Covid : la France peut-elle accueillir des patients étrangers en réa ?

Selon des infos du Parisien, la France se serait déclarée prête à accueillir en réanimation des patients d’autres pays européens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by US Pacific Fleet(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : la France peut-elle accueillir des patients étrangers en réa ?

Publié le 28 novembre 2020
- A +

Par Gérard Maudrux.

Selon des infos du Parisien, la France se serait déclarée prête à accueillir en réanimation des patients d’autres pays européens.

Cette décision est cohérente sur le plan européen. Le pays ayant pu se décharger en mars avril sur ses voisins, il est normal de renvoyer l’ascenseur. La solidarité doit fonctionner dans les deux sens.

Toutefois je me demande si cette proposition est cohérente avec la politique actuelle, et correcte vis-à-vis des Français et du personnel hospitalier.

En effet, rappelez-vous que la seule justification du confinement était de ne pas saturer les lits de réanimation afin de ne pas avoir à refuser d’accueillir des patients, ce qui est arrivé en mars dans certains centres.

Mais alors que nous sommes toujours confinés, est-il logique d’annoncer aux Français qu’ils doivent continuer à faire des efforts, que de nombreuses mesures soient prolongées, parfois jusqu’à mi-janvier, et le même jour, proposer des lits à des patients d’autres pays ? Les restaurateurs apprécieront d’être ruinés pour pouvoir jouer les grands généreux à côté.

N’est-ce pas quelque part faire de la solidarité au détriment de certaines catégories ? Comme toujours, nos politiques sont dispendieux avec l’argent des autres. Ainsi dans ces pays, les restaurants pourront rester ouverts, car en cas de problème la France aura fait ce qu’il fallait pour eux si nécessaire ! Et si on s’occupait des Français d’abord, et ensuite des voisins, si cela se passe bien ?

Et le personnel des hôpitaux, essentiellement en Île-de-France, va-t-il apprécier ? A-t-il été consulté ? Avant la seconde vague, épuisés, écœurés par ce qui se passait en coulisses depuis mars, beaucoup envisageaient d’abandonner le métier. Taillables et corvéables à volonté.

Certes la décrue est bien amorcée. Nous sommes passés d’un pic à 4900 hospitalisés en réanimation à 4000 ; pas assez pour desserrer plus la vis, mais assez pour remplir avec d’autres patients ?

Il est évident que sur le plan humain, annonce ou pas, décrue ou pas, si un voisin ne peut plus accepter un seul patient en réanimation, et si nous avons un lit de disponible, nous répondrons présent.

Mais ici, nous sommes dans la communication, pas dans le domaine médical et la solidarité. Il est probable qu’il y aura des transferts, mais probablement pas dans une situation désespérée des pays concernés, qui logiquement devraient aussi voir leur courbe épidémique décroître.

C’est un bon coup de pub pour les dirigeants de chaque côté. Personnellement, je n’invite pas la presse chaque fois que je fais quelque chose d’évident.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • la générosité de la France est sans limite …avec l’argent des autres , la santé des autres , le travail des autres….

  • L’avantage c’est qu’ils ne pourront plus nos boucler sous prétexte de préserver le système hospitalier…

  • Qui voudrait aller dans un hôpital français en réa , faudrait être suicidaire.

  • Je suppose que si les hôpitaux alsaciens relativement épargnés par la COVID après la première vague de Mars peuvent rendre la pareil aux allemends qui pourraient en avoir besoin ils le feront ..Tout comme les frontaliers de la Suisse qui se remet d’une seconde vague plus impactante..

  • la démobilisation des soignants à venir va être le vrai problème (cela commence déjà d’ailleurs).

  • « la France peut-elle accueillir des patients étrangers en réa ? »

    Mais elle le fait depuis lurette avec ses sans-papiers.

  • La France peut et doit accueillir tout le Covid du monde !
    Celui qui n’est pas d’accord avec cette idée n’est qu’un raciste, un sexiste, un homophobe, un fachiste, un Ultra-Drouaaaatte !

  • Je serais allemand ou suisse, je ne voudrais pas me faire soigner en France.

  • Mon message ayant disparu , reste plus qu’a le proposer a un service de Réanimation parisien.

  • Sur le fond, c’est une déclaration d’intention, presque inévitable, imaginez qu’on dise au pays qui ont reçu des patients français qu’en retour nous n’acceptons pas le principe d’enrecevoir des leurs..

  • Oui enfin on sait bien que pas un seul patient étranger ne sera admis. Déjà il faudrait qu’il ait tous ses cerfas dûment tamponnés, qu’il soit dans le coma (car sinon il refuserait de venir…), et idéalement qu’il est dûment « cotisé » (enfin raqué) à la sécu pendant un minimum d’années pour qu’il soit considéré comme acceptable. Ou alors qu’il soit un sans papier bien politisé.

  • le socialiste est toujours très généreux avec l’argent des autres. Ou son travail, ce qui est la même chose. Macron le soi-disant « ultra libéral président des riches » montre là (une fois de plus) son vrai visage : un bureaucrate socialiste, extrait chimiquement pur d’énarque n’ayant jamais rien vu hors des livres et d’un petit jaloux qui envie ce qu’ont les autres et se construit des excuses bidon pour leur casser leurs jouets s’il ne peut pas les prendre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris reconnaît enfin que l’Hôpital est en crise, ce que nous dénonçons et abordons depuis plus de 20 années années dans la revue des anciens internes des hôpitaux de Paris. Celle-ci est adressée chaque trimestre à l’AP-HP. Son directeur devrait s’en inspirer car 40 % d’entre nous sont encore en activité, les mains dans le cambouis et les autres ont participé à la réussite du système de soins qui avait hissé le pays au premier rang des pays de l'OCDE.

L’Internat de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles