Climat : opération Récup’ du Covid-19 !

Certains semblent bien décidés à se refaire une santé en instrumentalisant la crise au nom du réchauffement climatique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Hulot by Jacques Paquier(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat : opération Récup’ du Covid-19 !

Publié le 25 avril 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Décidément, le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux aggrave son cas. Non seulement il a eu l’audace de suggérer qu’il faudrait peut-être travailler « un peu plus » pour sortir de la crise économique résultant du confinement anti-coronavirus, mais voilà qu’on apprend maintenant qu’il a écrit à la ministre de la Transition écologique et solidaire afin de demander un « moratoire sur la préparation de nouvelles dispositions énergétiques et environnementales » en raison des difficultés dans lesquelles les entreprises se débattent actuellement !

Typique. Les patrons ne pensent qu’à remplir leur tiroir-caisse et aimeraient bien profiter de la crise sanitaire pour se refaire une santé sur le dos de la transition écologique et climatique ! Une attitude parfaitement scandaleuse qui frise le crime contre l’humanité, ni plus ni moins, car si l’on en croit les déclarations récentes de la climatologue Corinne Le Quéré qui préside le Haut Conseil pour le climat (HCC) :

La plupart des causes du Covid-19, comme la déforestation ou les énergies fossiles, sont aussi à l’origine du changement climatique. Il faut donc s’attaquer à ces causes profondes, et la transition bas carbone est une réponse.

Ah, tiens, on connaîtrait précisément les causes de l’apparition du Covid-19 ? Pourtant, alors que l’épidémie poursuit sa danse macabre en France et dans le monde, personne ne songerait sérieusement à affirmer aujourd’hui que le coronavirus qui en est à l’origine a dévoilé tous ses secrets.

Personne, sauf les militants de la lutte contre le changement climatique.

Il leur suffit de lire dans le rapport du GIEC consacré à la gestion des sols, à l’agriculture et à l’alimentation (août 2019) que les maladies infectieuses « peuvent être amplifiées » par des activités humaines telles que le défrichement et il leur suffit de savoir que la pollution atmosphérique n’est pas sans impact sur la santé respiratoire pour en déduire par un amalgame hâtif mais favorable à leur culte que la déforestation et les énergies fossiles sont à coup sûr responsables du Covid-19.

Se refaire une santé idéologique

Aussi, profitant opportunément de ce que la crise sanitaire et ses désastreuses conséquences économiques mobilisent toute l’attention des gouvernements et du public, ils semblent bien décidés à se refaire une santé idéologique et médiatique par instrumentalisation climatique et écologique du coronavirus.

Le fait est que la crise actuelle a largement de quoi faire des envieux dans les rangs des écolos :

Ceux-ci nous mettent en garde depuis des années contre l’hécatombe humanitaire que le réchauffement climatique ne manquera pas de provoquer si l’on ne change pas immédiatement et drastiquement nos modes de vie. La romancière et nouvelle experte du climat Fred Vargas va même jusqu’à prédire que la moitié de l’humanité « mourra de soif, de faim, de chaleur » d’ici 20 ans !

Seul petit problème, personne n’a jamais rencontré un seul de ces morts qui n’existent que dans les projections volontairement alarmistes des acharnés du climat tandis que les décès consécutifs à une infection par le coronavirus sont tout ce qu’il y a de plus authentique. Des médecins parfaitement identifiés ont signé des certificats de décès parfaitement concrets et des familles qui n’en demandaient pas tant ont eu la douleur de voir l’un des leurs effectivement emporté par le Covid-19.

De ce fait, la population a instantanément pris la mesure du danger et a accepté de se confiner sans (trop) sourciller en dépit des abus et des excès1 du confinement généralisé tel qu’il a été conçu par le gouvernement. Du jour au lendemain, les Français ont modifié radicalement leur mode de vie, abandonnant trajets en voiture et consommations non indispensables, ce qui a eu pour effet de mettre aussi la production à l’arrêt. Une situation qu’ils espèrent provisoire mais que les acharnés du climat aimeraient prolonger et surtout organiser selon leurs propres standards.

Car n’allez pas croire que la réduction des émissions de CO2 observée depuis le début du confinement (une baisse de 30 % en France selon les calculs du HCC) leur procure la moindre satisfaction. Comme ils n’en maîtrisent ni les intentions sous-jacentes ni les axes de réalisation et comme elle ne résulte d’aucune obligation liée à l’urgence climatique, cette baisse ne peut en aucun cas accéder à la pureté des actions en faveur du climat :

Surtout, elle (la baisse) n’est pas désirable ni durable, car elle n’est pas le résultat d’un changement structurel organisé. La probabilité d’un effet rebond est majeure. (Corinne Le Quéré)

Oui à la baisse des émissions de CO2, mais uniquement si les Français, dûment culpabilisés par les descriptions apocalyptiques de Greta Thunberg, Fred Vargas et Aurélien Barrau réunis, renoncent à leurs transports en voiture, renforcent leur temps de télétravail et privilégient les productions locales par véritable dédication à la noble cause climatique ! Et quoi de mieux pour s’assurer d’une parfaite adhésion que d’en passer par des obligations définitives ?

Ces comités pour le climat qui élaborent le « jour d’après »

C’est ainsi que tout ce que la France compte de Comités, Conventions et Hautes Autorités pour le climat s’est empressé de « s’auto-saisir » afin d’apporter sa contribution à l’élaboration du « jour d’après ».

Observons d’abord que cela finit par totaliser des effectifs non négligeables – des effectifs qui grenouillent dans les allées du pouvoir, utilisent les « moyens de l’État » et encaissent éventuellement salaires et défraiements.

Je vous rappelle que chez nous, la question écologique et climatique mobilise non seulement le ministère de la Transition écologique et solidaire et ses 24 agences spécialisées ainsi que le très décoratif Conseil économique, social et environnemental (CESE), mais également le Conseil national de la transition écologique (CNTE) qu’Emmanuel Macron s’est empressé de « renforcer » en 2018 par la création d’un Haut Conseil pour le Climat (ou HCC, instance que préside Mme Le Quéré citée plus haut) et en 2019 par un Conseil de défense écologique dépendant directement de l’Élysée.

Cerise sur le gâteau de la démocratie participative, dans la foulée du grand débat national lancé pour répondre à la colère des Gilets jaunes (printemps 2019), le CESE a été flanqué d’une Convention citoyenne pour le climat (CCC) constituée de 150 citoyens tirés au sort et chargés de réfléchir à des mesures qui permettraient de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre du pays entre 1990 et 2030, tout cela « dans un esprit de justice sociale » naturellement.

Et observons ensuite qu’on peut difficilement s’attendre à ce que des instances spécialement créées pour passer les politiques publiques au filtre unique des engagements pris lors de la COP21 pour limiter la hausse de la température globale à 1,5 ° C depuis l’ère pré-industrielle parlent d’autre chose que de réduction des gaz à effet de serre.

Aussi, profitant de ce que l’épidémie de Covid-19 a véritablement alarmé les Français, tant la Convention citoyenne pour le Climat que le HCC se sont dépêchés d’asséner dans leurs rapports respectifs (ici et ) l’idée que :

La crise (sanitaire) que nous traversons n’est apparemment pas sans lien avec le dérèglement climatique et la dégradation de l’environnement. (CCC)

Dans cette conception, le coronavirus n’est jamais que l’une des épouvantables conséquences auxquelles il faut s’attendre dorénavant si l’on n’adopte pas immédiatement un programme de relance économique exclusivement décarboné. Urgence climatique et instrumentalisation des peurs, encore et toujours…

Et la « très, très bonne nouvelle », ainsi que l’a expliqué le membre du Haut Conseil pour le Climat Jean-Marc Jancovici au think tank Novethic, entité étatique dépendant de la Caisse des Dépôts et Consignations, c’est que l’argent que les États comptent affecter à la relance de leurs économies à l’arrêt ne manque pas – ce en quoi il n’a malheureusement pas tort :

On a besoin de 300 milliards ? On les trouve. On aura besoin de 500 milliards ? On les trouvera.

Il ne reste plus qu’à orienter tous ces milliards vers un profil bas carbone dirigé par l’État et le climat sera sauvé ! (Et les pandémies éradiquées, mais ça, en fait, on s’en fiche, c’était juste un prétexte pour orienter les demandes de l’opinion publique).

Si ce n’est qu’on parle de milliards de dette et d’impôts futurs. C’est beau, la pensée magique. Comme si l’argent poussait dans les arbres ou tombait mystérieusement d’un hélicoptère ! Typiquement un « monde d’après » qui s’annonce comme un « monde meilleur » si ce n’est le meilleur des mondes, mais qui risque pourtant de finir pour longtemps dans la récession, les faillites d’entreprises, la pauvreté et le chômage.

Ça promet.

Sur le web

  1. Les abus, c’est quand un hélicoptère de gendarmerie traque les rares randonneurs dans les Vosges. L’excès, c’est d’avoir rendu obligatoire le fait de rester chez soi quand il suffisait peut-être en de nombreuses circonstances de s’organiser pour respecter les distances sociales et les gestes « barrière ». Mais évidemment, comme on manque de masques et de tests…
Voir les commentaires (110)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (110)
  • Ça promet…. Des jours radieux et des repas champêtres sous des airs d’accordéon, c’est comme ça qu’on occupe son temps lorsqu’il n’y a pas de boulot et les assiettes vides, on s’amusait bien pendant la dernière guerre au bord de l’eau….

  • Les écologistes sont des escrocs, ils prêchent la déconstruction économique pour s’emparer du pouvoir et/ou alimenter leurs caisses par les profits que leurs actions ont mis en place (qui consistent principalement a détourner de l’argent public vers des industriels des énergies vertes),
    Ils ont du mal a cacher le marxisme qui sous tend leur axe politique et se posent comme force d’appoint électorale aux partis « dits progressistes »
    comme « en marche ».
    La complicité avec les gouvernements de gauche se situe là ; c’est ce qui fait que leur capacité de nuisance dépasse largement leur résultat électoral.
    Faites sauter les progressistes et ils disparaîtront, le prochain enjeu électoral va se situer là

    • évidement les programmes servent a etre élus,,,, apres

    • A ange te démon.
      « le RN et debout-la-France ont les mêmes idées dans leurs programmes! » … par démagogie !

    • Les écolos ne cachent pas le marxisme qui sous-tend leur axe politique, ils le revendiquent, comme le prouve la déclaration faite à l’ONU, il y a quelques années déjà, par une responsable du mouvement.

    • Il est malheureux de constater que des scientifiques sont aussi des escrocs, qui trahissent l’esprit et la probité scientifique!

      • rien de nouveau la dedans, les scientifiques sont des hommes comme les autres : souvent biaisés, de mauvaises fois et partisans

        • Et les cons que nous sommes (concitoyens, contribuables, consommateurs, confinés et consentants) aimerions bien faire le tri entre les ripoux et les honnêtes scientifiques.
          Je rêve d’un publi/scienti-score qui fasse un ethic-rating des scientifiques en enforçant les lois sur les conflits d’intérêts et leurs déclarations sincères et certifiées.
          Cela reste à inventer et à développer.
          Voilà une belle opportunité de développement citoyen solidaire, responsable et durable.
          Seules des initiatives venant de la société, économiquement viables et désirables, sauveront notre société de la corruption du capitalisme de connivence qui anime tous ces ripoux.

    • claude henry de chasne : J’irai plus loin que vous. A mon avis, les escrologistes appartiennent à la grande famille du trotskisme, avec les mêmes fondamentaux : prendre le pouvoir par la force pour faire le bonheur du peuple en suivant le chemin de Pol Pot au Cambodge.
      Pour le moment, leur violence naturelle est masquée par des prétextes vertueux, mais cette vertu a été définie par eux-mêmes et il vaut mieux pour nous ne pas poser de question ni montrer quelque réticence. Mais ce n’est rien comparé à ce qui nous attend quand ils seront assez forts pour tomber le masque.

      • tous ces écoloreligieux du style Hulot ou autres collapsologues sont de vrais stéréotypes du prédicteur fou des albums de tintin!
        Ils n’ont aucun scrupules à dire n’importe quoi car dans leur délires ils en arrivent a croire ce qu’ils racontent!

  • je vais le répéter absence de parole contradictoire…
    tout ce qu’ils raconteux est douteux …

    des tas de média on déclaré prendre parti..ce n’est pas un problème en tant que tel, mais absence quasi totale de contradiction et d’autocritique en dit long sur le niveau intellectuel de ces gens..
    ils ont abandonné les seuls moyens d’accéder à la vérité. mais n’hésitent pas à crier qu’ils la connaissent.

    • tant qu’ils auront les subventions, ils continueront.

      on stoppe les subventions : ils chercheront d’abord à bouffer, ce qui les occupera suffisamment !

  • Les gestes barrière lors du deconfinnement ont pour conséquence l’abandon des transports en commun pour réduire vraiment la contagion…..si vous voyez où je veu en venir…

    • bah…quand on est écolo..
      on utilise deux leviers..santé humaine et environnement..
      les problèmes de santé inhérents à l’utilisation de transport en commun sont le prix à payer pour preserver la nature, discours difficile à tenir en ce moment il est vrai..

      le truc est qu’ils ont mis dans la tête des gens que santé humaine et preservation de la biodiversité peuvent aller de concert ..ça leur permet au cours d’une m^me discussion d ‘insérer des trucs absolument contradictoire..
      la réalité est qu’une être humain moderne mis dans un environnement naturel augmente sensiblement ses chances de mourir.

      • Les meilleurs résultats d’espérance de vie en bonne santé que l’on connaisse, ça reste quand même des zones de campagne, encore un peu traditionnelles et autonomes, relativement épargnées par le développement.

        • Non, vivre dans une campagne traditionnelle épargnée par le développement, c’est prendre le risque de l’abrutissement. Les bons résultats s’obtiennent avec des villes aérées et étalées, tout le contraire de l’aménagement du territoire en France avec des villes dont la densification excessive est aussi abrutissante que les déserts verts qui les séparent.
          L’une des raison des bons résultats de l’Allemagne dans la lutte contre l’épidémie est un aménagement du territoire plus équilibré : outre qu’il est moins propice à la propagation des épidémies, il est aussi plus favorable à une bonne santé mentale et physique que le notre. En France, l’aménagement du territoire trop déséquilibré rend les gens faibles physiquement et mentalement.

        • Vu l’espérance marginale de vie en mauvaise santé dans les campagnes, au premier ennui tout le monde rapplique à proximité d’un hôpital et de services à domicile, et ça fausse un peu les statistiques.

        • Entièrement faux, c’est à Paris (la ville la plus polluée de France) que l’on vit le plus vieux. Il suffit de se renseigner un minimum.

      • @jacques lemiere
        Bonjour,
        « la réalité est qu’une être humain moderne mis dans un environnement naturel augmente sensiblement ses chances de mourir. »
        C’est pourquoi, à la fin du Néolithique, les humains se sont regroupés, créant des villages afin de se protéger de la Nature.

        • les humains ont toujours vécu en groupe, pour survivre, même avant le Néolithique.

          • Et puis ils se sont appuyés sur un chef, pour leur plus grand malheur.

          • Stratégie d’espèce qui nous échappe, mais à permis avec le cumul et le partage des connaissances de conquérir le monde.

            C’est le cumul des connaissances plus que l’intelligence qui a sélectionné homo-sapiens. (Du moins c’est l’hypothèse qui m’a semblé la plus plausible que d’autres que moi ont émise).

          • @Berliner
            Bonjour,
            Un groupe, un clan, une tribu, n’est pas un village. Vivre en groupe, en tribu, en clan, n’est pas vivre en village. Un village accueille plusieurs clans/tribus/groupes. Là, c’est le début du mode de vie de l’Homme, depuis le Mésolithique soit il y a 14.000 ans environ, au Moyen-Orient, 11.000 ans environ en Europe.
            J’ai mentionné le Néolithique et j’ai fait erreur. Le Mésolitique est la période comprise en le Paléolithique et le Néolithique.

            L’espèce Homo est grégaire et a un comportement social comme les loups, les lions, les éléphants. Elle vit en groupe. C’est parce qu’elle supporte les autres qu’elle a pu créer des villages.

    • Il y a de toute évidence un problème avec 2 des préconisations majeures des écolos : les transports en commun et la concentration de l’habitat pour diminuer les besoins énergétiques.

      Cela montre l’irresponsabilité des écologistes politiques. Mais il faut reconnaître que nous dépendons tout autant de la concentration de l’habitat et des transports en commun du fait de notre centralisme économique et de l’augmentation de la population. Il faudra nécessairement aborder ces 3 problèmes : l’erreur de la politique d’économie d’énergie au détriment de la sécurité, la concentration de l’économie et la population – bien que ce n’est pas le problème ni l’affaire de l’Europe dans ce cas précis.

  • [Corinne le Quéré]: « La plupart des causes du Covid-19, comme la déforestation … »
    Le rapport entre déforestation et épidémies est assez ténu et il conviendrait de ne pas confondre cause et effet.
    La déforestation, qui ne concerne nullement la France, dévaste surtout les zones tropicales où elle répond à une expansion de l’agriculture sous la pression démographique.
    La fréquence des pandémies tend elle-même à augmenter avec la population humaine pour des raisons assez évidentes (multiplication des foyers aléatoires et perméabilité croissant avec la densité).
    Ces deux phénomènes ne sont liés que par une cause commune en amont: la surpopulation.
    On remarquera avec effroi que les pandémies (surtout la prochaine?) ont tendance à résoudre spontanément le problème.

    • sans parler que je ne me suis pas réveillé ce matin en me disant , tiens, je vais déforester…

      quant à la surpopulation.. la solution pour ne pas mourir serait de ne pas naître?

      l’augmentation du cancer est essentiellement du au vieillissement de la population.. pourquoi ne pas alors inventer le concept de surlongévité?

      NON..

      • les épidémies ont augmenté avec la population humaine… la surpopulation aurait pu être invoquée donc depuis l’aube de l’humanité..

        on ne peut pas parler de SUR population sans mettre en regard une ressource…
         » on est surpeuplé’ par rapport à… ou si on veut que..

        • Soit je me suis mal exprimé soit vous m’avez lu trop vite.
          La ressource que j’invoque en matière de surpopulation est l’espace suffisant pour limiter la promiscuité qui amplifie les processus contagieux.

          • On n’est oas obligé, dans un pays comme la France, d’entasser tout le monde dans des grandes villes. Comme par hasard, les écolos ont fait de la densifiation un cheval de bataille. Ils n’ont pas peur des contradictions…

            • Oui.
              Pour une population donnée dans un espace donné, la densité moyenne est donnée. Plus vous désertifiez des sous-régions (vive la campagne, vive la montagne), plus vous densifiez le reste en y favorisant des foyers infectieux inextinguibles.
              Ce que nonobstant, je ne suggère nullement qu’il faudrait mettre les villes à la campagne mais plutôt qu’on n’est pas obligé de se complaire dans des politiques natalistes (soi-disant pour sauver nos retraites ?)

          • Bah, c’est comme dans les élevages.. Il faut un bon vétérinaire et dans ce cas là la surpopulation n’est plus un handicap.

          • le pire c’est que je n’ai m^me pas lu trop vite j’en suis bien incapable je suis juste con.

          • C’est l’urbanisation qui crée la proximité, allez vivre à la campagne et vous aurez l’espace vital.

        • @jacques lemiere
          Bonjour,
          « les épidémies ont augmenté avec la population humaine… la surpopulation aurait pu être invoquée donc depuis l’aube de l’humanité.. »
          La grippe espagnole de 1918/1919 a fait 400.000 morts en France. Combien d’épidémies ont fait autant de morts depuis, sachant que la population de la France, malgré les pertes de la Première Guerre Mondiale et de la Seconde, a augmenté ?

          Entre 1347 et 1352, en Europe, la Peste Noire fit 25 millions de victimes sur 75 millions d’habitants.
          Entre le XVème et la fin du XXéme siècle, la peste a frappé partout.
          En 1997, a Jordanie fut frappée de nouveau, après 80 ans de répit.
          En 2003, une épidémie de peste se déclare en banlieue d’Oran en Algérie, après 50 ans de répit.
          Nous sommes dans la troisième pandémie de peste.

          • pas les bilans..typiquement la fréquence des épidémies de grippe je crois, avec certes un bias de mesure..

            • @jacques lemiere
              Bonjour,
              Si la fréquence est liée à l’augmentation de la population humaine, alors la turberculose (ou tout autre virus présent aux siècles passés) devrait être une terreur partout.

    • mc2 : « On remarquera avec effroi que les pandémies (surtout la prochaine?) ont tendance à résoudre spontanément le problème. »
      Malheureusement, l’Histoire nous apprend que jamais une pandémie, même véritable comme la peste noire du Moyen Age et non pas prétexte comme le covid 19, n’a jamais interrompu à terme la croissance de l’humanité. Ni même une guerre mondiale.

    • Bof, on fait beaucoup de foin pour par grand chose. chaque année près de 800000 personnes meurs en France, dans quelques années cette pandémie sera statistiquement invisible sauf à regarder à la loupe.

    • N’importe quoi… Nous ne saurons jamais combien il y a eu de COVID-19 ou similaire depuis l’apparition de l’homme, mais un virus en Chine il y a 14 siècles aurait mis du temps à parvenir en Europe, puis en Amérique et en Australie.
      Ce genre de pandémie est un phénomène nouveau qui n’a que peu de rapport avec une supposée « surpopulation » ou une forte densité, mais plutôt avec les moyens modernes de communication.
      Un malade infecté qui s’ignore peut être n’importe où sur Terre en quelques heures de nos jours, ce qui n’était pas le cas il y a encore 12 siècles.

  • « La plupart des causes du Covid-19, comme la déforestation ou les énergies fossiles, sont aussi à l’origine du changement climatique. Il faut donc s’attaquer à ces causes profondes, et la transition bas carbone est une réponse. »
    Ah oui ? Combien d’hectares de forêts rasées pour y mettre des éoliennes, qui ne servent STRICTEMENT à rien ? Le programme éolien en mer à 80 milliards: combien de personnels de santé, de tests, de masques, de respirateurs cela représente ?

  • Haut Conseil pour le Climat : sans doute aussi compétent que le conseil scientifique qui gère la crise du covid
    Au fait combien est elle payée cette dame pour présider ce machin?

    • Si il ya un haut conseil c’est qu’il y aussi une multitude de bas conseils.. Aussi bien rémunérés.. Par les marchands de pots et de vin et ou l’éthique hélas tique.

    • payée par nos impôts…

    • A Dexter
      Très juste ! Raz le bol du Haut Conseil pour le Climat, du GIEC tout comme du Conseil Scientifique, (cf. gestion en france du codiv 19), organismes tant parasites que nuisibles, ne sont là que pour se gonfler d’importance et masquer l’incompétence des politicards. Ainsi, payés par les contribuables, les « sachants » s’assurent de leurs soutiens et « consolident » leur maintient alors que les vrais payeurs n’ont qu’à subir… et se taire !

      • corbc : Ces organismes ne servent à rien tout en nous faisant les poches. Mais c’est pire que ça : leur intérêt est de prolonger le plus possible leur mission en même temps que les indemnités qui vont avec. Ce ne peut pas être un gage d’efficacité.

    • Une parasite de plus.

  • Après le nazisme, le communisme (qui couve encore et risque de renaitre de ses cendres…) voici la dictature écologique. A quand les camps de rééducation avec empoisonnement au gaz carbonique à très haute dose tenant lieu de zyklon b ? Cela fait froid dans le dos…ou une autre façon faire baisser les températures…

    • En attendant la dictature sanitaire.
      Faites des recherches – vous trouverez que ce sont les mêmes…

    • Jusqu’à présent c’est plutôt quand on refuse la voiture ou l’hyper connexion que la société nous accepte mal.
      Aujourd’hui, nous dit-on, si on ne consomme pas assez la croissance s’effondrera et le monde avec : où voyez-vous du choix ?
      Où peut-on choisir de vivre en dehors de cette accélération compulsive ?
      Vous semblez tellement persuadé que c’est là la seule et unique manière d’habiter la planète que vous donnez des leçons de dictature… C’est pas un peu paradoxale ?
      Quant à la ré-éducation, regardez donc une page de pub.
      Je me permets de vous rappelez qu’historiquement ce n’est pas la propagande totalitaire qui a influencé les techniques de marketing modernes, c’est précisément l’inverse.

      • Vous, on vous a dit ça? moi, jamais… comme c’est curieux.

      • @sdfsdf
        Bonjour,
        « Où peut-on choisir de vivre en dehors de cette accélération compulsive ? »
        Au Texas par exemple.
        Le gouvernement du Texas ne prendra rien sur vos revenus. Vous serez libre de dépenser ou de garder sous un matelas ou de faire fructifier vos revenus. La T.V.A y est de 6,25%.
        Si vous avez une entreprise, le Texas vous ponctionnera à hauteur de 11%.
        Dans un reportage qui date de quelques années maintenant, (4/5 ans), il était dit que le Texas était l’état de l’Union dans lequel les dons de particuliers à des oeuvres caritatives y étaient les plus généreux.
        Pour y illustrer le mauvais côté du capitalisme, du manque de « solidarité » (façon française), le reporter interviewait des SDF. Presque tous disaient qu’avant d’être SDF, ils avaient une belle situation, gagnaient pas mal d’argent. La plupart avait eu des problèmes de consommation de drogue. Ces problèmes leur avaient fait tout perdre.

        « Je me permets de vous rappeler qu’historiquement ce n’est pas la propagande totalitaire qui a influencé les techniques de marketing modernes, c’est précisément l’inverse. »
        Certes, vous avez raison. A ceci près que la propagande totalitaire ne peut fonctionner que par la force.
        Si ce n’était pas le cas, alors une entreprise privée aurait les même résultats qu’un Etat.
        A ce que je sache, Bill Gates, Jeff Bezos, n’envoient pas des hommes armés arborant des écussons portant leurs armoiries pour récolter des souscriptions, ou exiger des sommes d’argent pour les raisons décidées par eux seuls, sans contrepartie.

        « Quant à la ré-éducation, regardez donc une page de pub. »
        Allez-vous chez McDo chaque fois que vous en voyez la pub à la télé ? Courez-vous chez BMW chaque fois que vous en voyez la pub ? Passez-vous commande chez Zalando dès que vous en voyez la pub ? Ne possédez-vous pas quelque produit dont la promotion n’est faite ni à la télé ni à la radio ?
        Si vous répondez « Oui » aux trois premières questions, arrêtez de regarder la télé. Si vous avez répondu « Non », alors votre théorie est caduque.
        Si vous avez répondu « Si » à la quatrième question, c’est que le pouvoir du marketing n’est pas aussi dictatorial ou « ré-éducatif » que vous le suggérez.
        Je possède plein de trucs dont il n’est fait aucune promotion. Mon propre véhicule, même lors de sa commercialisation, n’a pas eu sa promotion pub à la télévision.

        • « A ceci près que la propagande totalitaire ne peut fonctionner que par la force. »
          Chez nous, c’est pas comme ça. La propagande totalitaire est beaucoup plus insidieuse et ne fonctionne que par la répétition, selon la bonne vieille technique de Goebels.

          • @RX33
            Bonjour,
            La « répétition », du matin au soir, c’est un usage de la force, comme un « passage en force ».
            J’ajoute que quand l’Etat français fait fermer des comptes de réseaux sociaux de moutons noirs qui ne semblent pas être sensibles à la propagande, on est un peu loin de l’insidieux.
            Les Gilets Jaunes ont vu ce que donnait le fait d’être des moutons noirs.

      • Désolé mais même en France, vous pouvez refusez la voiture, le portable, internet (que vous utilisez visiblement 🙂 ), les biens de consommation divers et variés…etc
        Vous pouvez avoir un matelas en paille fait pas vos soins, une chaise et une table (fabriqués vous-même), pas de chauffage la plupart du temps (pulls, chaussettes et un poêle quand il fait vraiment froid)…etc C’est une question de volonté mais personne ne vous oblige à rien.
        Évidemment, la vie en devient bcp moins confortable mais toujours plus agréable que pour le vulgus pecum du moyen-âge!

        « c’est plutôt quand on refuse la voiture ou l’hyper connexion que la société nous accepte mal. »
        Vraiment?
        Non, la population accepte mal l’application forcée à ses dépens des lubies décroissantes de quelques individus, l’argent des autres finançant les modifications de la société pour rendre cette idéologie plus confortable pour leurs promoteurs.

        • @cyde
          Bonjour,
          « l’argent des autres finançant les modifications de la société pour rendre cette idéologie plus confortable pour leurs promoteurs. »
          Pour les promotteurs, point de décroissance ni de perte de confort. Ils continueront de voguer en yacht ou voiliers, de prendre le jet, et de s’empifrer d’oeufs d’esturgeon de Russie ou de homards géants.

    • Très inquiétants, les propos des « écolos » qui se réjouissent de la mort des «  »vieux » (lu sur le site d’un journal allemand) parce qu’on va pouvoir enfin établir un monde nouveau en les remplaçant par des jeunes. Ça rappelle furieusement de très mauvais souvenirs : les jeunesses hitlériennes, les gardiens de la révolution sous Mao, …Ces gens préparent un nouveau totalitarisme, le totalitarisme vert, et s’en vantent.

  • « Comme si l’argent […] tombait mystérieusement d’un hélicoptère ! »
    Nous aurait-on menti ? 😥
    https://www.team-aaz.com/up-pics/images/1587798434.jpg

  • La baisse du CO2 liés à la diminution du trafic aérien et auto n’aura aucun effet sur le réchauffement en cours.
    Car La théorie de l’effet de serre, par levier CO2 anthropique, n’est absolument pas démontrée.
    C’est tout au plus un postulat, qui n’est partagé que par les experts du GIEC, lesquels ont verrouillé l’information à ce sujet.
    Ceux qui s’intéressent aux problèmes climatiques depuis longtemps, savent très bien, qu’un grand nombre de scientifiques travaillant sur le climat, ne sont pas en accord avec la thèse « carbocentrique » du Giec, relayée par la plupart des ONG et associations dites « vertes ».
    La théorie de Fourrier reprise par Arrhenius, qui veut que « L’effet de serre est un phénomène radiatif causé par des gaz tels la vapeur d’eau ou le CO2qui absorbent une fraction du rayonnement infrarouge émis par la Terre et le réémettent ensuite dans toutes les directions et notamment vers la surface terrestre dont la température serait, de ce fait, plus élevée qu’en l’absence de gaz absorbant l’infrarouge » est sujette à caution.
    Critiquée début 20 siècle par Angstrom, souvent remise en question parmi les scientifiques elle a été abandonnée pendant 60 ans, puis remise au gout du jour par Bert Bolin dans les années 1970.
    Hors Bert Bolin était un des premiers scientifiques…… membre créateur du GIEC.
    Et puis pourquoi avoir assis toute la théorie du réchauffement anthropique sur un seul des gaz à effet de serre, le CO2 ;
    Essayez de trouver une étude donnant la part anthropique du CO2 rejeté, dans la totalité du CO2 dégagé dans l’atmosphère. Même dans les documents émanant du GIEC elle n’est pas « répertoriée ».
    En effet en ce qui concerne le CO2, on trouve partout les valeurs des échanges des cycles du carbone, exprimées en Gt/C an, ratio rejets et puits. Mais si on exprime cela en proportion dans l’atmosphère, c’est très, très peu.. Les 400 ppm actuelles, c’est 0.04 % du volume total de l’atmosphère.
    Le CO2 représente 3.6 % des gaz à effet de serre, contre 95 % pour la vapeur d’eau, qui bien qu’étant le GES le plus important en volume, est volontairement oubliée. Il y a ensuite bien d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère, que l’on ne recense pas non plus comme GES prioritaire dont le méthane, qui vient en troisième position.
    Bref le CO2 ne peut pas être le bouton de réglage du climat, c’est une imposture. La simple lecture des blogs spécialisés contradictoires, sur lesquels la communauté scientifique s’exprime, en est la meilleure illustration.
    http://www.science-climat-energie.be/2018/08/06/le-co2-et-le-climat-avec-et-sans-effet-de-serre/
    6 août 2018atmosphère et CO2, climat, effet de serreGeorges Geuskens

    • Le combat contre le Co2 est juste un prétexte pour ne plus dépendre du pétrole, qui coûte cher à notre balance commerciale, qui donne trop de pouvoir aux pays arabes, et qui pourrait atteindre un prix exorbitant si un jour on atteignait le pic pétrolier (mais comme beaucoup de choses, annoncé pour dans 10 ans depuis 80 ans, et jamais atteint).
      Le combat contre le co2 est aussi simple à expliquer à la population (la méchante mondialisation qui fait faire le tour du monde aux crevettes que nous mangeons) et il est un bon prétexte pour taxer.
      Mais avec le covid, il va être possible de dire aux gens que ce que veulent les écolos, c’est de vivre en permanence ce que nous vivons pendant le confinement, donc une haine de l’écologie punitive et idéologique peut émerger.

      • « qui donne trop de pouvoir aux pays arabes, »
        Plus vraiment vu que la production se repartit maintenant dans de très nombreux pays différents autour du globe.

    • Il n’y a pas d’experts au GIEC. L’appellation d’origine, si je puis dire, est International Panel on Climate Change. Un ‘Panel » n’est, en aucun cas, un groupe d’experts, mais juste un groupe qui va collationner les travaux des autres. Il ne faut pas se faire avoir par une traduction en français mensongère (le « E » rajouté n’est pas une faute de frappe).

    • « La théorie de l’effet de serre, par levier CO2 anthropique, n’est absolument pas démontrée »

      https://laphysiqueduclimat.fr/

    • A Mauna Loa, toujours aucun effet visible de la réduction des émissions anthropiques. Que dalle. Que tchi.

      https://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/weekly.html

      On savait déjà que l’effet du CO2 sur les températures était limité à 0,5 degré au maximum en cas de doublement. On va bientôt avoir la confirmation définitive que la quantité de CO2 atmosphérique ne dépend pas des émissions anthropiques, indétectables. Il n’y a plus aucun lien entre réchauffement climatique et activité humaine. Il est désormais établi que le réchauffement est purement et simplement na-tu-rel.

      Les pistes d’explication du réchauffement : variation de l’insolation, variation de l’albédo, cycle solaire, cycle océanique…

      Dès lors, aucune politique de transition énergétique ne peut avoir le moindre effet positif sur le climat, mais implique en revanche des effets négatifs innombrables pour les populations qui les subissent sans raison valable. Ces politiques sont contre-productives. En nuisant aux populations, notamment en les appauvrissant, elles les empêchent de s’adapter efficacement aux changements climatiques.

      Les gouvernements ont pu être trompés par le passé, du fait de la force de conviction des escrocs du climat. Mais s’ils devaient persister, leur attitude deviendrait criminelle.

  • Copié-collé de mon commentaire sur le blog de Nathalie MP Meyer :
     » Mais qu’est-ce que les gaucho-écolo-fascistes ne récupèrent pas ? Rien.
    Ils plient tout réel à un imaginaire d’éradication de l’humain qui sauverait une Laplanète complètement fantasmatique. Des eugénistes du vivant, en fait, qui ont inoculé la haine à une petite Greta-garde-verte, l’ont transformée en une marionnette de dictateur grimaçant dont ils tirent les ficelles pour atteindre leur but.
    Le terrible malaise qu’on ressent en la voyant haranguer le monde vient de cette perversion là. »

  • Il y a un point commun entre le réchauffement et le covid-19: le gouvernement par la peur servi par l’unanimisme médiatique, à partir d’un fait réel surinterprété et surexploité.

  • Quand éradiquerons nous enfin ces politiques profiteurs-menteurs qui ne pensent qu’à eux en faisant croire qu ils agissent pour notre bien.

  • pauvre famille écolo, le père est mort de la déforestation, la mère de la fonte des glaces, la fille de la disparition des espèces
    mais le fils s’en est sorti en devenant libéral.
    Comme quoi rien est encore perdu !!!

    • Après il y a la famille réchauffiste, c’est une
      espèce très dangereuse et malheureusement toute puissante…

      • Certes! mais il y a aussi la famille Pouvoir d’Achat. Si elle peut être également dangereuse, elle est quand même majoritaire dans les faits.

  • Je suis curieux que l’idiote nous explique le rapport entre le Covid et la déforestation ou les énergies fossiles!

  • A propos de l’hélicoptère Money, des médias français avaient raillé les mesures prises aux USA pour les plus démunis en les qualifiant justement d’hélicoptère Money… Ils sont idiots où ils ne voient pas qu’on fait la même chose ???

  • On a prétendu qu’ils avaient fondu, mais on s’est vautré dans le premier iceberg sur le chemin.

    Et on dit que c’est parce qu’on allait pas assez vite …

  • Le HCR donnant l’augmentation du CO2 c’est comme si le renard devait dénombrer le poulailler. D’autant que les mesures officielles au jour-le-jour de Mona Loa ne montrent aucun changement. (1). Bizarre non !?

    Notre ministre B. Lemaire va donner (?) 7 milliards à Air France sous condition impérative qu’elle devienne la lumière écologique du monde dit-il en substance. La belle mort d’Air France est donc programmée.

    D’autant plus que certains pays et pas des moindres comme l’Australie qui sort dès lundi de leur (léger) confinement avec seulement 3 morts du Covid pour le district de South Australia, vient de conclure tout le contraire de cette pandémie :
    « …, le gouvernement s’apprête à éliminer son arriéré les décisions environnementales concernant les barrages, les routes, les transports publics, les mines et d’autres projets clés d’ici juin…. » … « Victoria a soudainement autorisé l’exploration de gaz de schiste » (ici) ou (2)

    L’Australie élimine donc toute influence écolo de toutes leurs lois…
    Vérité au-delà de Pyrénées… disait-on avant…
    ……………………………………….
    1 https://www.google.com/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fscripps.ucsd.edu%2Fprograms%2Fkeelingcurve%2Fwp-content%2Fplugins%2Fsio-bluemoon%2Fgraphs%2Fmlo_six_months.png&imgrefurl=https%3A%2F%2Ffr.co2.earth%2Fmonthly-co2&tbnid=Eet_hFAAhLy70M&vet=12ahUKEwjd0amal4PpAhVFKxoKHe3GCCQQMygQegUIARDcAg..i&docid=sTrg7_Uje2nenM&w=1000&h=600&q=co2%20dans%20atmosph%C3%A8re&ved=2ahUKEwjd0amal4PpAhVFKxoKHe3GCCQQMygQegUIARDcAg
    2 http://joannenova.com.au/2020/04/coronavirus-reality-check-means-australian-green-tape-is-on-the-chopping-block/

  • On se doute bien que si ni la peste noire, ni l’anéantissement des amérindiens, ni la grippe espagnole, ni la grippe de Hong-Kong, ni la grippe aviaire, ni le Sras, ni le Mers, ni Ébola… n’ont réussi à vous faire envisager que, peut-être, la concomitance systématique d’un développement rapide et inconsidéré des activités humaines avec toutes les grandes épidémies de notre Histoire ne serait pas complètement fortuite, alors certes c’est pas le covid19 qui va changer la donne…
    Enfin, c’est pas grave, vu que, du coup, y’en aura d’autres.

    • C’est vrai, mais ce n’est ni nous pauvres lecteurs de CP, ni la Frrrrance qui décidons de la rapidité du développement. Ce n’est pas non plus l’ONU ou autre organisme de pic-assiette internationaux qui pouvons imposer à l’Inde ou l’Afrique de demeurer dans la pauvreté. Et encore moins changer la nature humaine.

      Tant que le niveau de vie et les aspirations humaines ne seront pas identiques (mais pas imposées) et que les problèmes ne sont pas aigus et identiques partout, il faut faire chacun avec les siens et trouver des solutions pour s’adapter à la réalité et non à l’utopie.

    • C’est clair que quand on a une tribu avec un territoire et pas de contacts avec les autres tribus, sauf à la saison du rapt des femmes pour satisfaire les besoins primitifs, les épidémies ne peuvent guère prendre d’ampleur…

    • @sdf ça a plutôt à voir avec les déplacements humains et/ou animaliers (commerce et invasions) . Bon vous êtes un adepte de « chacun chez soi et je tire sur tout intrus » (animal compris) ?

    • Ce ne sont les activités humaines qui déclenchent ou favorisent les épidémies. Il y en eu dans l’Antiquité, la peste noire pendant la guerre de 100 ans et la grippe espagnole lors de la fin de la grande guerre! Corrélation n’est pas causalité!

    • rapide et inconsidéré…
      vraiment tu te lèves le matin. et te demande de combien vais je me développer aujourd’hui pour ne pas engender de problème d’épidémie…
      vraiment???
      k’ai l’impression que tu te regardes dans le miroir et tu te convainc que tu es suffisamment intelligent pour diriger les gens.. zut.

  • De toutes façons, aujourd’hui, tout est de la faute au réchauffement climatique. Il fait plus froid que la moyenne, c’est le réchauffement climatique. Une tempête s’abat sur la Bretagne, c’est le réchauffement climatique. Je perds mes cheveux, c’est le réchauffement climatique.
    Qu’importe les pestes moyenâgeuses, qu’importe la grippe espagnole de 1917, bien plus mortelles que le Covid, et survenues en des temps ou nos émissions de GES étaient faiblardes, le Covid, pour ces diafoirus de la science du climat, est assurément lié à la nature des activités humaines et à nos rejets de CO2.

    Laissons dire, laissons faire tous ces collapsologues en culotte plus ou moins courte ! Souhaitons même qu’ils en rajoutent… Ils se ridiculisent tout seuls et écornent fortement leur capital sympathie.

  • Mais, ils l’ouvrent encore ces abrutis d’écolos ?

  • Isaac Ben-Israel, chef du conseil national de recherche israélien, a examiné de près les nombres corona de la Suisse et de 23 autres pays. À l’aide d’une comparaison internationale, le professeur de mathématiques israélien a voulu savoir si un modèle commun pouvait être identifié qui pourrait être pertinent pour les décisions politiques.

    « Le résultat m’a surpris », a t’il dit.
    Il a comparé les États qui ont réagi à Corona avec différentes mesures: avec un arrêt rapide (arrêt immédiat de l’économie), avec un arrêt quelque peu retardé (arrêt lent de l’économie) ou avec une politique qui reposait sur la responsabilité des citoyens (en grande partie poursuite normale de l’économie).
    La maladie a suivi une évolution très similaire dans tous les pays, malgré des procédures clairement différentes.
    En gros, quel que soit l’option choisie, l’expansion du virus dure environ 10 semaines, puis ralenti…

    https://www.weltwoche.ch/ausgaben/2020-17/kommentare-analysen/nach-zehn-wochen-liegt-das-wachstum-bei-null-die-weltwoche-ausgabe-17-2020.html

    • L’impression que cela me donne, c’est que plus ça va et moins on en sait. Ce qui est probablement une conséquence de l’avalanche médiatique qui diffuse toutes les idées et études comme des vérités millénaires.

      Mais l’hypothèse de la disparition spontanée n’est pas la moins plausible ni la plus inconnue dans l’expérience humaine.

    • Il n’y a que deux choses qui sont infinies, la stupidité de l’humanité et de l’univers, bien que je ne sois pas encore sûr de l’univers.
      Einstein

    • Sauf que le nombre de morts lui n’est pas identique. Un peu plus de 450 en Pologne pour 40 millions d’habitants. dans les 5.000 en Allemagne pour 80 millions, et plus de 20.000 en France pour 67 millions. Une fois encore les pays du sud se distinguent par leur impéritie!

    • En gros, c’est ce que dit Raoult, ça apparaît, ça s’étend puis disparaît, sans qu’on sache pourquoi.

  • La formation de base, au plan professionnel, du Bulot, c’est Paparazzi ! Une sagesse élémentaire voudrait que personne ne s’occupe de mettre au devant de la scène publique les propos de ce minable dont la seule préoccupation est le Fric a travers « Une Fondation » , Summum de la crapulerie

  • Ce qui est lamentable c’est qu’Elisabeth Borne s’engage dans cette voie.
    Quand la borne est franchie, il n’est plus de limite, disait le poète.

  • +1 à l article et on voit fleurir partout sur le net des vidéos avec de belles images ponctuées de textes lénifiants : « la nature reprend ses droits  » « renouons avec la nature » « ensemble solidaires » « dame Nature exprima sa
    colère et sa beauté invitant Reine Corona forger sa colère  » (oui oui ..) sur fond musical Vangelis , un vrai bijou de propagande, transmis par moult benêts en mal de dieux vengeurs . Prochaine étape sacrifice des impies….

    • On pourrait commencer par des sacrifices humains comme les aztèques pour conjurer la colère de la déesse Corona en sacrifiant Hulot et Borne, ainsi que tous les scientifiques charlatans!

    • @Val
      Bonjour,
      « Prochaine étape sacrifice des impies…. »
      Vu que le noyau dur des écolos souhaiteraient la disparition de 6 humains sur 7, il va y en avoir des « impies ». Leur fourchette de population optimale oscille entre 500 millions et 1 milliard d’êtres humains sur la planète.
      « Save the Planet ! Kill Yourself ! » disait un panneau écolo.

    • Il va être beau le retour à la nature quand on va manquer « d’argent des autres » : tout le monde au chômage technique ou au chômage tout court, plus de rentrées fiscales ou sociales. La nature va reprendre ses droits : la loi de la jungle, la nature, en somme

  • Pfff c’est pas étonnant, on entend partout que le covid est le résultat :
    Du capitalisme
    Du libéralisme
    De la pollution
    Du changement climatique
    Du détournement de Dieu

    Mais wait ! Et si c’était juste naturel, comme n’importe quel autre virus ?

    Sinon pour rester sur le changement climatique, vu qu’il semble assez contesté sur CP, quelqu’un aurait des liens scientifiques mettant en doute l’activité humaine ?

    J’avoue que sur ce point, sans accorder de crédit aux « énergies vertes », je privilégie le principe de precaution

    • Le principe de précaution, c’est comme le Graal dans Kamelott : on le cherche, mais on ne sait pas si c’est une coupe, un vase, un récipient, ou une pierre incandescente …

      • Si vous prenez l’exemple de l’hygiène pour les enfants, vaut-il mieux ne pas avoir de contact avec les bactéries pour ne pas tomber malade, ou faut-il avoir un contact pour développer une immunité. Où est le principe de précaution ?

        C’est un terme creux inventé pour exonérer à priori les politiques de toute responsabilité quand ils traitent de sujets sur lesquels on n’a pas de visibilité et où ils n’ont aucune compétence.

    • Le principe de précaution, il vaut mieux l’appliquer parce qu’on sait pas ce peut arriver si on ne l’applique pas…

      Sagesse Shadock

    • Si on avait appliqué le principe de précaution dans la préhistoire, le feu aurait été interdit: potentiellement trop dangereux!

    • Voir le site des climato-réalistes

  • vive le CO2VID, le nouveau Kamoulox.

  • Ce qui me surprend , ce n’est pas que les écolos s’emparent du problème sanitaire mais qu’ils aient tant de temps pour le faire !!!!

  • Pour connaitre la part anthropique du CO2 rejeté, il suffit de googler : « part anthropique CO2 » pour avoir la réponse.
    .
    Selon les auteurs c’est de 3% à 5% de « tout » le CO2 qui est dans l’air. C’est à dire 3% de 0.04% de l’air soit 3%x400, soit 12 ppm (parties par million). Ce qui est absolument négligeable…
    Un exemple : l’argon, ce « gaz rare » est à 1% dans l’air, soit 10 pour mille, soir 10000 parties par million (ppm) soit plus de 800 FOIS ce que l’homme envoie de CO2 dans l’air, soit peanuts de chez peanuts..

  • tous ces écoloreligieux du style Hulot ou autres collapsologue sont de vrais stéréotypes du prédicteur fou des albums de tintin!
    Ils n’ont aucun scrupules à dire n’importe quoi car dans leur délires ils en arrivent a croire ce qu’ils racontent!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Chine
2
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

Selon un rapport du 28 avril du « Centre for Research on Energy and Clean Air », bien que les volumes de ventes aient diminué, la Russie a presque doublé ses revenus issus de la vente de combustibles fossiles à l'UE pendant les deux mois de guerre en Ukraine grâce à la flambée des prix. La Russie a perçu sur cette période environ 62 milliards d'euros de ses exportations de pétrole, de gaz et de charbon, dont environ 44 milliards vers l’UE, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles