Hôpitaux saturés et Covid : rien de nouveau

Nous avons depuis longtemps des hôpitaux saturés en hiver, en particulier la réanimation, avec des personnes âgées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
SOS Hopital Public by Jeanne Menjoulet(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hôpitaux saturés et Covid : rien de nouveau

Publié le 26 octobre 2020
- A +

Par Michel Negynas.

Une situation préoccupante

Dans un article particulièrement préoccupant, le président de l’AMUF (Association des médecins urgentistes), Patrick Pelloux, reproche aux autorités de ne pas avoir anticipé l’épidémie et pointe les failles du système de santé français.

« Comment se fait-il qu’une maladie parvienne à saturer les urgences des hôpitaux ?

Ce n’est pas lié à l’épidémie elle-même, qui n’est pas franchement plus virulente que les années précédentes.

La situation actuelle tient en réalité à un cumul de trois facteurs qui mettent en avant les difficultés du système hospitalier français […].

Mais surtout, c’est la troisième année consécutive… que les hôpitaux sont étranglés par des mesures budgétaires très contraignantes. Des lits sont fermés et les médecins doivent travailler en flux tendu, sans aucune marge de manœuvre.

Que pensez-vous de la solution consistant à différer certaines interventions chirurgicales programmées pour désengorger les urgences ?

Cela ne sert à rien de déstabiliser tout le système chirurgical avec un report des lits, d’autant plus que cet arrangement présente des risques en termes de contamination des patients non hospitalisés pour cette raison. La solution n’est pas là, le problème est plus profond…

Comment expliquer que cette situation n’ait pas été anticipée ?

Nous payons le prix d’années d’inertie. La direction générale de la santé et les groupes régionaux d’observation ont bien lancé une alerte la semaine dernière, prévoyant le pic d’intensité de l’épidémie.

Mais ce ne sont que des courbes regardées par des technocrates. Les décideurs sont dans une politique de contemplation, pas d’action. Jamais autant de gens n’ont regardé les médecins travailler sans rien faire ! »

C’est brûlant d’actualité… sauf que l’article est de 2012, et qu’il s’agit de la grippe. Internet possède une redoutable propriété : tout est mémorisé. Et c’est parfois d’une implacable cruauté.

Hôpitaux saturés en hiver, depuis longtemps

On est donc depuis longtemps avec des hôpitaux saturés en hiver, en particulier les réanimations pour personnes âgées (qui, comme le mentionne l’article, sont les problèmes liés à la grippe.)

Dans ces conditions, on ne voit pas comment on pourrait absorber une épidémie de plus que celle de la grippe, de la bronchiolite, des rhinovirus…

Et il semble bien que cette épidémie de coronavirus soit saisonnière. Elle a probablement débuté à bas bruit à l’automne dernier, comme beaucoup de médecins le réalisent en reprenant leurs dossiers d’infections respiratoires de cette période. Mais au lieu d’adapter les hôpitaux aux besoins, on veut modifier les besoins en fonction de l’état des hôpitaux…

C’est une nouvelle manière d’administrer qui devient générale : pour l’électricité aussi, on va cet hiver demander aux français de faire des efforts pour diminuer leur consommation, parce qu’on a arrêté des centrales.

Nos institutions désemparées

On ne peut pas contrôler un phénomène sans indicateurs pertinents. Or, quasiment aucun des chiffres et aucune des courbes qu’on nous présente ne sont réellement significatifs.

  • Le taux d’incidence et le taux de positivité sont entachés de la non connaissance de la composition des cohortes testées.
  • En outre, nous n’avons toujours pas eu d’éclaircissements sur les normes d’application du test PCR, laissant libre cours aux rumeurs : si une partie de nos tests ont 20 à 30 % de faux positifs, comme constaté par l’IHU de Marseille, que valent ces chiffres ?
  • Le calcul du chiffre R est lui aussi opaque. Du moins, s’il est public, il se cache bien. Ses variations semblent erratiques, entre 1 et 1,4. (Rappelons que le R0, c’est-à-dire sans immunité et sans gestes barrières est estimé à 3). Il ne reflète pas le degré de catastrophisme qu’on nous assène. Alors qui croire ?
  • L’évolution des patients en réanimation pourrait être un indicateur plus fiable ; mais elle a quinze jours de retard sur le phénomène. Alors on modélise à tour de bras. Mais là encore, avec une opacité totale. Comment modéliser sans indicateurs corrects ?
  • Enfin, le nombre de décès, encore plus décalé dans le temps, souffre de deux biais : la difficulté d’appréhender les décès hors EHPAD et hors hôpitaux, et la question de l’imputation en cas de co-morbidité.

Il est proprement ahurissant d’entendre le ministre en charge des opérations, lors de sa dernière conférence de presse, avouer qu’il ne comprend rien à la subite augmentation des cas de fin septembre, et qu’il ne sait pas où on se contamine vraiment, après 8 mois de crise ! Tout cela en condamnant quasiment des restaurants à la faillite !

Alors qu’il semble qu’on vient seulement de commencer l’étude qui devrait être conduite en permanence : le suivi PCR et sérologique permanent d’une cohorte représentative aux échelons régionaux pertinents.

Bénéfice et risque

Le critère d’adoption de telle ou telle stratégie, outre qu’il nécessite les bons indicateurs, doit être basé non pas sur l’émotion, mais sur une analyse bénéfice/risque. Dans cette période, il n’existe malheureusement pas de bon choix possible.

Ne pas confiner sature les hôpitaux, confiner provoque des dégâts sanitaires, économiques et sociaux collatéraux  considérables, que l’on doit traduire non pas en vies perdues, mais  aussi en nombre de jours de vie perdus, compte tenu des différences d’âge des populations touchées.

Où sont les calculs ?

Voir les commentaires (110)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (110)
  • en tant que tel approcher de la saturation ne serait pas un problème…
    le vrai problème est la rigidité du système non non? et que
    justement après de multiples alertes pas grand chose n’a changé..

    • Le problème ce n’est ni l’hopital, ni le covid, ni le gouvernement, ni les plateaux télé, ni les réseaux sociaux … le problème c’est la bureaucratie !

      • Certes mais le principal problème est que le masque n’est pas porté correctement , que l’on ne se lave pas les mains assez souvent et que l’on ne respecte pas une distance de sécurité suffisante…Dans le cas contraire nous pourrions largement parler d’autre chose…

        • Ben voyons! Si le pays entier n’est pas capable de se transformer en un immense bloc opératoire, c’est bien entendu la faute des citoyens irresponsables…
          Vous reprenez le discours gouvernemental, qui consiste à faire porter à la population la responsabilité de ses échecs (à supposer qu’il n’y ait là que de l’incompétence, et non de la malhonnêteté). C’est inacceptable.

          • les citoyens comme vous les nommez quand je les vois je pense effectivement que beaucoup sont tristement irresponsables pour les autres…

            • Et revoilà la nouvelle définition de l’égoïsme. Avant le printemps 2020, l’égoïste était celui qui ne pensait qu’à lui. Depuis le printemps dernier, l’égoïste est celui qui ne pense pas à moi.

              • Non, depuis le printemps dernier, l’égoïste est celui qui ne veut voir que les seuls inconvénients pour lui, sans aucune mise en perspective des inconvénients pour les autres par rapport à son petit confort personnel. Il y a ce qu’on voit, combien c’est désagréable de se fatiguer à ne pas contaminer, et ce qu’on ne voit pas, combien certains autres ont payé et paient encore de tout un tas de manières pour justement ce petit confort personnel dont on croit jouir de plein droit de naissance.

                • Encore faudrait-il avoir des données solides sur:
                  1/ le confinement (et les couvres feu)…dont l’OMS indique qu’ils sont une catastrophe absolue pour l’économie et provoqueront des problèmes bien plus grands que ceux liés aux virus…
                  2/ les masques ne servent à rien à l’extérieur, ce que rappellait l’OMS il y a peu
                  3/ les tests actuels sont du fiabilité plus que douteuse (30% de faux positifs)
                  4/ le vocable être positif au covid-19 est abusif car dans biens des cas vous pouvez être porteur du SRAS-CoV-II sans déclarer la maladie COVID-19
                  5/ le rejet du principe d’immunité de groupe revient à méconnaitre fondamentalement le principe de la vaccination…puisque ce dernier se base sur l’immunité induite d’un certain nombre de personnes pour protéger l’ensemble du groupe
                  6/ plusieurs études semblent également indiquer que la vitamine D est un élément essentiel dans le bon fonctionnement du système immunitaire de l’être humain…empecher les gens de sortir de chez eux revient donc à les empecher de s’exposer au soleil, élément essentiel dans la synthèse de cette vitamine

                  Enfin, l’exemple suédois (ou l’exemple du Sud Dakota) semble indiquer que leur stratégie face au virus a plutôt bien fonctionné…et ce grace à l’éducation et à la responsabilisation de la population, plutôt que via la contrainte et la mise en place d’une dictature sanitaire.

                  • Nous avons toujours dit que les règles sanitaires étaient la base du contrôle de la pandémie…sauf que …Les français sont incorrigibles et nombrilistes…Les suédois plus disciplinés…même s’ils ont confiné leurs maisons de retraite et les personnes vulnérables..

                  • Oui. Education, responsabilisation, plutôt que contrainte, nous sommes parfaitement d’accord là-dessus. Ca passe par une sensibilisation et une motivation qui est en revanche totalement absente en France.
                    Sur la question de l’immunité de groupe, elle n’est clairement pas atteignable en France à échéance de moins de quelques années sans une véritable catastrophe de surcharge du système hospitalier. Donc même si on est favorable au principe, il faut trouver autre chose, et bien le dire sinon on aura la catastrophe, sûr, et l’immunité très aléatoirement ensuite. Les pays qui s’en sont sortis ont joué la circonscription du virus, pas l’immunité de groupe. Les pays qui semblent s’en tirer par ce biais ont des caractéristiques de contacts sociaux et de densité de population hors de comparaison avec la France…

        • C’est toujours la faute des autres.
          La France est malade du socialisme, de l’hôpital public qui coule, comme l’école, comme la justice.

          • Changer socialisme , gauchiste , collectiviste de votre vocabulaire cela habille trop facilement un manque de raisonnement flagrant…

            • Ça pique les yeux de voir la réalité en face. Le pays creve du socialisme. Ça creve les yeux.

            • Bonjour sigmund.
              Je ne peux changer, je suis libéral.
              Tous les systèmes collectivistes anti-libéraux finissent toujours par une pénurie, une explosion des coûts, et une mauvaise qualité.
              La santé est un marché comme les autres, laissons les soignants travailler, avec des prix fixés par le marché, c’est à dire négociés par les deux contractants. La concurrence entrainera des gains de productivité et éliminera les rentes.

        • si vous voulez mais… que les gens ne portent pas le masque correctement et ne se lave pas les mains…c’est leur choix..
          on doit partir de cela..
          ça changera peut être…surtout si on mise sur l’intelligence des gens pas en leur présentant masque et gel comme des amulettes..

          le problème fondamental est d’avoir un système de santé d’état..rigide..centralisé qui de fait donne le dernier mot aux politiques..

          le covid révèle..

          il n’y pas de « bonne » réponse au covid sur le plan collectif..
          il faut d’abord rappeler aux gens que leur santé leur appartient.

          • Très précisément, leur santé ne leur appartient qu’en partie, mais il leur appartient de faire tout ce qui est raisonnable et en leur pouvoir pour optimiser cette partie-là. Et de ne pas oublier que chacun peut avoir une influence déterminante sur la santé de d’autres que lui aussi, et que même quand on refuse la collectivisation, on ne doit pas mettre en danger la santé de ces autres quand on peut l’éviter par une attitude individuelle raisonnable.

            • C’est à ceux qui ont peur (que ce soit pour le covid ou pour autre chose) qui doivent en tirer les conséquences, et uniquement pour eux-mêmes.

              • OK, vous n’aviez pas peur d’être malade, donc vous aurez la plus basse priorité pour les soins… Vous êtes d’accord ?
                Peu de gens ont peur, au premier degré. La grande majorité s’en moque, ils préfèrent mourir du virus que vivre dans le monde de haine et d’ingratitude (de déchirure des contrats moraux tacites) que les insouciants leur promettent. Pourquoi les pays et les régions qui s’en sortent le mieux sont-ils ceux où règne le respect dans les relations sociales ? Dites-le moi, à votre avis !

                • quand il n’y aura plus d’argent parce que l’économie sera à terre, il n’y aura plus de soins…
                  c’est plutôt vers cela que l’on s’oriente sous l’action de nos gouvernants.

                  • Eh bien, c’est simple et ce que je défends depuis le début, proposons un mode de fonctionnement de l’économie où les gens 1) travaillent et 2) veillent cependant à ne pas transmettre le virus. Le gouvernement défend le 2) seul, et moi je me fais conspuer dès que je dis que le 1) sans le 2) n’est pas viable non plus !

                    • Autre solution : laisser mourir ces égoïstes de boomers, qui veulent faire passer leurs quelques mois de vie en + en condamnant la jeunesse et la vie de millions de personnes.

                    • Ce qui a toujours été le cas depuis la nuit des temps.
                      « oui mais gnagna une société évolué ca ne laisse pas mourir ses vieux..  » ben tiens !

                    • OK, mais après leur avoir laissé le temps de changer leur testament pour déshériter ceux qui les laissent tomber, maintenant qu’ils ont bien profité de deux ou trois décennies entretenues par ces boomers.

                    • En tout cas, une société orientale, du genre qui a contenu le covid, ça respecte ses vieux et ne les laisse pas mourir.

                    • Désherité de leurs dettes et de l’état du pays? OK!

            • Putain! ça fait déjà plus de 70 ans que je respire de l’air qui a déjà été respiré par les autres! Ces « autres » m’ont donc mis en danger vu que je ne pouvais pas me soustraire à leur contamination? Et on voudrait me faire culpabiliser parce que en 2019 on vient de découvrir qu’il y a un nouveau virus en circulation en plus des milliers d’autres qui m’ont déjà agressé quotidiennement! Au secours!!!!

              • Décidement ce pays est foutu….On vous demande juste de rester à tapoter des inepties sur votre ordinateur et que si vous sortez de mettre un masque , à votre âge vous êtes à risque…

                • Oh la la ! Encore un ayatollah qui veut imposer ses fantasmes aux autres! Continuez à croire que le masque vous protège, et si vous êtes touché, n’allez pas accuser les « autres. Vous n’aviez qu’à pas sortir et rester taper des inepties sur votre ordinateur . Mais personnellement je pense qu’il ne protège personne, et je n’en attends rien, donc quoi qu’il arrive, moi, je n’accuserai personne sans preuves! CPEF effectivement avec des??*!§ de votre calibre.

                • Question ineptie vous n’êtes pas épargné! La première c’est justement de reprocher aux autres d’en sortir.

            • Enfin un raisonnement rare et intelligent…!!!

            • ok admettons ma santé ne m’appartient pas..

              quelles limites précises..où se situe le dépassement et pourquoi..

              à mon opinion tu commets une erreur de terrain…le terrain n’es pas le droit..et donc il n’y pas de délit ou de crime..

              ce n’est pas une question de non propriété , c’est une question de respect d’autrui qui tient au civisme…au respect d’autorités comme celle de santé..crise de l’education..

              on « tolère » des amendes..pour incivisme..mais elles posent des problèmes moraux.

              • Le terrain est le terrain 🙂 . Le terrain, c’est là qu’on ne garde que l’esprit de la loi et qu’on cherche à agir de manière raisonnable dans cet esprit, ou au moins dans l’esprit qui aurait dû présider à son écriture. C’est la même chose que la subsidiarité, on ne devrait avoir à faire appel à la rigueur et à la précision que dans de rares cas où l’on est débordé. Plus on se respecte les uns les autres, et plus rares sont les débordements. Mais se respecter n’est pas tant affaire de civisme que de culture et de respectabilité. Les autorités qui ne sont pas respectables, même avec beaucoup de civisme et d’éducation au civisme, elles ne seront pas respectées.

                • mais qui ça « on »…?

                  • Oui, bonne question, « on » c’est nous, mais dans un monde idéal qui a bien peu de chances d’advenir.

                    • si il advient en déclarant criminel le comportement de « eux »..
                      c’est un monde idéal pas nécessairement souhaitable pour moi..

                      mais je le remande en pratique..où va se situer la limite du comportement punissable et pourquoi?

                      les médecins ont ,à mon humble opinion, un problème avec le covid qui est le jean foutisme pour la grippe..

                      qui ne s’est jamais posé la question dans une salle d’attente d’un médecin lors d’une épidémie de grippe.. ou à l’hosto..

                      « bah ça tue quelque milliers de vieux par an pas grave »..voila le message que le milieu médical donnait en réalité et en pratique..
                      la france ne va pas changer en un jour ..

                      un pays où les médecins « ignoraient » la grippe ne peut pas devenir un pays où le refiler le covid à un inconnu à son insu devient un crime..

                      ce pays est si bizarre que je ne sais pas si ça va conduire à une prise de conscience « hygiènique ».. durable…

          • Le masque est seulement l’indicateur qui mesure de la docilité de la population aux injonctions du gouvernement. Ceux qui le portent « mal » expriment à mon avis qu’ils ne croient absolument pas que cet « accessoire de mode » les protège du virus, et encore moins protège « les autres ». D’ailleurs, même bien porté, on se demande comment le virus peut docilement aller se fourrer dans le filtre quand il peut le contourner sans effort par les fuites périphériques! Et je ne parle même pas de ceux qui le portent avec une barbe de 8 jours vu que aucun scientifique n’a précisé que la barbe était un filtre efficace contre le virus! AMHA, la seule mesure réellement capable de freiner la diffusion du virus est le lavage des mains puisque tout ce que l’on touche est potentiellement contaminé. Quand on veut éviter qu’un malade contagieux contamine son environnement, on l’isole dans une bulle hermétique étanche et en dépression pour éviter que ses virus ne sortent. Compter sur les masques chinois( qui, c’est marqué dessus, n’arrêtent pas les virus!), c’est faire l’autruche en espérant que la maladie vous épargnera en touchant le voisin!

          • Analyser le problème du point de vue uniquement sanitaire élude les causes et objectifs de cette pandémie fabriquée (cela dépend des critères de l’OMS) à artir d’une épidémie dont l’origine reste à déterminer
            Une bonne intervention à l’Assemblée Nationale

        • prophylaxie basique+ tests et isolement masques et lavage ne suffisent pas… pour éviter le débordement des hôpitaux..ou j’en doute..

  • Excellent article, diagnostic implacable d’une catastrophe provoquée, non pas directement par une maladie, mais par la gestion qu’en ont fait les États.
    L’arrrivée d’une nouvelle pathologie est bien entendu un test pour les systèmes de santé : la France l’a totalement raté.

    • Oui, et tant que les gens pensent que « c’est la faute du virus », nus pseudo-gouvernants peuvent espérer tirer parti de la situation…

  • Du coup, vous insinueriez que notre cher ministre de la mort qui tue a menti quand il annonçait 12500 places en réanimation ? Quelle surprise !

    Dans la fin des années 90 – début 2000, nous n’aurions jamais eu ces problèmes. RB et ses successeurs ont totalement détruit l’hopital en rajoutant énormément de bureaucratie…ce qui renvoie à l’un des essais de Milton Fridman « Why government is the problem ? » et de Ludwig von Mises « Bureaucracy »…

    Dans un autre registre, je serais assez surpris de voir l’évolution du nombre de morts dans les établissements de santé marseillais maintenant que le Pr Raoult n’a plus le droit d’utiliser son traitement…si le taux de mortalité remonte fortement (eg si les marseillais respectent à la lettre ce que leur dit le gouvernemaman – ce dont je doute fortement), cela voudra dire que Raoult avait raison depuis le début et que nombre de ministres et autres ronds de cuir vont devoir prendre des abonnements longue durée chez Huggies…

    Par ailleurs, certains sur Internet commencent à relever:
    – le glissement du vocabulaire des médias et du gouvernement qui ne parlent désormais plus de pandémie mais d’épidémie…
    – que notre petit père de la nation commence s’exprimer sur la fin de cette dernière : juillet 2021…en rajoutant de manière cynique que ceci empecherait ses concurrents à la présidentielle de 2022 d’occuper l’espace public

    Enfin, les médias anglo-saxons commencent à s’interroger sur la quasi disparition de la grippe partout dans le monde (98% de cas en moins)…disparition qui d’après les études citées ne saurait s’expliquer par les mesure de distanciation sociales (le SRAS-CoV-II étant très mal élevé, il semble n’avoir que faire de ces dernières)…et ne pouvant pas non plus s’expliquer par une éventuelle concurrence entre la grippe et le SRAS-CoV-II…

    • Fin février, un médecin qui avait signé un arrêt de travail pour grippe l’a vu requalifié en coronavirus par la sécu (à l’époque, on ne parlait pas de Covid-19). J’ignore si c’est un cas isolé.

    • En fait, il semblerait qu’il aie toujours le droit d’utiliser son traitement, mais ce sera hors AMM…donc non remboursé => il lui faudra trouver des sponsors pour que l’IHU prenne en charge le coût du traitement…ce qui ne devrait pas être bien difficile…

  • « Alors on modélise à tour de bras. »

    A partir de données administratives ?!?

    J’ai lu un article du Huffington Post l’autre jour sur les « données » officielles nous expliquant que c’était compliqué mais prétendant quand-même nous « décrypter » le n’importe quoi à grand renfort d’explications vaseuses.

    Désolé, je n’ai toujours pas compris ce qu’est un taux d’incidence ou de positivité.

    Le gouvernement devrait publier ses chiffres dans The Lancet.

    • J’ai compris que le taux d’incidence n’est absolument pas ce qu’on peut comprendre sans analyse approfondie quand on entend l’expression « taux d’incidence ».

    • C’est pourtant simple! Un taux, c’est un chiffre que l’on met au numérateur d’une fraction , au-dessus donc d’un autre chiffre situé au-dessous ( le dénominateur), les deux chiffres étant habilement choisis pour faire dire à l’ensemble ce que l’on veut qu’il dise.
      Allons! Alan, il faut réfléchir! ( excusez-moi, c’est de l’humour noir malheureusement vu les circonstances!)

    • les modèles sont sans doute utiles à une compréhension de paramètres importants dans une épidémie…

      mais il me semble que la conclusion de la sensibilité importante des modèles à des paramètres auxquels on a difficilement accès amène à la conclusion…non prédictible. sauf après coup.

      • Je me rappelle le SIDA, ils ont mis 20 ans avant de sortir le résultat des modèles et estimer la prévalence de séropositifs en France, 102000 en 2002 alors que tous les médias (et de nombreux médecins) parlaient de 300 000 – 500 000 séro-positifs.
        Pour le COVID ils ont sorti des estimations largement surestimées, avant le début de l’épidémie en Février.

  • Oui, et comment se fait-il que le public se laisse convaincre que la situation actuelle est exceptionnelle?
    Sur les réanimations

  • Une chose au moins est certaine: si on avait laissé les médecins généralistes prescrire largement le protocole Raoult (HCQ + AZM), il y aurait moins de gens hospitalisés et moins de malades en réanimation. Voir: https://hcqmeta.com qui conclue définitivement aux effets positifs de l’HCQ. Bien sûr, ce n’est pas le remède miracle mais il diminue la charge virale quand c’est pris très tôt, c’est à dire dès les tous premiers symptômes (chez le généraliste) et surtout pas en réanimation, alors que la charge virale à ce stade est nulle.
    Si, par ailleurs, on avait 25000 lits de réa (comme en Allemagne) au lieu de 5000, l’histoire de la saturation serait juste une blague.
    Et on pourrait continuer à vivre quasi normalement sans couvre-feu et sans contraintes qui mettent l’économie par terre.
    Autre remarque: la perte de quelques dizaines de milliers de milliards de dollars dans les économies développées va être grave, va générer de la pauvreté, mais dans le pays déjà pauvres, cela va plonger des dizaines de milliers de gens dans la misère la plus noires, voire dans la famine. Il y aura peut-être plus de morts jeunes dans ces pays que de vieux dans les pays riches.
    Pednantce temps, en Asie et surtout en Chine, le Covid a pratiquement disparu et n’apparait plus dans le sujets de conversations, si ce n’est pour se ficher de la figure des occidentaux.

    • L’Allemagne comptabilise dans ses lits de réa, les soins intensifs de cardio , pneumo, digestive etc….Si nous faisons la même chose nous arrivons à un chiffre similaire…L’HCQ est une vaste blague …En Asie ….Comment dire: on sait porter un masque…Et si vous ne le faites pas , les autorités se chargent de vous expliquer le topo…

      • Avez-vous seulement regardé la méta analyse (lien ci-dessus) avant de dire n’importe quoi?

        • On peut faire dire ce qu’on veut à une méta-analyse. Comme le souligne M. Negymas, les caractéristiques des cohortes suffisent à cela. Il suffit d’aller voir une ou deux des références de cette méta-analyse au hasard pour constater que ces caractéristiques n’étant pas détaillées, on est dans l’affirmation purement gratuite. Si le virus a quasiment disparu en Extrême-Orient, c’est à cause d’une culture où le respect d’autrui a plus d’importance que chez nous. C’est la méta-analyse que vous promouvez qui est n’importe quoi. Si c’était l’HCQ qui avait sauvé l’Asie, ça se saurait sans méta-analyse !

          • « c’est à cause d’une culture où le respect d’autrui … »

            La notion de respect d’autrui est lui même une valeur culturelle.

            Mais on ne s’étonnera pas d’avoir des taux de contamination différents entre le Japon où on se salue d’une révérence et l’Espagne où on « éteint » un maximum de bar à tapas tous les soirs.

            Mais il faudrait être plus explicite dans l’information et ne pas pratiquer la « pensée magique » (faites comme on vous dit, l’état pense pour vous).

        • vous aurez un problème majeur avec toutes les études qui ne sont pas randomisées dès le départ , vous allez avoir un lot énorme ou ce sont des gens qui ont décidé de traiter et sont convaincus de l’effet du traitement..

          il y a largement la place pour se gourrer

      • Et vous reprochez aux autres d’écrire des inepties? Vos affirmations sur les lits démontrent le contraire!

  • Vous arrivez à l’accueil de l’hôpital de Versailles, tout n’est que crasse, vétusté… Ca respire le collectivisme. Bref, du socialisme pur jus.

  • L’article de Peloux est de février 2012, un poil avant les élections présidentielles.
    N’aurait-il mieux fait de s’adresser à l’état profond dont nous avons vu les représentants durant ces derniers mois ?

  • Prenons le problème à l’envers: un million de contaminés en 6 mois, il faudra donc 20 ans pour atteindre l’immunité collective. La seule conduite correcte dans ces conditions est de protéger les personnes à risque et d’accroître les capacités de soins intensifs. Le besoin des politiques de vouloir gérer l’épidémie est juste ridicule voire criminel.

    • à condition que notre compréhension des épidémies et de leur dynamique et fin soit correcte.

      bon il semble que la positivité des tests remonte en suède..pas bon signe…

      • Là, c’est juste très probablement que l’immunité collective reste fantasmée, mais sert d’alibi pour se croire à tort dispensé de réagir suivant ce qui marche, à l’orientale.

      • Mais ou sont donc passés les morts du COVID?
        On devrait avoir 100 décès par jour.

        • 25/10 : 116 décès à l’hôpital, 338 retours à domicile, 1298 nouvelles admissions, soit un solde de 844 malades de plus dans les hôpitaux. Vous trouvez que ça ne fait pas assez à s’occuper ?

          • 300 000 lits d’hôpitaux publics 16 000 hospitalisés covid.
            Et ils pleurnichent, il faut travailler..
            Ce sont des fonctionnaires, habitués à la pause café, à l’inertie contre tout travail.
            Il faut passer de 2 heures de boulot par jours à 4 heures.. Ils ne veulent pas et bloquent le pays.

            • Admettons. Mais vous aurez un vaccin avant d’avoir pu changer ça en France. Quant aux autres pays, comment expliquez-vous leur inquiétude ?

              • Vous êtes victime du syndrome de Stockholm.
                Toutes vos interventions sont une soumission au virus.
                Luttez contre le virus, laissez soigner les médecins, laisser les hôpitaux, les cliniques faire leur travail.
                Non Non! courage fuyons!

                • OK pour lutter contre le virus. Je ne demande pas mieux, contrairement à ce que vous croyez. Mais pouvez-vous me donner des liens sur la manière pratique de procéder ? Les médecins semblent débordés, les aides-soignantes dans les résidences de mes proches aussi, alors les laisser faire…

                  • Lisez l’OMS. Ils n’ont jamais préconisé le confinement ni le masque.
                    Isoler les malades, isoler les malades..
                    Ce que l’on ne fait pas!

                    • Là, je suis d’accord. Donc comment faire pour que les malades soient isolés ? Se taire et vous faire confiance ? J’ai des doutes, mais vous pouvez peut-être me rassurer ?

                    • Isoler les malades, c’est simple.
                      Quand une personne est PCR+, il va dans une structure dédiée (Hôtel, long séjour, club de vacances ..) et reste en quarantaine.
                      Au lieu d’avoir les résultats du PCR trop tard, de rester chez lui, de contaminer toute la famille, de contaminer tout l’immeuble,
                      Ce n’est pas grand chose; vous êtes PCR +, on vous isole 15 jours.
                      Non non on isole 65 millions de français.
                      Et MichelO d’applaudir, maugréant contre les méchants français qui ne suivent pas les gestes barrières.

                    • Et Gilib de réécrire en son presque contraire la parole de MichelO pour la fustiger et ne pas répondre à l’aspect pratique des questions…
                      Yaka ouvrir et faire marcher des structures dédiées. J’ai soutenu ça aussi en février, mais maintenant que nous n’avons pas obtenu qu’elles le soient, comment faites-vous pour les avoir, en nombre suffisant pour accueillir tous les positifs et et ceux qui n’étaient déjà pas autonomes ?
                      Ca n’aurait pas été grand chose, disais-je aussi, si les français s’étaient montrés suffisamment responsables pour s’auto-confiner. Je le préconisais ici même en février-mars. Mais ça, vous l’avez compris comme un soutien de ma part au confinement étatique !?! Je sais que parfois je m’exprime mal, mais certainement pas à ce point. Alors pourquoi tant de haine quand on vous demande de penser pratique et de sortir un peu, sans le renier le moins du monde, de votre idéal libéral purement théorique ?

                    • maintenant c’est sans doute foutu… vu l’ampleur du truc…

                      vu le nombre de cas positif..et vu le fait que ce soit une simple partie des positifs…

                      c’est bien un question de timing…

                      et c’ets là le problème quand les gens demande quoi faire..

                      quoi faire pourquoi d’abord..
                      et la réponse est c ‘est trop tard.. pour une politique d’isolement je dirais..
                      nous allons être dans la réduction des flux par du bricolage ruineux.

                      quant à demander quoi faire…
                      déjà un suivi épidémique valable…qui permette d’anticiper et de comprendre la dynamique réelle de l’epidémie!
                      ensuite expliquer aux gens la stratégie à moyen long terme…

                      car supporter de se voir ruiné..ou perdre de l’argent sans perspective de sortie…le risque d’être malade peut être préférable…

                      Et c’est bien d’abord aux personnes vulnérables et à leur proches de réaliser qu’elles doivent éviter ce virus…pour les autres c’est un risque non nul mais qui ne vaut pas la ruine .. c’est sans doute ce que tu fais michel!! tu es prudent..
                      tu seras plus rassuré si le virus circule en bas bruit…?? pendant 10 ans?

                      2021 2022…

            • De plus, 5% des lits occupés par des contagieux qui demandent beaucoup plus de personnel qu’un lit normal… Vous avez un proche dans un Ehpad où des cas sont apparus, et vous soutenez que la diminution des soins pour les pensionnaires négatifs est due à la paresse des personnels ?

              • Ca sent le vécu..
                Il y a des services dédiés, c’est le Ba-ba de la médecine.
                La tuberculose, la lèpre, tout cela est bien connu des médecins.
                Isoler les malades, mais jamais confiner les biens portants.
                Lisez les cours de médecine avant de donner votre avis sur les épidémies.

                • Ben oui, ça sent le vécu. Où sont les services dédiés dans l’Ehpad de ma belle-mère pour isoler les 10 positifs détectés il y a 8 jours ? Comment pratiquement faire fonctionner les 3 étages avec 30 pensionnaires ? Ma belle-mère est négative, mais elle n’est pas autonome. Donc comment, même en payant, me conseillez-vous de procéder pour qu’elle reçoive le même niveau de soins qu’auparavant ? J’attends des solutions, pas des leçons du haut de votre chaire.

                  • Le vécu, c’est de sortir le PCR+ de l’Ehpad pour qu’il ne contamine pas les autres. C’est de mettre en isolement le soignant positif.

                    • vous allez aussi le surveiller le pensionnaire dépendant puisqu’en Ehpad dans l’hôtel du coin…Réflechissez un peu…!!!

                    • Le pensionnaire dépendant PCR+ va dans un service covid.
                      Réflechissez un peu…!!!
                      Comparez le coût modeste de 10k malades isolés et de 15 Millions de travailleurs en chômage partiel.
                      On nage ne plein délire.

                    • @Gillib
                      D’accord je vois que Mr n’est pas au courant des directives et bien je vous les donne …Bon prince…en temps de pandémie les pensionnaires des ehpads covids + restent en ehpad et sont pris en charge par des équipes mobiles de gériatrie qui assurent les soins et traitements nécessaires..les unités dédiées covid ne les acceptent pas ( dans mon département aujourd’hui 30 personnes dépendantes viennent d’être testés positives avec symptomes…Les unités covids sont pleines …60 patients …Il faut réouvrir une nouvelle aile médicale , trouver le personnel et la faire tourner..C’est discriminatoire je le reconnais volontiers mais sachant qu’un autre ehpad est touché…Pas possible de les accueuillir…)

                    • @Sigmund
                      Ne vous tracassez pas, Gillib est aussi éloigné des basses réalités pratiques que théoricien libéral méritoire.

                    • Je précise, à la relecture, que c’est sans ironie et avec sincérité que je reconnais les mérites de la pensée théorique de Gilib.

                    • les « directives » sont pour les professionnels…. ma mère vient de déceder… et j’ai vu de mes yeux… au mois de mars les directives…lorsqu’elle fut suspectée d’etre covid.. tout en étant malade par ailleurs…

                      les directives ont fait crever des vieux de chagrin aussi..seuls…

                    • ce n’est pas que théorique… dans une structure collective tu vas raisonner collectif…et à un moment donnée gérer les resources en regard…comme dans les hôpitaux et ça signifie…on va sacrifier certains vieux pour qui ça n’en vaut pas la peine..

                      et des gens ont su que leurs parents devaient rester dans des ehpad avec un nombre de cas élevés…

                      comme ces gens qu’on a laissé en quarantaine dans des navires non adaptés.

                  • la reprendre à la maison…. est sans doute la meilleure solution…un ehpad est pas conçu pour contenir une maladie contagieuse me semble t il…

                • Oui mais plutôt en Afrique chère à notre bon druide marseillais..S’il ya qqs tuberculoses multirésistantes en pneumo en France , la lèpre y a eu mais y a plus…Quant aux biens portants asymptomatiques s’ils sont superdiffuseurs ..Bonjour les dégats..Donc oui il faut isoler tout le monde …Avec un masque , des distances sociales …Et pis faites nous plaisir …Lavez vous les mains…!!!!

  • « Ne pas confiner sature les hôpitaux »

    Non, même pas. Ca ne change rien. Le confinement généralisé est totalement vain. En réalité, les deux problèmes auxquels nous sommes confrontés sont simples.

    Premièrement, il convient de confiner les contaminés effectivement détectés. C’est la seule démarche efficace. On voit tout de suite l’incapacité de l’Obèse à mettre en oeuvre cette solution pourtant évidente, surtout lorsque les résultats des tests sont connus après plusieurs jours de délai quand les individus ne sont plus contaminants. Mais l’objectif de l’Etat n’était pas de lutter contre la nouvelle épidémie, plutôt de diluer les ratios de mortalité dans le plus grand nombre de cas possibles, afin de camoufler son immense responsabilité dans les décès en surnombre lors de la première épidémie en mars/avril dernier. C’est un scandale sanitaire au moins aussi grave que celui du sang contaminé.

    Deuxièmement, il convient de disposer de producteurs de soins souples et adaptables aux circonstances. Pas besoin d’un long discours pour constater que le secteur public est incapable de fournir ce service. Il n’est pas encore né celui qui verra un service public souple et adaptable.

    PRI-VA-TI-SA-TIONS !!!

    • C’est un vrai TOC que vous avez avec « privatisations »…Je vous laisse l’adresse d’un comportementaliste; en sept ou huit séances vous n’y penserez même plus…!!!

      • RAhhhh, la bonne vieille psychiatrisation des ennemis de classe. Tu es le digne fils spirituel de Staline, Tovaritch !

      • Le « TOC » c’est justement de persister dans l’erreur, en l’occurence toujours attendre de l’Etat alors qu’il échoue manifestement.

        • Non, c’est d’imaginer que parce qu’il aura échoué, il va rétrécir et disparaître tout seul.

          • Mais comme il est incapable de se remettre en cause, il est condamné à échouer indéfiniment.

            Ce qui nous attend est donc pire que le Covid, car ça casse forcément à un moment.

            La tutelle du FMI serait le moindre mal. Mais comme on est loin d’être les seuls, le FMI lui même a toutes les chances d’être emporté dans la tempête.

  • Un commentateur : « Le principal problème est que le masque n’est pas porté correctement… »
    Et la solution, c’est de fermer les restaurants, créer une crise économique et restreindre les libertés individuelles ? En gros la vie des quartiers bourgeois tranquilles le soir venu !
    Intéressant…

    PS: Savez vous quel sera le problème pour celui à qui on aura étendu l’espérance de vie à 200ans ? La peur de se tuer bêtement à 20ans en traversant la rue ! Mais à 10ans, c’est parents lui auront interdit tout sport violent.

    • La solution, c’est de porter le masque correctement et ainsi de ne pas laisser l’espace aux incompétents pour qu’ils y imposent leurs restrictions.

      • en mars/avril, nos gouvernants (dont un ministre de la santé, médecin) nous expliquaient véhément que les masques ne servaient à rien. C’est tout juste si ceux qui voulaient s’en procurer étaient traités de salauds.

        Et maintenant, ils nous expliquent que le masque n’est pas bien porté et fustigent ceux qui n’en portent pas ???

        • Qui est votre « ils » ? Ceux qui quand le gouvernement les dénigrait, ont sorti la vieille machine à coudre et en ont fait quand même pour toute la famille ? S’ils avaient été un peu plus nombreux, et si on les avait écoutés pour porter les masques correctement, croyez-vous vraiment que les incompétents gouvernementaux ne seraient pas discrédités aujourd’hui ?
          En revanche, l’opposition systématique au masque à compter seulement du jour où le gouvernement les recommande, c’est exactement aussi nul que le soutien sans faille à ce gouvernement.

        • non personne du coté medical et gouvernemental n’a dit que les masques ne servaient à « rien »…
          et on oublie ffp1 et ffp2
          il y a d’ailleurs eu réquisition… et des histoires pour convaincre les gens de ne pas en chercher…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles