Kamala Harris est l’anti-Black Lives Matter

Avec Kamala Harris, le Parti démocrate semble un soutien aux idées de Black Lives Matter… sauf que cela sent à plein nez l’opportunisme électoral.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Kamala Harris and Barbara Lee by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Kamala Harris est l’anti-Black Lives Matter

Publié le 18 août 2020
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Les jeux sont presque faits. Joe Biden a choisi son ancienne rivale, la sénatrice Kamala Harris, pour l’accompagner lors de la prochaine élection en novembre contre Donald Trump (et Mike Pence).

Lorsque le premier duo acceptera la nomination du parti démocrate, il montrera que le parti de Barack Obama se fiche complètement des mouvements qu’il endosse tel Black Lives Matter – endossement qui sent l’opportunisme électoral à plein nez.

En effet, bien que le mouvement ait été créé en 2013, ses pics de recherches dans Google n’apparaissent que durant les élections présidentielles… Et considérant que les principales doléances de Black Lives Matter sont la brutalité policière et le racisme systémique, le choix de Harris comme colistière est on ne peut plus ironique.

Kamala Harris, politicienne sans pitié et autoritaire

Kamala Harris, fille d’une Indienne et d’un Jamaïcain, a été procureur régional à San Francisco et ministre de la Justice (Attorney General) pour la Californie. Elle a aussi grandement profité du patronage de son petit ami pour gravir les échelons. Durant ces quelques années, elle a montré que le pouvoir monte facilement à la tête qu’aucun euphémisme biographique ne peut enjoliver.

Elle a protégé des ripoux du comté d’Orange (Anaheim), qu’un procureur régional avait licenciés pour avoir tenu un programme illégal de délation. Son bureau affirmait qu’il n’existait pas de preuves directes de dissimulation des faits.

Son bureau d’attorney général en a même appelé de l’annulation de la condamnation d’un pédophile malgré la falsification des retranscriptions d’interrogatoire.

Elle s’opposait également aux caméras corporelles portées par certains policiers et était très coopérative avec les autorités fédérales quand venait le temps de déporter des mineurs « illégaux. »

Quand elle a été procureur régional, elle a tu les manigances d’un laboratoire ayant trafiqué plusieurs preuves de procès, ce qui a amené la fermeture dudit laboratoire. Harris a également laissé une de ses subalternes condamner un homme à 50 ans de prison (sentence plus tard annulée) suite au témoignage d’une seule personne. Et ce ne fut pas le seul cas…

Des idées économiques saugrenues

Côté économie, elle est définitivement plus près des idées en vogue chez les démocrates. Mais elles seraient néanmoins désastreuses pour l’économie – et on doit y porter attention, considérant l’âge avancé de Joe Biden et, selon certain, son état mental en déclin.

Fidèle aux alliés syndicaux, traditionnels supporteurs des Démocrates, elle outrepasserait le fédéralisme en place et empêcherait les lois de « droit au travail », qui rendent optionnelles le paiement d’une cotisation syndicale si un syndicat existe dans un lieu de travail.

Elle abuserait également de ses décrets pour « corriger » le « problème » (inexistant) de l’écart salarial entre les hommes et les femmes en collant une amende en pourcentage des profits aux compagnies « fautives. » Pour montrer le ridicule de ces supposés écarts salariaux : si les femmes sont effectivement payées en moyenne 20 % de moins que les hommes, pourquoi engager encore des hommes ? De toute façon, le dit écart s’explique presque entièrement par les choix des femmes, notamment moins d’heures travaillées.

Par ailleurs, en plus de saluer une loi de l’Oregon contrôlant l’augmentation des loyers – politique ayant eu des résultats désastreux chez elle à San Francisco – la sénatrice avait proposé une loi qui aurait accordé un crédit d’impôt pour le logement aux foyers gagnant jusqu’à 125 000 dollars.

En d’autres termes, le pays en entier aurait subventionné l’incompétence californienne, où les lois hyper restrictives sur le logement causent des prix exorbitants, ajoutant jusqu’à 10 000 dollars de frais à Los Angeles.

Une Trump en puissance

Finalement, côté présidentiel, elle utilisera les nombreux précédents de Trump, et d’Obama, pour utiliser son pouvoir de décret afin d’outrepasser le Congrès.

Notamment, elle se concentrerait sur le port d’arme en bannissant les armes d’assaut, en imposant des vérifications d’antécédents ainsi qu’une saisie des armes d’une personne utilisant un langage « haineux. »

À ce sujet, elle ne se gênerait pas pour punir les médias sociaux facilitant l’expression de discours haineux comme celui du tueur en Nouvelle-Zélande. Elle insisterait même pour bannir Trump de Twitter.

Bref, en choisissant Kamala Harris comme vice-présidente, le parti démocrate se tire une balle dans le pied. Elle représente tout ce que Black Lives Matter, que le parti prétend défendre, refuse : des tendances autoritaires, un manque complet d’empathie pour les innocents (souvent issus de minorités ethniques) ainsi qu’une soif de pouvoir inextinguible.

Nous nous retrouvons donc avec une répétition de 2016, tel que décrit avec brio dans cet épisode passé de South Park : une élection entre une poire à lavement et un sandwich au caca.

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Kamala Harris ne sera pas juste un mauvais président. Cette femme fera des USA une dictature si on la laisse faire.

  • L’auteur n’aime pas les alternatives, et critique une candidate qui n’aime pas les alternatives, elle-même opposée à un gars qui accepte les alternatives.

  • Moi elle me semble un bon choix pour le parti démocrate.
    Elle est noire, c’est une femme, elle prétend lutter contre les discriminations, etc…
    Bon ok elle roule pour elle même, trempe dans des affaires salasses, est autocratique et ignare, mais ça ne préoccupe pas vraiment ses possibles électeurs.
    L’auteur devrait se mettre dans l’esprit d’un électeur potentiel démocrate, l’avis des pro trump elle s’en fout elle ne récupérera pas leurs voix de toute façon.

    • Elle est très critiquée par des démocrates aussi. Tulsi Gabbard par exemple ne la porte pas dans son coeur.

    • Kampala Harris n’est pas descendante d’afro- américains, comme la propagande des médias veut le faire croire. Ses parents étaient d’Inde et de Jamaïque où ils avaient des plantations … et des esclaves.
      Il est important que les noirs américains (pudiquement appelés “afro américains” par
      les bobos) apprennent la vérité.

  • Les Américains auront à choisir entre un personnage gâteux, associé à sa future remplaçante, une extrémiste, et un fou furieux qui fait la guerre au monde entier. C’est çà la démocratie ? Et il y a des « bonnes âmes » pour critiquer des régimes « autoritaires » comme en Russie ou en Hongrie ?

    • Trump un fou furieux qui fait la guerre au monde entier ? C’est très certainement le président des US qui a retiré le plus de troupes et lancé des négociations pour justement se retirer depuis des décennies…
      Après si vous parlez des guerres économiques contre europe et chine, c’est un autre sujet : les US se font commercialement complètement avoir depuis des décennies (cf les différences de droits de douane us vers ue et ue vers us). Donc c’est là aussi le premier président à vouloir revoir cela et vouloir plus… d’égalité.
      Certes le personnage est une honte et du grand n’importe quoi, ça n’empêche pas hein 😉

      • Qui a dit: « L’Europe est en guerre avec les Etats Unis, mais les Européens ne le savent pas ? »
        Un certain François Mitterrand, et cela ne date pas d’hier

    • Un fou furieux qui fait la guerre au monde entier? Vous avez de sacrés problèmes avec la réalité! Et pas que. Faudrait modérer votre langage qui trahit un dérèglement mental.

      • Demandez à la BNP qui a payé sans discuter 9 milliards d »euros
        à Peugeot qui a liicencié après avoir perdu son contrat avec l’Iran, à Pierrucci qui a passé 5 ans dans les géoles US, pour que General Electric puisse acquérir Alstom Power, etc Ce sont des gens naïfs et pas éduqués comme vous qui facilitent ce genre de guerre.

        • « Demandez à la BNP qui a payé sans discuter 9 milliards d »euros »

          Demandez à la Suisse si ce genre de rapine judiciaire date de Trump, demandez à la moitié des pays du moyen orient ce qu’ils pensent de l’Iran et aux 7 millions de chômeurs français s’ils pensent que leurs malheurs viennent de Trump ou des gouvernants français cul et chemise avec Peugeot.
          Pierrucci a été mis en prison en 2013… sous Obama.

        • L’Iran des mollahs, quelle référence : une douce démocratie comparée à la dictature américaine, c’est ça ? Et un dirigeant politique (Trump) qui enfin refuse de s’aplatir devant les « démocrates » iraniens, avec les conséquences pour les idiots comme BNP ou Peugeot qui aiment fricoter avec les mollahs « démocrates », quelle calamité, n’est-ce pas ?
          Une nouvelle qui doit vous ennuyer, je suppose : les EAU normalisent leurs relations avec Israël : quel va-t-en guerre, ce Trump !

    • Un fou furieux qui a relancé l’économie Us en baissant les impôts, en relocalisant de nombreuses entreprises, en arrivant pratiquement au plein emploi, etc,
      et sur le plan exterieur en expulsant Daesh du territoire qu’Hussein Obama avait
      laisse occuper, en annulant le désastreux accord nucléaire iranien qui a permis à l’Iran d’étendre son influence terroriste au Proche Orient, en luttant contre la Chine qui profite de l’ouverture des pays occidentaux pour espionner, copier, développer des opérations militaires tout autour de son territoire, etc … etc …
      Des fous furieux avec de tels résultats, vous pouvez en envoyer une demi-douzaine pour redresser la France, victime depuis 45 ans de gouvernements “enarchiques” aussi inefficaces et incompétents les uns que les autres : Giscard, Fabius, Rocard, Juppe, Jospin, Chirac, Villepin, Hollande et Macron, des gens plus intéressés par les avantages personnels du pouvoir que par le développement du pays dont ils ont la charge,
      Je vous laisse à vos idoles de l’ENA, en déplorant les effets de la propagande médiatique sur les esprits faibles.

  • Le ticket Biden Harris est suffisamment médiocre pour favoriser la réélection de Trump, ce qui devrait convenir à ceux dans le monde qui tiennent à la paix et à la liberté.

  • Pas d’avis sur Mme Harris, mais que l’auteur prétende qu’il n’y a pas de différences salariales homme-femme, c’est assez incroyable. Le lien qu’il donne pointe vers une étude qui semble reposer sur un calcul assez foireux, et où la comparaison n’est pas faite sur un nombre d’heures équivalent.

    • L’étude originale critiquée est pire : elle se base sur une moyenne annuelle de salaire, sans prendre en compte le nombre d’heures travaillées… 😉

      • Arf, il est dommage pour vous que je vienne de lire à l’instant une partie de l’étude. Elle parle de chauffeurs de bus et de conducteurs de train : emplois au salaire barémisé fixe pour lequel il est possible de gagner plus SI on travaille plus. Dans CE cas, il est évident que celui qui travaille plus gagne plus… il n’y a pas dans ce cas de différence de revenu si on compare 1 heure normale homme vs 1 heure normale femme.
        (Si j’ai bien compris, ce sont des emplois d’organismes publics, où c’est très carré).
        Mais il ne faut pas avoir sciences politiques pour comprendre que ce résultat n’est absolument pas transposable à d’autres secteurs :-).
        Bien oui cher Maniaco. Comment un ouvrier sur chaine de production peut faire des heures supp ? Il travaille de 5h à 13h, point. Il ne va pas dire au gars de 13H « reste chez toi, je prends ton poste et ta paye ». Dans de nombreuses entreprises, les heures supp des employés ne sont pas comptées, voire pas récupérables. ça peut bosser 45 heures les grosses semaines pour pas un kopek en plus. Et à poste équivalent, diplôme équivalent, il est prouvé depuis bien longtemps qu’il y a une différence de salaire homme-femme.
        L’étude est donc correcte, bien sûr, mais ses conclusions ne peuvent pas dépasser le cadre du cas de l’étude :-), elles ne sont pas généralisables.
        Il est surprenant que cette évidence vous ait échappé.

        • « Et à poste équivalent, diplôme équivalent, il est prouvé depuis bien longtemps qu’il y a une différence de salaire homme-femme. »
          Dans ce cas, veuillez répondre à la question posée par l’article : comment se fait-il que les employeurs continuent à recruter des hommes, si des femmes font exactement le même travail, avec exactement la même charge, pour moins cher ? Pour des personnes n’ayant que l’argent et le profit en tête, ils doivent être un peu stupides sur les bords…

          En pratique, il se passe plutôt quelque chose de proche de ce que mon manager m’a dit au moment de parler augmentations de salaire (je suis un homme) : « on a bien vu que ta priorité actuelle est ta famille, ça nous va, mais il nous faudra plus d’implication professionnelle de ta part si tu veux être augmenté ». Dans mon cas c’est un choix, ça peut devenir un problème pour une femme qui doit gérer la vie de famille pour cause d’absence de son mari. Mais c’est un problème qui se règle dans les foyers ou par l’éducation (entre autres l’éducation des filles), pas à coups de lois qui tapent sur « les patrons ».

          • On considère qu’ a travail égal ou de valeur égale, salaire égal. Il ne doit pas exister de différence de rémunération dans ce cas précis..

          • Votre question est un classique :-). Les réponses le seront tout autant. 1) les femmes ne représentent que 51% de la population. 2) Il y a moins de femmes sur le marché de l’emploi. 3) un plus grand nombre de femmes s’orientent par choix ou habitude vers des filières précises (infirmières, aide-ménagères, puéricultrices, etc). 4) Les hommes ayant plus souvent les postes de managers/décideurs sont plus enclins à engager des hommes. 5) IL y a toujours la crainte que la femme ne privilégie sa vie privée/familiale en faisant un enfant.
            Ce qui fait quand même pas mal de raisons ne remettant nullement en cause l’intelligence des RH et patrons.
            Pour « plus d’implication perso pour avoir une augmentation », c’est votre choix. Je n’ai jamais compris les gens faisant 45/50h semaine pour un peu plus d’argent qu’ils ne pourront pas dépenser car ils n’ont pas de temps libre pour le faire.
            Et les augmentations de 10% pour 10% de boulot en plus, c’est pas très bien calculé des fois. Bref, choix personnel.
            J’ai déjà lu des entreprises US qui permettent à des femmes de suivre de très belles carrières avec plein de dollars et qui, en échange de cet implication professionnelle, paye la congélation des ovocytes pour que la courageuse travailleuse puisse quand même avoir un enfant plus tard.
            Les pays nordiques, encore eux, permettent beaucoup plus de libertés aux parents de concilier vie pro et vie perso, ce qui n’a pas l’air de les rendre malheureux.

            • Quel est le rapport entre vos 5 points et le schmilblick ?
              En quoi cela remet-il en cause ce que dit l’auteur de l’article ?
              Exemple : le point 4. On vous parle choux, vous répondez carottes.
              Qu’avez-vous fumé (sous votre masque, bien sûr) pour écrire de telles choses ?

              PS : pour les ceusses qui acceptent de travailler 45-50 heures et parfois davantage/semaine, figurez-vous (mais chut, c’est un secret) que parmi eux il y en a pas mal qui le font pour… leur famille ! Pour assurer à leurs enfants un bel avenir – ou un avenir tout court. Ne me remerciez pas, c’est mon jour de générosité.

              • Bonjour Jacques B.
                Pas de données de site foireux aujourd’hui ? (Lol, je ne vais pas vous charrier avec ça, ça arrive à tout le monde de commettre une grossière erreur sous le coup de la précipitation, et vous savez que je suis un gars sympa).
                Le rapport avec le schmiblick ? Ben je réponds simplement à la question qui m’est posée par Anagrys (« comment se fait-il que les employeurs continuent à recruter des hommes ? »). J’énumère des raisons. Rien de bien compliqué, si ? A moins que vous ne trolliez en faisant semblant de ne pas comprendre.
                Le point 4 : des hommes engagent plus souvent des hommes ? oh, ben ça explique entre autres pourquoi les employeurs recrutent des hommes.
                Et comme bien souvent, la question de Anagrys repose sur un postulat très partiel : le pognon comme unique raison. Comme si un achat/un engagement était uniquement expliqué et explicable par l’argent. C’est encore une fois ignorer les comportements humains.

                P.S. pour ceux qui bossent 45/50h par semaine pour leur famille, eux-même, leur chien ou se payer une caravane, ceux-là ont une motivation, une raison. Mais d’autres le font avec un rage d’accumulation curieuse. Ils finissent sur un tas d’argent sans avoir vécu leur vie. C’est triste je trouve (ayant beaucoup d’empathie, c’est ce que je voulais dire).

  • Kamala Harris vient d’une famille d’esclavagistes, explique son père en 2019 dans un journal jamaïcain.

    Donald Harris, le père de Kamala Harris, choisie comme vice-présidente du candidat Démocrate Joe Biden, a documenté la lignée de sa famille de planteurs jamaïcains propriétaires d’esclaves, dans un article publié dans Jamaica Global Online le 14 janvier 2019

    Donald Harris :
    « Quand j’étais enfant qui a grandi en Jamaïque, j’entendais souvent mes parents et les amis de la famille dire : « memba whe yu cum fram » [remember where you come from = souviens-toi d’où tu viens].

    En tant que père, j’ai naturellement cherché à développer la même sensibilité chez mes deux filles. Née et élevée en Amérique, Kamala a été la première de la lignée à recevoir ces racines. Mon seul grand regret est qu’elles [mes deux filles] n’aient pas appris à bien connaître les deux femmes les plus influentes de ma vie : « Miss Chrishy » et « Miss Iris » (comme tout le monde les appelait). Cet écrit est, à bien des égards, une histoire sur ces femmes, et l’héritage qu’elles nous ont donné.

    Mes racines remontent, de mon vivant, à ma grand-mère paternelle Miss Chrishy (née Christiana Brown, descendante de Hamilton Brown, qui est connue comme propriétaire de plantations et d’esclaves, et fondatrice de Brown’s Town) et à ma grand-mère maternelle Miss Iris (née Iris Finegan, agricultrice et éducatrice, originaire d’Aenon Town et d’Inverness, dont les ancêtres m’étaient inconnus).

    Avec le recul, je peux dire avec certitude – et tout le mérite revient à Miss Iris – que c’est cette exposition précoce et intime au fonctionnement de l’industrie sucrière … avec une main-d’œuvre familiale et un travail salarié gratuit, associée à ma curiosité croissante sur la façon dont ces choses sont arrivées, qui m’a conduit, une fois que j’ai commencé à lire sur l’histoire de la Jamaïque, à étudier de plus près l’industrie sucrière.

    J’en suis alors venu à comprendre son origine en tant que système de production et de commerce mondial, basé sur l’esclavage, la Jamaïque étant un élément clé de ce système depuis le tout début.

  • « Elle représente tout ce que Black Lives Matter […] refuse : des tendances autoritaires, un manque complet d’empathie pour les innocents (souvent issus de minorités ethniques) ainsi qu’une soif de pouvoir inextinguible. »
    Nous sommes bien en train de parler du mouvement dont les dirigeants ne font pas mystère de leur volonté d’imposer le marxisme ? Le mouvement qui instrumentalise les noirs (dont il n’a rien à battre, cf son silence total sur les enfants noirs tués tous les jours par d’autres noirs) pour (espérer) instaurer une dictature gauchiste ?

    Désolé, mais Harris est très exactement sur la même ligne que BLM, et ne pas le réaliser (ou refuser de le faire, plus exactement) en dit long sur les œillères de l’auteur.

    • Sans oublier l’antisémitisme à peine voilé sous l’antisionisme des leaders de BLM… je mettrais bien un lien à ce sujet, très documenté, vers un article de JP Grumberg daté du 15 juillet, je laisse les curieux faire leur recherche par eux-mêmes.

  • Qui ils sont n’a aucune importance, élus il feront ce que font les socialistes partout, non élu, l’Amérique est en guerre civile.

    • « l’Amérique est en guerre civile. »
      C’est ça le vrai sujet.

      Telles que les choses sont parties, et quel que soit le vainqueur en novembre, aucun des deux camps n’acceptera la victoire de l’autre.

      Les US sont gangrènés par une idéologie d’extrême gauche qui a contaminé des pans entiers de la société, les médias, les campus et le parti démocrate. Obama a laissé une bombe à retardement derrière lui. Les dems sont trop radicalisés et trop compromis pour en rester là. s’ils n’ont pas le pouvoir ils n’auront pas d’autre choix que de continuer le chaos actuel.

      • La gauche dite progressiste est une très grande menace pour tous, pas qu’aux USA, c’est certain.
        Mais n’oubliez pas l’idéologie (délire ?) d’extrême-droite ou religieuse. Un exemple : Deanna Lorraine, candidate républicaine malheureuse contre Nancy Pelosi : voici ce qu’elle a dit récemment, après avoir parlé des nanoparticules robotiques dans les vaccins : «  »If you have a mask on, it means you actually don’t trust God. You don’t have faith. You’re living in fear instead of faith. And of course, the Marxist globalist Satanists that are pushing all this, they are trying to invert reality and pervert God and Christians, and they want to isolate us from God ».
        Alors oui, ya des gauchistes radicalisés, mais les USA sont remplis de radicaux, dont certains, comme cette madame Lorraine, en tiennent une fameuse…

      • Trump, qui se rêve despote, fait tout pour empêcher les élections. Si le score est un peu serré, il sera encore plus malhonnête et délirant et s’accrochera.
        Biden, qui ne sait plus trop qui il est, aura du mal à accepter d’échouer face à ce fou de Trump.

        • Jamais, dans toute l’histoire des États Unis, on a vu une telle déferlante de haine contre Trump, President pourtant démocratiquement élu puisqu’il a obtenu le plus grand nombre de voix des grands électeurs il y a 4ans.
          La raison est simple : il était prévu que “Hillary la pourrie” (“crooked Hillary”), l’épouse de “Billy la braguette” (“Billy the bud”) succède à Hussein Obama pour poursuivre et finaliser son œuvre de destruction.
          Depuis les dossiers “bidon” (dossier russe, impeachment sur la base de rumeurs) succèdent aux tentatives violentes pour déstabiliser Trump. L’usage actuel du virus chinois par les gouverneurs d’états démocrates ou la mortalité est la plus élevée montre bien que les gauchos n’ont aucun remords à laisser mourir des citoyens us pour leurs dogmes délirants.
          On attend avec impatience l’Obamagate, c’est à dire l’ouverture du dossier sur les agissements de l’ancien président. Pour cela, Trump doit être réélu, sinon “Sleepy Joe” enterrera le dossier.

          • Votre usage « trumpien » de surnoms insultants, réducteurs, populistes, vendeurs, dégrade profondément toute l’argumentation possible.
            Déjà expliqué, mais en créant un personnage come « Sleepy Joe » ou « Crooked Hillary », Trump et consorts créé un réceptacle magique pour tout et n’importe quoi, surtout les rumeurs, les approximations, etc. Comme une caricature.
            C’est typique d’un manque de vrais faits.
            MAis attention, vous noterez bien que je n’ai jamais dit que Trump n’avait pas été élu démocratiquement, ni. que les démocrates (comme les républicains) n’ont pas monté des cabales, des exagérations et autres contre l’autre camp.
            Trump est fou et a des penchants despotiques, c’est malheureusement vrai : lire ses tweets est suffisant et ce qu’il fait avec la poste US est cousu de fil blanc.
            L’élection de novembre le montrera sans doute très clairement, malheureusement.
            (Et pour info, je ne suis pas très Biden)

  • La campagne va vraiment commencer nous allons voir la médiocrité, mais pas seulement, de J. Biden. J. Biden est corrompu et sénile. D. Trump va appuyer là où cela fait mal. D’autre part, les démocrates ont soutenu toutes les violences de ces dernières semaines dans les villes démocrates. D. trump représente l’ordre et il gagnera chez les indépendants les voix nécessaires pour la victoire. Beaucoup de démocrates peuvent s’abstenir ne voulant pas soutenir un couple qui va mettre l’économie en péril par les diverses mesures notamment sur l’environnement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Biden Riyad inflation Etats-Unis récession
0
Sauvegarder cet article

Par Lina Kennouche.

La visite du président américain à Djeddah dans le cadre du sommet CCG+ 3 (Conseil de Coopération du Golfe + Égypte, Jordanie et Irak) à la mi-juillet s’est achevée sans résultats tangibles.

Si, sur la forme, le fait même que Joe Biden se soit rendu dans le royaume a témoigné d’un certain réchauffement de la relation américano-saoudienne, sur le fond, les États-Unis ont échoué à obtenir un engagement ferme sur les principaux objectifs de ce déplacement.

Un épisode qui illustre le déclin de plus en plus... Poursuivre la lecture

démocrates Joe Biden quoi qu'il en coûte
0
Sauvegarder cet article

Par Bonnie Kristian. Un article de Reason

Après que le sénateur Joe Manchin (élu démocrate en Virgine-Occidentale) a rejeté la législation sur le climat de son propre parti, le président Joe Biden a déclaré :

"L'action sur le changement climatique et les énergies propres reste plus urgente que jamais. Je vais donc être clair : si le Sénat ne bouge pas pour s'attaquer à la crise climatique et renforcer notre industrie nationale des énergies propres, je prendrai des mesures exécutives fortes pour y répondre."

Lundi soir, ci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles