La trilogie de la liberté : doute, pragmatisme, morale

Pour plaider la sauvegarde de la liberté, appuyons-nous sur trois qualités libérales : le doute, le pragmatisme et la morale.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo by Ferdinand Stöhr on Unsplash - https://unsplash.com/photos/PeFk7fzxTdk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La trilogie de la liberté : doute, pragmatisme, morale

Publié le 1 janvier 2022
- A +

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le libéralisme. Et son bilan n’est pas brillant. Parmi les pays de l’OCDE, le nôtre est celui où les impôts sont les plus lourds et le chômage l’un des plus élevés.

Pour plaider la sauvegarde de nos libertés, appuyons-nous sur trois qualités libérales : le doute, le pragmatisme et la morale.

La liberté et le doute

Dans Délire et défaites, Claude Fouquet écrit que le libéralisme « est une opinion, un aveu d’ignorance, donc un programme de tolérance ».

Dans Un cœur intelligent, Alain Finkielkraut nous rappelle que l’incertitude fait partie de la nature humaine.

Frédéric Bastiat conclut : « L’ignorance entoure le berceau de l’humanité ».

Bref, pour un libéral, le doute est raisonnable et tant mieux s’il s’agit d’un péché mortel pour tout commissaire au Plan. Il nous conduit à l’observation attentive des réalités.

La liberté et le pragmatisme

Dans La grande parade, Jean-François Revel nous rappelait que le libéralisme n’est pas « une théorie se fondant sur des concepts antérieurs à toute expérience, ni un dogme invariable et indépendant du cours des choses ou des résultats de l’action. Ce n’est qu’un ensemble d’observations portant sur des faits qui se sont déjà produits. »

Ce pragmatisme nous permet d’introduire l’expérience de réalités nouvelles dans nos réflexions et mesurer celles-ci à l’aune des libertés. Ainsi la pandémie renforce la critique libérale d’une bureaucratie tentaculaire et sans efficacité. Elle conforte notre rejet de l’étatisme et de la corruption qui souvent l’accompagnent, nos critiques d’une dépense publique sans contrôle et la menace d’une dette hors normes.

La morale

II nous faudrait enfin rappeler les dimensions morales et sociales du libéralisme. Notre devise, Liberté, Égalité, Fraternité, est l’invention des libéraux qui ont réclamé, face aux monarchistes et aux conservateurs, l’égalité devant la loi et la fin des privilèges. Ils ont défendu les échanges et les contrats qui exigent équité et empathie. L’une des plus grandes figure du libéralisme, Adam Smith, a d’abord écrit sa Théorie des sentiments moraux qui chante les plaisirs de la sympathie et de l’aide aux plus pauvres, avant de publier La richesse des nations.

Cette trilogie devrait nous permettre d’offrir une image du libéralisme éloignée de la caricature habituelle. Nous aimons le libre commerce, la liberté chérie de La Marseillaise, l’égalité de tous devant la loi, et la fraternité, la vraie, celle qui engage les sentiments et suscite des actions pour sauver la famille humaine des calamités des dictatures, des conflits et de la pauvreté.

Un article publié initialement le 6 janvier 2021.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Ajoutons à ces qualités celles de courage et responsabilité car le libéralisme est le système basé sur l’individualisme au sens randien, c’est à dire nécessitant pour chacun voulant réussir sa vie, de mettre en oeuvre le maximum de ses qualités et de ses efforts personnels, ne comptant sur les autres et le système que dans le cadre de collaborations équitables.

  • Attention à la couleur des mots: après l’altruisme, la solidarité, voici que les bonnes âmes nous inondent de leur « empathie » bien rose, rose-bonbon, cette dernière trouvaille du marketing de la souffrance qui vous extorque de gros calins là où un bon coup de pied au cul résoudrait simplement le problème.
    Ah le monopole du coeur!

  • Très beau texte. Aussi beau que la Liberté elle même, pure, immuable, comme le final du film « le Roi et l’Oiseau » que je vous recommande.
    Signé Gr33n, depuis la Suisse, mon nouveau pays depuis 20 jours (qui a quand même attenté à la liberté de commercer…).

  • J’aime bien cet article. Faisons en sorte qu’il en soit ainsi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Suite au triptyque sur la fabrique du consentement (ou plus exactement, l’extorsion du consentement), il apparaît profitable d’y ajouter deux addenda : le premier relatif au clergé médiatique et le second tenant à la délégation de responsabilité sans signature.

Ces deux éléments constituent deux courroies majeures de la transition vers un régime post-démocratique tel que l’avait élaboré dès 2004 le chercheur anglais Colin Crouch.

Car la post-démocratie c’est l’évolution de la démocratie vers une tyrannie qui conserve malgré tout... Poursuivre la lecture

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles