Les inégalités n’ont jamais été aussi réduites depuis 50 ans !

On pense que les inégalités ne cessent de se creuser. Pourtant, l’étude attentive des données fournit des informations différentes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Lindsay Henwood on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les inégalités n’ont jamais été aussi réduites depuis 50 ans !

Publié le 11 avril 2021
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Lorsqu’il s’agit de parler d’inégalités, l’unanimité règne. Elles ne cesseraient de se creuser et pour les diminuer, il n’y a que deux solutions : augmenter l’impôt des riches et redistribuer encore plus. L’État est là pour compenser les écarts de revenus et répondre aux chiffres alarmistes lancés par les politiques, les médias ou les organisations non-gouvernementales comme Oxfam.

L’étude attentive des données peut néanmoins fournir des informations différentes. C’est ce qu’a fait l’IREF plusieurs fois en attirant l’attention sur le caractère pernicieux des statistiques publiées par Thomas Piketty, pourtant reprises telles quelles par les journalistes.

Et c’est ce que font ces jours-ci deux économistes, Phil Gramm et John Early qui, eux, décortiquent en détail les données officielles du Census Bureau, l’institut de statistiques américain. Leurs conclusions vont complètement à l’encontre du discours à la mode sur l’augmentation des inégalités.

Évaluation des inégalités : aux États-Unis, les aides financières n’entrent pas dans le calcul des revenus

Ils montrent que les données du Census Bureau ne comptabilisent pas toutes les aides gouvernementales dans les revenus des bénéficiaires. En 2017, le gouvernement fédéral, les États et les villes ont redistribué 2800 milliards de dollars, soit 22 % des revenus de l’ensemble des ménages du pays. Plus des deux tiers de ces transferts sociaux sont allés à ceux des deux quintiles de revenus inférieurs.

Mais le Census Bureau choisit de n’inclure que 900 milliards de dollars dans le calcul des revenus des bénéficiaires. Les quelque 1900 milliards de dollars restants de transferts gouvernementaux ne sont pas pris en compte.

Or il s’agit d’aides importantes, notamment Medicare, Medicaid, crédit d’impôt sur le revenu du travail (les bénéficiaires reçoivent un chèque du Trésor) bons d’alimentation (qui permettent d’acheter de la nourriture avec des cartes de débit délivrées par le gouvernement), et de nombreux autres programmes incluant des prestations payées directement par le gouvernement.

Les deux quintiles supérieurs paient 82 % du total des impôts

De plus, les impôts devraient être déduits du montant des revenus, ce que ne fait pas le Census Bureau. Les Américains paient 4400 milliards de dollars par an en impôts fédéraux et locaux. Les ménages des deux quintiles supérieurs y contribuent à hauteur de 82 %.

Il semblerait logique d’en tenir compte dans les données censées mesurer les inégalités. Si tel était le cas, ces inégalités, n’auraient augmenté, de 1967 à 2017, que de 2,3 % au lieu des 21,4 % qui figurent dans les statistiques officielles : une différence de près de 90 % !

Lorsque toutes ces données sont corrigées et prises en compte, les inégalités se réduisent considérablement. Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous qui reflète la fameuse courbe de Gini : la courbe en bleu, officielle, mesure les inégalités sans les transferts (les aides) et sans les impôts et taxes payés par les deux quintiles les plus riches. La courbe en noir les traduit en tenant compte des transferts sociaux et des impôts payés. En réalité, les inégalités n’ont jamais aussi faibles depuis… 50 ans (en 2017 par rapport à 1967).

Les disparités entre les revenus s’accentuent, c’est un fait. Mais selon les deux chercheurs, le revenu réel du quintile inférieur (ajusté en fonction de l’inflation, et compte tenu de la valeur de tous les paiements de transfert, déduction faite des impôts payés) a augmenté, depuis 50 ans, de 300 % ; contre 213 % pour celui du quintile supérieur, également après impôt. Ce sont des chiffres comptables, pas idéologiques.

D’ailleurs, à mesure que les transferts gouvernementaux aux ménages à faible revenu ont explosé, le taux de participation au marché du travail de ces ménages a baissé. Désormais, les aides d’Etat peuvent atteindre 90 % du revenu du quintile inférieur.

Ce n’est pas forcément une très bonne chose mais il faut le savoir. Et fausser les chiffres sur les inégalités n’est certainement pas une manière responsable d’aborder le sujet.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Pour « l’explosion des inégalités en Belgique » ( en fait une diminution ) , voir https://indicators.be/fr/i/G10_GIN/ qui donne le coeff de Gini pour les revenus disponibles

  • Le nivellement par le bas est l’idéal de la Goche. Il est atteint quand plus de 50% touche le fond. On y est presque.

  • Il y a quand même un biais ridiculement monstrueux : exclure la redistribution du calcul est comme exclure les contre-réactions dans un système.

    Avec de tels calculs, même la matière ne peut exister : pas d’étoiles, de planètes et de ridicules homo pseudo-sapiens. Juste des particules élémentaires (et encore). Alors pourquoi et comment discuter avec des gens qui font comme si on n’existait pas ?

  • Il ne faut pas confondre la « courbe de Gini » avec le « coefficient de Gini » calculé d’après cette courbe ( https://www.belgiumforsuccess.be/index.php/fr/men-mesure-inegalites ) .
    Ce qu’on voit dans l’article, c’est l’évolution du coefficient en fonction du temps. Ce coefficient reflète le niveau d’inégalité (0=égalité totale, 1= inégalité totale). On voit qu’aux Etats-Unis il augmente effectivement, mais que cette augmentation est relativement modeste : de ~0,46 en 1990 à ~0,48 en 2010 et pas d’augmentation au-delà, pas de quoi en effet crier au loup !
    Par ailleurs, les courbes pour la Belgique et l’UE27 (voir le commentaire de Lucx) montrent que ces coefficients sont bien inférieurs en Europe (UE27 ~0,30, Belgique ~0,25) et sont, soit stables (UE27), soit en légère diminution (Belgique). Est-ce à dire que la situation est préférable en Europe ? Je ne le crois pas, car il y a un incontestable lien entre le déclin économique de l’Europe et l’ampleur de l’Etat « providence » « redistributeur » dont témoignent ces coefficients plus bas. Il serait temps qu’on donne la parole à des économistes qui étudient sérieusement ce phénomène (comme dans cet article), au lieu que les médias et tous les politiciens nous rabâchent du Piketty, qui est tout sauf un économiste sérieux.

    • On voit surtout qu’ajusté des transferts sociaux obligatoires, le coefficient de Gini aux US est en baisse, passant de 0.35 à la fin des années 60 à 0.33 aujourd’hui après avoir légèrement monté jusqu’à 0.37 à la fin des années 80. Considérer les inégalités de revenus avant impôts et transferts (aides) sociaux est juste une grosse arnaque des gaucho-étatistes : « regardez, il y a inégalité entre pauvres et riche, c’est troooohorrrrible » (on se demande pourquoi les inégalités de revenu sont horribles quand celles de pouvoir médiatique, de beauté, de talent, de classe, de taille, de poids, ne dérange que très modérément, sic.) « Il faut donc des aides pour les pauvres et des impôts sur les riches ». Sauf que forcément ça ne « résoud rien » et qu’il en faudra toujours plus, puisque ce système 1° est ignoré, 2° incite les plus modestes à ne pas sortir de leur « trappe de pauvreté » 3° contribue à l’appauvrissement général ou du moins à un moindre enrichissement puisque qu’il détruit les incitations à la création de richesse de tout le monde…

  • Grave si les inégalités diminuent, le royaume des fourmis sera bientôt le notre. Non, je ne suis pas égal à mon voisin et j’en suis heureux, c’est un c..

    • Très juste.
      On a progressivement réussi à faire accepter à « Tout le monde et son voisin » que l’égalité est souhaitable. Personnellement je préfère être moins riche et moins beau que mon voisin, si ça veut dire être quand même très riche et très beau, que d’être comme mon voisin, si ça veut dire moche et pauvre.
      Churchill parlait du socialisme comme « l’égale répartition de la misère » opposé au capitalisme « l’inégale répartition de l’opulence ».

  • bof, comparer les USA avec la France ça n’a rien à voir ..

  • bon ok pour les  » states « mais pour nous français c’est certainement identique voire pire !!!! un petit effort pour nous informer sans se laisser manipuler par Piketty !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Arnaud Pineau-Valencienne. Un article de l'IREF Europe.

En quatre décennies, le déficit public du pays devient vertigineux. Son origine remonte à la première alternance de la Ve République. La France subit par dogmatisme un chambardement en matière de gestion de ses finances publiques. Nos partenaires américains et anglais nous le ferons comprendre lors d’un somptueux dîner à Versailles par leur silence éloquent.

Les promesses démagogiques fleurissent, « flattent les mouvements d’option » et l’addition se paie immédiatement

Poursuivre la lecture

Le mois de novembre a été un mois « extrêmement doux, sec et ensoleillé », caractérisé par « un important déficit de précipitations, une température moyenne au-dessus des normales et un ensoleillement généreux », plaçant ce mois « au huitième rang des mois de novembre les plus chauds depuis le début du XXe siècle ».

C’est ce que l’on pouvait lire… il y a un an, lorsque le mois de novembre 2020 était la star des émissions de grande écoute en même temps que le deuxième confinement et les prédictions apocalyptiques de la seconde vague.Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

Ce recueil de contributions n'a pas l'ambition d'être un manuel de la gestion parfaite d'une crise. Mais il souhaite apporter un éclairage nouveau sur les mois que nous venons de vivre et les temps à venir. Les analyses des prochaines pages ont pour trait commun de se fonder sur des faits et de faire confiance davantage aux individus qu'aux gouvernements au moment de gérer les conséquences de la crise. En espérant que cet ouvrage puisse contribuer à la discussion et faire du "monde d'après", un monde de libertés !<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles