celle des vraies inégalités, des privilèges, des contraintes arbitraires : pas de pouvoir d’achat, mais l’achat du pouvoir.

 

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Le dernier paragraphe me laisse perplexe.
    L’histoire du libéralisme s’accompagne effectivement du recul global de la pauvreté et ses conséquences, contrairement à celle du socialisme.
    Le partage et la solidarité volontaires ont effectivement leur place dans la société, la solidarité étatique est certes imposée mais elle n’est pas en situation de monopole.
    L’auteur semble penser qu’en supprimant la solidarité étatique comme le reste du texte le laisse entendre, on va pouvoir apporter une réponse définitive à sa proposition : « Il n’est pas question de laisser des personnes dans la gêne et la pauvreté durables », mais hélas il ne dit pas comment ce miracle est possible.
    A défaut de l’apport d’une solution par l’auteur, je n’en vois qu’une : des sociétés civiles assurant les manquements des formes de solidarité volontaires et individuelles, et avec des prérogatives de prélèvement et des obligations de résultat, le tout sous contrôle de l’Etat. Problème, on est revenus au point de départ.

    -1
    • Les manquements ? Quels manquements ?
      Celui pour ceux qui vivent de la charité de leurs semblables à le reconnaître publiquement et à en tirer les conséquences quant à leur voix au chapitre, ok.
      Mais des prérogatives légales pour assurer la redistribution, ça s’appelle le communisme et on a vu, notamment avec le bloc soviétique, que ça conduisait toujours à l’appauvrissement de tous à la seule exception des petits copains du pouvoir…

      • C’est l’auteur de l’article lui-même qui a écrit :
        « Il n’est pas question de laisser des personnes dans la gêne et la pauvreté durables. »
        Entre les bienfaits du libéralisme sur le long terme, et la solidarité individuelle à court terme qui ne peut par définition profiter qu’à une partie de la population concernée, je cherche (sans trouver, comme je l’indique à la fin) un moyen d’atteindre l’objectif énoncé puisqu’il n’a pas été évoqué dans le texte.
        Si vous avez la solution, je suis preneur.

        • Dans la phrase suivante, l’auteur laisse entendre que le libéralisme obtient, sur ce plan, d’excellents résultats. Vous dites que la solidarité volontaire individuelle et familiale serait « par définition » insuffisante, c’est possible, mais ça reste à prouver. N’y a-t-il pas assez de gens convaincus de cette nécessité pour résoudre le problème par leurs contributions volontaires, sans faire appel à la coercition ? Et sans faire appel au contrôle de l’Etat ?
          Votre « solution » compromet irrémédiablement toute évolution vers le libéralisme, c’est l’excuse rêvée par certains refuser justement cette évolution. C’est un remède pire que le mal, donc pire que ne rien faire. Elle sous-entend également un désagréable procès d’intention, comme quoi ceux qui pourraient éviter aux plus défavorisés de rester dans l’ornière seraient tellement immoraux qu’ils ne le feraient pas d’eux-mêmes. Mon sous-entendu à moi est que ceux qui ont les moyens de cette solidarité sont exaspérés par la confiscation par l’Etat de la plus grande partie de ces moyens et d’ailleurs découragés puisque l’Etat s’en occupe et tient à son monopole. Commencez par laisser faire, il sera toujours temps de constater quels problèmes demeureront et de leur chercher des solutions.

          • Ok merci je ne suis pas très étonné de votre réponse à cette équation difficile, c’est peut-être la seule vraiment cohérente d’un point de vue libéral, mais vous conviendrez tout de même avec moi qu’elle n’est pas facile à soutenir.
            Ce sujet avec cette réponse constitue à mon avis une grande faiblesse dans le discours libéral. Personnellement je ne m’y aventurerais pas et je ne pense pas être le seul, même des références historiques libérales comme Friedman et Hayek ont franchi le pas pour envisager d’autres solutions moins orthodoxes.

  • Avatar
    jacques lemiere
    8 juin 2022 at 7 h 39 min

    j’adore l’idée de melenchon ou de tout politique sur une ile déserte quant à moi…

    avant d’avoir quoi que ce soi à échanger ( avec qui??) q ils commencent par battre monnaie… s’étonnent de ne pouvoir rien acheter et donc…en impriment davantage…

    on continue à bloquer les loyers !!!!! pour résoudre la « crise du logement » …

    mais quand je parle du pouvoir on doit comprendre que d’achat je parle de celui des gens comme moi..

    et oui l’état peut augmenter mon pouvoir d’achat…

    • Oui il le peut, au détriment de celui des autres ( il peu donc également le diminuer ) C’est arbitraire et immorale bien que j’imagine que cela améliorerait votre qualité de vie.
      Les gens comme vous ?

      • Avatar
        jacques lemiere
        8 juin 2022 at 15 h 08 min

        non.. je dis juste que le pouvoir a bel et bien une certaine possibilité d’améiorer le pourvoir d’achat . mais pas de tout le monde..

        le pouvoir d’acaht des français dans leur globalité est baissé mais le pouvoir d’achat de l’electorat est augmenté…

        on peut , assurément à court terme augmenter via la coercition le pouvoir d’achat d’une classe de population..

  • Le pouvoir d’achat de la population est la masse des biens et services qu’elle produit et est libre de faire circuler. Les interventions d’un état qui ne produit rien d’autre que de la pulsion d’égalité ne font qu’ajouter de la viscosité qui ralentit la productivité et la mobilité et réduit donc ce pouvoir d’achat. La seule solution pour l’augmenter c’est « bas les pattes! ».

    • Eh oui, bien peu de nos concitoyens réalisent que l’on ne peut se partager que ce que l’on produit. Je suis triste de constater combien croient au sirènes de celui qui clame (avec un certain talent oratoire il faut l’admettre) on peut travailler moins donc produire moins (réduction du temps de travail) et acquérir plus, c’est tout simple yaka plumer les riches et les entreprises, le degré zéro de l’économie mais il y en a, bien trop nombreux, qui veulent y croire.

  • Bientôt tous nos problèmes seront résolus.
    Mélenchon sera Premier Ministre.
    Alors surgira l’Homme Nouveau …..

  • Le Pouvoir d’achat est la resultante de dizaines milliers de paramétres essentiellement incontrollés.
    Axer une campagne electorale sur la météo dans une zone d’Orage ou la prévision des eruptions solaires, aurait été plus rationnel.

    • La qualité des prévisions météo a un rôle significatif dans l’optimisation des activités professionnelles, donc des coûts de production. Or ces prévisions se sont dégradées de manière considérable ces dernières années. Un ami attribuait l’essentiel de cette dégradation à la disparition des frégates météo stationnaires dans l’Atlantique et donc de leurs mesures et lâchers de ballons-sondes. Mais comme la France, l’UE est plus préoccupée d’uniformiser les chargeurs de portables et d’interdire les voitures que d’améliorer la précision des prévisions, précision qui pourrait pourtant épargner bien des biens et bien des vies.

  • Le socialisme et la planification sont celles des vraies inégalités, des privilèges, des contraintes arbitraires : pas de pouvoir d’achat, mais l’achat du pouvoir.

    C’est une très belle formule 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

Macron retraités décideurs troisième voie
4
Sauvegarder cet article

L’époque est à la panique certifiée, aux pythies labélisées « science » et aux prédictions hasardeuses érigées au rang de vérités… Santé, démographie, climat, comme le craignait Aider, l’homme s’est soumis à la technologie, comme il le fit, antan, au Créateur Divin. L’avenir tout tracé, lui, peine à se conformer aux modélisations… Nos prodiges de dirigeants se sont engouffrés dans la brèche : fonder leurs décisions sur un avenir scientifiquement validé relève de la providence.

Ignares ? Oui, sans conteste mais avant tout opportunistes.... Poursuivre la lecture

Le pouvoir d'achat a été un sujet central lors des campagnes électorales qui viennent de se dérouler. La NUPES, première force d'opposition qui a obtenu 137 sièges à l'Assemblée, s’est fait le parti de l’amélioration de ce dernier avec un SMIC  qui serait porté à 1500 euros, le dégel du point d’indice des fonctionnaires et le blocage des prix sur les produits de première nécessité.

Il faut donc examiner comment se situe le pouvoir d’achat des Français par rapport aux autres pays européens. De nombreuses études existent en ce domaine. M... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles