L’épargne des « aisés » convoitée pour être gâchée

Le débat sur l’épargne masque un problème de fond. Notre pays s’enfonce résolument dans une logique de lutte des classes absurde et appauvrissante.

Par Simone Wapler.

Le Conseil d’analyse économique a fait une brillante découverte : durant le confinement, les riches ont épargné tandis que les plus démunis n’ont pas réussi à joindre les deux bouts. De mars à fin août, 46,58 milliards d’euros ont été mis de côté dont 32,2 milliards par les 10 % les plus riches.

Le Conseil d’analyse économique est un des multiples machins payé par le contribuable. C’est même un machin dans le machin car situé dans la nébuleuse de France Stratégie.

Le CAE est censé éclairer Matignon. Or c’est le 14 octobre que commence l’examen du projet de loi de finances. Voilà donc une étude qui tombe fichtrement bien ! Piketty, notre internationalement célèbre économiste marxiste s’en pourlèche déjà les babines : pour alléger la dette Covid-19, yaka piquer l’épargne des riches.

Nous assistons donc en ce moment à toute une campagne de communication (autrement dit propagande) savamment orchestrée. Comme d’habitude, nous retrouvons en scène la presse subventionnée, Le Monde en tête, des économistes payés par les deniers publics et des politiciens professionnels.

Tout ce beau monde ne connait qu’une solution à tous nos problèmes : faire cracher les deux gigantesques pompes taxation-subvention et taxation-redistribution qu’ils savent si bien manœuvrer.

L’épargne c’est mal, la consommation c’est bien

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des finances, faisait déjà le 24 août le vœu que les Français dépensent leur épargne. Pour notre sémillant ministre, peu importent les angoisses du salarié de voir transformer son chômage partiel en chômage de longue durée, peu importent les angoisses de l’artisan ou du libéral qui ne travaille plus et dont les carnets de commandes se vident, peu importent les angoisses de l’entrepreneur dont les prévisions ne se réalisent pas…

L’important c’est de consommer. L’État providence s’occupe ensuite de tout. Si l’on en croit les charlatans qui nous gouvernent, qui consomme s’enrichit.

Dans sa déclaration de patrimoine à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, Bruno Le Maire annonçait 222 324 euros d’épargne financière (établie en juin 2017 et pas remise à jour. La transparence a des limites…). Il serait intéressant de savoir s’il a flambé durant la crise sanitaire pratiquant à titre personnel la relance par la consommation.

Cher lecteur, je n’ai personnellement jamais vu des gens s’enrichir en dépensant. J’en ai vu s’enrichir en travaillant, en investissant, en héritant et même en volant impunément mais jamais en dépensant. Il se trouve que je suis de la vieille école qui croit en l’impératif catégorique et au principe de généralisation de la philosophie de Kant.

Ainsi, le précepte « agis uniquement d’après la maxime qui fait que tu puisses vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle » me paraît relativement raisonnable.

Or si tout le monde consomme tout en permanence, il peut y avoir un problème : que faire en cas de coup dur ? Épargne, consommation : il y a en réalité un temps pour tout.

Le déni de la démocratie de marché

Il fut un temps pas si éloigné où le choix entre épargne et consommation était laissé à la liberté de chacun. Les taux d’intérêt étaient alors démocratiquement fixés par la loi du marché, c’est-à-dire librement fixé entre le prêteur et l’emprunteur selon leurs perceptions des circonstances et de leur environnement économique.

Je vous parle d’un temps où le crédit n’était pas créé à partir de rien selon le bon vouloir d’un banquier central plus ou moins aux ordres de politiciens professionnels.

Le crédit était adossé à de l’épargne existante et le marché du prêt de l’épargne – autrement dit les taux d’intérêt – étaient libres. Lorsque l’épargne était rare, les taux d’intérêt étaient élevés et inversement.

En ces temps-là, si les risques augmentaient, les taux d’intérêt augmentaient aussi. Dans un premier temps, face à une dégradation, les ménages tiraient sur leur épargne qui se raréfiait. Une montée des taux donnait le signal d’un coup dur à venir. Les ménages étaient alors poussés à épargner plus encore.

Au bout d’un moment, l’épargne devenait surabondante, les taux d’intérêt baissaient et les investissements productifs repartaient. Un nouveau cycle démarrait alors : investissement puis surinvestissement, montée des risques, montée des taux, etc.

En ces temps-là, une mauvaise prise de risque était sanctionnée par une faillite et la destruction des investissements et donc de l’épargne mal placée ou placée à contretemps. L’économie se passait de grands planificateurs, de distributeurs de subventions et autres brouilleurs de signaux.

Cette démocratie du marché a disparu au profit d’une dictature des banquiers centraux. Aujourd’hui, un banquier central est un individu qui a la prétention de savoir à tout instant le taux d’intérêt dont le marché a besoin. C’est ce que mes grands-parents appelaient poliment un cuistre.

Les limites de la création monétaire

La pédanterie et la vanité ne créent pas de richesse. Ainsi, de relance en relance, de baisse des taux en baisse des taux, le plancher du zéro a été enfoncé.

Puisque l’argent et le crédit peuvent se créer à volonté, l’épargne n’a plus aucun intérêt, au sens propre comme au sens figuré.

Il existe cependant deux problèmes dans ce monde de cuistres. Le premier est qu’une idée troublante commence à émerger dans le bon peuple laborieux : puisque les autorités monétaires et politiques nous disent que la création monétaire ou le crédit illimité sont sans danger, pourquoi nous échinons-nous à payer des impôts ?

Cette perception conduit à des sursauts du type Gilets jaunes de la première heure et des tentations de révoltes fiscales. Pour le moment, de tels mouvements sont vite matés par des promesses de toujours plus d’argent gratuit. Mais ceci n’aura qu’un temps car le deuxième problème est insoluble. Si de moins en moins de monde travaille et épargne, plus aucune richesse n’est créée et tout le monde s’appauvrit.

Gagnant-perdant versus gagnant-gagnant

Le problème des Piketty et des politiciens professionnels du racket fiscal est qu’ils ne raisonnent qu’en termes de lutte des classes donc de contrats gagnant-perdant. Dans leur esprit, si quelqu’un gagne, un autre doit avoir perdu. Selon eux, la richesse est limitée et ne se crée pas.

C’est évidemment faux.  Nous en serions restés à l’Âge de pierre s’il en était ainsi. Mais ce n’est pas parce qu’une idée est fausse qu’elle n’est pas populaire.

Les deux grandes pompes taxation-redistribution et taxation-subvention ne créent pas de richesses. Elles prennent à Pierre pour donner à Paul. Perdant : Pierre. Gagnant : Paul. Bilan nul, voire négatif car les taxateurs-redistributeurs se rémunèrent au passage.

C’est ainsi que nous avons accumulé 2638 milliards d’euros de dette. Parce que nous sommes dans une logique de contrats gagnant-perdant. Le futur plan de relance s’inscrit également dans cette logique gagnant-perdant et l’effet boomerang sera sévère.

Lorsque deux personnes contractent librement, dans le secteur privé, elles le font parce qu’elles estiment qu’elles vont en tirer un profit, donc une richesse. Bien sûr, parfois, avec le temps, certains accords se révèleront gagnant-perdant. L’une des parties s’est trompée et même, mais plus rarement, les deux.

Mais dans l’ensemble, depuis la nuit des temps, il s’est conclu plus de contrats gagnant-gagnant que de contrat gagnant-perdant ou perdant-perdant.

« Les accords gagnant-gagnant volontaires – rendus possibles par les innovations locales dans les domaines des coutumes, du langage, de la monnaie et du respect de la propriété privée – sont progressivement devenus plus profitables que la violence. Ce que nous appelons la « civilisation » est le résultat de ces accords gagnant-gagnant. » (Bill Bonner, Gagner ou Perdre – Une histoire des civilisations, Les Belles Lettres)

C’est pour cette raison que l’humanité a progressé et que nous sommes passés d’une économie de subsistance à une économie d’abondance et parfois de surabondance. Ainsi Piketty peut pérorer sur la redistribution de la richesse qu’il n’a pas créée et proposer ses théories pour dilapider ce qui ne lui appartient pas. C’est ainsi que de l’épargne sera victime de la rage de l’impôt, virus politique ravageur.

Cette fatale logique de lutte des classes, de gagnant-perdant, nous empêche d’augmenter notre richesse et notre bien-être, de progresser dans la civilisation. Elle sape la fraternité mais fait le bonheur et la fortune des prêcheurs de solidarité forcée qui nous mettent sous tutelle.

Terminons sur une phrase révélatrice du chef de l’État :

« On s’était progressivement habitué à être une société d’individus libres. Nous sommes une Nation de citoyens solidaires » (Emmanuel Macron, discours du 14 octobre 2020.)

Vous devez sacrifier votre liberté et votre personnalité à une solidarité sans réciproque. Autrement dit, nous sommes une nation socialiste.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.