Ces dirigeants à la COP26 qui prennent l’avion : la grande hypocrisie

Les dirigeants arrivent en avion à la COP26 alors qu’ils demandent une réduction des trajets en transports polluants. Quelle hypocrisie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Skyler Smith on Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ces dirigeants à la COP26 qui prennent l’avion : la grande hypocrisie

Publié le 5 novembre 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

La COP26 se déroule cette semaine à Glasgow. Le but affiché est de lutter contre le dérèglement climatique. Pourtant, les dirigeants qui s’y rendent ont un comportement de pollueur. Une situation hypocrite qui démontre le peu de sérieux de ceux qui souhaitent prendre des mesures contraignantes en faveur du climat.

L’écologie en avion et jets privés

Comme le révèle le journal anglais The Daily Telegraph, la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen a utilisé un avion privé pour se rendre à la COP21, ce qui n’est pas nouveau pour elle : sur les 34 voyages officiels, elle a utilisé 18 fois des jets privés, et ce parfois sur de courtes distances comme un trajet de 50 km entre Vienne et Bratislava. Chacun de ses vols dégage plus d’une tonne de CO2.

Si le cas de Von der Leyen est l’un des plus extrêmes, elle n’est pas la seule à s’être déplacée par vols privés. En sept mois, Alok Sharma, le président de la COP26, a voyagé en avion dans trente pays différents.

Boris Johnson a fait de même pour la COP26.

Plus généralement, la plupart des dirigeants sont arrivés en avion des quatre coins du monde.

Sans oublier le cortège présidentiel américain avec ses grosses voitures.

Une avalanche de moyens de transport peu écologiques…. qui interrogent sur la question du bilan carbone de la COP26.

Faites ce que je dis pas ce que je fais

De plus en plus de dirigeants occidentaux prônent la réduction du transport aérien au nom de l’écologie mais ne s’appliquent pas leur propre discours, illustrant ainsi leur déconnexion de la population.

Dans de telles conditions, il ne faut pas s’étonner de la montée d’une défiance des élites et de l’apparition de mouvements tels que les Gilets jaunes.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Le problème c’est si on en est arrivé là pour les émissions de CO2 c’est à cause des écologistes qui depuis 50 ans ont essayé systématiquement de bloquer la construction de nouvelles centrales électronucléaires. le résultat c’est que la filière des surrégénérateurs qui permettait de brûler une bonne partie des déchets des centrales de première génération été abandonnée. Et certains pays comme les États-Unis ont une production électrique à 60 % par le charbon.
    lls ont le beau rôle à crier sur le CO2 alors que c’est de leur faute.

    • Faut pas exagerer. Ni les voitures ni les avions ne marchent a l electricite. Et le nucleaire civil ne resoud en rien la surpopulation (en 50 ans la population mondale a doublee)

      • @cd
        Bonjour,
        « surpopulation »
        1 )Quel est le « bon » nombre acceptable d’êtres humains devant vivre sur la planète ?
        2) Comment et par quel(s) moyen(s) y arriver ?

        Pour les écolo, le problème c’est l’Homme, occidental. L’Homme hors de l’Occident n’est pas ciblé, il est une victime de l’Homme occidental. Et ce problème, pour les écolos, n’a qu’une solution : éradication.
        Vous avez évoqué directement la « surpopulation » donc l’annihilation d’une bonne partie de l’espèce humaine de la surface de la Terre. Derrière tous les discours, les intentions, il n’y en fait que cela.

        En 50 ans la population a doublé et la misère a reculé pour ne représenter que 10% de la population quand elle était à 60% après-guerre.

  • ce n’est même plus de l’hypocrisie ; c’est vraiment se moquer ouvertement de la populace ( comme ils nous appelle ) et ce sans vergogne aucune ;

  • En fait il faudrait que l’on admette un jour qu’il y a des problèmes pour lesquels il n’y a pas de solution…
    Quoique le spectacle de ces 30,000 délégués qui viennent du monde entier, le plus souvent en avion et comme il est évoqué en avions privé pour les plus motivés, pour expliquer à l’Humanité apeurée qu’il faut arrêter de prendre l’avion sinon on va tous mourir, a quelque chose de réjouissant dont il aurait été dommage de se priver…

    • @RB83- Ce qu’ils font et veulent faire n’est pas la bonne solution. Mais leurs grandes manifestations sont dans leurs gènes et pour montrer à leurs populations qu’ils sont à la manœuvre.
      La solution pour l’énergie serait dans la fusion nucléaire ainsi toutes ces sommes dépensées en pure perte seraient efficacement employées mais ce sont des politiciens dont les desseins se construisent et et poursuivent au gré des G20, COP’s etc. Soyons attentifs est-ce pour notre bien ?

    • « En fait il faudrait que l’on admette un jour qu’il y a des problèmes pour lesquels il n’y a pas de solution… »
      Tout à fait d’accord, et s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème!
      On peut aussi accepter que la nature trouve toujours une solution, et que finalement, le problème étant l’homme, c’est bien dommage pour lui, mais il devra s’adapter ou disparaître. La nature ne fait pas de sentiment!

  • L’enjeu réel de ce type de raout planétaire n’est pas l’écologie, celle-ci n’est qu’un paravent. La COP est l’un des cénacles où prend forme le pouvoir supranational. Avec la citoyenneté bio-numérique mondiale qui se met en place, l’écologie va devenir un levier de contrôle essentiel des populations. À ce stade, il est important d’accréditer l’idée qu’il y a une « crise » écologique, qui justifiera demain les mesures drastiques d’asservissement auxquelles les populations commencent à être habituées sous prétexte sanitaire.
    Le totalitarisme du 21è siècle se fera pour votre santé, votre sécurité et pour sauver la planète. Qui pourrait douter que la nomenklatura qui le met en place le fait pour l’intérêt commun ?

  • Et Greta, elle y va comment ?

  • La COP : une « clownerie » pour satisfaire le petit peuple écolo.
    Depuis quand nos élus font elles des efforts pour quoique se soit ?
    Diminuer ses avantages……… Non
    Diminuer ses indemnités…… Non
    Diminuer son train de vie……. Non
    Suppression de sa voiture de fonction.,.. Non
    Suppression des vols gratuits…. Non
    Installation d’une éolienne à 500 m de cher eux…. Non
    Etc. Etc.

    Ils s’accrochent tous au cocotier tellement la place est bonne !

    Toutes ces mascarades sont pour le petit peuple de gueux euh non, de sans dents pour reprendre l’expression d’un président socialistes méprisant envers ses électeurs.

  • Peut-être ne croient-ils tout simplement pas vraiment ce qu’ils prêchent à la population – ou du moins, ne croient-ils pas que la situation soit à ce point désespérée ?
    Peut-être que le narratif hyper-alarmiste qu’on nous sert a-t-il surtout comme utilité de nous assommer de taxes (i.e. d’atteintes à la propriété privée) et de contrôles divers et variés, comme dans une sorte de communisme 2.0 – au nom du « bien collectif », comme dans tout e forme de socialisme qui se respecte ?
    Un élément allant dans ce sens est aussi la censure féroce appliquée à ceux des scientifiques ne partageant pas cet alarmisme, dans tous les grands médias – ou alors, si l’un d’eux est invité, c’est l’exception qui confirme la règle, pour donner l’illusion de la démocratie ?
    Pourquoi flinguer de façon certaine l’économie (donc des millions de vies, puisque une économie occidentale qui s’affaiblit et ce sont des millions de gens précipités dans la précarité), pour une thèse aussi incertaine ?

  • Pour allez là-bas des 4 coins du monde, l’avion est quand même le meilleur moyen. Ils étant 30 000….ca c’est un fort de café pour pondre des énormités comme l’arrêt des investissement dans le carbonné… Adieu gaz pétrole charbon…..

  • Dans la catégorie pitreries de ces parasites coûteux et bouffis, l’auteur a oublié les voitures électriques indispensables pour déplacer tout ce joli monde de façon écologique une fois qu’il a atterri.
    Comme le réseau local n’est pas suffisant, elles sont rechargées grâce a des générateurs au diesel…….

  • Est-il donc surprenant qu’ils deviennent de moins en moins crédibles?

  • Comme dans la ferme des animaux, certains sont plus égaux que d’autres.
    Vous rappelez vous du voyage de Greta à NY en bateau ?… qui a nécessité qu’au moins 6 autres personnes prennent l’avion ?

  • démonstration sans contestation possible !!!!

  • Le consentement à l’impôt, ça vous parle ? Les COP et autres crétineries éco bobo ne servent qu’à faire peur aux péons pour qu’il ouvre gentiment son chéquier pour sauver la planète.

  • Ce n’est pas grave tous ces avions car le CO2 n’y est pour rien dans le réchauffement, lequel est de plus à l’arrêt depuis 2016.

    • C’est même plus ancien que ça… depuis les années 2000 les températures sont sur un plateau instable. Ca oscille un poil (normal, c’est très variable ces trucs là) mais ça ne change plus trop tendanciellement.

      Cela dit, CO2 ou pas, la planète va très logiquement sur réchauffer sur le moyen terme (20 ou 30 millénaires, l’échelle usuelle en « vraie » climatologie) puisqu’on sort d’une phase froide et que sur le long terme la température de la terre bascule entre « chaud » (vers les 23° de moyenne) et « froid » (vers les 13°). Là on est à 15° et on sort d’une période à 13…

  • On a la gauche-caviar et les green-trotter.

    Ceux qui parcourent le monde pour se réunir dans des hôtels de luxe, explorer la banquise pour bien nous expliquer que ça fond ou l’Amazonie pour dire que les routes c’est pas bien, interviewer les orang-outan victimes de la pâte à tartiner et les nomades victimes du soleil, monter à l’assaut des plateformes pétrolières et des baleinier …

  • Tout ça est du très mauvais théâtre et serait risible si ça ne mettait pas en scène une tentation totalitaire dans la société comme l’appelait Jean-François Revel…

  • Il ne roule pas bien vite le convoi américain. Il ne faudrait pas interrompre la sieste de « Sleepy Joe ».

  • Ils ne sont pas déconnectés mais imbus d’eux-mêmes. ils estiment que leur génie ne leur permet pas de perdre du temps dans des viols commerciaux car le monde à besoin qu’ils travaillent 24H/24. En fait le monde aurait plutôt besoin qu’ils suivent une cure de sommeil et qu’ils lui foutent la paix

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Alors que le système de points ESG (Environnement, Social et Gouvernance) à l'usage des investisseurs a connu quelques difficultés l'année dernière, les grands et les petits du Forum Économique Mondial de Davos sont déterminés à faire passer un ESG 2.0 – un jeu de relations publiques d'entreprise plus aimable et plus doux (ce qu'ils appellent maintenant le capitalisme des parties prenantes, « prospérité pour tous »... mignon !). Il y a plusieurs années, j'ai parlé de l'ESG comme d'une sorte de jeu du calmar (squid game), avec un pouvoir anony... Poursuivre la lecture

Ce titre tape-à-l'œil n'est pas entièrement exact. Les sujets évoqués ci-dessous sont important, leur appréhension par les ministres laisse grandement à désirer.

À l’occasion du Conseil des ministres franco-allemand tenu le 22 janvier 2023, dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire du Traité de l'Élysée, les ministres français et allemand de l’Agriculture, Marc Fesneau et Cem Özdemir, ont publié un communiqué de presse conjoint pour annoncer qu'ils ont « décidé de travailler étroitement ensemble au cours des prochaines années... Poursuivre la lecture

Par Baylen Linnekin.

Les éleveurs de bétail néerlandais sont de plus en plus indignés et désemparés par une décision de justice qui a commencé à contraindre des milliers d'entre eux à cesser leur activité - à dessein.

En 2019, le Haut Conseil des Pays-Bas, l'autorité judiciaire suprême du pays, a jugé qu'un système de 2015 consistant à autoriser de nouveaux projets émetteurs d'azote en exigeant des compensations d'azote ne respectait pas les limites d'émission convenues par tous les membres de l'Union européenne. La décision du ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles