Twitter : ce que révèle la démission de Jack Dorsey

Plusieurs pistes permettent d’expliquer la démission de Jack Dorsey, le patron de twitter. Des pressions peuvent en être la cause.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2021-11-30 at 15-08-30 Full Interview Jack Dorsey, C E O of Twitter and Square DealBook 2017 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Twitter : ce que révèle la démission de Jack Dorsey

Publié le 16 décembre 2021
- A +

Cet article est disponible en podcast ici.

Le 29 novembre dernier, Jack Dorsey demissionnait de son poste de patron de Twitter. Il rejoint ainsi la longue liste des entreprises de la Tech ayant perdu leur patron fondateur telles Microsoft, Amazon, Google, Alibaba, Uber, WeWork, etc.

Il fut pourtant un temps, où les fondateurs restaient jusqu’au bout comme Dassault, Renault ou L’Oréal. Pourquoi une telle épidémie de démissions et pour quelle raison ?

Pression des investisseurs

Pour Jack Dorsey, il faut se rappeler son précédent départ en 2008 voulu par ses actionnaires. Les investisseurs qui veulent la peau du CTO sont classiques. Il y a évidemment le départ de Steve Jobs en 1985, puis son retour des années après.

Il y a aussi les patrons sulfureux gentiment remerciés. Adam Neumann, fondateur de WeWork a été licencé en 2019 pour avoir truqué sa comptabilité avant son introduction en bourse. Ou encore Travis Kalanick, fondateur d’Uber parti de l’entreprise en 2017 après une enquête sur ses pratiques de managements toxiques.

Le plus emblématique reste John MacAfee qui a démissionné de son entreprise en 1994. Sa société est rachetée par Intel en 2010. Soupçonné à plusieurs reprises de trafic de stupéfiants, Intel voulait rebaptiser son logiciel en Intel Security pour ne plus être lié au personnage. Ce qui satisfaisait pleinement l’intéressé qui désignait l’antivirus comme le pire logiciel au monde.

Passer à autre chose

Naturellement, certains CTO ne veulent tout simplement plus gérer l’entreprise et passer à autre chose. Comme Bill Gates qui partit s’occuper de sa fondation en 2008. Ou encore, nous avons les deux fondateurs de Google. Serge Brin n’a pas quitté l’entreprise, mais s’est focalisé uniquement sur la partie R&D avec la création en 2010 de Google X Lab. Larry Page, lui, quitta son rôle de CTO en 2019. Sans oublier le départ de Jeff Bezos d’Amazon en 2021 pour se consacrer à son entreprise spatiale BlueOrigin.

Jack Dorsey peut aussi cocher cette case. Durant son absence de Twitter, il a fondé l’entreprise de paiement Square. De plus, il s’intéresse aux cryptomonnaies depuis plusieurs années. Quelques jours seulement après sa démission de Twitter, il faisait déjà des annonces concernant les projets de Square dans la blockchain.

Pression des gouvernements

Enfin l’État peut pousser les entrepreneurs à quitter leurs entreprises.

C’est notamment le cas en Chine. C’est le cas de Jack Ma fondateur du Géant Alibaba qui a disparu plusieurs mois fin 2020 après avoir critiqué le Parti. Lorsqu’il a réapparu, c’était pour donner sa démission. Par la suite, les fondateurs de ByteDance (TikTok), Pinduoduo, JD.com ont tous dû démissionner suite aux pressions du Parti.

Cette envie de licencier des entrepreneurs touche également les États-Unis. Il y a de plus en plus de pression autour de Marc Zuckerberg, jugé incapable de protéger les données des citoyens. Ou encore Elon Musk, que la SEC a déjà condamné plusieurs fois pour manipulation du cours de Tesla à la suite de ses tweets.

Là encore, Jack Dorsey coche la case. En tant que responsable d’un réseau social (qui plus est le réseau préféré de Donald Trump), il était accusé de laisser la haine et les fausses informations circuler.

Les raisons du patron de Tweeter sont un cocktail de lassitudes et de pressions des investisseurs ou des États. La démission de Jack Dorsey illustre bien la tendance actuelle d’entreprise sans leader. Des entreprises plus stables, car moins dépendantes d’une personne et de leurs folies, mais aussi des entreprises sans têtes et sans ambitions.

Crédit photo : Screenshot 2021-11-30 at 15-08-30 Full Interview Jack Dorsey, C E O of Twitter and Square DealBook 2017 – YouTube

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ça paraît très sain qu’un leader ne le soit pas à vie, il finierait par devenir un tyran. Du sang neuf au sein d’une entreprise est indispensable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il fallait s’y attendre. Chaque nouvel épisode de crise relance automatiquement la chasse aux « profiteurs » de crise. « Amazon se gave ! » lançait Roselyne Bachelot en novembre 2020, au cœur du débat sur les restrictions d’activité anti-covid. Vite, boycottons Amazon, taxons son chiffre d’affaires, ramenons de la sobriété et de la justice sociale dans ce monde de brutes ! Aujourd’hui même combat : haro sur le transporteur maritime CMA-CGM, haro sur le pétrolier TotalEnergies, haro sur tous les profits trop gigantesques pour être honnêtes.Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Dans l’article précédent, nous décrivons les réseaux sociaux comme un hyper-média, une arme d’espionnage et de propagande convoitée par les États. Une arme dont nous sommes les munitions, par les données que nous laissons.

Nous allons voir comment éviter l’espionnage des réseaux sociaux aussi bien sur leurs plateformes qu’en dehors.

 

Espionnage sur les réseaux sociaux

Bien évidemment, le meilleur moyen de ne pas se faire voler les données est encore de ne jamais aller sur le... Poursuivre la lecture

Par Danny Duchamp.

 

Dans le discours politique moderne, "corporation" est presque une injure.

En 2021, le sénateur américain du Vermont Bernie Sanders, répondant aux critiques de sa proposition fiscale, a publié une vidéo intitulée "Yeah, we're going to TAX BILLIONAIRES & CORPORATIONS" (traduction : "Oui, nous allons taxer les milliardaires et les sociétés") dans laquelle il nous assure que les nouveaux impôts seraient prélevés exclusivement sur les grandes sociétés et leurs riches propriétaires, comme si (même ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles