Pour éviter la crise, la France pédalera

Les lois s’accumulent, en décalage maintenant consternant avec les besoins impérieux du pays. Bah, peu importe : pédaler occupera l’esprit.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2021-03-02 Barbara Pompili répond à vos questions sur le projet de loi #Climat et Résilience - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour éviter la crise, la France pédalera

Publié le 16 avril 2021
- A +

par h16

Et voilà mes amis, terminé l’âge de l’innocence où les Français pensaient être libres de polluer sottement ! Oui, le temps du rêve est fini, surtout si c’est celui d’un enfant (et plus encore s’il concerne l’aviation !) maintenant que les discussions sont en cours sur la prochaine loi Amour, Gloire & Volupté Climat, Dérèglement & Résilience, que notre fière panoplie d’enregistreurs élus va s’empresser de voter durant les prochaines semaines sans sourciller.

Et il fallait bien ça : la France croule sous la pollution de ses centaines de centrales électriques au charbon et n’a pas la chance de disposer de champs d’éoliennes (comme en Allemagne) et de centrales nucléaires (comme aux Pays-Bas) qui permettent à ces pays une totale indépendance électrique.

L’Hexagone doit donc faire amende honorable en s’autoflagellant avec d’autant plus de vigueur que les richesses s’accumulent dans le pays de façon insolente et que les inégalités s’accroissent sans frein : il est temps que les riches Français toujours plus nombreux crachent au bassinet, nom d’un petit bonhomme en gilet jaune !

Et quoi de mieux pour s’auto-punir, je vous le demande, qu’une dose massive d’écologie pudibonde ?

C’est sans doute pour cela que l’Assemblée nationale, assez peu occupée actuellement, s’est attelée à cette tâche. Après tout, les déficits ont été totalement jugulés, le chômage a fondu, la dette est à peu près évaporée, la pandémie – gérée de main de maître par une équipe véritablement affûtée – n’a guère fait l’objet de lois et ne nécessite donc plus d’attention. Chômage, pauvreté, insécurité, immigration, tout ceci peut attendre devant l’urgence d’un climat qui se réchaufferait de 4 degrés par siècle et ferait potentiellement monter les océans d’un centimètre par an.

L’heure est à l’action parlementaire décisive et avec quelques mesures simples, on va nettement améliorer le sort des Français.

Jugez plutôt : fin des avions publicitaires, interdiction de la distribution de publicité postale par défaut, score carbone pour les vêtements (après le succès retentissant du score carbone pour les aliments, et indépendamment du fait que vous vouliez ou non manger vos chaussettes en salade), endoctrinement enseignement des enfants à l’écologie à chaque moment possible de l’école, la liste est longue des idées lumineuses de nos députés pour donner un second souffle à la transition de la France vers une écologie totale et définitive.

Et au-delà de ces quelques amuse-gueules législatifs, signalons aussi la suppression de certaines lignes aériennes intérieures, ce qui permettra notamment à Air France, dont les performances économiques sont véritablement insolentes actuellement, de s’envoler encore vers de nouveaux records stratosphériques. Gageons que ces suppressions savamment dosées sauront créer de l’emploi et propulser le pays vers de nouvelles vallées de lait et de miel.

Du reste, il ne faut pas perdre de vue que ces efforts parlementaires si puissamment pensés s’inscrivent dans l’envie de nos élites de pousser de façon plus en plus compulsive les « mobilités douces ». Et s’il est vrai qu’il n’y a rien de plus doux – pour l’environnement de nos élites – que l’absence totale de mouvement du peuple, réduire les options des pollueurs contribuables constitue une étape importante avant leur indispensable immobilisation complète.

C’est ainsi qu’on leur « offre » – enfin, « offrir », n’exagérons rien, hein, ça reste avec leur propre argent ! – de reprendre leurs vieux engins de locomotion pourris qui blessent Gaïa en l’échange d’une aide à l’achat d’un magnifique vélo électrique pas polluant, lui (les batteries électriques sortant droit du cul d’une licorne éco-consciente et carbone-compensée, c’est bien connu).

Tout ceci s’inscrit évidemment dans le cadre de la guerre sans merci que se livrent une petite frange de nos politiciens et de nos bobos citadins contre la voiture, qui veut exterminer le moteur thermique d’ici 2035 en proposant des solutions aussi pertinentes que pratiques ; on imagine déjà avec gourmandise les familles de la prochaine génération de Français, pédalant tous en chœur comme jadis les Chinois de l’ère maoïste, pour aller faire des courses, déposer les enfants au collège (20 km aller/retour, ça fait les mollets les enfants, surtout avec vos cartables de 10 kilos remplis de livres sur l’écologie, d’histoire en vrac et de cours de sexualité alternative !).

Quant aux artisans, déplaçant leur lourd matériel d’un chantier à l’autre, ils s’adapteront : fini les Doblos optimisés frôlant le 82 km/h sur une départementale de campagne permettant de desservir leurs clients sur 100 km à la ronde et à eux les joies des triporteurs électriques à 30 km d’autonomie, jarrets frétillants inclus ! Et quelle joie pour les familles de vacanciers de descendre dans le sud, tractant avec leurs fiers vélocipèdes à assistance électrique leur mobile-home de 5 tonnes ! Gaïa, les petits oiseaux, les grenouilles et les moustiques leur en seront reconnaissants, c’est certain !

Jusqu’à présent, les écolos et toute la clique de leurs suiveurs politiques opportunistes voulaient nous faire croire que l’écologie ne serait pas une punition. Ces lois et ce qui se passe depuis qu’ils ont accédé à quelques parcelles de pouvoir dans certaines mairies montre l’ampleur de la supercherie. Oui, il ne s’agit bien que d’écologie punitive : les humains (en tout cas ceux qui ne votent pas pour une écologie de plus en plus intrusive, restrictive, limitative et euthanasiante) n’étant considérés que comme d’insupportables nuisances, il faut les punir de leur existence, de leurs ambitions et même de leurs rêves.

De ce point de vue on se demande si l’accession au pouvoir des khmaires verts n’est pas un calcul politique de la part de Macron et de son équipe, visant à démontrer par de multiples exemples d’actualité toute l’inanité de leurs propositions et le danger de plus en plus évident que représentent leurs politiques soi-disant environnementales et plus qu’handicapantes voire débilitantes au sens premier.

À l’approche des régionales (si elles ne sont pas repoussées) et à l’approche de la présidentielle (si elle a finalement lieu), on ne peut pas écarter cette idée de l’exécutif actuel tentant de se débarrasser complètement de ces encombrants écologistes dont le soutien réel dans la population est véritablement minimal et qui s’amenuise à mesure qu’augmente la douleur provoquée par les âneries qu’ils prônent.

En attendant, les lois s’accumulent, en décalage maintenant consternant avec les besoins impérieux du pays. Bah, peu importe : pédaler occupera l’esprit.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Perso j’ai toujours pensé qu’il s’agissait effectivement d’un calcul de Macron. Cette convention citoyenne sur le climat étant tellement débile, accouchant de crétineries à tout va et totalement inapplicables, que le seul but est de montrer au monde que seul lui, Jupiter, saura nous guider sur le chemin de l’écologie raisonnée.. Ne jamais sous-estimer le cynisme de cet homme…

    • Vous connaissez la règle du « rasoir de Hanlon »: « Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer »

      Au vue de la façon dont nos gouvernants ont tout géré depuis qu’ils sont au pouvoir, je suis sûr qu’ils n’ont absolument pas la compétence et les capacités d’analyse leur permettant d’envisager et encore moins d’exécuter le plan que vous leur prêtez.

      • @cyde, « en même temps » ce plan est assez stupide, donc pas sûr que je me trompe 😉

        • C’est comme avec le Titanic. Obnubilés par la destination à atteindre, ils ne surveillent pas le radar et n’adaptent pas la vitesse du navire aux circonstances. Le « France » va se prendre l’iceberg sur le flanc, la brèche sera trop grande pour être colmatée. Le navire va sombrer.
          L’histoire se répète parfois.

          • Si le radar avait existé en 1912, la catastrophe aurait sans doute pu être évitée.

            Nos dirigeants, eux, disposent du radar, du sonar, du gps, bref, de toute la gamme des aides à la navigation. Mais ils préfèrent écouter Madame Irma…

    • sauf que l’intelligence de Jupiter, on ne l’a pas encore vue !

      • Si notre jupiter était intelligent nous le saurions. En effet, quand on regarde la France depuis son arrivée aux manettes on peut constater toutes ses « réussites » : Gilets jaunes, réforme des retraites, réforme de l’éducation nationale (sauf l’ENA bien entendu !!! LOL), gestion de la pandémie (masques, tests, vaccins, …), équipement de la police, réforme de la justice, etc.
        En « good French » on dit que de tels personnages sont des « losers ». C’est ce qui sera très préjudiciable pour la France car, comme vous le savez, les losers vous entraînent TOUJOURS vers l’abîme.

        • En même temps s’il n’était pas très intelligent comment serait-il arrivé au pouvoir ? Ne jamais sous-estimer les nuisibles… et les politiciens en font partie : ils sont généralement très intelligents, remarquablement incultes et totalement dépourvu de valeurs.

        • @Baldovinos
          +1
          Bonsoir,
          « En « good French » on dit que de tels personnages sont des « losers ».  »
          En bon français, on les appelle des tocards !

      • Il est vrai que beaucoup confondent instruction et intelligence…

        • Justement, Macron n’est pas très instruit (on voit souvent que sa culture littéraire -économique, artistique ou scientifique aussi- est légère, très légère)… mais certainement intelligent.

    • Si c’est un calcul politique, j’ai peur que cela se retourne contre lui, la débilité ambiante, l’inclure, le manque de bon sens, finissant par l’emporter.

  • Attribuer à l’intelligence ce qui est du à la bêtise est une erreur de raisonnement.
    Le « PR » n’est pas si machiavélique. D’ailleurs il peut peu, sans dégônade 😉
    Le « PR » cherche des alliés pour être réélu, il ratisse à gauche et chez les verts, écolos-pastèques, les votes de la droite lui semblant acquis, grâce à la bêeuuute immmooonnnde. Il navigue à vue, il n’a aucun plan, complètement démunis, mis à part ses belles paroles.
    Il sait faire de beaux discours, qui tire une larme des plus endurcis.
    il sait faire la petite pique au bon moment, même s’il dérape souvent comme avec ses « Gaulois réfractaires » qui n’ont qu’a traverser la rue pour trouver du travail…
    il sait mentir comme un arracheur de dents, sans le moindre scrupule. face à lui. nul besoin de dentiste…
    Cela pourrait le sauver face à la béeuuute immmooonnnde. pourvu que ce débat n’ait pas lieu.
    D’ailleurs, il semble qu’il y a de plus en plus de Gaulois réfractaires dans les cités, les farces de l’ordre ayant de la peine a y rentrer…

  • « écologie euthanasiante … »

    Oui, c’est exactement ça : la même méthode que pour le Covid.

    – allez accoucher en vélo
    – chauffez vous avec des pulls en laine (surtout quand vous êtes malade)
    – éteignez les incendies avec des seaux d’eau (estampillés du sceau et du saut écolo par le sot écolo)
    – ne travaillez que les jours propices et venteux (ça fait les mollets)
    – ne mangez plus de viandes, ni de graisse, ni de légumes lâchement assassiné en les arrachant à la terre à la fleur de l’age
    – récupérez soigneusement vos excréments pour donner une seconde chance à toutes les bactéries qu’ils contiennent (et ne manquez pas d’aller serrer la main des politiciens pour les remercier de leurs bienfaits)
    – et si vous avez froid, faim ou vous sentez fatigué : prenez du paracétamol !

  • Y a plus qu’a se contenter de dériver au fil des événements, on ne contrôle plus rien et eux non plus, il est où le grand timonier pour lui faire sa fête ?

  •  » Après tout, les déficits ont été totalement jugulés, le chômage a fondu, la dette est à peu près évaporée, la pandémie – gérée de main de maître par une équipe véritablement affûtée – n’a guère fait l’objet de lois et ne nécessite donc plus d’attention. »

    même pas vrai! .

  • pédaler ne suffira pas à éviter la crise…

  • La photo de fin d’article me fait penser aux bandes cyclables dans le Lyon de 2000-2005, tracées sur les trottoirs, qui traversaient les ponts avec les lampadaires en plein milieu – la partie piétonne n’avait pas ce problème.

  • Si la convention citoyenne est un calcul de Macron, alors pauvre de lui. Nous avons sous les yeux la démonstration que la bêtise humaine est sans limite mais surtout que le PR, pourtant garant de la constitution, bafoue de toute évidence les piliers démocratiques de notre République. Ces 150 guignols n’ont été élus par personne mais ils voudraient pouvoir imposer leur diktat car le PR leur a promis.

  • Difficile d’arrêter la connerie quand elle est lancée à une telle vitesse avec une telle densité.
    Exemple: hier j’ai entendu d’une oreille distraite qu’il espérait assimiler les SUV à des poids lourds et ainsi les contraindre à rouler à 90 kms/h sur les autoroutes parce lourds, paraît-il, en oubliant qu’une voiture électrique est particulièrement lourde voir plus lourde qu’un gros SUV. Cependant elle pourrait continuer à rouler à 130 kms/h. Certes elle n’ira pas loin par défaut d’autonomie et devra recharger ce qui fera que le premier arrivera à destination même à cette vitesse imposée avant le second.

  • quand on prend pour principe de base qu’on est meilleur que son voisin..et que le système doit être construit là dessus…
    règle numéro 1 j’ai raison
    règle numéro 2 si j’ai tort voir règle numéro 1.

  • Y compris sur des bécanes alimentant des groupes électrogènes!

  • Entendu Mme la Ministre, qui par parenthèse ruisselle de bonheur depuis qu’elle a accédé à ce poste si convoité – dire qu’il fallait plus d’éoliennes et qu’il faudra 20 ans pour aboutir à cette fameuse transition énergétique ! Il y a de quoi sauter en l’air d’un tel délire. Sans avoir fait l’ENA, je l’interroge : comment calcule-t-elle cela ?
    Dans 20 ans (et même moins) nous devrons déjà remplacer les 8000 girouettes implantées, et dans 20 ans les nouvelles à planter maintenant seront obsolètes ! On ne transitionne donc rien, car il s’agit de matériel à obsolescence programmée, (du non durable) ce serait donc une course sans fin ! Et comme ces machines, comme chacun sait ont un bilan carbone nul… puisque descendant du ciel par magie, sans intervention humaine, sans terres rares, sans forêts dévastées (pour les pales) sans esclavage d’enfants, (Congo), sans aucun transport (oui ça tombe des nues tout fait), eh bien c’est quand même super logique, super propre, écolo, vert et tutti quanti ! La solution ad’hoc parfaite pour les bobos n’ayant aucune connaissance des méfaits de ces belles fabrications non fabriquées.
    L’écologie telle que promue actuellement c’est 1) de l’auto flegellation, 2) du rêve en bouteille (de verre recyclé), 3) une grosse magouille destinée à appauvrir un peu plus le pays ! qui comme le dit H16 croule sous la fortune, n’a plus aucune dette etc… car superbement bien géré par des cerveaux hors normes.
    Réjouissons nous de ce bonheur et de ces belles perspectives destinées à encore améliorer notre nirvana !

    • Les pales sont en matériau composite. Leur recyclage n’existe pas à cette heure. L’allemagne « possède » déjà 90.000 tonnes de pales non recyclées.
      « D’ici à 2030, il y aura 375 000 tonnes de pales issues du démantèlement des éoliennes en Europe », alerte Christophe Magro, le responsable des projets R&D de la plate-forme Canoe, le centre de R &D spécialisé en formulation et procédés de fabrication pour le développement de composites et matériaux avancés.
      Il faut bien sûr savoir comment se débarrasser des 400 à 600 tonnes de béton constituant les bases…

      • Les dictatures écolo sont fondées sur le supplice des pales : elles commencent bien, mais elles finissent mal. — librement adapté de Georges Clémenceau.

  • Excellent, il y a tout ce qui va pour le mieux !

  • Et encore, on n’est pas rentré dans le dur…
    Je vois d’ici quelques temps, je le vois d’autant mieux que je l’entends déjà, des cartes de rationnement pour nos émissions de CO2.
    Chaque individu aurait droit à un max annuel, et devrait par exemple choisir entre un A/R aux Maldives (si cette option figure parmi les possibles), 15000 kms en bagnole ou 50 kg de viande…

  • Les « en marche » se sont mis au vélo. Côté pédalage (et rétro pédalage), ils sont déjà sur le podium.

  • L’autre jour j’ai pris en photo les titres de la presse placée près des caisses de ma supérette : Mon cahier « Zéro déchet » Mon p’tit cahier « Zéro empreinte en famille » , « Le pouvoir magique des plantes » en réédition top des ventes .Le vert est un business, le seul que l’on peut se permettre puisque personne au monde n’a l’intention de nous concurrencer dans un domaine auto destructeur .

    • « Le vert est un business »

      Suivant les cas (et son attachement et sa propre vision de l’écologie) on peut être :

      – lassé (l’écologie à toutes les sauces)
      – surpris (quel rapport avec la choucroute)
      – agacé.e.s (mare des modes à la c.)
      – rebuté (un choix implique une gestion des priorités qui ne va pas forcément dans le sens attendu du consommateur)
      – révolté (s’auto attribuer une étiquette écolo quand le business model est en contradiction)

      Même les vrais écolos devraient être dégoutés. Reste les manipulateurs politisés qui approuvent forcément.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay.

La future Loi de Programmation Énergie Climat (LPEC) prévue pour 2024, et actuellement en concertation publique jusqu’au 15 février 2022, corrigera-t-elle les erreurs du passé ? La précédente Loi de programmation sur l’énergie (PPE) avait malheureusement misé sur les ruineuses énergies renouvelables aux productions fatales, voire intermittentes (EnRI), comme l’éolien et le solaire.

Intérêt des énergies renouvelables ?

La production massive et bon marché d’électricité décarbonée est un enjeu structurant et vital p... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Le Premier ministre a annoncé mardi 6 juillet dernier que le gouvernement renonçait à organiser un référendum visant à inscrire la protection du climat et de l’environnement dans l’article Ier de la Constitution. Comme on pouvait s’y attendre, et comme Emmanuel Macron s’y attendait certainement, l’Assemblée nationale à majorité LREM et le Sénat à majorité de droite ont échoué à s’entendre sur une formulation commune, ce qui met un terme au projet de référendum constitutionnel promis par le Président de la Républi... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

Les Suisses ont voté le 13 juin sur cinq objets : deux « initiatives populaires » anti-pesticides et trois « referendums » contre des lois adoptées par le Parlement. D'une manière générale, le bon sens l'a emporté sur la démagogie. Les initiatives ont été balayées et la loi sur le climat, retoquée à une courte majorité. Mais ne faut-il pas craindre une inquiétante dérive ?

Le 13 juin 2021 était jour de votations pour les Suisses. Au menu, deux « initiatives populaires » anti-pesticides – ayant été signées par pl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles