Sixième frein à l’entreprise : fonds propres et trésorerie

Fonds propres et trésorerie, certainement le plus grand frein à l’industrie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by lilzidesigns on Unsplash - https://unsplash.com/photos/B5NMSjIJGn4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sixième frein à l’entreprise : fonds propres et trésorerie

Publié le 16 mars 2021
- A +

Par Claude Goudron.

 « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain. »

C’est le « théorème de Schmidt » énoncé le 3 novembre 1974 par le Chancelier allemand qui a fait évoluer l’Allemagne et régresser la France pour ne pas avoir su ou voulu l’appliquer.

Fonds propres et trésorerie : une évidence qui nous a échappé

En effet, une entreprise à qui l’on permet de dégager un résultat significatif en distribuera une partie à ses actionnaires, ce que le Français n’aime pas, mais une grande partie ira dans ses comptes sous forme de fonds propres, eux-mêmes générant de la trésorerie.

Un retard pris depuis les années 1990

Durant les années 1990 la France était encore compétitive par rapport à l’Allemagne. Les écarts de productivité pouvaient, mais non sans danger, être compensés par une dévaluation du franc.

Celle-ci permettait de conserver, voire conquérir des marchés mais rendait les produits d’importation plus chers, ce qui n’était pas très bon pour le pouvoir d’achat des Français mais surtout pénalisait de nouveau les entreprises utilisant des matières premières dont le pays ne disposait pas, en particulier le pétrole.

On connaît la suite : inflation, taux d’intérêt s’envolant et de nouveau perte de compétitivité débouchant sur de nouvelles dévaluations telles que celles que l’on a connues sous Mitterrand.

En 2000 est apparu l’euro, que plus personne n’envisage maintenant d’abandonner. Au lieu de nous réformer alors que nos finances étaient encore saines, nous avons créé les plus absurdes réformes dont les 35 heures et la retraite à 60 ans.

Gerhard Schröeder, homme de gauche, a très rapidement senti le danger de déclassement de son pays et a fait courageusement adopter les réformes dites Hartz I à IV (agenda 2010) qui ont permis à l’Allemagne de distancer la France.

Des investissements plus coûteux donc réduits

Alors que grâce à ces mesures les entreprises allemandes ont pu dégager une marge très confortable de plus de 40 %, la nôtre est restée trop longtemps nettement en dessous de 30 %.

Les profits allemands ont permis à l’Allemagne d’investir dans du matériel de production plus performant et plus rapidement alors que, pour essayer de rester dans le coup, la France a fait appel à des emprunts plus chers et tributaires du bon vouloir des banques.

Le taux d’endettement/PIB des entreprises françaises est supérieur de 40 points au taux allemand (134 % contre 95 %).

Il est donc évident que la capacité d’autofinancement est un facteur de développement crucial.

Un cercle infernal

Moins d’investissement c’est moins de gain de productivité donc moins de marge et de nouveau moins de capacités d’investissement. C’est aussi davantage de chômeurs qui vont peser sur les prélèvements obligatoires : le cercle infernal est engagé et cela dure ainsi depuis vingt années !

PIB 2019 :

  • en France : 2419 milliards d’euros, soit  36 100 euros par habitant
  • en Allemagne : 3436 milliards d’euros soit 41 400 euros par habitant

Alors qu’ils étaient équivalents en 2000.

Si nous avions suivi la même évolution que nos voisins notre PIB serait aujourd’hui supérieur à 3000 milliards d’euros, soit + 25 %.

Fonds propres et trésorerie : retrouver rapidement une marge équivalente à l’Allemagne

La pandémie va encore creuser l’écart avec l’Allemagne laquelle a pu mieux protéger ses entreprises grâce à sa capacité à financer un soutien beaucoup plus important.

Il est extrêmement urgent de rattraper ce retard !

Ceci d’autant plus que la France a su innover beaucoup mieux que l’Allemagne entre 1970 et 1990 avec le TGV, Airbus, les centrales nucléaires.

Les Français sont encore aujourd’hui de grands innovateurs. Mais formés à grand prix par l’Éducation nationale, ils vont développer leur projet à l’étranger sous des cieux beaucoup plus favorables à l’entreprise.

Des remèdes indispensables et urgents

Ils sont tous connus mais j’en rappelle les principaux.

  • Impôts sur les sociétés à 20 %, réduction de moitié des charges sociales en commençant par la suppression de celles ne relevant pas de l’entreprise comme les prestations familiales, la maladie (sauf professionnelle) mais de l’État.
  • Temps de travail tout le long de la carrière augmenté de 30 % pour rejoindre celui de l’Allemagne : semaine de 40 heures, retraite à 65 ans immédiatement, puis 67 ans en 2025, réduction du nombre de jours de congés, pour les secteurs privé et public.
  • Mise en concurrence des URSSAF.
  • Refonte du Code du travail réduit à 200 pages maximum, différent en fonction du nombre de salariés (TPE/PME et entreprise employant plus de 500 salariés).
  • Création de fonds de pensions français améliorant le système de retraite et finançant des fonds propres dont les entreprises ont grand besoin.
  • Simplifications administratives avec réduction drastique du nombre de fonctionnaires et surtout changement de mentalité. L’administration doit être au service des citoyens et de l’entreprise, et non l’inverse.
  • Retrait du mortifère principe de précaution de la Constitution.

Conclusion

Notre survie économique est à ce prix et la réduction drastique des dépenses de l’État en est le préalable.

Ceux qui n’ont pas compris cette évidence n’ont pas leur place dans la course à la prochaine présidentielle car c’est l’avenir du pays et de l’Europe qui est en jeu : le renoncement à ces réformes, c’est notre éviction de l’Europe et son éclatement, voire une sortie volontaire de l’Allemagne avec la même conséquence.

 

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Une autre issue possible, peut-être même la plus probable :
    L’Europe contraint la France à effectuer ces réformes nécessaires.

  • « Le taux d’endettement/PIB » pour les entreprises françaises est de 169,4 % au 3° TR 2020, contre 64.0 % ^pour les industries allemandes. https://fr.statista.com/infographie/22367/dette-des-entreprises-en-pourcentage-du-pib/

    En outre, la hauteur du ratio endettement / total du bilan est plutôt homogène en Allemagne alors qu’en France les PME ont, ces trois dernières années, très fortement augmenté leur endettement alors que les grandes entreprises, prévoyant une reprise de l’inflation, ont commencé à les réduire.

    Mais tant la France que l’Allemagne manquent cruellement d’entreprises à forte croissance – l’Allemagne, avec un faible taux de chomage, peut se le permettre ; pas la France.
    https://fr.statista.com/infographie/23684/part-des-entreprises-a-forte-croissance-en-europe/

  • « la France a su innover beaucoup mieux que l’Allemagne(…) avec (… ) Airbus, (…) » : en 1965, le » Arbeitsgemeinschaft Airbus » vise le développement d’un gros quadriréacteur avec des partenaires européens, dont les Français. Ce n’est qu’après des valses-hésitations qu’est créée la structure d’Airbus à capitaux paritaires Allemagne – France ( avec d’abord les Pays-Bas, puis l’Espagne comme partenaire très minoritaire ). Cette histoire d’origine allemande est concrétisée par Frans Jozef Strauss, Président du Conseil de surveillance de la société Deutsche Airbus à Hambourg et du consortium Airbus Industrie à Toulouse de 1970 à sa mort en 1988, les aspects opérationnels étant gérés paritairement par des Français et des Allemands ( ce qui handicapera Airbus jusqu’en 2012, où Louis Gallois et Tom Enders obtiendront l’indépendance d’Airbus par rapport aux états ).

  • Chouette alors : les effectifs de la ponction publique ont encore augmenté de quelques 35000 personnes (solde oh! combien positif en oubliant les départs en retraite remplacés immédiatement.)
    Ne me dites pas que ces nouvelles recrues vont voter libéral ou à drouate ? Merci qui ?

  • Très bon article. Cela fait presque quarante ans que le problème est connu, mais l’idéologie et la haute fonction publique n’en ont cure…

  • Claude Goudron, vous avez dit les « fonds propres » et la « trésorerie ».
    Effectivement, il s’agit, à eux seuls, du principal frein limitant la création et du fonctionnement d’une entreprise.
    Mais, ce problème que vous évoquez et lié à la rentabilité de l’entreprise face à la concurrence des entreprises étrangères produisant les mêmes produits et les mêmes services.
    Or, ce problème de rentabilité est généré par les prélèvements abusifs opérés par notre système Étatique à la fois:
    – Au niveau de la création des bénéfices et au niveau de la distribution de ces mêmes bénéfices sous la forme de salaires ou de distributions de dividendes;
    – Au niveau de la fiscalité du patrimoine des investisseurs à cause de l’importance des droits de mutation par décès et, au niveau de l’imposition sur la fortune qui, d’une façon ou d’une autre, fera sa réapparition à plus ou moins brève échéance!…
    Le résultat est patent, pour les personnes ou les entités disposant de capitaux, investir dans les PME-PMI, sous forme de prêts ou de participations, est une opération à la fois risquée et peu rentable par rapport aux opportunités actuelles offertes par des holdings ayant leurs sièges à l’étranger….

    • Ça dépend.
      Une grosse partie de mon capital est investi dans mon entreprise, qui ne subit de concurrence qu’à l’intérieur du pays, donc soumise aux mêmes règles.
      Il est bien plus rentable que n’importe quel investissement étranger, et pour les charges, taxes, impôts, etc …, pas de soucis : ce sont les clients qui paient !

  • Aucun candidat n’a ces propositions dans sa valise parce que les Français capables de voter pour sont extrêmement peu nombreux.
    J’aime bien lire ces articles qui disent ce qu’il faudrait faire, ils sont hélas utopiques (paradoxe lol).
    Il faut espérer en effet que l’Europe contraindra un jour vraiment la France à se réformer, elle prendrait ainsi au moins 1 décision utile.

  • Ce constat est pathétiquement connu de tous y compris les Politiques que l’on peut rencontrer de temps à autre. Ils savent et compatissent mais….ne font rien…
    Le drame est qu’il faut plus ou moins occuper les 6 millions de fonctionnaires et les 15 000 haut-fonctionnaires largement surpayés et tous formés à la même école du travail théorique. Loin des réalités…
    Donc on en fait quoi?
    Une seule réponse: casser les structures administratives étatiques en favorisant l’Europe des Régions (et non plus des Nations) et tant pis si ça agace Eric Zemmour!
    Il faut empêcher la pieuvre parisienne d’agir.
    La France est dans un monde irréel déconnecté mais surtout sclérosé par des acquis du passé…

  • Dramatiquement réaliste. Mais demander à des énarques de comprendre l’entreprise quand beaucoup d’entre eux n’y ont jamais mis les pieds, c’est exiger d’un muet qu’il élève l

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a une première phase dans laquelle on a vu des pans entiers d’industries partir en Asie ou en Inde. L’exemple typique est le textile où les technologies de production ont été mises à disposition du monde entier par des fabricants occidentaux de machines, suisses en l’occurrence.

 

Des machines et des procédés de production

Ils vendaient non seulement les machines, mais aussi les procédés de production. Quand les salaires vont de un à 70 comme c’était le cas entre l’Europe et des pays comme le Bangladesh, un producteur ... Poursuivre la lecture

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste.

Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait : « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible aux conséquences dangereuses, celle de l’ex... Poursuivre la lecture

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles