Astrazeneca : le principe de précaution, cancer d’une société européenne en perdition

Appliqué sans discernement, comme c’est le cas avec le vaccin Astrazeneca, le principe de précaution ne protège pas, il tue !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Macau Photo Agency on Unsplash - https://unsplash.com/photos/xz56Eboifkc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Astrazeneca : le principe de précaution, cancer d’une société européenne en perdition

Publié le 17 mars 2021
- A +

Par Philippe Charlez.

Un évènement, un acte, une décision ne sont pas seulement risqués par la gravité de leurs conséquences mais aussi par leur probabilité plus ou moins grande d’avoir lieu.

Ainsi, la gravité d’un accident d’avion est bien plus importante que celle d’un accident de voiture, de moto, de vélo ou de piéton. Dans le premier cas votre chance de survie est mince alors que dans le second vous vous en tirerez dans la plupart des cas avec un bras ou une jambe cassée voire moins. En revanche, la probabilité d’un accident d’avion est infime par rapport à celle d’un accident terrestre.

Aussi, en termes de risques, voyager en avion est 50 fois moins risqué que de conduire sa voiture et 500 fois moins risqué que de se déplacer dans Paris à pied, à moto, à vélo ou en trottinette électrique.

La perception et la maîtrise du risque avec le principe de précaution

Pourtant notre ressenti est bien souvent aux antipodes de la réalité. Nous percevons le risque en nous basant sur la seule composante gravité, ignorant la plupart du temps la probabilité d’occurrence.

Cette perception erronée est aujourd’hui largement renforcée par la communication numérique : chiffres erronés, jugements hâtifs et dénués de preuves, témoignages émotionnels, images choc, déclarations alarmistes et allégations mensongères sont autant de leviers donnant à l’opinion publique une version tronquée et fausse du risque réel.

La maîtrise du risque se complète d’une décision exceptionnelle qui doit faire exception : le principe de précaution. La France l’a inscrit dans sa Constitution en 1995 à la suite d’un certain nombre de crises sanitaires : sang contaminé, vache folle, grippe aviaire.

Dans sa version initiale, l’article énonce :

Tout déficit de connaissances scientifiques doit conduire à des mesures effectives mais proportionnées visant à prévenir le risque.

Le principe de précaution s’inscrit clairement dans une conception d’évaluation et de maîtrise du risque. Il est destiné à restaurer la confiance des citoyens.

Mais, sous la pression de groupes écologistes, la Charte de l’environnement de 2005 promulguée par Jacques Chirac a profondément modifié l’esprit de l’article de 1995. Elle a octroyé aux pouvoirs publics le droit d’appliquer ce principe face à toute incertitude scientifique.

D’un principe d’évaluation du risque, le principe de précaution a progressivement évolué vers un principe de démonstration du risque zéro. D’un principe d’action (décider de faire en toute lucidité), il est progressivement devenu un principe d’inaction (ne pas faire). Il a transformé une « liberté responsable » en « une liberté présumée coupable ».

Astrazeneca et le principe de précaution en France

La décision des principaux pays européens de suspendre le vaccin Astrazeneca s’inscrit typiquement dans cette stratégie de délire idéologique déconnecté de toute considération scientifique.

Le Covid a tué en Europe à ce jour 800 000 personnes sur 750 millions d’habitants soit 0,1 % de la population. Parallèlement, sur les 13 millions de personnes vaccinées avec Astrazeneca, 33 personnes auraient succombé à une thrombose.

En supposant (ce qui est loin d’être le cas) que la relation vaccin-thrombose soit établie, le risque en se faisant vacciner avec Astrazeneca est donc 400 fois inférieur au risque lié à la Covid-19.

En appliquant le principe de précaution et en suspendant le vaccin Astrazeneca même quelques jours, les autorités européennes l’ont transformé implicitement en présumé coupable. Une décision irresponsable qui a de facto accru de façon substantielle le risque de morbidité Covid-19 pour des millions d’Européens. Appliqué sans discernement, le principe de précaution ne protège pas, il tue !

Voir les commentaires (79)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (79)
  • L’énoncé correct actuel du principe de précaution est  » la nouveauté est coupable jusqu’à ce qu’elle soit prouvée innocente » ou, en variante familière  » j’ai peur de tout, donc il faut tout interdire »

  • La ce n’est plus du principe de précaution, c’est de la panique.

  • Primum non nocere
    Avec de tels retours ,effets indésirables graves,décès ,en si peu de temps n’importe quel autre nouveau médicament aurait été retiré immédiatement.
    La notion de bénéfice/risque qui prévaut à l’utilisation de tout médicament s’inscrit aussi dans un contexte pathologique à prendre en compte,un vaccin est destiné à des personnes saines,il doit être à ce titre irréprochable.
    La suspension a été annoncée mardi pour 24 h,puis on nous dit que l’EMA rendra sa décision jeudi tout en annonçant depuis qu’il n’y a aucun problèmes,la décision est déjà prise,que Mme Cook sa présidente se fasse vacciner avec!
    Même le Pr Khan,pourtant défenseur de la vaccination et pourfendeur des anti a enterré sans fleurs ni couronnes ce vaccin hier dans une interview à Sud-Ouest.

  • On ne peut pas comparer, quelques semaines d’utilisation d’un vaccin avec un an de pandémie.
    Le chiffre de 800.000 morts par le virus est sûrement exagéré, nous pouvons dire qu’il y a eu 800.000 morts qui étaient porteurs du covid, mais tous ne sont certainement pas morts directement à cause du virus. SUR UN AN.
    Le vaccin astra est utilisé depuis 2 mois…
    Et l’article ne dit pas quel est l’âge des victimes du vaccin. Rappelons qu »en deça de 60 ans, le covid ne tue pratiquement personne.
    Laissons les citoyens choisir de se vacciner ou non, et quel vaccin ils veulent.

    • Exact. On cumule les morts depuis l’apparition du virus, alors qu’en plus nous n’avons plus affaire au même virus. L’honnêteté serait de cumuler par variant, comme pour la grippe saisonnière dont on n’additionne pas les morts d’une année sur l’autre.

    • Très bien de rappeler que il y 800 000 morts avec covid et non morts du covid………..

    • D’accord avec AlfredSG. Et j’ajoute, en connaissance de cause, que de nombreux décès n’ont même pas été confirmés covid. En fait, la démarche était : si PCR négative, on fait un scan. Les radiologues ne prenant aucun risque concluaient systématiquement « images compatibles avec un covid » ou « on ne peut exclure un covid »… Et certains cancers bronchopulmonaires se sont retrouvés étiquetés covid avec, bien sûr, une prise en charge pas adaptée

    • Bon, les « amis » libéraux : je vous aime beaucoup, Contrepoints me semble être un site sérieux, mais là franchement…

      Vous pouvez être contre l’obligation vaccinale (en tant que libéral, ça se comprend), mais « liker » en masse des commentaires incohérents tels que celui-ci, vraiment ça ne fait pas sérieux !

    • Pour le « virus inoffensif », nous ne sommes pas sûrs de la cause des décès. Mais pour le « méchant vaccin », là c’est sûr ! Sérieusement ? C’est quoi ce délire ?

  • Casuffit demande de la patiente…mdr

    • vu l’utilité de ces vaccins, c’est un mauvais exemple pour dénoncer le principe de précaution.

    • Vous avez arrêté les études de science en quelle classe ?
      Ce post est truffé d’approximations et de contre vérités.

      Vous affirmez « Certains des dits vaccins actuels sont déjà accusés d’avoir provoqué certaines de ses mutations ».
      Où avez-vous vu ça ? Savez vous comment fonctionne un vaccin ? Savez-vous ce qui crée des mutations ? Savez-vous ce qu’est un virus ? On sent quand même un bon paquet de lacunes chez vous.

      • Mais qu’est-ce que c’est que ce bouffon qui vient étaler son ignorance crasse des analyses bénéfice/risque, son incompréhension des statistiques élémentaires, son inculture médicale et ses théories du complot loufoques…

      • laurent75005, ne seriez-vous pas par hasard Laurent Alexandre ?

  • mon principe de précaution à moi , c’est de ne pas me faire piquer par des produits qui sont sortis en quelques mois comme par magie ;

    • Hormis les affamés, personne n’oserait manger un sandwich trouvé dans une poubelle.

    • Vous avouez votre ignorance ma chère Véra! Ils ne sont pas du tout sortis par magie, mais la science biologique fait de grands progrès qui permettent d’aller plus vite. Ce sont surtout les astreintes administratives qui retardent les essais cliniques des médicaments. Vu l’urgence celles-ci ont été levées pour permettre la commercialisation rapide de vaccins, mais les essais de ces derniers ont bien eu lieu.

  • Pour établir une relation de cause à effet entre ce vaccin et une pathologie quelconque, il faut comparer l’incidence du symptôme suspecté dans les jours suivant la vaccination par rapport à la même durée sans vaccination.
    Par exemple si la probabilité d’AVC dans les 3 jours après vaut 10 fois celle dans 3 jours « normaux » en quantité statistiquement significative, on peut soupçonner une influence du vaccin. Si c’est 10 fois moins on pourra soupçonner que le vaccin protège aussi d’un AVC à court terme (!) . Dans le cas qui nous occupe, vu le nombre important de vaccinations et le nombre non négligeable de cas de cette thrombose spécifique, je pense qu’on a le moyen d’évaluer le risque imputable au vaccin. Et quand bien même ce risque ne serait pas négligeable, il faut encore le comparer aux conséquences de renoncer ou retarder la vaccination.
    Je serais curieux de savoir combien de vies humaines coûteront les 3 jours de délai de ce colloque européen pour faire un calcul somme toute assez simple.

    • Je crois avoir lu que le risque d’accident veineux est multiplié par 2. A confirmer.
      Votre raisonnement est valable sur le plan statistique et je suis d’accord avec ça. Mais il méconnaît l’individu. Et au final, c’est toujours un individu qui prend la décision.
      D’une certaine manière, si l’on opte pour une vision collectiviste de la vaccination, alors il ne faut pas suspendre AZ, car collectivement, les avantages de la vaccination l’emportent sur les éventuels dangers individuels.
      Si l’on opte pour une vision libérale, il devient nécessaire de prendre un peu de recul, de procéder à une analyse complémentaire pour offrir à l’individu qui se fera vacciner la certitude du risque précis qu’il prendra.
      En tant qu’individu face au doute, parmi de nombreux autres individus face à leurs doutes, cette précaution m’apparaît finalement plus productive que la situation où l’on verrait un nombre grandissant de patients refuser ce vaccin, parce qu’on n’aurait pas pu ou pas fait l’effort de vouloir les rassurer. Je considère donc que la voie choisie par les pays qui ont suspendu provisoirement ce vaccin est la plus raisonnable.

  • La FDA n’a toujours pas autorisé ce vaccin,l’Agence Suédoise du médicament a elle aussi suspendu le vaccin alors que le groupe est Suédois-britannique ,alors même que la Suède s’est distinguée en Europe sur les mesures vis à vis de sa population,attitude jugée irresponsable par tous nos diafoirus supermenteurs pour un bilan pourtant inférieur en terme de morts/hab et bien moins catastrophique sur le plan économique.

    • Et si au lieu de pleurnicher sur une vaccination avec un produit insuffisamment testé on se demandait pourquoi ont été systématiquement écartés tous les traitements qui auraient ralenti l’épidémie, évitant la saturation des services de réa et laissant plus de temps pour finir les tests de validation de ces foutus vaccins . Actuellement nous sommes dans le cadre d’une expérience puisqu’il est impossible de donner un consentement éclairé pour cause de manque de données . Je suis pro-vaccins, personne ne peut nier leur utilité mais là, qu’il soit ou non rendu obligatoire, je m’en moque, je ne l’utiliserai pas avant au mois 2 à 3 ans . Ivermectine, azithromycine, HCQ, zinc et apport en D3 sont en général suffisants pour des gens de moins de 70-75 ans ne présentant pas de comorbidités . Après, chacun est libre de jouer à la roulette russe avec un virus particulièrement évolutif …

  • Si l’on tient compte des bons résultats en Grande-Bretagne de ce vaccin, il n’y a pas lieu de le suspendre. https://www.lepoint.fr/sante/kine/demorand-vaccination-bonnes-nouvelles-venues-de-grande-bretagne-08-03-2021-2416792_2467.php

  • Article bien étayé et judicieuses mises au point.
    Je voudrais ajouter une notion qui en est, comme souvent qu’on aborde ces questions de danger et de risque, absente et qui est la « personnalisation » du risque.
    S’il est en effet plus risqué au km parcouru de prendre sa voiture plutôt que l’avion, le premier mode de transport permet de conserver la main sur sa vie, si j’ose dire. A bord d’un avion, lors de l’amorce d’un accident, je ne puis qu’être impuissant en m’en remettant totalement aux compétences du pilote, dont j’ignore tout. On m’intime de faire confiance aux statistiques. En tant que conducteur de ma voiture, face au danger, je peux agir et si je suis bon, m’en sortir vivant. Je suis maître de mon destin. Ceci compense l’accroissement du risque, en tout cas pour les meilleurs d’entre nous. Quelles que soient les statistiques, je peux les vaincre.
    Ainsi, de MON point de vue, je préfère être informé du risque même minime de cette vaccination, qu’elle soit éventuellement suspendue, pour avoir le choix éclairé de ne pas m’embarquer dans un processus dont j’ignore si le pilote est sérieux ou atteint d’une tare qu’on m’aurait cachée… Je prends certes un plus grand risque à ne pas me faire vacciner mais je reste maître de ma vie en choisissant de conserver mon masque et mon gel plus longtemps. Je préfèrerai toujours la voiture à l’avion.

    • J’approuve, et signe des deux mains. Notre habitude malsaine de tout mettre en chiffres, en graphiques, en statistiques souvent manipulées, nous pousse à ne pas prendre en compte le facteur individuel. Un risque n’est pas tel dans l’absolu. Ce n’est qu’une moyenne. Le risque pourra être infirme pour certains individus, important pour d’autres. À chacun de faire ses choix, et ensuite de les assumer. Qu’on cesse, par pitié, de décider pour nous!

      • Sinon, comme disait Churchill: « je ne crois que les statistiques que j’ai moi-même falsifiées »

      • ce n’est pas de « tout » mettre en chiffre qui est une plaie, c’est l’idée de « l’interet commun « …

        ce n’est pas parce que le risque est grand pour certains qu’il n’ont pas le droit de s’en foutre..et ce n’est pas parce que le risque est faible qu’ils devrait être insouciant..

        les scientifiques sont parfois scientistes.. publiquement très souvent, entre eux, rarement.

    • « Je préférerai toujours la voiture à l’avion. »
      Même avec 5 semaines de CP + tous vos RTT, vous n’irez pas très loin en voiture. Perso je préfère l’avion d’une compagnie sérieuse qui entretien bien son matériel et forme des pilotes efficaces. En voiture, même bon pilote, vous risquez de rencontrer quelques milliers de conducteurs tarés, drogués, malades, mal voyants etc… ( liste non exhaustive) sur route et sur autoroute, sans compter l’état déplorable du réseau routier et les aménagements délirants de « sécurité routière » aggravés par le zèle exacerbé de nos pandores nationaux avides d’amendes en tous genres! Mon principe de précaution, c’est de prendre ma voiture le moins possible et rester d’une vigilance sans faille quand je ne peux faire autrement!

      • mouais..ce que vous dites est vrai…
        sauf que..
        ça n’empechera jamais une personne de penser  » je préfère une voiture à l’avion »..

        vous devez procéder de la sorte…

        en demandant y a t il des raisons à cela?
        si oui, il donne des raisons , c’est qu’il pense que c’est un choix réflechi..et on peut le faire changer d’avis… sinon, « chacun ses gouts »..

        je préfère la paella à la choucroute.

        paradoxalement vous justifiez sa plainte…chiffrer…

    • « …je préfère être informé du risque même minime de cette vaccination, qu’elle soit éventuellement suspendue… »,
      Pas de souci pour l’information. Mais a partir du moment ou le fait de se faire vacciner, ou non, est un décision individuelle, ce qui est très bien, pourquoi la suspendre ?
      Risque global du COVID : https://fr.statista.com/statistiques/1104103/victimes-coronavirus-age-france/
      Risque de thrombose : 0,00068% (et comparable à une population témoin !)
      Suspension stupide.
      A chacun d’apprécier le bénéfice/risque et de se faire vacciner ou non.
      Pour les enfants, bien sûr vaccin inutile.

  • Vous savez, le « scandale de l’inclusion d’un fragment d’ADN viral dans nos propres chromosomes », c’est exactement le mode de fonctionnement de 100% des virus depuis qu’ils ont infecté le premier organisme unicellulaire. On peut difficilement parler de révolution dans ce cadre !

    • Vous confirmez par ce post votre méconnaissance totale du sujet

      • Pas vraiment :
        1 – effectivement on soupçonne fortement l’implication de virus dans le génome humain
        2 – il est une chose d’une phénomène naturel, il en est une autre d’une phénomène « artificiel ».

        Prendre le principe de précaution dans la dénonciation d’une mesure de pharmacovigilance c’est un peu dénoncer un principe de précaution dans les crashs tests des voitures !

    • @anagrys merci de vous informer, lisez ou écoutez le dr Alexandra henrion caude généticienne par ex .

  • La mort d’un homme est une tragédie,la mort d’un million d’hommes est une statistique,signé Staline.
    Statistiquement le vaccin est fiable…

  • Le principe de précaution doit être enlevé de la constitution. Il contient et impose une base d’irrationalité, et la constitution n’a pas pour objet de traiter de ces choses.
    De même les lois mémorielles doivent être abrogées de toute urgence. L’Histoire « est », elle est un enseignement fondamentale, une source, comme l’expérience et la transmission, elle ne doit pas être un outils de manipulation.
    La France ira dans le mur tant qu’elle n’aura pas compris ça !

  • Une pause d’une semaine sur une campagne de vaccination pouvant prendre des années, ça ne me gêne pas bien au contraire,ca me rassure.
    Y a un problème, il faut essayer de le comprendre ou alors on peu nier le problème, le dire mineur, l’avenir nous dira qui a fait le bon choix… De mauvais lots, une mauvaise conservation, pourquoi pas une piqûre mal appliquée, tout est possible, comme des personnes ayant le risque avant vaccination. Faut savoir pour éviter que cela se reproduise.

  • Vous y allez fort dans l’énoncé de la déconnexion de toute considération scientifique. pour rappel les études et les résultats sont uniquement le fait des labos et quand on connaît leur altruisme, un nombre élevés de médecins , professeurs etc se méfient de l’urgence dans laquelle les vaccins ont été mis sur le marché. pour l’autre groupe de médecins etc favorables ils sont liés pour la plupart avec des sérieux conflits d’intérêt. dernière remarque au vu de vos chiffres , la plupart des morts du « covid » ( bizarrement on ne parle plus de mort d’autre pathologies) approchent la moyenne d’âge de 85 ans . stop à ces mensonges éhontés.

    • le système repose sur la méfiance, doublée de confiance dans les procédures…

      moi je suis méfiant..mais si j’ai un doute je lis les publi…

      je vous rappelle que médecins et professeurs peuvent donner des médocs inefficaces pendant des années avant que des effets indésirables soient vus…

      lire les publis, constater que les normes de precautions sont suivis.. c’est la condition pour dire qu’on pratique une médecine non spa sans risque mais avec un risque « normal »… et bien sur faire un suivi après lancement..

      On se fout des conflit d’interet des labo…en ce sens qu’on a mis en place des mesures standards de precaution pour s’en foutre…

  • On va vous tuer pour vous maintenir en vie.

    Grandiose.

  • j’approuve, il faut piquer, quoiqu’il en coûte bon sang
    certains émettent des doutes sur les stats des « mortscovid », mais ici, on vous le dit juré promis, on ne trouve pas de lien entre des effets , parfois mortels, du vaccin
    d’ailleurs, dans le même ordre d’idée, il faut recommander tous ces traitements de charlatans, qui eux ne tuent personne, on ne va pas risquer des morts peut-être évitables, sous prétexte que rien n’est prouvé tout de même, c »est pousser le principe de précaution trop loin non?
    ah ben non, une fois pour toutes, le vaccin c’est super, les traitements c’est du vaudou
    j’ai bon là?
    ayez confiance braves gens
    tiens, il y aurait plus de « jeunes » en réa, le stock de vieux serait épuisé?

    barnum tragique

  • Les Européens vont pouvoir accuser les Anglais.

  • Tout en étant totalement en accord avec vous sur le ‘principe du trouillomètre à zero’ qui paralyse toute action, je ne suis pas tout à fait d’accord sur vos statistiques.

    Elle ne sont pas fausses, bien entendu, mais mon sentiment à l’égard de cette polémique tient compte d’un facteur supplémentaire;

    Vous comparez les décès entre vaccinés et covidés, j’y ajoute la probabilité d’être ni l’un ni l’autre, en me tenant à distance de mes congénères et des vaccins.

    Mais au fait vous avez raison, je fais du ‘principe de précaution’ comme Mr Jourdain fait de la prose…

    • « je fais du ‘principe de précaution’ comme Mr Jourdain fait de la prose… »

      C’est votre droit (et le mien) et votre nature humaine (et la mienne). Le principe de précaution n’est rien d’autre que la peur de l’inconnu.

      Cette peur de l’inconnu est incontournable pour un humain (ou toute espèce animale) mais n’a pas de sens pour un groupe, une espèce, un pays, l’humanité.

      Et la grosse arnaque est que le principe de précaution n’a jamais été inventé pour donner une solution à l’inconnu (ce qui est par définition impossible), mais pour protéger les individus au pouvoir.

  • Rous ces pseudo,statistiques, pseudo scientifiques , pseudo politique(les pires)pseudo informations,pseudo « agences »(en realité des fourres tout pour bons rien), nr font qu’engendrer les confusions . Il n’est quasi plus possible de se faire une opinion qui ne soit pa

  • qui ne soit guidée par untel; Il est urgent d’arreter toutes ces recommandations qui créent la confusion, toutes ces statistiques qui s’opposent au gres du vent.Un rêve: avoir de vraies informations et ,prendre sa décision seul

  • Je suis d’accord avec vous casuffit, dans la mesure où les articles mélangent personnes en bonne santé (où le risque de mort due au Covid est inférieur au 0,1% constaté et surtout inférieur au risque de décès du à AZ) et personnes fragiles pour qui en effet, le risque avec AZ est nettement inférieur au risque du Covid seul.

  • « Quid des effets délétères à moyen et long terme secondaire à l’inclusion d’un fragment d’ADN viral dans vos propres chromosomes »

    Encore un qui n’a rien compris au mode de fonctionnement des vaccins à ARNm.
    Ce serait pas mal de se renseigner un peu sur la réalité : https://presse.inserm.fr/les-vaccins-a-arnm-susceptibles-de-modifier-notre-genome-vraiment/41781/

    Pour le reste et la patience, on se demande où et comment vous vivez pour souhaiter que cela continue avec le couvre-feu, les hôtels et les resto qui ferment à tour de bras, les entreprises qui sont exsangues et la horde de chômeurs qui frappe à nos portes.

  • C’est impossible et c’est vrai Mr veran me l’a dit droit dans les yeux à la télé. Mais on donne au mourant des anticorps.. Quand il n’y plus de virus, et ça marche.. La caisse enregistreuse.

  • Cet article est un sophisme à lui tout seul et relève de la pensée magique.

  • sauf que lorsqu’on est jeune et en bonne santé on ne risque pas grand chose avec le covid donc pourquoi se faire vacciner ?

    • La question n’est pas là. Les chercheurs ont essayé de créer une vaccination « universelle » d’un corinavirus qui par definition mute en permanence. Ce n’est pas un pb de technologie arn ou de retrovirus. C’est que la proteine S reproduite par ces vaccins comme celle du virus ce fixe sur la proteine membranaire ace2 qui est elle même impliquée dans les processus inflammatoires. Avec l’espoir qu’au bout de 3 semaines on cree des anticotps pour une maladie elle même peu immunogène.
      C’est du prototype vendu à tout le monde.
      Il faudra apprendre à vivre avec et surtout prevenir et traiter precocemment.
      La on traite au doliprane et au bout de 10 jours on compte les lits de rea géré par la sacrosainte ARS.

    • Effectivement, plus on est jeune moins le choix est facile.

  • Les labo avec leurs vaccins appartiennent déjà à un monde dépassé. L’avenir est aux appareils de purification de l’air, partout, tout le temps. Et tout sera en bien meilleure santé, et sans médicaments!

    • OUI. D’autant plus que ces systèmes de purification: Ozone , UV , Lumière pulsée..
      et autre dispositif de filtration -circulation d’air à contre courant, sont utilisés depuis longtemps dans l’agro industrie.

  • Si le principe de précaution était encore appliqué quelque part, on vaccinerait uniquement les personnes de plus de 65 ans et celles souffrant de maladies chroniques (diabète, hypertension) ou d’obésité, soit au moins 95% des cas de complications. L’immunité collective, les mutations, l’arrivée des beaux jours feraient le reste.

    Au lieu de ça, on part dans une folie vaccinatoire à vouloir piquer les enfants et les jeunes adultes aussi, pourquoi ? Ils n’ont quasiment aucune chance de décéder du Covid, et les vaccins ne les empêcheront pas d’être porteurs et donc contagieux : en clair, absolument aucun intérêt scientifique ou médical.

    Alors oui, les vaccins ont dûs être testés dans tous les sens pendant des mois. Mais on parle tout de même d’une technologie très récente, qui n’avait jamais été mise sur le marché avant (sauf chez les vétérinaires pour la grippe des cochons ), et d’un virus apparu il y a moins d’un an et demi. Comment être parfaitement sûrs que ces vaccins n’ont aucun effet indésirable sur le long terme ?

    Imaginez qu’à l’instar de la Dépakine, ils provoquent des malformations sur les foetus. Après tout, le nombre de tests qui ont été faits sur des femmes déjà enceintes, ou bien sur des femmes tombées enceintes après avoir été vaccinées, ne doit pas être si considérable que ça vu le timing (un vaccin conçu en un an, contre une grossesse qui dure neuf mois). Ou bien imaginez que ça cause une perte de fertilité au bout de quelques années. Si 100% de la population mondiale est vaccinée, on sera un peu dans la merde…

    • Je suis entièrement d’accord. Vacciner les personnes vulnérables a du sens. Vouloir vacciner TOUT LE MONDE, c’est de la folie furieuse,

  • Soigner en amont.
    Donc s’attaquer aux causes de comorbidité qui aggravent l’effet du Covid (hypertension, obésité, diabète…).
    Donc s’attaquer au lobby du sucre et de la malbouffe (connue aussi sous le nom d’industrie agro-alimentaire).
    Donc… non, on va plutôt continuer à faire tourner Big Pharma à plein régime !

    • ah donc le lobby du sucre vien remplir l’assiette de monsieur charcutier..
      vous dénoncez quoi ? que le lobby du sucre fasse de la pub pour le sucre?

      et les accidents de la route c’est le lobby de la bagnole;..et l’alcoolisme le lobby des vignerons???

      mon cul…

      tu veux voir » la faute à qui » ? tu te regardes dans la glace, et si tu ne vois rien, tu regardes ton député…

  • Le principe de protection du risque doit être remplacé par un principe de protection du danger, celui-ci étant le risque multiplié par la probabilité qu’il se présente.

  • Autant je suis contre ce principe de précaution autant la démonstration dans le cas présent est une arnaque !
    Quel était la probabilité d’une infirmière de 36 ans en parfaite santé de mourir du COVID ?
    Est ce que cela valait la peine de prendre le risque du vaccin ?
    Un vaccin est toujours dangereux, mais il protège de quelque chose de plus dangereux ? Est le cas ici ?
    Sauf à être en poste dans une unité Covid, je ne crois pas.

    • euh…ça n’a rien à voir avec le principe de précaution ici..

      par nature l’extrapolation du principe de précaution au domaine médicamenteux serait on interdit tout nouveau médicament quand on a pas de preuve absolue de son innocuité… donc on interdit tout..

      qu’une infirmière se vaccine ou pas devrait la regarder…et elle seule…
      qu’elle reste infirmière regarde celui qui la paye.. et en france..

      le rapport bénéfice risque est par nature subjectif..la peur ne se commande pas et n’est pas rationnelle.

      c’est tout…

      alors contrairement à ce que certains pensent on a bien des chiffres et des statistiques…

      une question, est t il rationnel de jouer au loto?

      on ne devrait pas avoir le droit de contraindre une personne à se vacciner… point barre, et on n’ pas le droit de contraindre une personne à se soigner en général.

      mais on a le droit d’exiger qu’une personne le soit pour la laisser entrer chez vous..

  • @ M ou Mme Bac +13 en médecine

    Avez-vous les études sur les vaccins ARNm et AZ prouvant votre théorie de la « médication génique » ? Où est-il dit que tel fragment d’ADN du vaccin doit aller se loger entre tel et tel gène de tel chromosome ?
    Soit :
    Coronavirus = ARN
    ARM messager = ARN

    Coronavirus = pas de danger pour le génome (comme les rhumes)
    ARNm = danger car « médication génique »

    J’espère que vous ne fumez pas, car la combustion de végétaux modifie bien plus l’ADN de vos cellules pulmonaires qu’un brin d’ARN conçu pour produire un spike inoffensif.

    • Bref ! Vous pouvez être antivax (même si c’est noc), libre à vous, mais casuffi, bah non.
      D’ailleurs je ne vois plus « la petite bête » et ses théories du complot.

      Vous likez sérieusement quelqu’un qui se réfère à Alexandra Henrion-Caude ? Vous êtes vraiment sûrs qu’on va vous injecter de la 5G dans le vaccin ? Sérieusement ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En décembre dernier, alors que l'hystérie de la presse était à son maximum concernant ce qui se transformait en épidémie carabinée de rhume omicron, 194 pays se sont mis d'accord pour accroître les pouvoirs de l'OMS.

Bien évidemment et comme trop souvent lorsqu'il s'agit de décisions très importantes qui vont présider à l'avenir de millions d'individus, la presse a conservé une discrétion de violette au sujet de ce processus qui vise effectivement à renforcer les capacités d'intervention de l'Organisation Mondiale de la Santé en cas de... Poursuivre la lecture

Par Jérôme Blanchet-Gravel, depuis le Canada.

Les images ont fait le tour du monde : les camionneurs canadiens et leurs supporters ont paralysé toute la fin de semaine dernière la capitale fédérale d’Ottawa pour manifester contre la vaccination obligatoire que veulent leur imposer Ottawa et Washington pour pouvoir continuer à exercer leur métier. Plus largement, le mouvement proteste contre les mesures sanitaires abusives et liberticides, de même que contre l’idéal du risque zéro qui les justifie, devenu une quasi-religion d’État au Ca... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Coups de comm et postures contre-productives.

L’objectif était louable, puisqu’il s’agissait de faciliter l’accès au vaccin des pays à niveau de revenu faible ou intermédiaire : ils ont dû se partager jusqu’ici la moitié des doses distribuées alors qu’ils concentrent 85 % de l’humanité.

Le programme de solidarité internationale Covax manque tellement de doses que l’OMS a demandé, vendredi, aux pays occidentaux de cesser de vacciner leurs propres enfants et adolescents pour donner les doses corresponda... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles