La macronie survivra-t-elle aux élections régionales ?

Le mauvais bilan gouvernemental a créé un traumatisme au sein de l’électorat, tandis que la personnalité jadis idolâtrée du Président, qui constituait le seul ciment de LaREM, a perdu de son éclat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Macron President by Lorie Shaull(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La macronie survivra-t-elle aux élections régionales ?

Publié le 24 juin 2021
- A +

Par Claude Robert.

Trop confortablement installé dans la certitude d’un affrontement LaREM-RN, le président Macron a tout d’un coup perdu la vista. Telle aura été son erreur lors de ces dernières élections municipales et régionales : surfer trop longtemps sur la géniale trouvaille mitterrandienne consistant à diaboliser l’extrême droite afin de diviser toutes les forces n’étant pas de gauche.

Il faut dire que LaREM cumule les boulets. À force de se faire passer pour le centre-droit, tout en étant totalement soluble dans les aspirations de la gauche écolo tiers-mondiste progressiste anti-libérale et à la laïcité bien comprise, le grand écart devenait intenable.

Surtout, le mauvais bilan gouvernemental a créé un traumatisme au sein de l’électorat, tandis que la personnalité jadis idolâtrée du Président, personnalité qui constituait le seul ciment de LaREM, a perdu de son éclat. Au final, les rapports de force n’ont pas fonctionné comme souhaité, et la claque électorale se révèle magistrale.

Une claque, quelle claque ?

Fidèle à sa stratégie provocatrice et décalée, comme s’il se considérait capable de renverser les faits à lui tout seul, Macron n’a pas fait cas de cette dérouillée. Mais ne nous y trompons pas, il continue de faire campagne de façon très active, et toujours avec cette touche personnelle dont les livres d’Histoire un jour se rappelleront : jamais sur l’essentiel des priorités du pays, toujours sur des artifices de communicant.

Ne rions pas, au lendemain de sa raclée électorale, le Président a

Planifié la réouverture des discothèques, reçu le chanteur canadien Justin Bieber afin d’évoquer la jeunesse, inauguré la réouverture de La Samaritaine, le mythique grand magasin de la rue de Rivoli, mais aussi organisé une soirée à l’Elysée dans le cadre de la Fête de la musique, en présence de Jean-Michel Jarre et de Marc Cerrone. BFMTV 22/06/21

Un président-personnage en quête d’auteur ?

De fait, ce positionnement paillettes, entertainement et culture soap est une insulte de plus à l’adresse des électeurs qui, en l’espace de quatre ans de sa gouvernance, ont encaissé une crise sociale majeure, plusieurs confinements radicaux, une gestion pandémique très controversée, une insécurité record et pour corser le tout, la plus forte récession européenne.

Il n’est pourtant pas impossible que derrière cette apparente désinvolture se cache une totale vacuité politique. Comment en effet un Président a-t-il pu décider d’envoyer au casse-pipe électoral des ministres aussi décriés qu’Éric Dupond-Moretti et Gérald Darmanin ?

Comment trouver plus pirandellien d’ailleurs que cet aveu d’une source gouvernementale qui ne trouve rien de mieux pour expliquer la déculottée de LaREM (BFMTV 22/06/21) :

C’est très embêtant pour nous : la droite a regagné un espace. Le problème de Macron, ce n’est pas la gauche, c’est que quelqu’un de droite arrive à se faire un chemin ?

Ce manque de vision politique ne fait-il pas froid dans le dos ? Le pays continue de s’enfoncer dans l’étatisation ruineuse et contreproductive, les mesures contre la pandémie nous ont imposé une double peine sanitaire et économique, l’insécurité atteint des sommets et la laïcité recule au fur et à mesure des actes criminels à la symbolique religieuse évidente.

Or, face à cela, les caciques de LaREM et du gouvernement déplorent rien d’autre que la résilience d’une droite républicaine, résilience qu’ils n’avaient visiblement pas anticipée. Tout simplement parce qu’ils misaient à fond sur la bipolarisation du débat politique et la diabolisation du RN.

Une tour d’ivoire présidentielle

Les enjeux de ces élections locales ne manquaient pourtant pas. Or, telle une idolâtrie rendant aveugles tous ceux qui se sont rapprochés du Président, cette panne de vision semble largement contagieuse.

Parmi les nombreuses victimes touchées, on retrouve d’ailleurs des prises à l’ennemi tout à fait remarquables : Thierry Solère, actuel conseiller politique du Président, et Renaud Muselier, le seul candidat LR a avoir reculé dans sa région, pour avoir tout d’un coup décidé de pactiser avec celui-ci.

Cette puissante cécité qui affecte les proches du chef de l’État est tout de même de bon augure pour les présidentielles de 2022. Un séisme d’importante magnitude s’annonce déjà au sein des réseaux sociaux, des quelques médias réellement libres et dans le discours des personnalités politiques les plus courageuses. De nombreuses voix s’élèvent contre ce qui n’était même pas autorisé il y a encore quelques mois.

Et un espoir se fait jour : celui que Macron et ses acolytes, incapables de ressentir quoi que ce soit du sentiment populaire, ne changent pas d’un iota leur stratégie, continuant bille en tête dans la même direction, agitant le spectre de l’extrême droite d’un côté, flattant la gauche et l’extrême gauche écolo progressiste laïque anti-libérale de l’autre…

Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • aveuglement et mauvaise foi font bon ménage ; c’est peut être ce qui nous sauvera d’un second mandat de la macronie ;

    • Pour la remplacer par encore plus nulle comme celle du lider alcoolo ?

    • Pas de second mandat pour Macron, d’accord. Mais qui alors ? Pas MLP, son incapacité est criante. A gauche comme à droite c’est Waterloo morne plaine, je ne vois aucun candidat avec du charisme ou un programme. La nation se meurt…

      • Tout a fait daccord, c’est bien là le gros problème que nous aurons en 2022

      • La stratégie de Macron, c’est le vide : tout détruire pour qu’il n’y ait pas d’alternative.

      • le fait que MLP passe ça pourrait être le déclencheur de quelque chose d’inédit dans le pays …et ça mettrait une bonne grosse baffe à Macron, sa clique et tous les journalistes de pacotille de ce pays..je voterais rassemblement national aux présidentielles juste pour ça.

      • « la stature d’un homme d’état » ..si je comprends bien seul les gens ayant la stature dun homme d’état devrait être autorisés à être chef d’état..’
        $l’affirmation même donne du poids au concept d’homme providentiel..le messie devant sauver les français des effets funestes de leur liberté et de leur necessaire connerie..

    • Macron sera réélu, avec l’active participation de « l’opposition » dite « de droite ». Je vois déjà d’ici Xavier Bertand, Pécresse et compagnie retourner leur veste de haut en bas et de droite à gauche pour rejoindre le parti de Macron, le parti des gogos qui croient encore en l’alternance et le pluri-partisme.

  • Macron est juste un communicant, son en même temps est une catastrophe pour notre pays, pratiquement 10 ans de socialisme avec lui, pays qui part en vrille dans tout les secteurs. Homme de théâtre, insolent, il devra partir en 2022. Un vrai débutant.

  • Tout est faux chez Macron, même les cheveux.

  • Cette ridicule touffe implantée au sommet du front et en même temps ce savant mouvement de l’arrière vers l’avant pour cacher sa calvitie de technocrate.

  • Oui bonne analyse.
    Le comportement de Macron: tout à fait celui d’un énarque : capable de parler de tout, de vous enfumer, de vous faire croire qu’il vous entendu…. Et au final vous rentrez chez vous…… et vous voyez que rien n’a bougé et ne bougera. On leur apprend ca l’ENA. Et ils sont même sélectionnés sur leurs capacités à déployer une telle façade: pas de vagues, on bouge à peine, on se maintient ….Quant on en a côtoyé quelques uns, on constate vite leur mode de pensée…. et de consolidation de la caste et des affidés qu’ils ont constitué.

    • les énarques sont sélectionnés pour ce qu’ils sont : des premiers de la classe, des Agnan, rien de plus.

    • De Coluche toujours:
      La citation de Coluche la plus célèbre est : « Technocrates, c’est les mecs que, quand tu leur poses une question, une fois qu’ils ont fini de répondre, tu comprends plus la question que t’as posée. »
      Macron tout craché!!!!!! ( et Crashé en 2022 si possible, merci!)

    • « on constate vite leur mode de pensée »
      Ah, vous en avez rencontré beaucoup d’énarques qui « pensent » réellement ?
      Car appliquer plus ou moins laborieusement les préceptes appris à l’ENA, sans avoir d’autre but que de faire de la communication, difficile d’appeler cela « penser ».
      Effectivement, même si certains, dont Macron, sont un peu plus « flamboyants » que la masse des énarques, le système est toujours le même.
      Notamment on connait le discours standard des énarques lorsque quelqu’un proteste :
      – j’entends vos protestations,
      – je mesure l’importance du sujet pour vous,
      – je suis bien d’accord avec vous, il faut faire quelque chose,
      – d’ailleurs je m’en suis préoccupé depuis quelques jours/semaines/mois,
      – mes équipes y travaillent d’arrache-pied,
      – cela prendra un peu de temps car c’est plus compliqué qu’il n’y paraît,
      – soyez patient,
      – je traiterai donc ce problème sérieux qu’aucun de mes prédécesseurs n’a pris en charge.
      À la fin, chacun croit que l’énarque va faire la réforme dont chacun rêve… alors qu’il a juste dit qu’il ferait une réforme, mais sans dire comment.
      Le résultat peut être pire que la situation initiale, nul le sait avant de voir la dite « réforme ».

  • Bilan catastrophique y compris la gestion de la crise sanitaire où l’on a ouvert les robinets de la dépense à fond pour gaver les professions de santé et notamment les labos d’analyses médicales . Chaque Francais peut se faire tester 365 fois par an sans débourser un centime ! ! !
    Avec en plus une insécurité record, il est en très mauvaise posture pour 2022

    • vous noterez aussi que quel que soit le bord de chaque maire, c’est dépenses à gogo et évènementiels a foison sitôt la crise sanitaire passée, ce pays est foutu ..

    • « y compris la gestion de la crise sanitaire »

      Surtout de la crise sanitaire. Non pas que c’est moins grave que le reste, mais que ça se voit immédiatement et qu’il est difficile de dire que c’est la faute des autres.

      Car en la matière, on assiste en particulier à la faillite du système de soins « administré » et probablement un peu corrompu au plus haut niveau. Alors, ils ont tout misé sur la vaccination. Et le « variant delta », c’est comment dire : il va éviter la France (comme le nuage bien connu) ou c’est une catastrophe selon les journaux qui font le grand écart entre la bonne parole subventionnée et le catastrophisme commercial.

      La triste réalité est qu’on n’est pas plus capable de gérer le problème qu’il y a un an et demi parce qu’on n’a pas tiré les conclusions sur la sclérose du système de soin.

      Alors delta, gamma ou yota : ça sent le cramé.

  • Lecher les fesses des jeunes avec des youtubeurs pour ensuite aller leur faire defoncer la tronche à Redon la veille d’une votation, l’ado attardé de l’Elysee s’étonne ensuite de l’abstention des dits jeunes.

    Baltringue un jour, baltringue toujours.

  • le ridicule ne tue pas…

  • j’espère que la France sera débarrassée de ce Président calculateur mais j’ai peur que ce calculateur truqueur se fasse réélire par des moutons jaloux et divisés

  • La Macronie survivra-t-elle aux élections régionales ?
    Plus qu’une question : Une lueur d’espoir !

    • La Macronie n’a aucune représentation départementale ni régionale donc elle ne perd rien dans ce mille-feuilles administratif (dont un échelon est inutile).

  • Très bonne analyse.

  • La macronie n’existe pas, il y a seulement macron, immortel, et tous les gens aimant être près d’un demi dieu pour participer mais, le demi dieu peut changer, ils changeront aussi… Vous en voyez un autre à l’horizon des prochaines élections.? Y a pas.

  • Macron c’est le président de 20 à 30 millions de gens vivant sur le dos des autres. Les 7 millions de salariés d’état, élus, journalistes, syndicalistes et leurs familles. Tant qu’il ne touche pas à leurs privilèges ils le soutiennent, s’il le fait, ils choisiront un autre étatiste.
    La France des entrepreneurs et des travailleurs du privé a en face d’elle un énorme appareil bureaucratique socialiste qui tient tous les pouvoirs et qui a d’innombrables clients (sens romain).
    Macron n’est que leur représentants.
    .
    Si la France se « droitise » côté immigration, c’est qu’une partie de la bureaucratie bourgeoise commence à se sentir menacée dans son pouvoir et dans ses privilèges, entre autre par un pouvoir islamiste qui monte.
    Marine à des caractéristiques Chiraquienne, elle veut surtout le pouvoir, si elle passe il est probable que c’est parce qu’elle aura donné assez de gages d’étatisme.
    Bref, la « Macronie » ne va vraiment pas si mal que ça et ses pouvoirs législatif, fiscal, mafieux ainsi que ses privilèges ne sont pas du tout menacés pour l’instant.

    • MACRON ne sera pas réélu trop mauvais.

      • Les 20-30 millions de clients seront toujours là avec leurs médias, leurs manifestations, leurs syndicats, leur pouvoir législatif, fiscal et judiciaire.
        5 euros d’APL déclenchent déjà une tempête, vous imaginez s’il faut virer 3 millions de salariés d’état et diviser par 2 les impôts et les dépenses « sociales » (800 milliards d’euros).

  • Ce qui m’inquiète, c’est le vide abyssal de la politique Française.
    Cette élection n’a fait que ressortir la magouille politicienne et les égos surdimensionnés qui masqueraient les projets, s’il y en avait.

    • Lisez les projets de Laurent Wauquiez pour sa région ils sont excellents, homme dynamique, homme de terrain.

  • MACRON ne sera pas réélu. Nous avons à droite des politiques qui sont compétents, voir laurent Wauquiez par exemple. Il connait parfaitement les français (ancien maire, ancien député) connait bien la France.. Homme de terrain, actif. Standard and Poor classe sa région comme la mieux gérée de France. Excellent futur président en 2022. Homme dynamique et de terrain, pas un homme de salon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles