L’intérêt de l’UE est de garantir la continuité des échanges avec le Royaume-Uni

Banksy does Brexit (detail) #banksy #brexit By: Dunk 🐝 - CC BY 2.0

Le Brexit a été source de tensions entre le Royaume-Uni d’une part et l’UE et certains pays d’autre part. Néanmoins il est dans l’intérêt de l’Europe de maintenir le plus possible le libre-échange.

Par Alexandre Massaux.

Le mardi 27 avril, le Parlement européen a donné son approbation pour l’accord commercial et de coopération entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Cet accord prévoit l’absence de droits de douane et de contingents sur toutes les marchandises conformes aux règles d’origine appropriées qui sont échangées entre l’UE et le Royaume-Uni. Avec 578 voix pour contre 51 et 68 abstentions, la large majorité des formations politiques a accepté de conserver des liens commerciaux étroits avec le Royaume-Uni. Une position dont il faut espérer qu’elle préfigure une coopération approfondi avec les Britanniques.

Le Brexit a été source de tensions entre le Royaume-Uni d’une part et l’UE et certains pays d’autre part. Néanmoins il est dans l’intérêt de l’Europe de maintenir le plus possible le libre-échange.

Un soutien largement majoritaire en faveur du maintien des échanges avec le Royaume-Uni

Le vote du 27 avril est révélateur d’une rare unité en faveur du libre-échange avec le Royaume-Uni. Cet accord a été soutenu par l’ensemble des partis politiques européens à l’exception du groupe nationaliste Identité et Démocratie. C’est dans ce dernier groupe que viennent les voix ayant voté contre (RN français et AfD allemand) et les abstentionnistes (Lega italienne et FPO) .

S’ajoutent aussi des voix rebelles du groupe des verts, de celui de la gauche radicale (GUE/NGL) et des conservateurs de l’ECR, ces trois groupes ayant pourtant appelé à voter en faveur de l’accord. La plupart de ces voix dissonantes venant d’ailleurs des pays d’Europe de l’Ouest, nombreux étant les pays d’Europe centrale et de l’Est (comme la Pologne, la Hongrie et la Roumanie) ayant voté unanimement en faveur de l’accord.

Des échanges majeurs entre le Royaume-Uni et l’UE

Les échanges entre le Royaume-Uni et l’UE restent importants même après le Brexit. Du coté des Britanniques, les pays européens représentent ses principaux partenaires commerciaux avec en tête l’Allemagne et les pays du Benelux. Bien qu’important, les États-Unis restent secondaires.

Du côté européen, le Royaume-Uni reste le troisième partenaire commercial de l’UE, qui dégage un excédent commercial de 110 milliards en 2020, après la Chine (avec un déficit commercial en 2020 de 181 milliards), les États-Unis (avec un excédent de 150 milliards).

L’importance du libre-échange sur la scène internationale actuelle

Le maintien des liens commerciaux avec le Royaume-Uni est d’autant plus important que de nombreuses initiatives en faveur du libre échange ont eu lieu dans le monde récemment.

On peut citer la zone de libre-échange Africaine (ZLECA), le Partenariat régional économique global (RCEP) ou même le contesté accord commercial UE-Chine. Si l’Union européenne cédait à la tentation du protectionnisme avec son ancien membre qu’est le Royaume-Uni elle passerait à coté de nombreuses opportunités et se placerait dans une situation de faiblesse.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.