COVID, prétexte pour mettre les Français sous tutelle (1)

Réduire la gestion du pays à la conduite à tenir face à une épidémie est une aberration. Soumettre la politique française à l’évolution d’une épidémie est irrationnel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Bernard Hermant on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COVID, prétexte pour mettre les Français sous tutelle (1)

Publié le 4 septembre 2020
- A +

Par Patrick de Casanove.

SARS-coV2 n’est qu’un virus. La Covid-19 n’est qu’une épidémie comme l’humanité en a connu, des moindres et des pires, et en connaîtra d’autres.

Le gros problème, peut-être même le seul problème de cette épidémie en Occident et en France en particulier, est qu’elle a échappé aux médecins praticiens, aux soignants, pour être confisquée par les politiciens.

Malheureusement pour les Français :

  • Cela fait longtemps que la raison a déserté les politiciens de notre pays.
  • Cela fait longtemps que l’enjeu n’est plus la maîtrise de la Covid-19.

Nos politiciens ont beau mettre en œuvre des politiques néfastes (chômage structurel, déficits abyssaux, faillite de l’éducation, mal logés, sans logis, acculturation, communautarisation, conflits etc.), la dernière étant la gestion calamiteuse de l’épidémie, ils sont dangereux mais pas stupides. Ils y ont un intérêt. L’enjeu est d’étendre et asseoir leur pouvoir absolu.

Depuis une douzaine d’années les politiciens pensaient détenir la martingale pour imposer le totalitarisme en France. Cette martingale s’appelle « changement climatique » ou « réchauffement climatique ».

Une merveille, idéale pour effrayer les foules, leur imposer des changements de vie et de comportements. Mais les résistances étaient trop grandes et le totalitarisme progressait trop lentement.

Puis vint la Covid-19.

Comme il leur est naturel de se mêler de tout, les politiciens s’emparèrent de sa gestion. Mais avant et pendant l’épidémie, ils furent tellement mauvais, c’est-à-dire non seulement nuls mais aussi dangereux, que pour eux cela sentit le roussi.

Si les Français comprenaient que la crise n’est pas liée à la Covid-19 mais aux décisions gouvernementales aberrantes, qu’ils ont été sciemment enfermés, que bien des leurs sont morts alors qu’ils n’auraient pas dû, que l’économie a été délibérément détruite, tout cela inutilement parce que l’épidémie est peu meurtrière et parfaitement contrôlable si bien gérée, la situation du gouvernement serait intenable.

Il lui fallait rapidement retomber sur ses pieds et reprendre le contrôle de la situation.

Pour les politiciens l’objectif était double :

  • ne pas perdre la face et sauver leur peau,
  • contrôler le pays, étendre et assurer le totalitarisme, bâtir l’Homme Nouveau et la Société Nouvelle sur les ruines du monde ancien.

Alors ils tirèrent parti de la Covid-19. Elle devint un outil au service de leur pouvoir. C’est pourquoi, alors que l’épidémie est terminée, nous assistons à un concours d’annonces des plus inquiétantes, de mesures inappropriées et contraignantes.

Plus le gouvernement prétend rassurer, plus il contraint, plus il fait peur.  « Il y a un sentiment d’inquiétude, nous ne sommes pas là pour faire peur, mais il faut partager la réalité », dit Jean Castex au journal Le Figaro.

Mais dans le même article la suite de ses propos est inquiétante :

« Partout en Europe il y a une reprise de l’épidémie. Il n’y a pas de quoi s’affoler, on n’est pas revenus à la situation du mois d’avril mais, malgré tout, il y avait 1000 cas par jour il y a quelques semaines, nous sommes désormais à 3000 […]. Il y a quelque chose qui se passe », […] « Le pire de tout, c’est que l’on s’enfonce, parce que l’on ne reprend pas l’activité, dans une crise économique et sociale qui serait – les Français le sentent bien – beaucoup plus dangereuse que la crise sanitaire. »

Quant à sa conférence de presse elle est aussi sinistre. N’est pas Jean-Paul II qui veut. Lui était sincère.

En ce qui concerne l’anxiété, la presse est là pour enfoncer le clou et expliquer que nous ne sommes est sortis de l’auberge.

Maintenir l’angoisse des populations est primordial pour le gouvernement. Cela a plusieurs conséquences :

  • l’épidémie ne doit pas être terminée et ne doit pas s’arrêter ;
  • elle doit être grave et s’il le faut elle sera aggravée ;
  • tout doit être fait pour discréditer et démolir ce et ceux qui prouvent le contraire1 ;
  • l’économie ne doit pas sortir la tête de l’eau, quitte à la maintenir enfoncée.

Il ensevelit sous les décombres de l’économie les traces et preuves de son forfait. La survie des entreprises et des populations ne dépend que du bon vouloir de l’État dans l’attribution de ses prêts, aides et subventions. Mais aussi dans la création de ses lois et contraintes en faveur des uns et au détriment des autres.

Continuer à avoir peur, tout devoir à l’État, cela rend soumis et obéissant.

Aujourd’hui la Covid-19 n’est plus qu’un prétexte pour mettre les Français sous tutelle2

Aucune initiative ne leur est permise. Les Français sont bien considérés comme n’étant plus en état de veiller sur leurs propres intérêts, donc comme des incapables majeurs. Mais aucune décision de justice n’est à l’origine de cette contrainte collective. Aucune défaillance ou infraction ne la justifie.

Le totalitarisme est en marche dans notre pays depuis la Libération et les ordonnances de 45 qui ont mis la France sur le chemin du socialisme. Elle n’en est jamais sortie.

Or le socialisme est totalitaire par essence. Depuis les ordonnances de 1945 les Français sont tenus pour incapables d’assurer l’éducation de leurs enfants, d’être prévoyants pour leur retraite ou leur santé etc.

Aujourd’hui, grâce à la Covid-19, les moindres détails de leur vie quotidienne sont réglés en haut lieu. Il s’agit de protocoles très détaillés pour la vie dans les établissements scolaires, les entreprises, les lieux de loisir, la rue etc.

Tous ces protocoles sont définis par une autorité centrale. Autorité qui dénie aux Français la responsabilité et la capacité à s’organiser seuls à partir de conseils simples.

Qui dit protocoles étatiques dit perte de libertés, réglements, infractions aux règlements, délits et sanctions ; tous des délits totalement artificiels.

Qui dit protocole étatique dit aussi dédouaner les politiciens de toute responsabilité (ils ont rédigé le protocole et éventuellement prévu des sanctions) ; donc si les problèmes perdurent c’est parce que de mauvais citoyens n’ont pas suivi ces fameux protocoles. Ils seront punis.           

Au final la vie de 66 millions de personnes est suspendue aux lèvres d’une seule personne, qui n’a jamais vraiment travaillé et qui n’a aucune compétence particulière dans le domaine de la santé… ni ailleurs ( indice : il a été élu et ne vit pas en Corée du Nord.)

C’est bien du totalitarisme.

  1. Tout doit être fait pour discréditer et démolir ce (et ceux) qui prouvent que l’infection à SARS-coV2 est contrôlable et maintenant peu meurtrière.
    Prenons comme exemple la dernière étude sortie dont le titre original est : « Effect of hydroxychloroquine with or without azithromycin on the mortality of COVID-19 patients: a systematic review and meta-analysis » par Thibault Fiolet, épidémiologiste et doctorant en Santé publique à l’Inserm, premier auteur. Il la présente lui même dans une vidéo « Méta-analyse : l’hydroxychloroquine est-elle efficace pour réduire la mortalité liée au COVID-19 ? » Il est possible de le retrouver dans d’autres vidéos, traitant de divers sujets, sur son site. L’étude est présentée largement et partout comme discréditant le traitement par hydroxychloroquine (HCQ) et Azithromycine (AZ) du Pr Didier Raoult.
    L’Express : Hydroxychloroquine et azithromycine, fin de partie pour le traitement du Pr. Raoult.
    Sciences et avenir : « Méta-analyse : l’hydroxychloroquine combinée à l’azithromycine augmentent le risque de mortalité dans le traitement du Covid-19
    « 
    BFM :« L’hydroxychloroquine définitivement enterrée ? »
  2. « La tutelle est une mesure judiciaire destinée à protéger une personne majeure et/ou tout ou partie de son patrimoine si elle n’est plus en état de veiller sur ses propres intérêts. Un tuteur la représente dans les actes de la vie civile. »
Voir les commentaires (73)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (73)
  • Il va falloir s’habituer à notre nouvelle vie ubuesque et kafkaïenne. Bien venue dans la 5 ème dimension, oubliez toutes vos connaissances, ici elles vous sont inutiles.

  • La population a t elle le choix ? Que des socialistes de droite de gauche et du centre

    • Elle a le choix de ne pas voter pour ces tocards.

      • Elle devrait se mobiliser pour voter pour d’autres, histoire d’essayer autre chose. Exemple: beaucoup se plaignent d’Hidalgo à Paris et pourtant elle est réélue. Les opposants n’ont pas voté. C’était le moment de l’éjecter. C’est la même chose au plus haut niveau.

    • Je suis loin d’être son fan club, mais déjà si on avait élu Fillon à la place de Macron on serait quand même un peu moins dans la m… Pas beaucoup moins, mais un peu moins. Et quand on y est à ce point là, un peu, c’est beaucoup.

      • Hum, fillon n’avait guère de qualites et un gros défaut le défaut de poulidor être l’éternel second, ne pas avoir le petit truc pour se détacher du peloton… Les premiers ministres… Tous pareils , du papier peint pour orner la république. Le président doit disparaître pour que tout cela change

  • L’objectif des politiciens est d’obtenir et de conserver le plus longtemps possible une position qui leur permet de dire aux citoyens ce qu’ils doivent faire et qu’ils le fassent. OK.
    L’objectif des citoyens est non pas de montrer qu’ils auraient «  la responsabilité et la capacité à s’organiser seuls à partir de conseils simples.« , mais de récupérer autant qu’ils le peuvent pour eux-mêmes ce pouvoir de régir la vie des autres. Ils sont tout à fait d’accord pour la mise sous tutelle, tant que c’est pour tout le monde sauf eux. Comme pour les taxes et impôts.

    • Je trouve un poil agaçant votre perpétuelle condamnation d’ une attitude française qui consisterait à voter pour soi et contre les autres. Non pas parce que je trouve cela complètement faux, mais parce qu’ elle fait fi d’ une nature travaillée par l’ histoire du pays. De plus, il me semble que cette remarque manque cruellement de confiance dans l’ individu, qui comme bien des libéraux le pensent, a simplement besoin d’ un cadre stabilisé pour s’ épanouir. J’ y sombre aussi, mais le ressentiment vis à vis des autres est un poison chez les libéraux. Je crois au contraire que les français ont un talent extraordinaire à ce démerder dans une société semée d’ embûches non promises aux élections.

      • Je suis peut-être, comme vous le dites, obnubilé par une certaine déception face à l’attitude de la majorité des individus que je côtoie. Pour compenser, je reconnais qu’il y a aussi un grand nombre de personnes dignes de confiance et d’amitié, et auxquelles je ne les lésine pas. Simplement, le talent des Français pour le système D évolue ces derniers temps en un talent pour le système A, où il suffit d’attendre l’Aide qui finira bien par tomber, et qui sera financée on ne sait pas comment. Tout le contraire de la débrouillardise légendaire. Et du coup, il est bien difficile quand on fait partie de ceux qui paient de ne pas être gagné par le ressentiment. Ceci dit, je suis bien d’accord que l’égoïsme vire souvent au handicap chez les libéraux, c’est un droit qui ne devrait être utilisé qu’exceptionnellement et la règle générale devrait être la confiance et la coopération sans réticences. Malheureusement, ces derniers temps, le sentiment d’être dans ce cas le dindon de la farce est tel que des exemples concrets de responsabilité et d’organisation hors du système étatique seraient particulièrement bienvenus, alors que je ne vois que des contestations de ce système sans la moindre indication de capacité constructive chez les contestataires.

      • « une nature travaillée par l’ histoire du pays »

        ?!?

        « l’ individu, qui comme bien des libéraux le pensent, a simplement besoin d’ un cadre stabilisé pour s’ épanouir »

        Oui, surement.

        « les français ont un talent extraordinaire à ce démerder dans une société semée d’ embûches »

        C’est l’esprit « latin » il me semble. Nous sommes à mi-chemin entre le débrouillardisme du sud et la rigueur du nord. Il faut faire avec ses qualités et ses défauts. Le socialisme « doux » a plus de chance de fonctionner chez nous qu’en Italie mais moins qu’en Suède. En revanche l’étatisme a peu de chance de fonctionner nulle-part.

    • Le but du politicien n’est pas de mettre sous tutelle un peuple, seulement bien vivre avec le moindre effort et parader dans des dîners huppés avec des gens importants, c’est tout. Être avec des gens qui comptent en millions c’est comme si vous aviez des millions.. Ce dont ils sont bien incapables d’acquérir leur vie durant… Ils adorent aussi les artistes… Millionnaires de préférence ou en tête d’affiches.

  • Pour rester positif, il me semble avoir lu sur CP que plus vite on toucherait le fond et plus vite on serait motivés (on = les français endormis) pour remonter. J’ignore si la pandémie du COVID a été concoctée au niveau mondial ( complot?), mais il semble évident maintenant qu’elle va envoyer de nombreuses économies par le fond ( en premier quelques pays du sud de l’Europe dont la France). CPEF ( Enfin peut-être, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise!)

    • Nul besoin de provoquer des catastrophes puisqu’elles se produisent naturellement et à une fréquence suffisamment élevée pour qu’elles soient exploitées avec cynisme par la mafia collectiviste.

  • ben oui , la France est sous tutelle….sauf dans les quartiers sensibles , les zones de non droit , à qui l’état fout une paix royale ….deux poids deux mesures….

  • Je pense que c’est un peu plus compliqué que ça car tous les régimes sont peu ou prou dans le même flou et la même panique. Même les libéraux anglais ont fini par confiner et à avoir recours à des mesures assez contraignantes (quarantaine) idem pour les suisses qui pourtant ont mis un bon bout de temps à réagir. Je pense donc que ce virus est plus létal, son mode d’action est multiforme et se transmet plus que les virus précédents (les médecins de terrain le disent ) . Maintenant que les gouvernements deviennent des mères castratrices c’est la logique de la réaction de l’état en situation de crise et une tentation désespérée de justifier le prix qu’il nous coûte dans la volonté de se maintenir.

    • Bah, les anglais, toujours dans les mauvais coups, pour celui là ils se sont forges un alibi, la situation a été pire que prévue.

    • Si l’on avait laissé les médecins soigner leurs patients comme ils le font pour toutes les grippes, ce virus n’aurait pas été plus létal qu’un autre. 25000 morts en trop d’après le Pr Perronne…
      De plus, on a attribué au Covid le plus de morts possibles.

    • @Val
      Les libéraux anglais ? Lesquels ?

      • Effectivement, le libéralisme en RU a du plomb dans l’aile en ce moment.
        Par ailleurs, force est de constater que dans la plupart des pays, y compris la Suisse, les politiciens ont tendance à mépriser les libertés individuelles et à abuser de leur pouvoir. Que donc on ait observé des mesures coercitives à peu près partout à l’occasion de cette épidémie n’est pas étonnant : l’effet de surprise aidant, les réflexes politiciens liberticides ont pu pleinement s’exprimer.

        @ Val : non, ce virus n’est pas plus létal que d’autres virus du passé, par exemple celui des grippes de 1957-58 ou de 1968, qui ont entraîné au niveau mondial de 1 à 4 millions de morts selon les estimations, pour une population deux fois moindre qu’aujourd’hui. Ne vous faites pas peur et ne faites pas peur aux gens, merci. Les médecins et les citoyens ont parfaitement la capacité de faire face à ce virus sans qu’il soit besoin que l’État fourre ses sales doigts dans le processus.

  • Je relève au moins une absurdité dans cet article car vu que tous les pays du monde ont un comportement identique vis à vis de cette épidémie, c’est donc à un complot mondial des dirigeants que l’on a à faire.
    Maintenant que le bla bla pseudo scientifique de certains démagogues serve à faire croire à une pseudo dictature rampante me parait tenir de la paranoïa.
    Par contre vous avez une vraie dictature en marche, celle des verts et vous feriez mieux de la combattre que de jouer au Don Quichotte en confondant le covid et un moulin.

    • D’abord beaucoup de pays n’ont pas contraint leur population à rester chez eux, juste interdire les attroupements.
      Bien entendu, ce n’est pas un complot, c’est juste que les énarques sont des hauts-fonctionnaires qui ont une très haute opinion d’eux-mêmes parce qu’ils ont réussi le concours. Ils sont habitués à commander dans un système hiérarchique et ne supporte pas la moindre contestation. C’est comme l’armée, il faut obéir. Le problème c’est que les dirigeants sont très autoritaire, mais que les petites mains de l’administration font de la résistance passive. En fait les ordres ne sont pas suivi d’effet, l’administration freinant des quatre fers.
      On l’a vu avec les masques, ils étaient dans des stocks, mais pas disponible parce que les petites mains étaient parti en télé-travail (comprendre ne pas travailler).
      Mais les énarques peuvent verdir, devenir soignants, ou militaires, tant que c’est bon pour leur carrière.

    • inclinaison, parfaitement décrite ici par Patrick de Casanove, pour accroître leur pouvoir. C’est dans leur nature. C’est la résistance des populations et leur attachement à la liberté qui restreignent éventuellement cette inclinaison. Enfin, le rôle des organisations internationales (ONU, OMS…) est considérable. Financées essentiellement par la contrainte, ou par des organismes privés ayant des buts politiques, elles obéissent à la même logique que les États. Donc, aucune surprise à ce que de nombreux gouvernements suivent plus ou moins les mêmes voies, pour les mêmes motifs.

    • PS : D’accord sur le fait que la dictature des vers soit en marche mais :
      1) Contrepoints en général et Patrick de Casanove en particulier combattent la marche en cours vers cette dictature (voir ses articles sur le sujet). L’un n’empêche pas l’autre. Rien ne vous empêche par ailleurs de participer à ce combat par vos écrits, l’influence que vous pouvez avoir sur vos proche ou tout autre moyen à votre convenance.
      2) Les similitudes entre les 2 prétextes devaient vous sauter aux yeux :
      – utilisation de la peur
      – initiation au travers de l’instrumentalisation des organismes internationaux (ONU, OMS)
      – caractère mondial de la peur (du moins dans ce qui reste du monde occidental)
      – réponse identique : plus de contraintes, moins de liberté (idem).
      Comme l’écrit par ailleurs Patrick de Casanove ici même (il semble que vous n’ayez pas lu l’article que vous commentez), la 2e sert de marche pied à la 1ere.

  • Un manuel de survie à destination des entreprises est disponible ici
    http://www.scmsa.eu/archives/SCM_Manuel_Survie.pdf

  • Un manuel de survie à destination des entreprises est disponible sur le site web de la SCM.

  • le COVID est la bonne direction pour la « route de la Servitude ».

  • 1-Rappelez-vous Lafontaine : « les animaux malades de la peste ».
    Tous nos dirigeants et nos grands spécialistes médicaux sont innocents. On a trouvé le coupable, l’âne de la fable. Le coupable c’est celui qui a soigné avec l’hydroxychloroquine, « il va être exécuté ».
    2- L’inquisition est revenue, et les nouveaux inquisiteurs qui sont les membres du conseil de l’ordre, vont condamner le « sorcier, druide chevelu » qui a soigné avec des drogues interdites.
    Méfions-nous car les inquisiteurs verts vont bientôt apparaître au grand jour.

  • Le papier de Thibaut Fiolet ne vaut pas plus que celui publié dans, puis retiré par, le Lancet.
    Les données sont biaisées. En effet, l’étude ne porte que sur les in-patients (patients déjà sufisamment malades pour être hospitalisés) et « oublie » totalement les out-patients (les ambulatoires).
    Données faussées = résultat foireux.

  • Bon …..Il faut bien une tête à moins en pagaille…Il y aura 31 000 morts du covid en France car trois régions ont été débordées au niveau sanitaire…S’il n’y avait pas eu confinement et que toutes nos régions avaient subi la contagiosité virale…il y aurait eu 90 000 décès voire un peu plus en pensant aux densités urbaines de Lyon , Bordeaux , Toulouse et Marseille…Les vieux comme dit Casteix ..Certes …Mais que n’aurait on dit..Tout le reste est du verbiage sans aucun intéret

    • Chiffres fantaisistes. Ce ne sont que des conjectures. Ce qui est certain, c’est que quelques pays s’en sont sortis bien mieux que la France, avec beaucoup moins de contraintes et de « dommages collatéraux ».

    • Bonjour sigmund
      J’ai lu une étude (de Rennes je crois) parlant de 100000 morts évités grace au stay-at-home français, bien entendu, dans la discussion ils avouent qu’ils ont pris comme hypothèse que le taux de doublement restait identique (ce qui n’arrive jamais), que des décisions plus légères auraient pu être prises.
      Une autre anglo-saxonne (lancet-A country level analysis measuring the impact of government actions, country preparedness and socioeconomic factors on COVID-19 mortality and related health outcomes 21 june) qui ne voit pas de différence entre les différentes politiques. » However, in our analysis, full lockdowns and wide-spread COVID-19 testing were not associated with reductions in the number of critical cases or overall mortality. »
      Toujours est-il que la fermeture des plages en bretagne en mars est stup.de.

      • Le nombre de morts évitées est bien entendu particulièrement incertain. Cependant, connaissant le système hospitalier français, la saturation serait indéniablement survenue et le chaos se serait installé.

        • Il y avait 5000 places de réa dans les cliniques privées que l’état ne voulait pas utiliser. Le système hospitalier publique français est dysfonctionnel, à bout de souffle. Comme tout les structures collectivistes; Explosion des coûts, pénurie, fil d’attente.

          • Bien sûr gillib…Mais en mars les admissions aux urgences étaient déjà des cas graves voire nécessitant un passage en réanimation…Certains auraient été sauvés certes, mais âge et comorbidité ont fait le reste..Aujourd’hui les admis sont encore dans des états pouvant être accompagnés dans des unités de soins infectieux…néanmoins jour après jour les chiffres remontent..et les réas sont occupées par d’autres pathologies dont les accidentés de la route….Cela peut se tendre rapidement avec les premiers frimas et les autres viroses habituelles..

            • Comment on fait les allemands?
              Ils ont laissé les médecins travailler.
              Qu’a fait l’état français, il n’y avait pas de tests, pas de masques, le match de foot Lyon-Milan, les élections municipales maintenu etc.. Pas une erreur qu’ils n’ont pas fait.
              Les médias parlait pendant ce temps là de Griveaux qui se br.nlait sur internet. Sans parler de Buzin qui quitte le navire au milieu de la bataille.
              Continuer à défendre l’indéfendable.

              • Les allemands et vous avez raison ont des Lander puissants , autonomes en partie ..Nos super régions sont fantoches…et les ARS des « anomalies » a supprimer..

                • C »est marrant vous defendez mordicus le bilan de l’état français. J’attends toujours de références, des études, vous savez l’EBM.
                  On ne sait pas si la COVID est très dangereuse, si le Stay-at-home est efficace, si le port du masque généralisé utile.
                  Vous utilisez des éléments de langage de l’état français. Moi je n’en sais rien. En medecine Primun non nocere.
                  La politique décidée par le gouvernement a entrainé une crise économique certaine, pour un gain sanitaire incertain (et même aggravant possiblement la situation)

          • Le refus du recours au privé fait partie intégrante de notre système défaillant. Mais même avec ce recours, il est très probable que le système aurait sauté quand même.

            • Tres probable, moyennement probable, improbable. Tout cela est terriblement scientifique, du doigt mouillé.

              • Bon, alors disons qu’il est évident que le recours au privé n’aurait pas permis de compenser les erreurs que vous citez plus haut de maintien des élections, matches de foot, dénigrement des masques, absence de tests, etc., et je vous mets au défi de prouver le contraire.

                • Mais oui les deux positions sont indéfendables, Ce sont des affirmations non réfutables.
                  Ma petite musique, c’est le contrepoint, une petite musique étatique que vous jouez (stay-at-home efficace), et moi une vision critique plus noire, aussi tout aussi défendable.
                  Au fond, on avait une pandémie annoncée, qu’elle soit virulente ou pas n’importe peu, on l’a vu avec H1N1 avec sa campagne ridicule de vaccination.

                  • H1N1 n’était pas une pandémie ….Quant au fait que la covid soit virulente et bin si ça nous importe…!!! 200 000 morts aux States…Les guerres « extérieures » n’ont pas fait autant de victimes..!!

                    • « Quatrième réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international
                      Le Comité d’urgence a tenu sa quatrième réunion le 11 juin 2009.

                      Le Comité a examiné les informations disponibles sur la transmission de la nouvelle grippe A(H1N1) en plusieurs endroits dans des pays de différentes Régions de l’Organisation mondiale de la Santé et a conclu que les critères définissant une pandémie étaient remplis. »

                    • Bah, 20000 de plus en Europe. Pas si brillant pour une petite grippe…

                    • 200000 morts aux States. Le CDC révise ses chiffres car ils ont été largement surévalués comme dans d’autres pays
                      Cette « pandémie » devait absolument afficher un maximum de morts.

                  • Je ne joue pas le stay-at-home efficace, où donc auriez-vous vu ça dans mes commentaires ? Je prétends que l’état nous a conduits à une situation effectivement très proche de la catastrophe, sans comparaison avec les grippes hivernales passées, et même difficile à comparer avec les situations covid dans les autres pays. Il a été forcé par cette imminence à prendre des mesures de stay-at-home, et même celles-là, il les a appliquées de la pire manière qui soit, mais elles ont écarté la catastrophe quand même, alors que le laisser-faire au corps médical, venant des années trop tard et dans un système pourri, n’avait aucune chance.

                    • Bon je suis d’accord avec vous. L’état a foutu un tel b.rdel que le marché ne pouvait réagir, et donc l’état devait rajouter à une crise sanitaire ingérable un crise économique ingérable.
                      Bien jouer Callaghan.

              • C’est plus du doigt : c’est un bras mouillé, voire même un tronc mouillé 😉

          • Il ne voulait pas que l’on découvre que le privé aurait mieux géré la crise, avec beaucoup moins de décès…

    • Ils ont surtout entubés les patients, au propre comme au figuré…

  • Oui, tout cela est juste et bien dit.
    Le totalitarisme en question dépasse nos frontières car il s’agit du pouvoir d’une élite mondialisée qui tient – plus ou moins – en otage nombre de pays.
    La spécificité de la France est que 40 ans d’Etat providence et d’abrutissement médiatique et éducatif ont tué toute idée d’autonomie par rapport à un Etat dont une majorité de nos compatriotes sont persuadés qu’il ne veut que leur bien.
    Tragique

  • Aujourd’hui les élites prétendent diriger la société. Il s’agit dans ma définition d’une partie passablement arrogante et ayant peu été confrontée avec les réalités de ce monde, ayant fait des études, pensant changer le monde, mais sans conscience de la difficulté et de la vision partielle et souvent nombriliste qu’ils en ont.

    Le malheur est que ces élites comprennent bien sur une partie des médecins prêts à soutenir les politiciens (mis au pouvoir par les élites).

    On assiste donc à un brouhaha de « spécialistes » qui « veulent notre bien », mais pas forcément avec des idées claires ou sans arrière pensées. J’ai le sentiment que même les politiciens sont dépassés dans l’affaire avec leurs minables manigances.

  • Très sombre mais très vrai : je partage votre analyse à 100%. Ce à quoi nous assistons depuis 6 mois ne peut relever de la seule incompétence : il y a une vraie et malveillante entreprise de mise sous tutelle des Français, de mise en place progressive d’un régime totalitaire, qui à la fois correspond aux aspirations secrètes de nombre de politiciens (de gauche comme de droite, il n’est que de voir le peu voire l’absence de réactions qu’entraînent les mesures prises dans l’opposition) et de plus offre l’avantage de museler toute tentative de révolte des Français devant les agissements de ces imposteurs.

    • Du blabla conspirationniste…Jamais nous avions connu une virose comme celle là ces dernières années…Plus que de l’incompétence c’est de la panique …j’ai connu dans ma région la tempête de 99 et bien je peux témoigner de la panique générale au plus haut niveau administratif et de la grande cohérence des maires et des communes pour gérer au mieux leur territoire..Il n’y a pas de malveillance et de cabinet noir..fantasmes tout cela

      • Regardez le nombre de mort en janvier 2017 (grippe classique), plus de mort qu’en avril 2020.
        Mais ouvrez les yeux, vous êtes dans une psychose collective, la SRASITE aigue. une nouveauté dans le DSM-V ;).

      • La panique n’empêche pas la malveillance, sortez un peu de votre logique binaire.
        Si vous croyez vraiment que nos politiciens sont des gens désintéressés, préoccupés uniquement du bien des citoyens, que nulle corruption ne peut atteindre, alors grand bien vous fasse. On a le droit de croire au père Noël même quand on est grand, hein.

      • Où ai-je parlé de cabinet noir, au fait ?
        Conclusion : qui est le conspirationniste, ici ?

      • Jamais nous avions connu une virose comme celle là ces dernières années
        Et alors ?
        Et les grippes de 1957-58 et de 68, qui ont fait davantage de victimes par million d’habitants, ont-elles conduit à des mesures liberticides folles comme celles que nous subissons ?
        Depuis quand les politiciens se saisissent-ils de question médicales tout en dépossédant les médecins de leurs fonctions ?
        La recherche du risque zéro, le principe de précaution poussé à l’extrême sont de la folie, et des gens aussi instruits que ceux qui nous gouvernent devraient le savoir.
        Vous vous dites psychiatre, il me semble : et vous ne savez pas qu’un esprit moralement tordu peut produire des pensées absurdes et irrationnelles, même chez des gens dotés de facultés intellectuelles au-dessus de la moyenne ?

      • Ce n’est pas de la malveillance, mais de la trahison, de la collaboration avec l’élite mondialiste que C. Gave (et d’autres) appelle les hommes de Davos.
        Dès janvier, ils avaient prévu toute la séquence Covid et ses conséquences.
        Et pour janvier prochain, le grand reset, titre du livre de Klaus Schwab.

        Fin des libertés et du droit de propriété…
        Complot? Non, idéologie planificatrice.

  • Je plussoie des deux mains et des deux pieds à cette analyse.
    Cette crise agit comme un révélateur des vices des sociétés qu’elle frappe. On a tellement habitué les Français à considérer l’Etat comme un grand frère bienveillant qu’ils ne peuvent concevoir que l’Etat devienne malfaisant. Nul, obèse, incompétent, passe encore. Mais manipulateur, violent et meurtrier, ça c’est inconcevable. J’en parlais hier avec une personne d’origine roumaine, qui avait beaucoup de lucidité sur le sujet : grandir sous Ceaucescu vous vaccine à vie contre une vision trop angélique de l’Etat!
    On est mal, patron. On est mal!

  • Il est de plus en plus évident qu’Emmanuel Macron a plus que des tentations autoritaires voulant contrôler l’info, apostrophant avce violence un journaliste de très haut niveau comme G. Malbrunot, ne supportant aucune contestation… Ces mesures de dictature sanitaire vont dans le même sens et, si le peuple français hélas rongé pour certains par la peur officielle distillée savamment, n’y met pas un hola, nous risquons d’aller vers une sorte d’Etat d’urgence permanent sous divers pretextes qui finiront par faire de la France une démocrature voire une vraie dictature.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles