Interdire la voiture à 70 % des Français risque de relancer les Gilets jaunes

OPINION : 70 % des Français n’accepteront pas de mettre au rebut leur voiture sous le prétexte que quelques bobos en ont décidé ainsi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Embouteillage voitures (Crédits epSos.de, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Interdire la voiture à 70 % des Français risque de relancer les Gilets jaunes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juin 2021
- A +

Par Pierre Chasseray.

Mais où est passé notre bon sens ? notre mémoire ?…

Le confinement aurait-il eu pour effet de déclencher une forme d’amnésie gouvernementale au point d’oublier la France de la colère ? Pour quelques centimes de plus d’une taxe carbone poussée médiatiquement par une frange de bobos-écolos nourris au caviar bio à la louche, la France s’embrasait. On touchait à la voiture, à la mobilité…

Nous ne sommes que quelques semaines plus tard si nous mettons entre parenthèses cette période de crise sanitaire, et revoilà nos Verts, fidèles à eux-mêmes : ridicules. Des Verts vides, pas tout à fait mûrs… Mais persuadés qu’en interdisant à 70 % des voitures de circuler, ils sauveront la planète, tels des capitaines Flam des temps modernes.

Ils se trompent et leur combat ressemble davantage à celui de Don Quichotte, pris dans son délire d’une lutte contre des moulins à vent.

Le constat est pourtant évident : jamais 70 % des Français n’accepteront de mettre au rebut leur voiture sous prétexte que quelques bobos en ont décidé ainsi.

Évidemment, l’interdiction ne sera pas effective tout de suite et malgré les actions de l’association « 40 millions d’automobilistes » la plupart des automobilistes ne mesurent pas encore les conséquences catastrophiques de cette mesure. La France se réveillera le jour J, comme à son habitude.

Ce jour-là, nous ne pourrons peut-être plus stopper cette colère d’usagers qui n’en peuvent plus d’être les victimes directes de politiques hygiénistes toutes aussi ridicules que leurs porte-parole. Alors que ferons-nous ? Piégés entre un gouvernement qui n’osera plus revenir en arrière et une France qui s’embrasera.

L’association « 40 millions d’automobilistes » est un lanceur d’alerte, et les pouvoirs publics – qu’ils soient ministres, Président ou bien parlementaires – gagneraient à ne pas entrer dans un bras de fer avec nous. Ce n’est pas notre rôle. Messieurs les élus, contentez-vous d’écouter et d’entendre notre message, que nous vous avions déjà adressé à l’époque de l’envolée des prix des carburants.

La voiture, la liberté des Français

La voiture d’un Français, on n’y touche pas. C’est sa liberté, son autonomie, son lien social. C’est le chemin de l’école des enfants, celui des vacances, c’est son lien médical et bien d’autres choses encore.

Alors que ferons-nous le jour où la France s’embrasera, privée de tout cela ? Que nous répondra-t-on ? Que l’on sauve la planète depuis Paris avec une mesure dont la stupidité n’a d’égale que celle de ceux qui la profèrent ?

Nous nous orientons vers un épisode Gilet jaune puissance 10 et nos dirigeants, abreuvés d’un discours maniaco-psychotique, finissent par penser que ces mesures sont bonnes et justes, alors que nous courons droit dans le mur.

Outre les conséquences sociales, évoquons les conséquences économiques de cette mesure d’interdiction des véhicules. Souhaitons-nous vraiment voir crever nos commerces ? No car, No business. Ce n’est pas en privilégiant une poignée de Don Quichotte à vélo avec deux sacs de quinoa bio en vrac et un steak de soja ultra-transformé sur le porte-bagage que nous développerons notre économie !

La décroissance partout

Ces illuminés souhaitent la décroissance et se passer de tout. Ils feraient le bonheur et la fortune de tous les psychiatres, mais mettent à genoux notre économie.

Pourtant, n’en déplaise au quotidien Le Monde qui s’évertue à me faire passer pour un imbécile, jouant son rôle de rouleau-compresseur de lavage de cerveau vert : les chiffres sont clairs et démontrent bien que nos dirigeants mentent outrageusement sur la part de la pollution émise par le parc automobile des particuliers. À moins que ce ne soit de l’incompétence, tout est possible…

Lors du confinement de 2020, la baisse de consommation de carburant a été chiffrée à plus de 70% et les trajets quotidiens ont chuté de près de 87 % selon les études de trafic ; et toute l’activité industrielle en France était au ralenti ou bien à l’arrêt. Pourtant, la baisse des émissions de particules fines n’a été que de 7 % !

De quoi, en une seule affirmation, remettre en question tous les mensonges des pseudos-verts. À nous automobilistes de nous faire entendre aux côtés de notre association en participant à nos actions de mobilisation gouvernementale via notre site internet « ZFE : Non aux zones à forte exclusion ». Car pour le moment, le Vert est dans le fruit.

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Quelqu’un aurait-il une source pour l’avant dernier paragraphe ? J’en ai besoin pour mes guerres personnels sur les réso. D’avance merci

    • ces chiffres ne disent rien sur l’argument central qui est l’impact sur la santé publique et encore moins de l’appreciation de l’impact vs avantages de la voiture individuelle. la pollution c’est la somme des pollutions..et toutes ne se valent pas.

      il est extrêmement complexe sinon impossible de déterminer l’impact de la voiture automobile sur la santé humaine et son bénéfice.

      mais en général ceux qui veulent interdire la voiture utilisent la comparaison avec un monde alternatif imaginaire..ça se résume à ceci » si on supprimait la voitures et tous les inconvénients de la voiture, TOUTES choses égales par ailleurs alors ça serait vachement mieux… et c’est pas faux… mais on peut dire ça pour n’importe quoi..

      le français moyen, à tort ou a raison , FAIT le choix de la voiture, il » estime » les avantages et les inconvénients.

      il ne voit pas tous les inconvénients ou les avantages mais voit au moins une chose, il ya eu une amélioration substantielle du niveau de vie avec la voiture, certes ce n’est pas tout…

      Et le type qui doit désherber fait le choix du glyphosate..

      pour le glyphosate , après l’interdiction du jour au lendemain tu vois ses avantages , et les intérêts sont très fumeux..

    • Ce site, parfaitement officiel, est un excellent moyen de remettre les pendules à l’heure quand par exemple Anne de Paris nous ordonne de rester à la maison : http://www2.prevair.org/

  • https://www.euro-petrole.com/la-consommation-francaise-de-produits-petroliers-energetiques-en-2020-n-f-21662

    « Les livraisons de carburants routiers sont en baisse de 15,0 % sur l’année 2020.

    Selon les derniers chiffres publiés par le CPDP*, sur l’ensemble de l’année 2020, les livraisons de carburants routiers sur le marché français se sont établies à 42,555 millions de mètres cubes, en baisse de de 15 % par rapport à 2019.

    Les livraisons de supercarburants sans plomb sont en baisse de 13,7 % et celles des gazoles en baisse de 15,4 %.

    Les livraisons de carburéacteur baissent de 55,7 % à 3,884 millions de m3.

    Celles de gazole non-routier augmentent de 1,8 % à 5,291 millions de m3.

    Les livraisons de fioul domestique sont en baisse de 1,5 % à 6,276 millions de m3.

    Au total, les livraisons de produits pétroliers énergétiques baissent de 17,3 % sur l’année pour s’établir à 48,492 millions de tonnes. »

    On est bien loin des chiffres annoncés dans l’article !

  • ben oui, à un moment ou à un autre il y aura référendum sur le sujet : pas besoin de se mettre en colère !

  • Merci pour votre rage jubilatoire. Ca fait du bien !

  • Faut pas désespérer, les voitures de collection auront toujours le droit de rouler.. Comme à Cuba.

  • démonstration supplémentaire que la connerie n’a pas de limite et que les écolos sont des fascistes !

    • En plus une telle loi est inutile : naturellement, les véhicules sont renouvelés en fonction de l’usure : vouloir forcer les choses ne change rien, sauf maltraiter les plus pauvres (mais pour les bobos, il n’y as que des « salauds de pauvres ! »).

    • Sans aucun doute. Et il finira par y avoir du vert fumé.

    • Dans ce domaine les ralentisseurs, outre qu’ils démontent le dos, fatiguent les amortisseurs, font que lors des ré-accélération on consomme 5 fois plus avec la pollution inhérente. Idem pour les chicanes.
      Si l’objectif était de moins polluer il faudrait une vitesse la plus linéaire possible. Mais comme vous dites : la connerie n’a pas de limite !

  • Je ne suis même pas certain que ceci déclenche un mouvement type GJ (avant que celui ci ne se fasse doubler par LFI & Co).
    Les français avec une « vieille » voiture ne vont déjà plus dans les centre villes: trop compliqué, avec de moins en moins de commerces, ceux ci sont désormais en périphérie.
    Idem pour le travail, à part les administrations, peu d’entreprises sont en centre ville (sauf paris, pour l’instant).
    Contrairement aux taxes sur le carburant, la majorité des gens ne sont donc pas concernés.
    Une preuve de plus du fossé béant qui continue de se creuser entre les urbains des grandes agglos et les ruraux.

    • sauf que 150 000 habitants, cela fait quand même pas mal de villes, pour peu que l’on agglomère les communes.

      • « Lors du recensement de 2009, 42 villes dépassaient les 100 000 habitants. »
        Si l’on enlève du décompte les très grandes villes ( Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes), il doit rester aujourd’hui une vingtaine de villes de plus de 150000 habitants! Ça laisse encore de la marge, surtout avec l’exode des urbains vers les campagnes!

  • Hidalgo, Bayou et leurs « amis » sont une plaie pour Paris et la France.
    Ras le bol de leur dictature débile et mortifère pour notre économie.
    Mais également honte à nos politiques qui par intérêt et lâcheté ne les remettent pas en place.
    Tout cela risque de mal se terminer en espérant que la Veuve ne se retrouve pas place de Grève!

  • Honte à nos politiques qui refusent de remettre à leur place les pastèques et leurs affidés pourtant très minoritaires à leur place!
    Toutes les mesures liberticides qu’ils inspirent ou réalisent pourraient bien les leur faire regretter le jour où la majorité se réveillera!

  • C’est hallucinant qu’un groupe représentant un tout petit pourcentage de la population puisse imposer ses vues à l’ensemble de la population.
    Instinctivement on peut avoir envie de mieux consommer, d’économiser nos matières premières et de recycler donc on peut avoir envie de voter pour un parti écologiste. Le problème c’est que d’un seul coup on vote pour un groupe de mafieux qui n’ont qu’un seul objectif qui est de détruire le monde occidental. Même si on a une fibre écologiste il ne faut en aucun cas voter pour un parti écologiste, il faut l’être dans son comportement de tous les jours…

    • quelques députés dans une assemblée pour emmerder le monde en lui demandant surtout pas son avis ! Les Suisses ont de la chance (ou sont plus intelligents).

  • Au passage, un autre effet pervers de cette réglementation est de rendre invendable un véhicule « non autorisé », même en parfait état. Le marché de l’occasion va en prendre un méchant coup !
    Sans parler des casses qui auront un boulot de dingue pour traiter toutes ces épaves sur décision administrative. À moins qu’on ne les revende à l’étranger, après tout, si les « émissions polluantes intolérables » ne sont pas chez nous elles sont acceptables, non…?

    • recycler les vieilles voitures et construire les nouvelles n’émet bien sûr aucune pollution !
      Ah si, mais loin des villes et des bobos !

      • Surtout : en Chine, en Roumanie… Bref, ailleurs. Comme celle générée par la production de l’électricité nécessaire pour les voitures électriques, les trotinettes électriques, les vélos à assistance électrique que nous subventionnons généreusement…

  • Même pas.
    L’idée première est de faire la « chasse au CO2 ». Celle, sous-jacente, est de faire la guerre à la voiture individuelle en la rendant, soit très couteuse, et/ou avec une autonomie ridicule. La liberté individuelle étant considérée par certaines élites (Dominique Bourg…) comme une entrave à la protection de l’environnement, qui doit primer sur tout, même sur la démocratie.
    Je ne crois pas du tout à un combat nucléaire vs pétrole, le nucléaire ayant d’autres chats à fouetter.

  • Que dire? Le monde politique ne raisonne plus avec son cerveau mais à l’aune de bulletins de vote facilement acquis. Ils sont dans l’immédiateté, dans la facilité et la « communication ». Ils ne voient pas que ces folles croyances les amènent à leur perte et nous avec. Ils nous donnent l’impression de penser: « advienne que pourra »et « après nous le déluge ».
    Sauf que les peuples sont doués d’un instinct de survie et que « tant va l’a cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse ».
    Cela annonce des jours difficiles, des révoltes et peut-être pire.

  • Quel smicard serait fou pour payer pendant 20 ans un bagnole à crédit ? Quel banquier serait assez fou pour filer un crédit auto à un smicard qui a des fins de mois difficiles ?

    Je vis dans un monde de tarés.

  • Intuitivement, j’en suis arrivé à la même conclusion.
    Après même si c’est vrai, l’écolo de base lui croit vraiment au dogme.

    • C’est clair, l’écolo de base est un bon petit militant manipulé qui permet aux manipulateurs ayant des actions dans les enr ou le nucléaire de bien prospérer.

      P.s: je n’ai rien contre le nucléaire.
      J’ai même travaillé dans ce secteur.
      Mais je reste lucide sur la politique de l’énergie et le CO2/climat c’est clairement un prétexte bien trouvé : qui ne veut pas « sauver la planète »?
      Sauver la planète…mort de rire.

  • Totalement juste et vrai.

  • De la part de gens qui indiquaient en pleine crise des Gilets jaunes vouloir interdire le chauffage au fuel (un des modes utilisés dans la ruralité) plus rien ne m’étonne !

  • Pour réduire la pollution, vaut-il mieux :
    – une voiture récente qui pollue 20 % de moins par km, mais qui fait 4 ou 5 fois plus de km car elle circule tous les jours,
    – ou une voiture qui pollue un peu plus, mais qui ne circule qu’une fois par semaine ?
    La réponse est évidente, ce qui veut dire que le critère « âge de la voiture » ne répond pas à l’objectif de réduire la pollution tout en assurant un minimum d’égalité des habitants.
    Au contraire, ceux qui roulent peu en ville chaque semaine, utilisent peu leur voiture, donc celle-ci est parfois/souvent plus vieille.
    Alors qu’inversement, ceux qui roulent beaucoup, changent obligatoirement de voiture plus souvent, donc peuvent librement continuer à rouler chaque jour.
    Ce système « vignette » n’est pas vertueux car il pénalise ceux qui roulent peu.
    Le bon système, c’est celui qui a été activé dans quelques grandes agglomérations d’Europe du Nord :
    => un « crédit mensuel de pollution » pour chaque personne, ce crédit étant décompté au kilomètre, mais plus ou moins vite selon que la voiture pollue plus ou moins.
    Ainsi, on peut rouler avec une vieille voiture, mais moins longtemps qu’avec une voiture plus récente qui pollue moins au kilomètre.
    Cela n’oblige pas à acheter une nouvelle voiture uniquement pour ne pas être bloqué, tout en étant efficace pour réduire la pollution.
    Et c’est plus équitable puisqu’on est tous limités par un plafond.
    Officiellement, ce n’est pas possible à cause des règles « vie privée » car il faut installer des caméras pour identifier les parcours des véhicules.
    Or, techniquement, il est parfaitement possible de concevoir un système qui gérerait les parcours de manière autonome, sans lien avec une base de données nominative par défaut
    Seules les immatriculations des véhicules en dépassement de quota, sortirait du système pour que la pénalité soit envoyée au propriétaire (C’est le système des « radars », qui lisent les plaques, mais sans connaître le propriétaire, sauf en cas d’excès de vitesse).
    En plus on a vu avec le Covid que ces règles étaient souples, puisque de multiples dérogations ont été accordées et prolongées à de multiples occasions pour des raisons beaucoup plus vaseuses !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Après la grande distribution, les stades de football ? Invitée ce mardi de nos confrères de France Info, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a annoncé que les événements sportifs pourraient incessamment sous peu se dérouler plus tôt qu’à l’habitude afin de limiter la consommation électrique des éclairages. Incessamment sous peu car cela pourrait s’appliquer dès cet hiver. Plus tôt qu’à l’habitude car la ministre souhaite réduire la consommation énergétique du secteur dont elle a la garde.

En cause : un plan d’économie d’énergie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles