Marche des libertés : une mascarade gauchiste qui ne marche plus

Qui peut croire les héritiers des pires totalitarismes du XXe siècle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mélenchon mars 2018 by Bachellier Christian(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marche des libertés : une mascarade gauchiste qui ne marche plus

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 juin 2021
- A +

Par Olivier Maurice.

Ce samedi 12 juin 2021 a eu lieu la marche des totalitarismes, des corporatismes et des lobbyings, rebaptisée pour l’occasion Marche des Libertés, à l’habitude des hold-up sémantiques dont la classe politique française a le secret et plus particulièrement la gauche politique, la gauche syndicale et la gauche associative qui comptent se retrouver dans les rues pour prouver leur existence, leur importance et leur dévouement pour la vie du pays : lutter contre « l’ arrière-goût d’extrême droitisation de la société qui plane dans l’air »

Tout cela sonne tellement faux !

Qui peut croire une énième fois au motif affiché de « lutter contre l’extrême droite » en pleine période électorale, sachant qu’il est assez flagrant que depuis les années qu’il est utilisé l’argument de la diabolisation semble en définitive surtout bien réussir au diabolisé ?

Un brillant palmarès

Qui surtout peut croire que la gauche française défend les libertés et offre une quelconque protection contre « la bête immonde », comme si nous étions à Munich en 1923 ?

D’ailleurs, qu’a fait la gauche entre 1923 et 1941 ?

Signer le pacte germano-soviétique, comme le communiste Joseph Staline ?

Signer les accords de Munich, comme le radical-socialiste Édouard Daladier ?

Ou encore prendre neuf sièges de ministres sur 21 au premier gouvernement Pétain, avec la bénédiction du syndicaliste André Février et du si vénéré patron de la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) Léon Blum, gouvernement qui deviendra ce que l’on sait sous la houlette du socialiste Pierre Laval et de l’ancien communiste Jacques Doriot

Collaborer avec l’armée d’occupation nazie, en suivant veulement les ordres donnés par le chef suprême du Kremlin avant que celui-ci ne réalise qu’il s’était fait rouler dans la farine comme un débutant par celui qu’il félicitait chaudement deux ans plus tôt lors de l’invasion de la Pologne ?

Ou plus officiellement et politiquement correctement être prisonnier du pacte germano-soviétique… obligé de collaborer avec la chemise brune en dépit de son plein gré en quelque sorte….

Le cimetière des éléphants

Surtout, qui croit encore cette gauche dure ?

Dure, parce qu’il ne reste aujourd’hui dans le paysage politique, syndical et associatif français que les fossiles des mouvements les plus radicaux, la gauche social-démocrate ayant complètement explosé.

Qui peut croire les héritiers des pires totalitarismes du XXe siècle ? Les apôtres des pires dictateurs sanguinaires qui se sont cachés toute leur vie sous une masse de mensonges, de dénis et de sophismes pour maquiller leurs crimes et leur haine absolue de la liberté : Lénine, Staline, Trotski, Castro, Guevara, Mao, Pol Pot et tous les autres ?

Qui peut croire à un combat pour la liberté, de la part de personnes dont l’injure suprême, l’ennemi juré, la source de toutes leurs haines et qu’ils ne cessent de désigner en permanence est justement la liberté et le libéralisme, et avec ça, les libéraux et tout ce qui pourrait s’y rattacher de près ou de loin.

Non, messieurs les postulants dictateurs de gauche, nous n’avons pas besoin de vous pour nous rendre compte de ce qu’est une dictature de droite, ni une dictature du centre ou d’ailleurs.

Quand la gauche vénérait Staline

Nous serions bien mal conseillés de toute façon, comme le 8 mars 1962, quand l’organe officiel du Parti communiste français criait son amour inconditionnel pour le bourreau rouge à la moustache conquérante.

Cette marche des libertés, c’est avant tout la marche de la honte. La honte que vous devriez avoir à parler de liberté, alors que depuis un siècle, vous vous escrimez par tous les moyens à détruire les libertés partout où vous le pouvez.

Inutile de faire le bilan de l’anti-libéralisme de par le monde. Il est criant et sans aucun appel : des dizaines de millions de morts, des pays ruinés, des générations sacrifiées, des patrimoines culturels et intellectuels détruits, des régions entières rendues incultes ou enfouies sous les déchets toxiques.

Se servir de, ou combattre ?

Surtout, ce n’est absolument pas comme cela que vous aiderez à combattre l’extrême droite, pour la simple et bonne raison que ceux que vous désignez comme étant d’extrême droite ne comprennent pas un traître mot de ce que vous racontez, le seul sujet qui les intéresse étant exclusivement celui de l’immigration.

Quand vous prononcez le mot liberté, ceux d’en face comprennent discrimination positive, privilèges et haine à l’encontre de ceux qui ne sont pas dans votre camp, le tout au frais de la princesse et en niant formellement tous les problèmes réels, craints ou fantasmés.

Y a-t-il un problème avec l’immigration ? Y a-t-il un problème avec les immigrés ? Y a-t-il un problème des Français avec les immigrés ? Quelles sont les dimensions de ces problèmes et leurs possibles solutions ?

Nul ne le sait vraiment car depuis 40 ans le sujet est classé directement dans la catégorie racisme et qu’il est interdit d’en débattre.

Et comme il est interdit d’en parler, il est interdit de remédier aux vrais problèmes et d’évacuer toute la masse gigantesque de fantasmes et d’élucubrations accumulés au fil du temps et de la censure.

Freiheit : nein danke !

Oui, vraiment trop gentil à vous de défendre la liberté en 2021, alors que se succèdent les unes après les autres les atteintes à la liberté d’expression et les dictatures morales en tout genre, des Lois Gayssot ou Avia aux sempiternels sermons et excommunications qui font votre fonds de commerce.

Où étiez-vous depuis plus d’un siècle, quand droite et gauche confondues n’ont eu de cesse d’accuser la liberté de nuire à autrui, et donc de devoir la restreindre à des friandises bien encadrées par les lois, les taxes et la maréchaussée ?

Étiez-vous de ce côté-ci ou de l’autre côté du mur ?

Surtout, trop gentils de venir prétendre défendre la liberté en 2021, alors que la France vit toujours profondément enfouie sous les scories du Front populaire, du Conseil national de la résistance et du programme commun, qui n’avaient et n’ont toujours qu’un seul et unique objectif : détruire la liberté pour y instaurer le socialisme, la dictature absolue de l’État, à défaut de dictature du prolétariat.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • c’est tellement confortable d’être généreux avec l’argent des autres, plutôt que de travailler, créer, entreprendre, gagner son propre argent.

    • au de la du confort il y a surtout l’exploitation d’un vice humain banal : la jalousie !!!! Pourquoi travailler s’il suffit de prendre l’argent indûment gagné à ceux qui en possède ?? C’est ce qu’a compris la gauche : exciter quelques bas du front pour s’emparer de la  » poule aux œufs d’or  » en omettant d’expliquer que dès que la poule est mangée c’est la misère pour tous ( mais dans l’égalité !!) !!

      • « mais dans l’égalité !! » sauf pour la nomenklatura du régime qui rassemble les « plus égaux que les autres ».

  • Au nombre des participants, des associations de protection du climat. Quel rapport entre leur objet et celui de cette manifestation ?

    • Aucun. Quand on est fasciste rouge ou brun ou les deux, on se doit de contrôler la rue.

    • Tout simplement que les écologistes ne sont en fait que des gauchistes reconvertis dans l’écolo, mais toujours opposés au capitalisme et à la liberté!

    • les « protecteurs du climat », c’est à dire les écolos, n’ont qu’ un seul but, qu’ils revendiquent : la destruction du capitalisme. Tous les partis ou mouvements « verts » sont un recyclage de l’extrême gauche. Rien d’étonnant à ce qu’ils participent à une manif « contre l’extrême droite ».

    • Dans la même trempe, quel est le rapport avec la Palestine ? J’ai vu plusieurs drapeaux dans leur cortège.

  • monsieur mélenchon comment entendez vous défendre les libertés..?? et bien, je me propose d’interdire… des tas de trucs…

  • Bel article. Merci.
    Même si cela, nous savons tous, il est bon parfois de procéder à une piqûre de rappel !

  • il mélange tout l’enfariné ;  » revoyez le code du travail et l’extrème droite disparaitra  » qu’il a dit en gros , alors que le RN est focalisé sur l’insécurité et l’immigration avant tout autre sujet ; et il y a quand même 9000 bovins qui ont répondu à la manifestation ….

  • çà fait longtemps que je n’ai pas lu un article aussi revigorant !!! enfin quelqu’un qui ose dire ce que la plupart des informateurs patentés ( journalistes ) cache ou pire déforme et enjolive !!!! MERCI

  • L’article passe à côté de ce qu’implique cette récupération hypocrite par l’extrême gauche de la défense des libertés : la France dans sa quasi totalité est devenue tellement antilibérale que les seules initiatives politiques qui invoquent la liberté sont aujourd’hui à l’extrême gauche, et elles ne sont même pas suivies.

    • C’est cohérent, toutes les révolutions sont l’oeuvre d’une partie du système qui se révolte contre l’autre. Les « sans-dents » ce font toujours massacrer (sauf quand le système est à l’agonie).
      .
      Quand la facture du Covid et de 30 ans de socialisme va arriver, des millions de gauchistes vont se retrouver cul nu. Ce sont les socialistes cocus du socialisme qui vont renverser le système et s’ils prennent le pouvoir ils seront éventuellement pire que lui.

  • Pas sympa pour la farine. Des excréments auraient été plus adaptés.

  • Superbe article
    Malheureusement, malgré une très faible participation et malgré l’ensemble des points que vous soulignez dans votre article, une majorité de journalistes et leurs médias continuent inlassablement de rabâcher ces inepties comme s’il s’agissait de la seule vérité.
    Aujourd’hui les journalistes sont le dernier rempart de ces dinosaures. Arrêtons le système de subventionnement de tous ces incapables : voila une mesure qui devrait rendre populaire un candidat à la présidence de la république.
    Ainsi on mesurera précisément les audiences, et le système médiatique se régulera tout naturellement.

  • Très juste.

    Il y a ceux qui prétendent que le vrai communisme n’a jamais été appliqué nulle part.

    Il y a ceux qui encensent le Cuba castriste, son système éducatif et de santé, mais qui n’y ont jamais mis les pieds autrement que comme touriste.

    Il y a ceux qui veulent tout interdire et se déclarent libéral. J’ai entendu ce dimanche J.M. Nollet, co-président des écolos belges francophones dire sans rire au cours de l’émission politique hebdomadaire sur RTL-TVI qu’il était libéral. Mais attention, pas libéral comme G.L. Bouchez s’est-il empressé d’ajouter (le président du MR, étiqueté libéral mais qui est juste un petit peu moins collectiviste que les autres). Et personne sur le plateau pour s’offusquer devant cette monstruosité.

    Au dernier baromètre politique en Wallonie, le PTB récoltait 19% des intentions de vote et les écolos 16,5%. Et je ne compte pas les socialistes à 22%, qui ont encore une once de sens démocratique : c’est encore chez eux qu’on trouve le moins d’admirateurs des totalitarismes communistes.

  • Je ne sais pas ce qui est le plus inquiétant. Que des gauchistes organisent des marches pour la liberté ou que les droitistes n’en fassent jamais…

  • J’ajouterais cette question: Où étiez vous depuis 16 mois pour défendre nos libertés fondamentales ?
    Que pensez-vous du pass-sanitaire ?
    Vous êtes ridicules et les seuls qui croient encore en vous sont les intermittents du spectacle !

  • Vous n’avez pas compris le message : la france aurait « bénéficié » d’un communisme « à la française » ! Donc non dictatorial, non liberticide etc…
    « J’adore » comment l’on peut justifier les pires programmes, les pires résultats avec la mention « à la française ».

  • Tous les bobos nostalgiques de Thorez et Marchais, valets de Staline et d’un régime qui a fait plus de morts que le nazisme …avec Merluchon en tête, sans ses ulémas restés avec Autain….Beurk !

  • Hello Meluche, j’ai besoin d’u conseil.
    Si je voulais me présenter en 2022, quelle type d’attentat dois je préparer, pour quelle date, de façon a avoir les plus de chances d’être élu ?
    Question subsidiaire est ce bon pour se faire connaitre de participer a ces manifs ou il se gueule « mort aux juifs » , « Allah Akbar » etc …
    C’est de la bonne Pub, Vraiment ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Info du 22 juin 20 h 08 : Emmanuel Macron écarte pour l’instant l’idée d’un gouvernement d’union nationale, pense trouver une « majorité plus large » pour gouverner et s’accroche à un échange positif entre l’exécutif et le législatif pour avancer au service des Français. Hormis l’immense progrès d’avoir bouclé l’affaire en moins de huit minutes, une allocution type soir d’élection qui n’apporte pas grand-chose. 

Emmanuel Macron devrait être content. Le « en même temps » qui a fondé son accession initiale au pouvoir, ce mode d’action qu... Poursuivre la lecture

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles