Confinement, pass sanitaire : surprise, le gouvernement a encore menti

Aujourd’hui, ça sera donc fromage et dessert : non seulement la ségrégation sanitaire généralisée s’est mise en place sans trop de heurts, mais les mesures de privation de liberté plus classiques risquent de revenir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pinocchio by Jean-Etienne Minh-Duy(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Confinement, pass sanitaire : surprise, le gouvernement a encore menti

Publié le 15 novembre 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

C’était pass ou reconfinement, ça pourrait être pass et reconfinement, en fonction de l’humeur du Prince. Interrogé ce samedi 13 novembre 2021 dans l’émission « On est en direct », le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s’est exprimé sur la « cinquième vague » de coronavirus. Expliquant que face à la nouveauté de la menace, « rien n’était à exclure », Gabriel Attal n’a pas écarté la possibilité d’un reconfinement.

Rappelons qu’en août dernier, Emmanuel Macron nous jurait que l’adoption à marche forcée du pass sanitaire était la seule alternative face au reconfinement. Aujourd’hui, ce sera donc fromage et dessert : non seulement la ségrégation sanitaire généralisée s’est mise en place sans trop de heurts, mais les mesures de privation de liberté plus classiques risquent de revenir, et cela au gré du jugement d’un gouvernement qui navigue à vue.

Nous sommes le 15 novembre, et le pass sanitaire devait cesser d’être utilisé. Bien entendu, mardi dernier, le locataire de l’Élysée a confirmé la prolongation du dispositif. Avec la loi « Vigilance sanitaire », il faudra attendre jusqu’au 31 juillet 2022.

Le prétexte de la panique sanitaire

La panique sanitaire a bon dos et permet à nos gouvernements de ne pas prendre d’engagements trop contraignants auprès d’une population largement tétanisée par une menace covidesque qui, comme l’a rappelé Nathalie MP Meyer, n’a concerné que 2 % de l’activité hospitalière en France en 2020.

C’est pour ces 2 % que le pays a été mis à l’arrêt, et qu’une partie de son économie a été détruite (ce qu’on ne verra qu’après l’élection présidentielle, quand les torrents d’argent public visant à maintenir artificiellement l’activité économique zombifiée se tariront). Mais cela ne semble embarrasser absolument personne.

Au nom d’une situation exceptionnelle qui n’en finit pas, les gouvernements ont transformé les états de droit en états d’exception à géométrie variable. C’est le règne de l’arbitraire au sens le plus pur du terme, c’est-à-dire l’émancipation du Politique des contraintes éthiques de la Rule of law, avec l’approbation de larges secteurs de l’opinion publique et des médias. Nous assistons un peu au triomphe final de Thomas Hobbes contre John Locke : la peur de la mort violente précipite les individus dans les bras du Léviathan, ce « Dieu mortel » qui leur promet la sécurité et la santé là où le gouvernement civil lockéen protégeait la liberté individuelle et les droits naturels.

Isoler les personnes à risque était immoral au début de la crise, plus tellement maintenant. Certains se souviennent qu’en mai 2020, le chef de l’État n’avait pas suivi les recommandations de Jean-François Delfraissy quand il s’agissait de confiner uniquement les personnes âgées. « Le chef de l’État ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai ».

Aujourd’hui, tout a changé, et la discrimination est devenue morale, à partir du moment où elle s’abat sur les non-vaccinés, les Goldstein du nouvel ordre sanitaire. Le principe d’isonomie, si cher aux libéraux, c’est-à-dire d’égalité des citoyens devant le droit, s’est évaporé dans un océan d’irrationalité et de paranoïa entretenue par les pouvoirs publics. Et puis après tout, nos maîtres partenaires européens montrent la voie.

Le non-vacciné dans le viseur

L’Allemagne subit une pandémie massive de « non vaccinés », et l’Autriche vient d’ordonner leur confinement exclusif.

Peu importe si les vaccinés contaminent autant que les non-vaccinés, peu importe si on assiste à un début de rebond épidémique comparable à ceux de l’Autriche ou de l’Allemagne aux Pays-Bas ou en Islande, où le taux de vaccination est comparable au français.

Les faits n’importent plus face à la tyrannie émotionnelle qui fascine nos élites.

Emmanuel Macron a pris la parole la semaine dernière, et veut remettre la crise sanitaire au milieu de la campagne : il n’a jamais été aussi populaire qu’en tant que chef de cette guerre improbable qui a mis à terre le pays politiquement, économiquement et socialement.

Comme à la parade, il est prêt à rejouer sa partition de Grand protecteur des Français face au Péril covidien, ce qui lui permettra de mettre sous le tapis son bilan totalement abominable dans un pays où les institutions régaliennes se dégradent de jour en jour, où la liberté d’expression est menacée et qui n’a plus aucune maîtrise des dépenses publiques depuis bien longtemps. Qui pour reprendre le flambeau de la liberté avant qu’il ne soit trop tard ?

Voir les commentaires (112)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (112)
  • Le dernier non vacciné va avoir une vie d’enfer…avec un peu de chance, il attrapera le virus, bcp de chance, y a tellement peu de contaminés… Tellement peu de malades, quelques morts faute de soin ou d’une autre maladie mais..
    Mais comment vont il faire pour arrêter ce cirque en gardant la tête haute, il le faudra pourtant.

    • Qui vous parle d’arrêter ce cirque…?

    • Ils ne veulent surtout pas arrêter ce cirque : ils savaient depuis le début qu’il n’était pas nécessaire d’un point de vue santé publique (les données du Diamond Princess étaient connues au moment du premier confinement !)…
      Non, un peu partout dans le monde les gouvernements ont utilisé l’incertitude et les craintes qu’ils ont fait mousser à plaisir pour s’attaquer d’une façon quasi jamais vue dans l’histoire aux libertés fondamentales des individus…
      S’ils arrêtaient ce cirque il risqueraient de trouver leurs têtes, séparées de leur corps, au bout de piques ! Donc ça continue pour toujours… ou au moins le temps que les médias aient fait oublier !

  • Au delà de l’aspect purement sanitaire, je m’étonne de l’importance de Gabriel Attal.
    Jadis, le porte parole du gouvernement se contentait de nous faire un résumé du Conseil des ministres.
    Avec Gaby, c’est différent. Il donne son avis sur n’importe quel sujet et on peut même se demander si ce n’est pas lui le véritable premier ministre.
    Si Macron est réélu, il pourrait bien avoir une sacré promo !

  • C’est fascinant à quel point on a pu réhabiliter la persécution comme méthode politique…

  • Rappelons que 1) le vaccin n’empêche ni la transmission ni l’infection ni la maladie ni l’hospitalisation ni même le décès. 2) il est inefficace au bout – au mieux!- de quelques mois voire de quelques semaines 3) il a de très nombreux et graves effets secondaires de plus en plus répértoriés officiellement (cf Santé Canada): paralysies faciales, absence de règles, pathologies cardiaques graves, AVC et même forts soupçons de Creutzfeld Jacob; 4) il n’est efficace à 100% que pour le PDG et les actionnaires de Pfizer, laboratoire multicondamné dans le passé pour des faits graves…. Baser sa politique sanitaire sur Pfizer c’est comme demander à Al Capone de combattre le crime organisé

    • Arrêtez de dire des bêtises. Le vaccin a très clairement un fort effet sur les hospitalisations. Il suffit de comparer les courbes de cette année et de l’an dernier pour le constater.

      Il n’a apparemment qu’un très faible effet sur la transmission mais il me semble que dès le début, les scientifiques ont dit que cet effet n’était absolument pas garanti.

      • Comment savez vous que c’est grâce au vaccin qu’on a moins d’hospitalisations ?
        C’est peut-être le virus qui devient moins virulent, les épidémies finissent toujours pas disparaitre, avec ou sans vaccin.

        • Parce que toutes les études que j’ai vues montrent la différence entre les groupes vaccinés et non vaccinés en terme d’hospitalisations.

          • Et parce que l’Inde mon bon monsieur est en train de mourir avec ce variant indien…. Heu… en fait non, tout va bien là bas avec leurs 25% de vaccinés (et encore c’est récent, quand le dit variant est arrivé il n’étaient qu’à 5% de vaccinés).
            Le vaccin réduit un peu les risques de cas graves, mais clairement le Delta (surtout ne plus l’appeler « indien », les gens risqueraient de regarder ce qui se passe sur le sous-continent en question) est aussi plus contagieux et nettement moins dangereux que les souches originelles.

          • J’ai passé l’enfance de mes enfants à l’hôpital pour des bronchiolites, des gastro, c’est normal d’aller à l’hôpital et la plupart du temps on riait bien et ça se terminait bien comme la plupart des hospitalisations « covid ».
            .
            En quoi une hospitalisation est forcément une horreur à éviter « quoi qu’il en coûte » alors que personne ne parle de drame plus important comme la dépression, la misère, le chômage et la non-vie chez des dizaines de millions de jeunes sans même parler des suicides ou des effets secondaires des vaccins ?
            .
            Il meurt 1700 personnes par jour en temps normal, actuellement 37 son estampillés « covid » soit 2% dont la médiane d’age est 84 ans et sur ce total seul une infime partie à pour facteur principal le covid.

      • non..ce n’ets pas en regardant cela; c’estt en faisant des testes avec groupes témoins..

      • « Il n’a apparemment qu’un très faible effet sur la transmission mais il me semble que dès le début, les scientifiques ont dit que cet effet n’était absolument pas garanti »
        Vous plaisantez ? Depuis le début, on nous matraque la propagande de la vaccination « citoyenne » pour « protéger les autres », c’est même la raison d’être (complètement fallacieuse cela s’entend) du passe sanitaire !

        • C’est ce que les politiciens ont laissé entendre. Les scientifiques n’ont pas arrêté de dire depuis le début qu’on ne savait pas quel serait l’effet du vaccin sur la transmission.

        • Dès le début les discours étaient « vous êtes totalement protégés » mais les papiers officiels, les sites gouvernementaux etc. disaient bien que le vaccin protège plus ou moins contre les cas graves mais n’empêche pas d’attraper le virus ni de le transmettre.

          Et c’est d’ailleurs gravissime : cela prouve que tout le cirque « vaccinez vous pour les autres » et « pass sanitaire pour lutter contre l’épidémie » n’ont jamais été autre chose que des faux nez !

      • Déjà 6 moins pour un commentaire factuellement vrai!
        Continuez, vous pouvez faire mieux!

  • La classe politique sait qu’elle ne peut plus revenir en arrière. Revenir à une gestion rationnelle signifierait pour elle reconnaître ses erreurs et leurs conséquences catastrophiques. Elle n’a plus que la fuite en avant – ce qui, comme par hasard, correspond à l’agenda des « great resetters », avec l’avènement d’une société de contrôle numérique généralisé.
    Désormais, plus l’Etat échouera, plus il en rejettera la responsabilité sur les « méchants » qui ne suivent pas ses ordres. Et il sera suivi par la masse des moutons qui auront besoin de boucs émissaires pour expliquer le décalage entre ce qu’on leur a vendu et la réalité.
    Nous risquons de voir des choses vraiment pas belles dans les mois qui viennent…

    • Oui en effet. Je ne comprends même pas comment les gens peuvent ne pas voir les choses vraiment pas belles déjà en place. Rien que la stupidité d’agiter le risque de confinement, alors que « en même temps » nous nous félicitons de notre niveau de vaccination !

      • @Mimosas- Surtout que G Darmanin a dit récemment que le pass sanitaire ne serait pas nécessaire pour les réunions électorales.
        Le virus a horreur de ces grands prétoires à mensonges

    • Vous avez certainement raison. Ce cirque ne s’arrêtera pas avant avril prochain.

  • Et ils mentent encore : l’Autriche ne confine pas les non-vaccinés, puisqu’ils vont travailler et faire leurs courses ! Ce n’est pas un « confinement » des non-vaccinés, on agite la peur comme ils savent en accuser d’autres, avec ce mot de « confinement ». L’Autriche a mis en place le pass vaccinal, puisque oui, là où il faut montrer le pass, les non-vaccinés ne peuvent plus entrer.
    Mais ce n’est pas la même chose que de dire qu’ils sont confinés. Avec ce mot, on imagine les gens enfermés chez eux, ce qui peut faire peur aux non-vaccinés français.
    Tandis que dire la vérité, à savoir qu’ils ne peuvent plus accéder aux cinémas, restos et autres, ça porte moins, vu que même des vaccinés français n’y vont plus par refus de montrer leur conformité sanitaire.
    Le but est bien de faire peur et de contraindre les gens au vaccin et au rappel.

    • Oui enfin, ne sortir que pour travailler et chercher la pitance c’est plus restrictif que dans certains bagnes, même nous sommes infecté par la dérive de ce qui est normal ou pas.
      De plus le travail sera conditionné au testing, donc deux fois par semaine un test qui peu prendre 2h = 4 heures de perdu et s’il n’est pas gratuit ce sera 4h et 100 euros de test par semaine.
      .
      Une famille de 4 actifs c’est 64 heures de perdu et 1600 euros par mois.

      • Ah je n’ai pas entendu qu’ils doivent se faire tester pour travailler. Ca complique quelque peu en effet… mais ce n’est toujours pas un confinement. Le confinement, c’est « on ne sort pas », testé ou pas.
        Mon propos était de souligner l’utilisation abusive du terme « confinement ». Le non-vacciné qui ne travaille pas sort autant qu’un vacciné qui ne travaille pas et qui refuse de montrer sa preuve de salubrité.
        Je vous rejoins sur la dérive quant à notre perception de ce qui est normal ou pas : montrer une preuve de salubrité pour entrer dans un cinéma, masqué et mains désinfectées (soit ceinture, bretelles et robe par-dessus) est aberrant mais ne perturbe pas le bon entendement de la population en général, car « c’est mieux qu’un reconfinement ». Moi, ça me fait bondir mais on n’est pas nombreux hélas.
        Le summum de la soumission est atteint, car l’alternative est stupide. L’alternative est même d’autant plus stupide, que les vaccinés contaminent, or le pass sanitaire est pour limiter la propagation, or le vaccin ne l’empêche pas mais le vaccin permet le pass… je deviens folle je crois… 🙂

        • Les anglais qui sont plus pragmatique parle de stay-at-home ou de lockdown (fermeture magasin, spectacle, école)

        • « je deviens folle je crois… « 

          Moi je suis enragé et seul l’assurance qu’une action violente serait l’excuse idéale pour encore plus de dictature me retient.
          En face nous avons des bureaucraties du type URSS, des monstres froid, inhumains, désincarnés et habité de clones insignifiants.
          C’est redoutable.
          .
          ET même si le balancier reviens un jour vers la liberté, il nous faudra alors supporter les résistants de la 25ème heure, les petits nazillons comme C. Barbier, leurs excuses et leur « révolte » d’après bataille.
          .
          Courage, faites comme le roseau !

      • A titre personnel (en île de France) un test prend (file d’attente comprise) 30 min. Les autotests étant à nouveau autorisés (il faut signaler cela au plus grand nombre, le gouvernement a mis 3 semaines à les réautoriser, vous pouvez vérifier sur le site de la DGS, ou bien le conseil d’état qui a rejeté le fait que les autotests ne soient plus admissibles pour le pass), leur prix est fixé à 12,90€ depuis quelques jours. Admettons 2 tests/semaine donc environ 8/mois ça fait environ 105€/mois et 4H. Encore faut-il avoir la bonne pharmacie qui les pratique.

        • Bonne info, merci.
          Mais avec nos nouvelles villes artériosclérosée par les socialistes et pour peu que vous n’ayez pas la chance d’habiter à côté de cette pharmacie, il faut prendre leur « mobilité soviétique douce » ou la voiture, se garer, faire la file, faire le test et retourner par le même moyen en évitant de se manger une prune.
          Vous avez de la chance mais perso ça me mange une heure minimum sans gros trafic.
          .
          Sans compter que votre boss nourri a BFM va adorer vous voir disparaitre pendant 2h en semaine pour continuer à être un « égoïste-tueur ».
          .
          De plus toute cette « simplicité » et ce « bas prix » (412€ par mois pour une famille de 4 quand même) s’oppose à la contrainte voulue et désirée par nos gouvernements.
          Je ne compterais pas trop sur le fait que ce soit durable.

    • À en croire mon journal, ils ne peuvent plus travailler.

      • D’après l’immonde ils peuvent travailler avec des tests.

        • L’Autriche, à l’instar de l’Italie, met donc au chômage, voire dans la précarité, 35% de sa population. Si c’était possible financièrement pour ces familles, je serais curieux de voir l’état de l’économie autrichienne si cette partie de la population refusait d’aller travailler, juste pour voir…

          • Ca montre bien que la gestion de tout ça est centrée sur les retraités. Il faut les protéger, et tant pis pour les autres. On peut ruiner l’économie, les familles, les jeunes actifs… Le temps que ça atteigne les retraités (et les « vrais décideurs » qui devraient être retraités… tous ces membres des conseils sanitaires, de défense, de truc qui ont pour l’essentiel dépassé la date de péremption) ils seront morts, d’autres choses.

            Après moi le déluge semble adapté.

            Le problème c’est pour les villes dont le prince est un enfant (euh, les pays dont le président à moins de 45 ans… )

  • Eh oui !
    La vaccination exclusive des plus de 65 ans, le pass sanitaire que pour les plus de 65 ans, c’était impossible moralement/politiquement/juridiquement…
    Le pass sanitaire suspendu pour les plus de 65 ans sans 3ème dose, c’est devenu une réalité !
    Autres temps…
    Au passage on apprécie l’efficacité de la technostructure hypercentralisée : on appuie sur un bouton et hop plus de pass. Le fantasme de tout bon dictateur !

    • En 2020, le mieux aurait été de ne pas confiner.
      Quitte à le faire, il aurait fallu ne confiner que les personnes à risque.
      Au lieu de ça, on a enfermé tout le monde, sans distinction. Tout le monde a écopé pour protéger une minorité. Alors pour ma part, en repensant à tout cela, je suis plutôt content qu’on sorte enfin de ce dogme de l’égalité de traitement. Il y a des choses pour lesquelles ça n’a aucun sens.

      • Sauf que ça ne tombe pas sur les personnes à risque mais sur les opposants au totalitarisme.
        C’est totalement différent.

        • Je parle de la troisième dose pour les plus de 65 ans, pas de ce qui se passe en Autriche.

          • Ne vous inquiétez pas, ce sera bientôt aussi pour les plus de 50 ans, puis en-dessous de 50 ans, puis les ado, les enfants et bientôt les bébés.
            Tout à été fait ainsi depuis 18 mois.

          • Les plus de 65 ans sont responsable de leur santé, à eux de voir si une troisième dose leur est profitable. Et ne me dites pas que l’état le sait puisque que chaque fois l’état s’est planté.

            • Ne vous méprenez pas. Je suis d’accord avec vous. Je suis sûr que la vraie solution était de réorganiser l’hôpital en vitesse et de ficher la paix à la population.

              Je me rassénère simplement à l’idée qu’on n’embête que les personnes à risque et pas tout le monde (du moins pour l’instant).

              • « du moins pour l’instant »
                Je connais cette théorie.

                • Les confinements, ça a été pour tout le monde directement. On n’a même pas ESSAYÉ de cibler. J’apprécie qu’il y ait au moins une tentative ici.

                  • Je n’ai jamais lu un cours de médecine où on enfermait les biens portants. Cela ne sert à rien.
                    Brique, vous êtes grave, vous enfilez la propagande macronesque sans faiblir.
                    Vous travaillez pour le gouvernement?

                    • Gillib, c’est vous qui devenez rasoir. Je vous dis encore que je suis d’accord avec vous sur le fond. J’espère bien au contraire que Macron et sa clique va se faire sortir de l’Elysée en 2022 par quelqu’un de moins à gauche que lui.
                      Il semble que vous soyez si acharné que, pour vous, quelqu’un qui ne critique pas impitoyablement doit être un macaroniste. Vous tombez dans le même travers que ceux qui accusent les réticents à la vaccination de débiles, de complotistes, de terroristes ou que sais-je d’autre.

                    • Correction- qui les accusent d’ÊTRE des débiles etc

      • En effet, le mieux c’est de laisser tout un chacun, quelque soit son âge, décider, peut-être avec l’aide de son médecin et d’information publique s’il faut vraiment que le mammouth du système de santé que le monde nous envie en se gardant de l’imiter.
        A défaut, si on veut vraiment mettre des mesures coercitives dans tout ça (ce qui est le début de la fin, mais on est en état de décomposition avancée sur plein d’autres plans donc bon), les mettre en place de façon ciblée semble le moins pire.

        Imaginez : vous demandez aux retraités de ne pas sortir sauf exceptions et de ne recevoir leurs proches qu’avec quelques précautions ça les protège (si les confinements protègent… donc en fait, non) mais surtout puisqu’ils sont retraités et ne travaillent donc pas dans le secteur marchant, ça ne met pas en panne l’économie toute entière. Si on devait faire preuve de fascisme autant le faire de façon optimisée, non ?

  • Je suis contre le pass sanitaire et toute forme de restriction de liberté individuelle par principe, mais nous vivons en société et devons penser au bien commun. Sortir de la crise Covid passe par la vaccination, cela a été démontré scientifiquement. Et les non-vaccinés doivent assumer leur choix.

    Au lieu de prendre des demi-mesures, il faudrait soigner les non-vaccinés uniquement si l’hôpital en question n’est pas trop rempli (80% par exemple) et ne rembourser aucuns de leurs soins. Taper au portefeuille c’est toujours efficace.

    • « … et ne rembourser aucuns de leurs soins. Taper au portefeuille c’est toujours efficace. »
      Ben voyons! Que n’y avons nous pas pensé plus tôt? Il faudrait généraliser cette audacieuse prescription aux cancéreux du poumon qui ont fumé comme des cheminées, aux cirrhotiques du foie qui ont bu comme des trous, aux chauffards qui ont pris des risques insensés sur la route,…. et aux vieux de plus de 90 ans qui ont eu l’outrecuidance de vivre aussi longtemps et gruger la sécu et le système de retraites que le monde entier nous envie!
      Effectivement, ce gvt ne prend depuis 2 ans que des demi mesures, voire des non mesures vu les résultats sanitaires, économiques et sociaux!
      CPEF

      • Dans un monde vraiment libéral, l’assurance santé est privée et les gens prenant des risques pour leur santé (fumeurs, sportifs extrêmes, etc) paient plus cher pour leur assurance. C’est ce qui se passe dans la pays où je vis, et ça responsabilise efficacement la population.

        Mais si la France veut conserver l’open bar qu’est la Sécu, il va falloir arrêter les demi-mesures oui…

        • « C’est ce qui se passe dans la pays où je vis, et ça responsabilise efficacement la population. »
          Vous avez tout à fait raison mais apparemment vous ne vivez pas en France! Pour se libérer de l’emprise étatique française, il faut beaucoup de courage de moyens et de persévérance! Certains y sont arrivés, mais le mieux, c’est encore d’émigrer dès son plus jeune âge dans un vrai pays libéral ( s’il en reste?)

        • Et dans le pays où vous vivez (le Yakafaucon peut-être ?), on ne soigne pas les gens non-vaccinés ou on leur demande de payer leurs soins ?!
          En réalité, votre proposition de 14h20, en plus d’être nulle sur le plan éthique, est nulle sur le plan économique. Et nolens volens, vous vous êtes auto-répondu avec votre 16h10, et avez auto-détruit votre proposition initiale.
          Car voilà : si demain on doit considérer les personnes non vaccinées comme prenant plus de risque que les autres (quid des adultes en bonne santé peu susceptibles de souffrir du covid, mais passons), alors les assurances leur demanderont une cotise un peu plus élevée épicétou. Et tout le monde y gagnera ! Le job des assureurs, c’est d’assurer, pas de refuser d’assurer !

    • Hâte de savoir comment vous allez répondre à cette question : sachant que le vaccin n’empêche ni d’attraper ni de transmettre le virus, comment gérer le cas où un vacciné contamine un non vacciné ? Devrait-on l’envoyer en prison pour autant ou lui donner une amende ? Puisque taper au portefeuille est toujours efficace

    • Chronologie:
      ————–
      -« 95% d’efficacité et une dose pour revenir à la vie normale
      -« Avec 70% de vaccinés on aura l’immunité de groupe » (cf: « médecins »)
      -« Bon, mhhh 2 doses pour revenir à la normale »
      -« Bon, euh… 38% d’efficacité en vrai, gardez les masques »
      -« Bon, il faut vacciner aussi les jeunes, aucun problème pour eux »
      -« Finalement, Moderna est trop dangereux pour les <30 ans, limité dans 5 pays"
      -"Bon, 3 doses et on pourra revenir à la "vie normale" avec les masques, le pass"
      -"Bon… rien n'a marché, c'est à cause de ceux qui résistent SANS AUCUNE RAISON, enfermons les chez eux"
      .
      Médiane d'age des décédés en Suisse: 84 ans, espérance de vie: 84 ans, taux d'occupation Covid des hôpitaux français: 2%, mortalité selon l'OMS: 0,13 (moins que la grippe ).
      .
      Je ne sais pas si je dois vous plaindre, vous mépriser ou avoir peur de vous et votre votre participation inhumaine à ce totalitarisme tranquille.

      • Vous avez tout dit, mais… vous zêtes zun danzereux complotisss, honte à vous qui ne savez pas vivre en société, vil égoïste. Vite, 100 coups de fouet 🙂

      • La Suède arrête aussi Pfizer pour les jeunes, trop dangereux aussi.

        Mais en France on a du bol, on est le seul pays au monde où les vaccins sont sans danger, et marchent super bien pendant super longtemps. On a même eu une « étude » de l’université de Toulouse qui prétendait que l’immunité liée au vaccin était meilleure que l’immunité naturelle après maladie… Alors que dans les autres pays, Israel, US, GB, Canada ils ont trouvé entre 13 et 27 fois plus de protection avec l’immunité naturelle qu’avec le vaccin.

        On a eu l’exception culturelle, on a l’exception vaccinale/virale !
        Ou des médias et des « chercheurs » pour qui plaire au gouvernement est plus important que la vérité.

    • « Je suis contre les restrictions de liberté MAIS… »

      C’est bon, on a compris.

      • Compris quoi? Que la liberté implique aussi des devoirs? Visiblement vous ne l’avez pas compris…

        • N’importe quels devoirs ?

        • La France qui a été un des pays les plus liberticide au monde a plus de morts par millions d’habitant que la Suède et l’épidémie flambe chez les « bons élèves » de la vaccination.
          Il y a aussi une flambée des suicides chez les jeunes un record de dépressions, de myocardite, de fausse couche du probablement aux vaccins et quand « l’argent gratuit » de Macron va finir ce sera la misère pour beaucoup avec encore plus de suicides.
          .
          Tout ça pour une létalité de 0,13 et une médiane des décédés de 84 ans.
          .
          Et si vous croyez que vacciner même les bébés nous fera revenir à la normale, c’est que vous n’avez rien compris à la médecine, à ce virus et a ce qui se passe au niveau politique.

        • On peut toujours dire « mais ».

          Vous pourrez toujours trouver de bonnes raisons de renier vos principes.

          Mon « devoir » dans cette histoire est de protéger ma santé et d’éviter de contaminer les autres. À partir du moment où il est démontré que le vaccin n’empêche pas d’être contagieux, les non-vaccinés n’ont pas à être mis au ban.

        • Nope, la liberté implique la responsabilité. Pas des devoirs.
          Et les contrats ne peuvent pas être changés de façon unilatérale, ex-post.
          Ici la sécu, tout le monde l’a payée et la paye, avec le contrat implicite « on vous prend plein de pognon et en échange on soigne tout le monde pareil, au mieux sans que ça vous coute à ce moment ». Pas de provision pour « sauf si vous n’êtes pas vacciné avec tel truc » ou « sauf si vous n’aviez pas votre ceinture » ou « sauf si vous aviez bu de l’alcool » ou « sauf si votre poids est trop élevé, ou votre taux de cholestérol » ou …

          Donc ici, en bon « libéral » vous prônez la violation du droit des contrats… LE TRUC LE MOINS LIBÉRAL POSSIBLE ?
          C’est une blague ???

          • D’accord sur le principe, mais attention la sécurité sociale et plus généralement l’Etat providence français ne sont PAS contractuels.

            Les régimes dits « de solidarité » reposent précisément sur la contrainte légale et sont par essence contraires à la logique contractuelle.

            • Objection votre Honneur !
              Le caractère obligatoire, par la loi, d’un contrat n’entame pas sa logique contractuelle ; les devoirs des co-contractants sont identiques en tout point à ceux des contrats « librement consentis ».
              Si ce qui vous gêne est le statut public, dans le cas de la Sécu, d’un des co-contractant, songez que l’obligation contractuelle peut aussi concerner des opérateurs privés : ex, les contrats auto.

        • Tout comme les obèses, les fumeurs, et écolos ?…

    • Là où vous faites erreur : « sortir de la crise Covid passe par la vaccination » pourquoi faut-il que tout le monde soit vacciné, expliquez-moi ? Car j’imagine que vous savez que le vaccin ne réduit pas de la transmission (et ne la réduit pas même juste un peu, non, ne la réduit pas du tout).
      Car le seul critère pour décider en haut-lieu que nous sommes « sortis de la crise Covid », comme nous le voyons encore, c’est la propagation, le fameux taux d’incidence. Savez-vous comment il est calculé ?

    • « Sortir de la crise Covid passe par la vaccination, cela a été démontré scientifiquement. » Non, cela n’a pas été démontré scientifiquement, la démonstration est en train de se faire en « live ». Et apparemment, ça ne se passe pas très bien, sinon comment expliquer qu’avec 90% d’adultes vaccinés (chiffre officiel), l’épidémie non seulement ne diminue pas, mais au contraire repart de plus belle. On peut accuser les 10% de non vaccinés, mais ça semble très étrange quand même… Rappelons que pour Pasteur – cf article « qu’est-ce que l’immunité collective » sur leur site – celle-ci dépend du taux de reproduction de la maladie (RO). Quand le RO est de 3 (une personne infectée en contamine 3), il faut 90% de vaccinés. Quand le RO est de 2, 50% de vaccinés suffisent. Nous avons aujourd’hui un RO de 1,23 et 90% de vaccinés : l’immunité collective devrait donc être largement atteinte… Houston, we got a problem ! … Mais bon, vu que je suis bon prince, je ne vous demanderai pas de rembourser vos 3 doses de vaccin « gratuites », même si il est un jour prouvé qu’elles n’ont strictement servi à rien.

      • TSss c’est ce que l’on appelle une vaccination de confort…

      • Les calculs que vous avez sont pour un vaccin « immunisant » et pour le quel on est proche de 100% de protection (type vaccin contre la rougeole, moins de 1 chance par million de l’avoir si vous êtes vacciné). Ici, avec un taux de protection contre la contamination autour de 50% en moyenne (sans doute moins, mais on ne teste pas les vaccinés sauf à ce qu’ils soient TRES symptomatiques), même en vaccinant 120% de la population on n’arriverait pas à l’immunité collective (qui par ailleurs, si on regarde les publications sérieuses sur le sujet, n’est qu’un artefact des modèles épidémiologiques basiques, et n’a jamais été observée pour quelque maladie que ce soit).

        Le vaccin ne peut pas (et on le sait depuis le début) constituer plus qu’un « arme de plus » dans la lutte contre une épidémie qui sera de toute façon régulée de façon naturelle par l’immunité individuelle…
        Le seul truc qu’il reste à voir c’est si le fait d’avoir vacciné à tour de bras pendant la pandémie (ce que les principes « anciens » de la médecine déconseillent vivement) n’aura pas ralongé la durée de la dite pandémie. Autrement dit, si on avait vacciné (avec consentement éclairé) uniquement les gens à risque (plus de 65 ans avec une certaine fragilité, plus de 80 ans en général, quelques cas rares de grande fragilité quelque soit l’âge) et laissé le reste du monde vivre, on s’en serait peut-être déjà sorti.

        Et si on avait en plus cherché à soigner au mieux dès le début, en laissant les médecins chercher et trouver les protocoles qui marchent le mieux sans que politiques et médias s’en mêlent, on aurait sans doute eu également nettement moins de morts.

        Regardons l’Inde puisque nous faisons face au « variant indien »…

        • Définition du vaccin (tous dictionnaires confondus) : « Substance pathogène qui, inoculée à un individu ou un animal, lui confère l’immunité contre une maladie. » Alors un vaccin non immunisant… No comment.
          Les « calculs que vous avez » : institut Pasteur, calcul de l’immunité collective : 1 – 1/RO, mais ils n’ont sans doute pas lu d’études sérieuses sur le sujet.
          Enfin, un « vaccin », qui même inoculé à 120% de la population, ne permettra pas d’atteindre l’immunité… No comment again.

        • Je vous rejoins.
          L’immunité naturelle est bien plus durable que la vaccinale.
          Vacciner les vieux et les malades était indispensable pour les protéger des formes graves.
          Par contre, il ne servait à rien de vacciner les gens en bonne santé : ils ne craignaient rien du covid, et comme le vaccin n’est pas stérilisant, ils ne constituent nullement une barrière solide contre la propagation du virus.
          Je n’ai pas du tout compris la logique sanitaire de nos gouvernements, vacciner tout le monde, logique qui n’était acceptable que si l’on savait au départ que le vaccin était stérilisant. Ce n’était pas le cas. Et l’espoir que l’on a eu, un temps, du vaccin qui empêche les contagions a été vite douché !
          Ce vaccin est comme celui de la polyo, de la diphtérie : « égoïste ». Le vacciné est protégé, pas son entourage.

      • 90 % d’adultes vaccinés, mais 75 % de la population.
        C’est hélas un ratio pas terrible pour la protection collective. Avec ce taux, les variants peuvent continuer de se multiplier ; et pire, la pression sélective engendrée par la vaccination avantage les plus méchants (mortels ou contagieux).
        D’où cette fuite en avant de vacciner les ados puis bientôt les gosses de 5 à 11 ans !
        C’est une logique dont la phase transitoire – cad le passage d’une phase où on a 30 % de vaccinés à 90 % – est redoutable.
        Et on est loin d’avoir vacciné 90 % de la population mondiale !
        On aurait du se contenter de vacciner les vieux et les malades (et les hypocondriaques ?)…

        • Avec 38% d’efficacité pour un variant à la contagiosité 8 fois supérieure même 500% de vaccination ne marcherait pas.

          • De quelle efficacité parlez-vous ? Celle contre la contagion ou celle contre les cas graves ?

            • J’ai regardé précisément.
              Selon une étude parue dans le Lancet les non vaccinés ont 38% de chance d’attraper le Covid en milieu familial avec un infecté delta, contre 25% « seulement » pour les double vaccinés.
              Je ne sais pas comment on enfume évalue cette efficacité médicalement, mais pour moi ça fait une différence de 13% seulement.
              L’étude ajoute que les vaccinés semblent être aussi contagieux que les autres donc 0% d’efficacité contre l’infectiosité.
              Ils ajoutent que 3 mois après la vaccination complète, la protection de « 13% » semblait déjà s’évanouir et qu’un « rappel » semblait nécessaire.

    • « Sortir de la crise Covid passe par la vaccination, cela a été démontré scientifiquement. »
      C’est pour cela que nombre de pays au fort taux de vaccination se prennent une cinquième vague… On dirait de la propagande gouvernementale… Montrez-nous donc cette « preuve ».

      « Et les non-vaccinés doivent assumer leur choix »
      Lequel ? Celui d »être victimes d’un apartheid sanitaire pour avoir fait valoir leur liberté de choix ? La ségrégation des non-vaccinés ne participe nullement au bien commun.

      « soigner les non-vaccinés uniquement si l’hôpital en question n’est pas trop rempli (80% par exemple) »
      Cela s’appelle le refus de soins. Le Serment d’Hippocrate, vous connaissez ? Avec le même raisonnement boiteux, vous refusez de soigner ceux qui ne se sont pas fait injecter 40 vaccins par an, qui ont commis une infraction au Code de la Route, qui n’ont pas fait assez de sport, qui en ont fait trop…

      « et ne rembourser aucuns de leurs soins »
      Bah non. Les prélèvement sociaux de la Sécu concernent tout le monde, et par conséquent le remboursement aussi.

      • Et les fumeurs qui persévèrent dans leur vice, au risque de se taper un cancer et d’aller « encombrer » l’hôpital ? Ils vont aussi y prendre la place de quelqu’un d’autre.

        Et les obèses qui mangent des pâtisseries quand même ?

    • Modération : merci de garder un ton courtois

    • A ajouter à la liste des effets secondaires du virus et/ou du vaccin :
      – la propension à sortir des âneries !

    • Sortir des pandémies ne demande pas de vaccins, d’interventions gouvernementales mais juste entre 2 et 3 ans. On a « un peu de recul » sur ces trucs, deux millénaires en gros… et ça a toujours marché. Avec un nombre de morts qui depend surtout de la gravité de la maladie en question et pas des « politiques », des « mesures », des « quarantaines » etc.

      On a un modèle qui marche pas mal : quand il y a maladie qui flambe, on ferme les frontières et on mets de quarantaines pour rentrer. Jusqu’à ce que le mal soit entré. Et là, on soigne…

      Et surtout, la science médicale telle qu’elle a existé jusqu’en 2021 dit « on ne vaccine pas pendant une épidémie ».

      Mais bon, faut croire que le COVID (pourtant un banal coronavirus comme il y en a tant) et l’époque sont totalement différents et que les leçons du passé doivent, ici, être contredites.

    • @balerion
      « ne rembourser aucuns de leurs soins »
      Ca c est une exellente idee ! Serieusement
      Parce que si vous ne remboursez pas, il faut aussi ne plus les taxer pour la secu.
      Et qui n est pas vacciné ?
      les jeunes en bonne santé.
      Qui paie donc tous les mois cher pour quelque chose qu il nutilise pas ?
      les jeunes en bonne santé que vous voulez exclure
      Donc vous aller faire perdre a la secu ses vaches a lait et garder les vieux qui coutent cher et qui eux sont vaccinés …
      Sans compter qu avec +20 % de salaire en plus, ca va faire une sacree incitation a refuser le vaccin

  • Quelqu’un peut-il expliquer pourquoi le Royaume Uni…n’a plus aucunes restrictions depuis 6 mois?..ni pass?..

    • Magna Carta ?
      La france a toujours été jacobine avec des élites souvent incompétentes et liberticides et un droit inégalitaire assez aléatoire alors que chez les anglais la liberté et un droit égalitaire bien appliqué étaient des besoins

      vitaux pour cette nation de commerçants depuis des centaines d’années.

      .
      Bon…
      .
      Mais ça n’explique pas les poussées autoritaires dans d’autres pays du commonwealth comme l’Australie ou des pays assez libéraux comme la Suisse ou l’Allemagne.
      .
      Je crois qu’une partie de la réponse est aussi à chercher dans la psychologie des foules. Une contagion entre dirigeants, journalistes ou une contre-réaction pour bien se démarquer de « l’autre camp », comme au temps de l’URSS.
      Boris Johnson homme de droite est l’ennemi déclaré du « deepstate » anglais, le plus férocement attaché aux mesures liberticides.
      .
      D’autres pistes ?

    • Et d’après un document qui aurait « fuité » hier, la feuille de route du gouvernement d’ici le mois de mars 2022 impliquerait notamment qu’une personne testée positive ne soit même plus obligée de s’isoler.

      (Tapez « Operation Rampdown » dans Google Actualités.)

  • En tout cas, la situation pousse nos politiques à de délicieux oxymores. L’inénarrable Castaner, chef des députés LREM à l’Assemblée Nationale, a ainsi déclaré aujourd’hui sur France 2 : « nous devons tout faire pour empêcher que nous ayons besoin d’aggraver les moyens de protection des Français ». Ceci dit, l’oxymore est révélateur, ça veut dire qu’ils sont fin prêts à « aggraver notre protection » pour éviter de l’aggraver plus encore. Bref, ce sera moins grave que si c’était plus grave, mais rassurez-vous, ils sont graves prêts à tout pour nous protéger. Moi, ça me fout plutôt grave la trouille…

  • Un commentateur lumineux dans un précédent article sur le sujet avait rappelé que l’humanité n’a éradiqué à ce jour qu’un seul virus : la Variole.

    Essentiellement parce que ce virus ne mutait pas et était propre à l’homme.

    La stratégie à l’époque (les années 70) fût de dépister, d’isoler et soigner les malades.

    Quiconque connaît un peu le fonctionnement d’un virus sait que l’on ne s’en débarrassera pas avec des incantations politiques ou scientifiques dignes du moyen-âge.

    Les confinements n’ont jamais montré d’utilité sanitaire et on sait aujourd’hui que les vaccins contre le Covid sont relativement peu efficace dans le temps et contre la maladie et contre la transmission.

    Tout s’articule pour venir en conclure que nous sommes face à une grande mascarade dont l’objectif m’échappe complètement.

    La réalité est qu’il faudra vivre avec ce virus en plus des autres et protéger les personnes fragiles à l’exemple de la grippe où les recommandations individuelles à la vaccination fonctionnent plutôt correctement.

    Toutes autres mesures coercitives imposées par le gouvernement sont inutiles, impardonnables et une injure aux valeurs élevées au fronton de la République.

    • cela aura montré (pour ceux qui ont l’intelligence et le courage de voir) :
      – que l’Etat et les politico-fonctionnaires qui nous gouvernent ne veulent pas notre bien.
      – que la corruption, la bêtise et l’absence de courage sont des caractéristiques bien partagées au niveau des élites (jusqu’au Vatican).

      Les circonstances particulières permettent à beaucoup de se révéler (dans tous les sens du terme).

  • « Modéré » quatre fois en à peine deux jours (dont trois fois sous l’article d’16), je trouve que ça commence à faire beaucoup. À quoi ça sert d’écrire de longs commentaires, argumentés, pour se faire « modérer » d’une façon qui semble vraiment arbitraire ?

  • @ CP : je reviendrai quand vous cesserez de me censurer arbitrairement. En attendant, plus de pub en faveur de CP.

  • Je me demande sérieusement. Il y a un moment quand ils élaborent leurs stratégies, ils se mettent à se demander si elle peut échouer et qu’est-ce qui peut bien ne pas fonctionner ?
    Après tant d’échecs, c’est fascinant qu’ils ne le fassent toujours pas, tout en se prétendant rationnels….

  • Vous avez raison de mentionner « cette guerre improbable qui a mis à terre le pays politiquement, économiquement et socialement. » Egalement  » son bilan totalement abominable dans un pays où les institutions régaliennes se dégradent de jour en jour, où la liberté d’expression est menacée et qui n’a plus aucune maîtrise des dépenses publiques depuis bien longtemps. » Malgré tout, cela ne l’empêche de continuer à débiter ses discours électoralistes. C’est à pleurer !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d'être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l'ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l'University College London a déclaré au journal :

"Quand on sait qu'il existe un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles