La pensée magique produit de l’électricité gratuite

Le maire d’un village prévoit de distribuer de l’électricité gratuite en 2023 avec une partie de la production des panneaux photovoltaïques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Panneaux solaires photovoltaïques (Crédits USAF, image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La pensée magique produit de l’électricité gratuite

Publié le 26 mars 2022
- A +

Selon France Bleu, le maire du village de Ligron dans la Sarthe (Philippe Biaud) prévoit de distribuer « gratuitement » en 2023 (alors qui paie ?) une partie de la production des panneaux photovoltaïques qu’il envisage d’installer par l’intermédiaire d’une association à laquelle les administrés pourront adhérer.

Le maire a raison

L’idée du maire est de « sensibiliser la population », ce qui est tout à son honneur : « Quand vous faites partie d’une association, vous regardez de près ce qui se passe, si les panneaux fonctionnent, s’ils ont besoin d’entretien. Aujourd’hui, on appuie sur un bouton et tout le reste nous échappe ». 

Ce maire a raison. Certains citoyens croient encore que l’électricité sort du mur

La plupart des Français n’ont aucune idée de ce qui se passe loin derrière leur prise électrique pour maintenir en permanence la tension électrique à 220 volts et sa fréquence à 50 hertz, quelles que soient les variations de la demande et les aléas de la production, notamment les nuits sans vents.

En se réappropriant une partie du système électrique, chacun comprendra mieux les enjeux à grande échelle ».

Ce maire a encore raison.

Quand les habitants s’apercevront que leurs panneaux solaires ne produisent rien la nuit mais que leurs ampoules brillent chez eux et que les trains continuent à circuler, chacun « comprendra mieux » que la permanence de l’équilibre entre la demande et la production est un art difficile. Ce métier d’équilibriste permet d’alimenter des centaines de millions d’Européens avec des sources d’énergies pilotables comme le nucléaire et l’hydraulique, mais aussi le gaz et, surtout en Allemagne et en Pologne, du charbon.

L’amateurisme, certes parfois sympathique, mais inefficace et ruineux, d’une production aléatoire dépendante du vent et du soleil qui enrichit de puissants intérêts, notamment étrangers, doit être dénoncé.

Une idée perverse ?

Maintenant, si l’idée sous-jacente consiste à faire croire que les panneaux photovoltaïques produiront une électricité dite verte tellement bon marché qu’elle pourra même être gratuite par moment, alors il pourrait y avoir un problème.

Cette manœuvre s’exercerait alors aux dépens de la communauté nationale « consentante à l’insu de son plein gré »… et qui paiera.

En effet, ce projet, comme le grand bluff écologique de la centrale photovoltaïque des Monts inaugurée en 2005 à Chambéry, sera aussi subventionné par tous les autres Français via des tarifs imposés de rachat des productions d’électricité photovoltaïque, des impôts et des taxes sur l’électricité (CSPE,…) et les carburants (TICPE,…).

Finalement, la miraculeuse électricité gratuite ne sort plus de la prise murale mais de la pensée magique « yakafokon » qui n’engage que ceux qui y croient…

Et pour des élections locales ou nationales, c’est peut-être suffisant ?

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Les ingérables énergies vertes gratuites ont conduit plusieurs fois en 2021 à des tarifs négatifs pour l’électricité et des entreprises ont même été priées de consommer plus* : non seulement l’électricité est gratuite, mais elle rapporte de l’argent. C’est pas magique, ça ?

    *( et quelques parcs éoliens en mer ont été brièvement fermés : toujours être assuré de vendre son électricité en priorité ne s’applique évidemment pas dès cela ne rapporte pas ).

    • Oui quelques fois dans l’année, mais le reste du temps, cad la plupart du temps: quand il fait nuit, des nuages, la pluie la neige etc etc ou pas de vent le prix explose, donc en moyenne c’est plus chère. Il suffit de voire nos amis allemand, 500 milliards pour produire +/- 150TWh par an, ca faut cher payé non?

  • Une seule solution : voter pour un candidat qui propose d’arrêter les subventions au solaire et l’éolien !

    10
  • Avatar
    jacques lemiere
    26 mars 2022 at 9 h 04 min

    Tout est lié…
    la question adjacente est qui abonde au budget des communes….
    Beaucoup de maires font des choix qui reposent sur l’idée que les subventions et autres mécanismes de spoliation de l’argent des autres c’est « gratuit »..

    Le pire c’ets qu’apparemment parfois « ça marche »…tant que les conditions avantageuses et scandaleuse de certains contrats tiennent , il y a des aubaines..

  • Le tout gratuit, c’est merveilleux…. Mais avec des tickets de rationnement sinon… Y en a pas pour tout le monde. Si le solaire était viable cela ferait longtemps que mon toit en serait recouvert… Pas de bol, je consomme surtout la nuit quand les chats sont gris… Les batteries qui vont bien sont très très chers et ne durent que 2 étés. Merci à l’edf d’exister…. Plus pour très longtemps.

  • Un constat parfaitement juste. La seule question que je me pose est de savoir pourquoi des gens normalement doués de raison peuvent ainsi se laisser berner par de tels slogans menteurs ? Franchement, je ne comprends pas !

    • Et pour cause ils ne sont pas au courant que c’est de l’attrape nigaud , mais il n’y avait que ça vous allez voir le nombre de nigaud intéressé par le cirque de LREM annoncé .

    • Avatar
      jacques lemiere
      27 mars 2022 at 9 h 33 min

      parce que gratuit signifie l’état paye, donc les impots de tous et enfin on fera payer les riches..

      le syndrome robin des bois.

  • Tout est pensée magique en politique. On va résoudre nos problèmes énergétiques avec :
    – des éoliennes (pourquoi n’y a-t’on pas songé plus tôt),
    – des achats groupés comme pour les vaccins (faites des réserves d’urgence …),
    – des subventions financées par des impôts (mais bon sang, mais c’est bien sur).

    Quand le vin est tiré, il faut le boire. Vous reprendrez bien un peu de Macron avant de partir.

    • Des achats groupés sous le patronage de Biden qui considère que l’Europe est trop dépendante du gaz russe et pas assez du pétrole américain.
      La guerre en Ukraine va rendre l’UE encore plus fragile, contrairement à ce qu’affirment Ursula et Macron.

  • Le PDG de Blackrock est persuadé, au contraire, que l’avenir servira les énergies renouvelables. Et que cette prévision est renforcée par les événements géopolitiques récents.
    Mais bon, ce n’est que le fonds de gestion d’actifs le plus important du monde.
    Qui est-il pour contredire les fulgurances de Michel Gay ?

    -3
    • Ben c’est un commerçant. Comme tous les commerçants il vend ce qui rapporte. Il dit ce qu’on veut entendre pour lui acheter sa camelote.
      Comme il y a beaucoup de gens pour croire que les énergies renouvelables ça marche magiquement, il y a beaucoup qui investissent dedans (avec l’argent gratuit magiquement crée en proportions incroyables ces deux dernières années) et donc les prix montent (on ne dira pas « inflation » parce que c’est des actifs financiers… mais l’effet Cantillon reste valide) et plus ça va mieux ça va (pour lui et ses management fees… ). Après, quand la bulle éclatera il restera des regrets aux investisseurs naïfs et des comptes bien remplis pour les actionnaires et le management de blackrock.

      • Blackrock n’est pas un « commerçant ». C’est un « oracle », qui fait des paris sur l’avenir. S’il se trompe, il fait perdre ses clients, se décrédibilise et coule.
        Voilà pourquoi je lui fais plus confiance qu’à un idéologue, jamais très loin du conflit d’intérêt.

        -2
        • En fait ça dépends ou, comment et dans quel but.
          En l’etat de la technique les ENRi ne peuvent que faire économiser du combustible. Pour un pays qui fonctionne quasi exclusivement avec du fossile importé, ça a du sens de mettre des ENRi , en gardant a l’esprit que diminution ne veut pas dire annulation.
          Pour un pays comme la France qui a deja fait sa transition vers quelque chose de beaucoup plus performant que les ENRi, c’est quelque peu different même si un peu de solaire présente qq avantages.

        • Il ne fait pas de paris avec son argent : il vend un service d’investissement (qui bien entendu, comme toute décision économique ou humaine, est basé sur des estimations de ce que le futur pourrait être… on appellera ça spéculation ou prospective selon que ça soit privé ou public).
          Mais en effet, s’il se trompe trop et plus que les autres, ça n’ira pas bien pour lui. Mais tant que les investisseurs croient les fadaises des énergies renouvelables, ils veulent investir dedans, donc Blackrock le fait, et ça fait monter les prix, tout le monde est content, sauf que ça s’effondrera sans doute un jour. Seulement à ce moment ça sera « la crise » et personne ne reprochera plus à Blackrock qu’à Amundi ou au gouvernement ou à Greta, d’avoir foncé tête baissée dans le mur.
          Donc puisqu’on veut y aller, ils se positionnent dessus.

          Faut juste ne pas oublier Madoff…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles