Terrasses payantes à Paris : coup dur pour les restaurateurs

À Paris, avant même qu’ils puissent se remettre d’aplomb, une mesure en forme de couperet administratif vient de tomber sur les restaurants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Steven Lasry on Unsplash - https://unsplash.com/photos/0gYwzjhrMUo

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Terrasses payantes à Paris : coup dur pour les restaurateurs

Publié le 12 juin 2021
- A +

Par Claude Robert.

Victimes iconiques des confinements brutaux qui ont touché le pays, les restaurateurs ont subi les humeurs d’un gouvernement qui leur a successivement et à plusieurs reprises interdit d’exercer puis autorisé à recevoir des clients à l’extérieur. Mais à Paris, avant même qu’ils puissent se remettre d’aplomb, une mesure en forme de couperet administratif vient de leur tomber dessus.

D’abord le cataclysme gouvernemental

Après un premier confinement d’une rigidité absolue, le gouvernement avait accepté en juin 2020 l’installation de terrasses sur les trottoirs et les parkings. La mesure avait été perçue comme une véritable bouffée d’oxygène mais les dégâts étaient déjà considérables.

Faute d’avoir exigé des restaurants l’application de règles strictes en matière d’espacement des tables et de taux d’occupation, un peu comme cela se fait dans les cinémas, le secteur a subi un arrêt total de son activité.

Le gouvernement aurait également pu accepter ces terrasses bien plus tôt pour atténuer le choc. Sans compter la décision absurde de fermer un maximum de restaurants de routiers, au point d’entraver pendant un moment le secteur pourtant vital de l’approvisionnement de la population.

Bien sûr, à court terme, le paquet d’aides gouvernementales a permis d’atténuer la déflagration. Mais il n’aura aidé ni le secteur à s’assainir, ni les plus armés des artisans à conserver une activité digne de ce nom. Loin d’être basée sur la liberté individuelle et la confiance dans les acteurs économiques, la réaction gouvernementale a été au contraire uniforme et sans la moindre nuance.

Selon un économiste d’IHS Markit :

C’est dans le secteur des services que la baisse de l’activité a été la plus sévère, les entreprises de l’hôtellerie et de la restauration ayant été particulièrement touchées. – Capital du 3 décembre 2020

De leur côté, Gault & Millau et l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie estiment que respectivement 25 % et 40 % des bars et restaurants se trouvent en situation de quasi faillite.

Le gouvernement Macron a préféré mettre au tapis l’économie du secteur, quoi qu’il en coûte en aides qui seront forcément payées par les contribuables par la suite, plutôt que d’élaborer des règles d’activités de restauration réduite et de les imposer en pariant sur la capacité des acteurs à s’adapter.

On sent très bien que la mise en œuvre de protocoles sanitaires adaptés à une profession et de leurs contrôles effectifs sur le terrain ne sont pas la tasse de thé du gouvernement. Il aurait fallu un minimum d’empathie ainsi qu’un brin de réactivité et de compétences opérationnelles, ce qui n’est pas spécialement l’apanage de notre si haute fonction publique.

Ensuite, le coup de grâce municipal sur les terrasses

Tandis que le secteur s’apprête à retrouver quelques couleurs ce mois-ci, pour ce qu’il en restera des vrais survivants, la mairie socialiste de Paris vient de sortir une botte imparable : les terrasses désormais renommées estivales seront payantes pour les restaurateurs et les bars à partir du 30 septembre ! Réflexe courtelinesque supplémentaire, leur utilisation sera même réglementée, puisqu’elles ne seront autorisées que du 1er avril au 30 octobre chaque année.

Cet acharnement municipal après celui du gouvernement ressemble à un coup de poignard. Comment une municipalité peut-elle oser concocter aussi rapidement ce type de mesure pour un secteur à ce point massacré ? Pourquoi ne pas avoir donné du temps à ces artisans afin qu’ils se refassent une santé ?

Sans surprise, les restaurateurs, que la mairie de Paris affirme avoir pourtant largement consultés, demandent un moratoire. Le directeur de l’UMIH, syndicat des professionnels de l’Île-de-France, souhaite la prolongation de la gratuité des terrasses éphémères jusqu’à la fin de 2021.

Franck Delvau explique :

Les professionnels de la restauration sont encore trop fragiles – La Revue des comptoirs27 avril 2021.

Certes, les négociations ne sont pas terminées. Mais elles ne devraient plus porter que sur le prix des loyers. Le cadre semble bel et bien définitivement posé…

Les socialistes et l’impensé de la création de richesses

Cette mesure injuste et déplacée qui sera vraisemblablement imposée sans la moindre pitié aux restaurateurs parisiens fournit une nouvelle illustration de cette fameuse incompréhension socialiste face aux mécanismes économiques. Aux antipodes de la liberté d’entreprendre et de la possibilité de s’enrichir pour chaque citoyen qui en a le talent et la volonté, les instances socialistes, qu’elles soient municipales ou gouvernementales, considèrent ce dernier comme une source de ses propres financements.

Que ce soit clair : la destinée de tout Français n’est bien évidemment pas de jouir de son indépendance et de s’enrichir comme bon lui semble, mais tout au contraire de parfaitement jouer son rôle de contribuable. C’est tout ce que le pouvoir socialiste attend de lui.

Dans la culture économique socialiste, culture terriblement rudimentaire s’il en est, les richesses d’un pays se trouvent dans la poche de ceux qui les possèdent. Sans voir plus loin que ce constat d’une terrible myopie, la richesse est un gâteau dans lequel on doit puiser.

Vouloir expliquer à un socialiste ce fameux processus de création de richesses et la non durabilité de ces richesses va à l’encontre d’un atavisme idéologique aussi solide que du béton. Il ne faut surtout pas rêver : nous sommes au service du pouvoir politique. Notre rôle est de lui fournir les moyens financiers de son développement compulsif. Nous sommes en France.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Hélas…. Trois fois hélas ! ! !

  • il faut quitter Paris, voire la France.

  • Comment mieux décrire la soviétisation du pays qui aura les mêmes conséquences qu’ailleurs où cette idéologie a déjà été expérimentée ??? Le réveil va être difficile pour tous ces français qui ont ont préféré croire que l’argent des autres était inépuisable et qu’ils n’avaient pas besoin de travailler !!!!

  • Des écolos Hidaldingo avait proposé il y a quelques temps d’interdire les terrasses chauffées a Paris . Ou en est cette idée lumineuse ?
    Ceux qui ont investis des dizaines de milliers d’euros dans des super terrasse confortable continueront ils a voter socialos écolos bobos ?
    Je ne les plains pas.

  • Au fond je ne suis pas surprise. Le socialiste voit une source de revenus « publics » partout. Tout doit être imposé, taxé. La terrasse éphémère ? hop, taxe. Ça n’existait pas, ce n’était pas taxé. Pourquoi taxer ?
    Ils n’ont que ce mot à la bouche : taxe. J’en peux plus de ce pays.

  • Il faut bien que les restaurateurs remboursent leurs aides, sans oublier les aides reçues par les restaurateurs qui ont fait faillite. A la fin, toutes ces aides ne seront que de la redistribution, on prend à ceux qui réussissent pour donner à ceux qui échouent, une prime à l’échec en gros.

  • Il faut bien remplir le tonneau des danaïdes hidalgoesque (grotesque)!

  • après Macron et ses médecins voila Hidalgo qui vient en…….. le peuple des travailleurs

  • Le totalitarisme socialiste a beaucoup appris de ses ainés.
    Le goulag et les exécutions, c’est rapide mais trop voyant alors qu’il suffit d’anéantir les moyens de production des koulaks sous prétexte de les sauver.

  • Votes socialistes, solutions socialistes, résultats socialistes.

  • Il n’y a pas de culture française à dit le petit mec. Il s’agit de détruire l’identité culinaire du pays.

  • Excellente conclusion. « Vouloir expliquer à un socialiste ce fameux processus de création de richesses va à l’encontre d’un atavisme idéologique aussi solide que du béton. » Voilà bien pourquoi il y a bien longtemps que je ne discute plus avec ces gens-là (j’ai d’ailleurs de plus en plus de doute sur les prétendues vertus du dialogue), c’est une perte de temps et d’énergie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Au mépris d’une histoire monétaire multimillénaire, les autorités (gouvernements et banques centrales) se sont lancées dans une grande expérience planétaire : la monnaie n’a plus d’ancrage dans le réel, elle repose sur de la dette :

Aujourd’hui l’argent de votre compte en banque est une dette que votre banque reconnaît avoir à votre égard. Elle vous le rendra… si elle le peut, et si les autorités y consentent (comme les Canadiens, les Libanais ou les Russes peuvent en témoigner). Votre livret A est adossé à de la dette publique française... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles