L’innovation en entreprise, une question de confiance entre manager et employé

Compte tenu de l’importance de l’innovation dans le paysage économique actuel, les managers se rendent de plus en plus compte que les bonnes idées ne viennent pas forcément toujours du sommet dans l’organisation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Amy Hirschi on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’innovation en entreprise, une question de confiance entre manager et employé

Publié le 22 août 2021
- A +

Par
Un article de The Conversation

Les entreprises sont donc davantage conscientes des bénéfices considérables que représente le fait d’avoir des employés qui communiquent de manière proactive des idées, des opinions ou des suggestions constructives visant à améliorer leur organisation. Dans le jargon du management, on appelle cela le « vocal behaviour » (comportement vocal) des employés.

De nombreuses preuves montrent que ce « vocal behaviour » peut profiter à la fois à l’entreprise et aux employés qui s’y adonnent. D’une part, les équipes dont les membres s’expriment fréquemment affichent de meilleures performances, améliorent plus régulièrement leurs procédures de travail et sont plus créatives. D’autre part, les employés qui s’expriment plus souvent ont tendance à être perçus plus favorablement par leurs collègues et à recevoir une meilleure évaluation de leurs performances par leurs supérieurs.

Pas toujours à l’aise…

Toutefois, tout le monde n’est pas forcément à l’aise lorsqu’il s’agit de partager des idées susceptibles de remettre en cause le statu quo. Selon une étude menée en 2009 en Amérique du Nord, ce sont les employés qui adhèrent le plus aux organisations hiérarchiques qui s’expriment le moins, estimant que les managers sont les seuls à devoir favoriser ces changements.

À l’inverse, les employés les plus attachés aux organisations horizontales hésitent moins à s’adresser à la direction pour proposer des changements.

Mais qu’en est-il des managers, qui écoutent les employés et décident ? Nous avons cherché à répondre à cette question dans notre dernier article de recherche. Nous avons recueilli des données auprès d’un large échantillon de managers et de leurs subordonnés directs.

Selon nos analyses, les employés sont d’autant plus susceptibles de partager des idées innovantes que leur manager partage avec eux un attachement aux organisations horizontales. À l’inverse, l’employé sera moins enclin à proposer des idées si les deux parties pensent que les organisations doivent être fortement hiérarchisées.

Nous avons également constaté qu’un employé attaché à la hiérarchie, même s’il n’est pas à l’aise, partagera plus facilement des idées innovantes avec un supérieur à la vision plus plate de l’organisation. Dans ce cas, il mettra de côté ses convictions personnelles et se comportera d’une manière conforme aux valeurs du supérieur, parce qu’il se sentira obligé de faire ce qu’on attend de lui ou d’elle.

Cependant, l’inverse n’est pas vrai : les employés qui adhèrent à des organisations horizontales auront tendance à ne pas partager des idées susceptibles de remettre en cause le statu quo avec un superviseur attaché à la hiérarchie. Nous pensons que cela est dû au fait que ces employés innovants craignent une réaction négative de leur supérieur au moment d’évoquer les moyens de faire les choses différemment.

La confiance joue un rôle clé

Nous observons que les employés dont la vision est alignée avec celle de leur superviseur ont donc une plus grande confiance en lui. Cela leur permet de dépasser les risques liés à la remise en cause du statu quo et de communiquer en toute sécurité des idées innovantes par le biais du « vocal behaviour ».

Il est toutefois intéressant de noter que ce principe ne fonctionne que si ce partage concerne un attachement aux organisations moins hiérarchisées. En effet, l’inverse ne se vérifie pas : dans le cas d’un attachement à la hiérarchie chez l’employé comme chez le manager, la relation plus formelle et distante complique le partage et la mise en position de vulnérabilité des deux parties, deux éléments essentiels pour établir la confiance.

En matière de ressources humaines, nos résultats suggèrent donc que les organisations doivent être attentives aux conséquences potentielles de la promotion à des postes de direction d’employés ayant une vision hiérarchique. En effet, une telle décision peut, par inadvertance, étouffer l’apport novateur des employés les plus innovants.

En résumé, les entreprises peuvent obtenir des contributions novatrices de la part de tous les types d’employés, à condition qu’ils relèvent de managers ouverts qui accueillent les bonnes idées d’où qu’elles viennent, et pas du sommet.

Or, si les organisations veulent survivre dans l’environnement hyper compétitif d’aujourd’hui, elles ont besoin que leurs employés communiquent réellement leurs idées. Avoir des employés pleins de bonnes idées mais qui ne les communiquent pas par peur de la réaction de leurs managers est donc tout aussi mauvais que d’avoir des employés sans aucune bonne idée !

Felipe Guzman, Assistant Professor in Organizational Behavior, IÉSEG School of Management

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.The Conversation

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Il y a un manque dans cette analyse.
    Pour avoir travaillé dans une grande société, je peux vous dire ceci :
    1) Toute innovation d’un salarié qui remet en cause une hiérarchie (qu’elle soit verticale ou horizontale) est systématique bloquée.
    2) Toute innovation pertinente d’un salarié devient l’innovation de son hiérarchique.
    En prenant en compte ces 2 postulats, il n’y a plus d’innovation de la part du salarié car il sait qu’il n’en recoltera aucun fruit.

  • L’innovation vient très rarement du sommet à moins d’avoir un dirigeant visionnaire; ce qui est en soi une denrée très rare.
    Les méthodes managériales actuelles et notamment celle des grosse structures sont un stérilisant puissant.
    A ceci s’ajoute que les considérations administratives ou financières (je ne parle pas de bonne gestion ici) sont une priorité aux haut échelons qui ont un mépris assumé pour la chose technique et scientifique.

  • A JR et Agamemnon.. Commentaires très pertinents.. mais vos analyses ne concernent pas que les grandes sociétés et grosses structures, bien la barrière croît avec la taille du système…

  • La marmotte met le petit chocolat dans le papier d’alu.

    Mais qu’est ce que la marmotte doit suggérer à son chef en matière d’innovation et que fait le chef de la marmotte ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Une énigme persistante de la vie des organisations est combien il est difficile pour elles de changer. Souvent ce n’est pas faute d’essayer. La difficulté vient plutôt de la façon même dont elles essaient de le faire, en concentrant leurs efforts au mauvais endroit, et surtout en ignorant la véritable cause du blocage.

Il y a un paradoxe dans la vie des organisations. En un sens, elles sont en changement permanent. Leur vie est un ouragan d’initiatives, de projets, de plans. Mais ce changement cache souvent une difficulté très grande à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles