États-Unis : Joe Biden, un désastre potentiel

Si vous croyez que Biden se distingue significativement de Trump, vous vous trompez.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden at McKinley Elementary School By: Phil Roeder - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : Joe Biden, un désastre potentiel

Publié le 12 septembre 2020
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

À moins de deux mois des élections présidentielles, Donald Trump et Joe Biden, les médias se fichant des autres candidats, mènent une lutte acharnée. Selon les plus récents sondages, Biden a un léger avantage dans plusieurs États clés, les swing states qui déterminent généralement l’issue de l’élection.

Il y a de quoi s’inquiéter, considérant le désastre que sa présidence amènerait – sans compter les politiques de sa colistière, qui lui succéderait au besoin.

Une fiscalité étouffante

Fidèle aux habitudes de son parti, Joe Biden interprète littéralement la formule « Si ça bouge, taxez-le. »

Selon la Tax Foundation, il annulerait les coupures d’impôts de Trump pour restaurer l’ancien palier supérieur fédéral à 39,6 %. Et question de s’assurer d’extraire davantage d’argent, il limiterait les déductions fiscales des ménages dans ce nouveau palier et augmenterait l’impôt sur les gains en capital jusqu’à 43 %, mesure qui ferait perdre au Trésor deux milliards par année.

Il surimposerait aussi ces mêmes contribuables pour la Social Security (régime de retraite public) avec une taxe supplémentaire de 12,4 %.

Évidemment, les vilaines « grosses compagnies » ne seraient pas en reste. Biden veut augmenter l’impôt des sociétés jusqu’à 28 % ce qui amènerait le pays dans le top 10 des plus taxés de l’OCDE.

Il imposerait même un plancher d’imposition de 15 % aux compagnies gagnant plus de 100 millions de dollars – même si elles connaissent des pertes – et taxerait les revenus des compagnies engendrés à l’étranger, surtout dans les juridictions à fiscalité réduite. Biden propose d’ailleurs des sanctions contre ces juridictions encourageant l’évasion fiscale illégale.

Un gouvernement maternant

« Si ça ne bouge plus, subventionnez-le » fait également partie de la plateforme démocrate en 2020.

À l’instar d’Alexandria Ocasio-Cortez, auteur du désastreux « Green New Deal », Biden veut transférer le gaspillage fédéral d’un panier à l’autre, notamment en abolissant les subventions au pétrole pour les transférer aux énergies dites vertes. On obtiendrait ainsi une forme de justice environnementale pour créer tout plein d’emplois.

Apparemment, la présente situation en Californie, qui connait des pannes généralisées fréquentes parce que les énergies vertes ne fournissent pas, n’est qu’une anomalie statistique.

Et ne vous leurrez pas : malgré les courbettes des médias, Joe Biden est très favorable à l’interdiction de la fracturation hydraulique.

Il propose aussi d’augmenter des programmes de crédits d’impôts pour inciter les entreprises à s’établir dans les communautés défavorisées.

Joe Biden décide pour les gens ce qu’il y a de mieux

Finalement, comme si ce saccage de l’économie n’était pas suffisant, il propose d’adopter au niveau fédéral la désastreuse politique californienne consistant à contraindre des entreprises comme Uber à considérer les emplois contractuels comme des salariés.

Peu importe les nombreuses histoires du désastre de cette loi en Californie, ou même le fait que la pandémie actuelle rend la recherche d’emplois à temps plein très difficile ; les démocrates veulent se donner bonne conscience.

Et si vous croyiez que Biden allait se distinguer significativement de Trump, vous vous trompiez. Il est tout aussi protectionniste, comme le prouve la partie « Made in America » de sa plateforme.

Il veut gaspiller une fortune pour favoriser les entreprises américaines – et même consolider le désastreux Jones Act – subventionner la recherche, offrir des crédits d’impôts aux entreprises dirigées par des femmes ou des minorités ethniques et même signer la pétition des marchands de chandelles en jurant « de ne pas dépendre de la Chine ou d’autres pays pour la production de biens critiques en temps de crise. »

Un président Joe Biden n’améliorerait définitivement pas la situation économique aux États-Unis – nonobstant la crise sanitaire actuelle. Ses mesures fiscales détruiraient au bas mot quelque 600 000 emplois et diminueraient le PIB de 1,5 % (près de 300 milliards), ses politiques vertes anéantiraient l’approvisionnement en électricité et son protectionnisme encore plus poussé que Trump risque de précipiter le spectre des années 1930.

Bref, choisir entre Donald Trump et Joe Biden, c’est choisir entre recevoir un coup de marteau ou un coup de maillet en plein visage.

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • Les pro-Trump de contrepoints en sueur ?

    • être pro-Trump…la simple utilisation de l expression indique la nature du débat binaire où vous voulez aller..

      en général, la majeure partie des gens qui non pas défendent trump mais attaquent la nature et la forme de son opposition commence par une introduction où ils expliquent justement les réserves sur la personne de trump..

      justement dénoncer les anti trump…et ce n’est PAS être pro trump..

      • J’ajouterai que le simple fait d’être pro ou anti est en soi une attitude simpliste. Sur un mandat de 5 ans Trump a pu réaliser de bonnes choses et d’autres moins bonnes.
        Par contre le brûler dans les médias en tant que tel est une attitude de merde digne des plus grands censeurs

      • Malheureusement, certains commentaires donnent volontiers les bonnes décisions de Trump sans les mauvaises. C’est dans ce sens que je parle de pro-Trump.

        Mais vous avez raison, mon commentaire était totalement binaire.
        Pour me rattraper, je vais donner un humble avis sur ce personnage complexe.
        Dans le négatif: certaines phrases débiles, le protectionnisme, sa volonté de conserver des taux artificiellement bas grâce à la FED, le déficit et la dette en roue libre.
        Dans le positif: les baisse d’impôt et de réglementation, ce qui est énorme même aux usa.

        • le plus grand mérite de trump à mes yeux?
          c’est un peu similaire au brexit ou au non à la constitution européenne..
          une leçon sur la démocratie…ses limites les limites de la légitimité de son action..toussa..
          c’est un révélateur..

          • mouais je pense que si trump révèle l’aristocratisme profond de la gauche américaine, la bien pensante, le biais de smédias, les double standards..

        • Mais, il n’y a pas de mauvaises décisions !

        • @ Koris

          Pour ma part, je ne suis pas pro-Trump, mais pro-libéral, et de facto, Trump est le président le plus libéral des USA depuis Reagan et même encore avant.

          Trump est un très bon indicateur pour faire la différence entre les libéraux de nom (ceux-là même qui faisaient passer sur ce site Macron pour un libéral), et ceux qui le sont vraiment.

          Par exemple: vous dénoncez les phrases débiles de Trump. Mais un libéral s’en fiche complètement des phrases débiles, ce qui lui importe, c’est la politique effectivement menée. Et qu’est-ce qu’une phrase débile? Quand Hollande dit que c’est gratuit car c’est l’Etat qui paye, c’est 100 fois plus débile que les pires vannes d’un Trump.

          Vous dénoncez le protectionnisme, mais si le protectionnisme est la seule solution pour limiter l’Etat social ou s’il répond à des objectifs de défense, il n’est pas un problème du point de vue libéral. Ce que Bastiat dénonçait, c’était le sophisme qui voulait que le protectionnisme puisse permettre d’améliorer l’économie du pays, mais il n’a jamais remis en cause une politique de défense.

          Enfin, pour le déficit et la FED, je vous rappelle que le congrès est en mains démocrates, et que contrairement à un Macron, Trump n’a pas tous les pouvoirs. Je vous rappelle aussi que sous Reagan et Tatcher, les dépenses étatiques avaient augmenté, car eux aussi ne pouvaient pas faire tout ce qu’ils auraient voulu faire.

        • Sur le déficit de la dette « en roue libre » : il est vrai que le déficit notamment du 2ème exercice a été important (1000 milliards si ma mémoire est bonne), mais les 8 années d’Obama n’ont guère été mieux, puisque le déficit y a explosé de près de 10.000 milliards.

          Cela dit, sur le fond c’est un vrai problème, qui ne pourra être résolu que par moins d’État-providence et moins de bureaucratie.

        • Sur les bonnes choses : ce qu’il a fait vs les compagnies pharma (j’espère que cela aura un impact sur le prix de l’insuline, dont le prix a fait x10 en 20 ans.. (ce qui est bien sûr totalement inexplicable d’un point de vue technique, scientifique, et même financier, vu qu’en toute logique, son coût de fabrication n’a pu que baisser du fait des progrès et des amortissements;.. bref, autre débat).
          Aussi niveau moyen-orient et Corée du Nord, il a pas fait n’importe quoi.
          Côté négatif, il est despotique, fou, lunatique, sans valeurs et malhonnête. L’utilisation de vidéos truquées (deep fake) de Biden qui le réjouisse fait penser aux photos retouchés de l’époque stalinienne. Sans compter ses tentatives de saborder la poste américaine pour invalider les résultats s’ils sont défavorables.

          • « coté négatif… »
            Sûr, si on n’est guère critique envers les média on peut croire les rumeurs sur Trump comme les fan croient celles sur les vedettes et acteurs. Et on fini par faire du « mind reading » tant on se croit intime…

            Quant au vidéos truquées, je vous mets en garde contre une pratique qui consiste à prendre littéralement des propos afin de mieux rejeter le droit d’expression.

            • Vous ne lisez pas son fil Twitter ? C’est ma principale source de critique à son égard. Aucun filtre, pas de média. Ce sont ses paroles directes.
              Je ne comprends pas bien votre mise en garde : vous voulez dire que publier des vidéos (et informations) truquées, mensongères, diffamatoires et donc pouvant nuire à la personne, est de la liberté d’expression ?
              Amusant ou terrifiant.
              Permettez que j’incruste votre visage sur une vidéo X et la diffuse sur un réseau pour vous discréditez ? Merci.

              • Si le corps est bien pourvu et actif, en quoi serait-on discrédité(*) d’y retrouver son visage ? Si le spectateur est suffisamment bête pour en tirer des conclusions débiles sur le possesseur du visage incrusté, pourquoi craindre de se discréditer auprès de personnes aussi stupides ?

                (*) discrédité, si on ne veut pas être discrédité pour prétendre suggérer des opinions alors qu’on ne maîtrise pas la grammaire.

                • Bonjour MichelO. Nouvelle preuve de votre mépris des gens.
                  Il faut constater que vous ne savez pas ce qu’est un deepfake, il eut été préférable de vous renseigner avant de poster votre commentaire.
                  Si un malhonnête colle votre visage sur un corps effectuant une action moralement/légalement répréhensible ou socialement discutable en vue de vous nuire, il fera en sorte que ce soit crédible et pas facilement détectable.
                  Pour la grammaire, merci de pointer ma faute qui, comme toute personne objective le remarquerait si elle me lisant régulièrement, est une simple faute d’inattention. Permettez dès lors que je relève les deux suivantes dans votre commentaire 🙂
                  – « être discrédité d’y retrouver son visage ». Désolé, mais après « être discrédité », on ne met pas un « de + infinitif ».
                  – « pourquoi craindre de se discréditer ». Je suppose que vous avez voulu écrire « craindre d’être discrédité.
                  Mais bon… tout cela pour dire que mentir, tromper, manipuler, trafiquer des images, des sons, des vidéos font partie de l’arsenal de campagne accepté par vous.
                  La morale, la déontologie, l’éthique… autant de mots que vous ignorez sciemment.

                  • Oupss, typo… « si elle me lisait ». Vous allez me faire la remarque ? M’humilier ? Mais à quoi ça servirait ? Pourquoi tenteriez-vous de me discréditer en pointant ce genre de faute ? Car seules des personnes suffisamment bêtes pour tomber dans cette mascarade me retireraient leur confiance.
                    Bref.. vous comprenez, je suppose, que je vous retourne avec brio votre propre argument :-).

          • @ Cactus
            Si vous connaissiez un peu mieux la politique aux States vous sauriez qu’il y est de réputation que le vote par correspondance est le moyen le plus facile de truquer des élections puisque les bulletins transitent entre diverses mains, loin d’être impartiales!

            • Ce n’est pas question de politique, c’est question logistique :-).
              Je suppose alors que toutes les élections où il y a eu vote par correspondance sont nulles alors ?
              Par exemple, en 2016, mis à part un taux de participation de 55% (ce qui est normal aux USA), il y a eu environ 20% de vote par correspondance.
              Et Virgile, vous dites « il y est de réputation »… excusez-moi si la rumeur n’a pas force d’argument pour moi.

    • On n’est pas pro Trump, car comme toute personne intelligente on n’est pas ANTI Trump compulsif, comme tous les idiots qui avalent les calomnies que la gauche répand depuis l’annonce de sa candidature. Il suffit de lire le CV de ce monsieur pour constater qu’il était démocrate jusqu’à l’élection de Reagan et très connu des américains qui savent qu’il n’a jamais été raciste ou sexiste! Mais les simples d’esprit croient ce qu’ils veulent croire, plutôt que se confronter à la réalité!

  • Pour gouverner n’importe quel pays, il vaut mieux un débile qui ne fait pas grand chose, plutôt qu’un gentil bien intentionné qui veut régler tous les problèmes supposés de ses compatriotes. On comprend facilement que le second fait toujours plus de dégâts que le premier.

  • Je préfère le maillet que l’autre marteau…

  • Biden… Il ne sortira jamais de sa cave, problème résolu.. Ils engageront une doublure… D’ailleurs, ils ne serait pas déjà doublé lors de ses speech, peut même pas lire un prompteur.
    Et si jamais il sort, 2 affaires de corruption avéré l’attendent… Mais vu son état mental il n’ira pas en prison mais dans une maison blanche.

  • Sans parler d’une aggravation de la cancel culture et du politiquement correct qui détruisent l’Occident!

  • Les commentaires reflètent bien la dérive populiste de Contrepoints. Ni Trump, ni Biden ne sont libéraux d’un point de vue doctrinal. C’est une évidence. Mais ce libéralisme théorique n’a jamais existé nulle part. C’est une invention d’économistes.
    Et par ailleurs, le libéralisme ne se limite pas à l’économie. Il concerne aussi les problématiques culturelles, sociétales. Macron, si critiqué ici, est évidemment assez libéral de ce point de vue.
    On frémit quand on cherche à imaginer le contenu du libéralisme de certains commentateurs. Il semble se limiter au marché de concurrence parfaite, pure rêverie d’intellectuels du 19e siècle.
    Le libéralisme consiste à considérer la liberté individuelle de choix comme un élément essentiel de la société. La liberté individuelle dans tous les domaines.

    • Macron, libéral ? Lui qui laisse (ou fait) voter des lois terribles contre la liberté d’expression ? Lui qui impose un confinement généralisé de la population, et des mesures liberticides – comme le port généralisé du masque – mesures jamais vues dans ce pays ? Macron a-t-il jamais parlé de la restauration du droit au port d’arme ? Quid du respect de la propriété privée, un des socles du libéralisme – à ce sujet, les « prélèvements obligatoires » ont-ils tendance à diminuer ?
      Je suppose que vous pensiez à des questions comme la PMA quand vous parliez de « problématiques culturelles, sociétales » ? Même là, il y aurait (et il y a eu) beaucoup à dire, selon qu’on considère, ou non, les droits des enfants.
      À mes yeux, Macron n’a rien d’un libéral ; du reste, sa formation d’énarque est révélatrice. L’État omniprésent, c’est le credo de l’ENA. Et entre l’État omniprésent et la liberté et la responsabilité individuelles, il y a effectivement un abîme.

      • Macron est as de la politique il a dézingué l’UMP et le PS, il nous a débarrassés de Fillon et ça je le remercie infiniment.

        • Et il est en train de supprimer nos libertés, de ruiner le pays et ses habitants. Remerciez le!

        • 5 ans de Macron pour de « débarrasser » d’un Fillon qui ne nous a pas trop encombré non plus, je trouve que c’est cher payé l’enlèvement des « encombrants ».
          Très sincèrement parmi les gros candidats je pense très sincèrement qu’économiquement Fillon avait le meilleur, et de loin.

      • Jacques B. est contre le port du masque, pour le droit au port d’arme, contre la PMA. Voilà un libéralisme à la Trump, le plus ignare des présidents américains, qui ne croit à rien, qui ne pense rien et qui se révèle par son admirable maîtrise du tweet.
        La défense de la liberté suppose au minimum une méfiance à l’égard de tout pouvoir politique. On ne peut être trumpiste et libéral car ce personnage répugnant ne respecte que la loi du plus fort. Il est l’antilibéral type.

        • @ Arnolphe : je vous parle de libertés, et vous me répondez Trump. Atteint du TDS ?
          En plus, vous déformez mon propos : je suis contre le port du masque généralisé obligatoire en temps de quasi-absence du virus, un virus qui plus est pas bcp plus agressif que les autres.
          En contestant cette position, vous adoptez une position antilibérale.
          Le droit de se dédfendre (2nd Amendment de la Constitution US, qui n’a pas été écrite par Trump, au fait) est aussi une liberté fondamentale. Vous y préférez le droit français, qui laisse aux citoyens agressés le droit de se défendre quand ils sont morts, ou l’alternative de la prison pour « réponse disproportionnée » : c’est votre droit, mais c’est antilibéral au possible.
          Je suis opposé à l’adoption d’enfants par des couples homos (ce qui est très différent d’être anti-PMA, encore une tentative de me faire dire ce que je ne dis pas) et là encore, je crois être libéral, car attaché aux droits des enfants, et je crois que vous êtes un antilibéral, car vous vous moquez de ces droits.
          Vous êtes un imposteur.

        • @Arnolphe
          Vous pourriez nous éviter de répéter bêtement les calomnies des média sur Trump « le plus ignare des présidents américains, qui ne croit à rien, qui ne pense rien… personnage répugnant » Vous révélez par là votre propre indigence intellectuelle! Quand on n’est pas idiot on se renseigne au lieu d’invectiver un type qu’on ne connaît pas! Trump a un CV qu’il suffit de consulter.

          • Pas comme sa déclaration d’impôt 🙂
            Son CV a été édulcoré, voire adapté. Sur la raison de sa non-participation à la guerre du Vietnam.
            Bien sûr, pour des gens qui ne trouvent rien à redire aux deep fake contre Biden, ce n’est pas choquant. Pour les autres, ayant l’honnêteté comme valeur cardinale, c’est différent.

    • les commentateurs ne sont pas contrepoints..il ya des articles qui ne sont pas libéraux ça se défend..on peut alors les juger comme pragmatiques ou pas….

      je ne me définis pas comme libéral… je pense d’ailleurs que poser le truc de façon idéologique est une impasse et est en pratique improductif…

      il y a peu d’endroit où soit simplement posée la question de l’intérêt de l’intervention de l’etat..partout..il ya peu d’endroit où l’evocation de l’intérêt commun ne soit pas remis en question …
      je me fous d’etre vu comme un libéral..je me fous d’avoir en face de moi un libéral, mais je rejette l’idée qu’il lui suffirait de prouver que je ne suis pas libéral quelque part pour rendre mon propos invalide..
      justice, vérité, liberté d’expression responsabilité..

    • Le libéralisme est une facilité nominaliste au mieux. Le libéralisme n’existe pas. D’ailleurs tant mieux, prenez une notion et ajoutez y un ‘isme » au mieux vous avez une connerie au pire un monstre . Il y a une pensée libérale, surtout du droit,(en faveur de l’état de droit) et qui pense les conséquences de l’action humaine quand règne l’état de droit.(pour être très concis) Le reste est de l’ordre du sexe des anges .

    • Macron est le plus facho des présidents que la France ait connu : son gouvernement d’amateurs ne durera que le temps d’un mandat . . . et encore ! jamais vu quelqu’un susciter autant de haine que lui ! aucune grandeur dans ses discours vaniteux, aucune modestie, il est aussi bête que Sibeth ! qui plus est, il est entouré de féministes et de gays ! quel malheur pour notre pays,

  • Qu’est-ce qui vous dit que Trump ne sera pas élu ? il a bouffé Hillary envers et contre tous non ?

  • Le désastre ça n’est pas Biden lui-même mais le fait que s’il est élu, il ne finira pas son mandat (il a 78 ans et il est sénile) et la très gauchiste Kamala Harris deviendra présidente. Une catastrophe pour le monde occidental.

  • « des initiés bipartisans… »

    On est loin, trés trés loin du libéralisme là. Je dirais même qu’on dépasse largement le nombre de 2. Mais l’auteur vit à un autre niveau, celui où il profite sans critique du protectionnisme chinois.

    Quant au « coup de marteau », je ne comprends pas la raison de cette expression … euh « imagée » et connotée contre celui dont le tort est d’avoir une politique différente.

    PS: Et que pense l’auteur de l’attitude « very woke » de la candidate américaine libérale ? Un coup de fouet pour rester dans sa logique ?

  • vous savez dès l’election de trump vous avez pu entendre de la part de personnes déconnectées de toute réalité l’espoir de crise économique ou autre..pour plomber trump..le SEUL but de ces gens..le pouvoir, certainement pas le bonheur du peuple..

    • Le seul et unique but des politiciens est le pouvoir, puisqu’il apporte argent et privilèges. Le jour où les citoyens auront compris cela ils se feront un peu moins arnaquer et racketter par cette mafia!

      • Ça tombe bien parfois l’accès au pouvoir d’un politicien corresponds aux souhaits d’une majorité de citoyens. Le bonheur du peuple .. Vous êtes utilitariste maintenant.

  • Joe Biden un rêveur sur le retour materné par une rombière hystérique, ça promet un avenir génial pour les US.
    Trump n’est peut être pas un génie, tout au moins au travers de ce que la presse raconte, mais ce n’est pas un mollasson pourri par la démagogie gaucho verdate.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles