L’intérêt de l’UE est de garantir la continuité des échanges avec le Royaume-Uni

Le Brexit a été source de tensions entre le Royaume-Uni d’une part et l’UE et certains pays d’autre part. Néanmoins il est dans l’intérêt de l’Europe de maintenir le plus possible le libre-échange.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Banksy does Brexit (detail) #banksy #brexit By: Dunk ? - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intérêt de l’UE est de garantir la continuité des échanges avec le Royaume-Uni

Publié le 2 mai 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le mardi 27 avril, le Parlement européen a donné son approbation pour l’accord commercial et de coopération entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Cet accord prévoit l’absence de droits de douane et de contingents sur toutes les marchandises conformes aux règles d’origine appropriées qui sont échangées entre l’UE et le Royaume-Uni. Avec 578 voix pour contre 51 et 68 abstentions, la large majorité des formations politiques a accepté de conserver des liens commerciaux étroits avec le Royaume-Uni. Une position dont il faut espérer qu’elle préfigure une coopération approfondi avec les Britanniques.

Le Brexit a été source de tensions entre le Royaume-Uni d’une part et l’UE et certains pays d’autre part. Néanmoins il est dans l’intérêt de l’Europe de maintenir le plus possible le libre-échange.

Un soutien largement majoritaire en faveur du maintien des échanges avec le Royaume-Uni

Le vote du 27 avril est révélateur d’une rare unité en faveur du libre-échange avec le Royaume-Uni. Cet accord a été soutenu par l’ensemble des partis politiques européens à l’exception du groupe nationaliste Identité et Démocratie. C’est dans ce dernier groupe que viennent les voix ayant voté contre (RN français et AfD allemand) et les abstentionnistes (Lega italienne et FPO) .

S’ajoutent aussi des voix rebelles du groupe des verts, de celui de la gauche radicale (GUE/NGL) et des conservateurs de l’ECR, ces trois groupes ayant pourtant appelé à voter en faveur de l’accord. La plupart de ces voix dissonantes venant d’ailleurs des pays d’Europe de l’Ouest, nombreux étant les pays d’Europe centrale et de l’Est (comme la Pologne, la Hongrie et la Roumanie) ayant voté unanimement en faveur de l’accord.

Des échanges majeurs entre le Royaume-Uni et l’UE

Les échanges entre le Royaume-Uni et l’UE restent importants même après le Brexit. Du coté des Britanniques, les pays européens représentent ses principaux partenaires commerciaux avec en tête l’Allemagne et les pays du Benelux. Bien qu’important, les États-Unis restent secondaires.

Du côté européen, le Royaume-Uni reste le troisième partenaire commercial de l’UE, qui dégage un excédent commercial de 110 milliards en 2020, après la Chine (avec un déficit commercial en 2020 de 181 milliards), les États-Unis (avec un excédent de 150 milliards).

L’importance du libre-échange sur la scène internationale actuelle

Le maintien des liens commerciaux avec le Royaume-Uni est d’autant plus important que de nombreuses initiatives en faveur du libre échange ont eu lieu dans le monde récemment.

On peut citer la zone de libre-échange Africaine (ZLECA), le Partenariat régional économique global (RCEP) ou même le contesté accord commercial UE-Chine. Si l’Union européenne cédait à la tentation du protectionnisme avec son ancien membre qu’est le Royaume-Uni elle passerait à coté de nombreuses opportunités et se placerait dans une situation de faiblesse.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ok, si le UK se rend enfin compte qu’il compte 67 000 000 d’âmes contre 435 000 000 et que donc c’est l’UE qui impose SA vision ……

    • Heu…le CommonWealth vous connaissez ? 435 000 000 habitants et 27 états ne font pas le poids face à 2 534 000 000 habitants et 54 états.

      Accessoirement, l’UE est strictement incapable d’assurer seule sa défense…

    • sauf que l’UE, c’est surtout une commission de quelques dizaines de fonctionnaires qui impose sa volonté à 435 millions d’âmes de qui elle ne tient aucune légitimité !

  • mais l’Ue a « interet a un foirage ou l’impression d’un foirage du brexit, non?

    l’ue c’est bien pour la liberté individuelle quand ça promeut le libre échange mais on peut faire du libre échange sans l’UE…

    parce que ça dépend un peu de ce qu’on met sous le vocable UE…

    est ce que je suis supposé penser que TOUT les citoyens de lUE ont les mêmes interets?

  • Il est dans l’intérêt de tous de fluidifier les conditions commerciales. Ceci dit, l’évidente mauvaise volonté manifestée jusqu’ici n’incite pas a l’optimisme. Beaucoup dépend de la politique fiscale a venir du RU bien sur. Mais perso, je parie a terme sur un découplement des économies RU/RU. Les EU, et surtout ses états membres, en premier lieu, la France, sont sous le contrôle étroit d’une alliance entre étatistes / capitalistes de connivence, qui considère les échanges marchands comme un jeu a somme nulle. Le marché en conséquence est sur une base non seulement déclinante mais de plus en plus lourd a traiter, avec un protectionisme mal déguisé. Enfin, l’auteur sous estime l’impact désastreux du fiasco vaccinal, AZ en particulier. D’ici, les regards ne sont plus tournés vers le continent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles