Liberté d’expression et liberté de penser : la confusion magistrale

Dans ce pays fabuleux où la liberté de penser n’est que toute relative, que peut-on attendre de la liberté d’expression, à part un défouloir et un faire-valoir pour les politiciens en mal d’audience ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manifestation 11 janvier 2015 Charlie Hebdo (Crédits : Olivier Ortelpa, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liberté d’expression et liberté de penser : la confusion magistrale

Publié le 3 septembre 2020
- A +

Par Olivier Maurice.

Avec le procès des attentats de 2015, la réédition par Charlie Hebdo des caricatures et la tempête provoquée par la caricature de Danièle Obono, le débat sur la liberté d’expression s’invite ironiquement sur le devant de la scène, alors que la France encaisse sans vraiment broncher depuis six mois une cascade ininterrompue de privations de libertés en tout genre.

Comme d’habitude, tout ce que la France compte d’opposants déclarés et affichés au libéralisme en profite pour donner des leçons de liberté à la Terre entière, se succédant dans les divers médias en fanfaronnant et en s’élevant en messie sauvant le peuple élu de la tyrannie renégate.

Et comme d’habitude, le débat s’embourbe dans une magistrale confusion entre liberté de penser et liberté d’expression, entre liberté civile et liberté fondamentale. Toute cette marmelade permet bien évidemment aux uns et aux autres de dire comme à leur habitude tout et son contraire et de justifier leurs lubies, leurs manipulations et leur irresponsabilité au nom de la liberté.

Elle a bon dos la liberté.

Pourquoi ne pas plutôt inviter des libéraux à parler de liberté, plutôt que des admirateurs béats des pires totalitarismes meurtriers du siècle dernier ? Après tout, le libéralisme, prônant depuis plusieurs siècles la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle sur l’autorité du souverain a dû quand même accumuler quelques petites réflexions sur le sujet…

Liberté d’expression

La liberté d’expression est une liberté civile, parce que son usage impacte le bon fonctionnement de la société. S’exprimer est un acte public, qui peut avoir des conséquences. Les mots ont un sens, un poids.

Les libertés civiles sont des libertés accordées par l’autorité et qui sont soumises à une règle de cohérence : la loi. Le but d’avoir un ensemble de normes bien définies, établissant les libertés civiles comme les obligations civiles de chacun, est de permettre à l’autorité de remplir au mieux sa mission : protéger la société des prédateurs.

La liberté d’expression s’inscrit dans les normes sociales qui régulent la société, normes qui peuvent être différentes d’un lieu à un autre et d’une époque à une autre. Cette évolution permanente est bénéfique : elle permet à la société d’évoluer et de s’adapter. Elle est surtout inévitable : un mot qui était un compliment peut très bien se transformer en insulte au fil du temps.

Comme toute liberté, la liberté d’expression est indissociable de la responsabilité qui l’accompagne. C’est cette relation que doit expliciter la loi.

Liberté de penser

Mais pour les libéraux, il existe des libertés qui dépassent celles accordées par la loi des Hommes. Ces libertés fondamentales, également nommées droits naturels, droits fondamentaux, droits inaliénables, sont accordées par la nature, par la vie elle-même. Ce ne sont ni plus ni moins que les possibilités offertes par le monde qui nous entoure et dont le respect est essentiel à la vie en bonne harmonie et au développement de la société.

La liberté de penser est une liberté fondamentale. Les individus naissent et vivent avec une conscience. Cette conscience, cette capacité de réfléchir et de répondre de ses actes est un don de la nature, indivisible de l’être humain et qui n’a nullement besoin des autres pour exister. Il est donc moral et juste de la protéger, ce qui est à la fois un droit et un devoir. Il est par conséquence immoral et répréhensible de la contraindre, de la manipuler, de l’encadrer sans le libre consentement de l’individu.

Comme il peut y avoir conflit entre liberté civile et liberté fondamentale, et afin d’éviter que l’autorité n’abuse de son pouvoir pour bafouer les secondes qui sont garantes des premières, il convient de déterminer les limites accordées au pouvoir.

Les libertés fondamentales ne définissent donc pas ce que les individus ont le droit de faire (la nature se charge elle-même d’imposer ces limites), mais elles impliquent l’établissement d’une Constitution compilant l’ensemble des règles, limitations, interdictions et obligations que doivent respecter ceux qui incarnent l’autorité afin que ces libertés fondamentales, et par voie de conséquence les libertés civiles, soient préservées.

La liberté de penser implique ainsi la stricte neutralité de l’autorité envers tous les modèles de croyance, coutumes, traditions, religions, athéisme compris. Elle interdit également à l’autorité d’user de contrainte pour définir ce que l’individu doit penser, ce qui est correct de penser.

Un État juge et partie

Mais tout cela n’est que théorie. La réalité est très, très éloignée de ces principes, qui sont bien loin d’être respectés dans notre beau pays.

Force est de constater que la liberté de penser n’est dans la Constitution française qu’une vague idée fumeuse et que la réalité est encore pire que cela : la stricte neutralité de l’autorité envers tous les modèles de croyance, coutumes, traditions, religions est bien plus l’exception que la règle qu’elle est censée être. Entre :

  • l’Éducation nationale unique, obligatoire et organisée par l’État ;
  • le quasi-monopole public sur la culture et les musées ;
  • l’Histoire, en particulier l’Histoire de France, établie et enseignée de façon uniforme ;
  • l’interdiction d’usage et d’apprentissage des langues régionales et des patois ;
  • la presse subventionnée ;
  • les noyautages omniprésents des services de l’État par diverses idéologies ;
  • les versions officielles du bien-être, du bien-vivre, du bien-manger, du bien parler…
  • la morale républicaine enseignée à l’école.

L’État républicain et jacobin semble bien avoir remplacé l’Église d’antan par un catéchisme laïc, républicain, national et bien-pensant et investit une partie conséquente de son budget dans la mission d’évangélisation de la bonne parole officielle.

Liberté et transgression

Il en est du même fiasco pour la liberté d’expression.

Non seulement elle est constamment confondue avec un pseudo-droit fondamental venu de nulle part : celui de dire n’importe quoi, peu importent les conséquences, et en se dédouanant de toute responsabilité ; mais elle est surtout constamment utilisée comme paravent à toute une batterie de contournements ayant pour but de faire du prosélytisme idéologique.

Lorsque l’État n’était pas omniprésent, la liberté d’expression trouvait ses bornes à l’aube et au bout d’un fleuret dans les fossés des remparts de la ville. La loi a remplacé le duel, et le petit jeu a alors consisté à faire interdire les arguments de l’adversaire afin de pouvoir le ridiculiser impunément.

Sortons quelques instants du jeu de postures dont personne n’est dupe. Si la liberté d’expression est aussi vaillamment défendue par tous les totalitaristes, c’est qu’elle leur sert clairement de couverture et leur permet de mener à bien leur agenda clientéliste en jouant sur la transgression ou en s’abritant derrière le « dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas ». Entre :

  • l’anticléricalisme radical, caché derrière les parodies religieuses ;
  • le racisme, caché derrière les discours anti-immigration ;
  • la jalousie de classe, cachée derrière la dénonciation des inégalités ;
  • la misanthropie et l’anticapitalisme, cachés derrière la préservation de l’environnement ;
  • la revanche, cachée derrière la culpabilisation du passé et la repentance ;
  • l’athéisme militant, caché derrière la défense de la laïcité.

La liberté d’expression sert bien plus souvent d’alibi qu’elle n’est réellement utilisée pour dire clairement ce que l’on pense.

Liberté de quoi ?

Ne nous leurrons pas : dans un pays où l’éducation est normalisée et obligatoire, où l’histoire, la culture, les arts répondent de copinages et de subventions, où la presse ne survit que grâce à l’arrosage constant d’argent public, où la propagande nous explique sur toutes les ondes ce qu’il faut manger, ce qu’il faut aimer, comment il faut s’habiller ou se laver les mains… Dans un pays où la moindre interrogation devient du complotisme, la moindre observation du révisionnisme, la moindre envie de liberté de l’incivisme…

Dans ce pays fabuleux où la liberté de penser n’est que toute relative, que peut-on attendre de la liberté d’expression, à part un défouloir et un faire-valoir pour les politiciens en mal d’audience ?

Cela vaut-il vraiment la peine de s’étriper, où même de prêter la moindre attention au débat qui consiste à savoir s’il est fondamental d’avoir le droit de faire pipi-caca sur des symboles dans l’unique but d’avoir l’autosatisfaction de penser qu’on est en train d’embêter son voisin en lui montrant qu’on en a une plus grosse que lui ?

Faites-le, si ça vous fait plaisir. Ce n’est pas cela qui va sortir ce pays du carcan d’obligations et de restrictions que, par ailleurs, vous prêchez tous les jours et à la moindre occasion.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Article très juste. J’ajouterai la liberté de sentiments. Les émotions appartiennent à ceux qui les ressentent et ne sauraient être réprimées ni par l’Etat ni par la pression sociale. Si je suis mal à l’aise en présence de (insérez ici ce que vous voulez) ou si je ne les aime pas, ce sentiment n’appartient qu’a moi. Personne ne peut m’obliger a aimer les (idem). Mes émotions n’ont rien de répréhensible tant que je n’appelle pas à la haine ou à la violence contre les (idem).

    • Liberté de penser et liberté de ressentir c’est la même chose.

      Maintenant un politique qui fait campagne peut-il l’exprimer ? Si oui vous pouvez voter pour lui ou elle sans que personne ne transgresse cette liberté. Mais une fois au pouvoir qui sait ce qu’il peut se passer.
      Le politique doit rester neutre ce qui n’existe pas en réalité, le seul rempart sont des institutions très claires sur ce point et très fortes.

  • Encore un article qui interprète la liberté d’expression comme un moyen d’arriver à ses fins (politiques).
    Et fin doit être pris au sens littéral. Ainsi, quand la révolution du grand soir libéral sera accomplie, plus question que les zestrêmes (voir la liste dans l’article) ne changent quoi que ce soit.
    Bien sûr, cela pourrait aussi bien s’appliquer depuis un autre point de vue : il s’agit d’accepter l’expression qui change l’opinion des autres, ignorer et traiter « d’imbéciles » celle qui veux vous convaincre.

    Le concept d’alternative est incompris des individus qui se placent au centre du Bien et forcément, l’alternance, c’est le mal. Non, car il peut y avoir plusieurs « bien », parce que c’est le choix d’individus.
    L’auteur devrait plutôt accepter la variété d’état et du principe majoritaire, appliquer la règle du « je vote avec mes pieds » le cas échéant, et accepter que d’autres pays soit différents politiquement plutôt que de vouloir imposer un uniformisme universel.

  • Le problème de la liberté d’expression, comme toute discussion, c’est le périmètre dans lequel elle s’exerce. Plus il est distendu, plus les problèmes apparaissent.
    L’état nation serait le bon cadre pour un périmètre acceptable. La majorité élective le définirait facilement, d’autant que contrairement à ce que pense les libéraux, la dictature de la majorité aura tendance à être la plus tolérante comparée à n’importe quelle autre minorité, pour la bonne raison qu’elle accepte le plus grand d’individus, par définition tous différents.

    Par pure rhétorique et malice, si selon Ayn Rand, l’individu est la plus petite minorité, alors la majorité qui est la plus grande somme de « minorité » aura forcément la plus grande influence … C’est logique ! 🙂

  • « Peut-on rire de tout ? Oui, mais pas avec tout le monde ! » (Pierre Desproges)

  • Comprends mal le passage sur la liberté de penser…
    La liberté de penser est totale, partout et quel que soit le régime.
    C’est seulement la liberté de dire ce qu’on pense qui est contrainte, faiblement dans les démocraties, fortement dans les régimes autoritaires.
    Mme Obono pense ce qu’elle veut de l’attentat contre Charlie Hebdo. Mais il est légitime de « s’émouvoir » quand elle prétend ne pas vouloir verser de larmes (de quel côté est-elle vraiment ?).
    La rédaction de VA peut penser ce qu’elle veut de Mme Obono, mais dépeindre publiquement une députée en esclave à moitié nue peut remuer quelques tripes républicaines.
    Je peux pour ma part penser ce que je veux de Mme Obono ou de VA mais le dire ici risque de bloquer mon commentaire dans les limbes de la moderation…

  • Je trouve la distinction liberté de pensée vs liberté d’expression insatisfaisante. La liberté de pensée s’étrique à mesure que l’expression des opinions jugées contraires à la morale du jour est censurée. Pour pouvoir développer une pensée suffisamment riche il vaut mieux être confronté à un maximum d’idées, y compris « méchantes » ou « choquantes. » La pensée ne fonctionne pas dans un vide, l’homme ne se forge pas dans la solitude, etc.
    Vous pouvez vous offusquer des postures libertaires de personnes que vous jugez foncièrement totalitaristes – et vous avez raison de dénoncer l’hypocrisie sous-jacente. Mais justement, plus les limites sont étriquées plus il y a d’hypocrisie. Plus l’on est libre d’exprimer publiquement des idées « extrêmes » plus il est facile de les réfuter et plus l’on pourra se familiariser avec les arguments raisonnables les réfutant.
    Le contraire implique d’être constamment en train d’interpréter, d’éplucher les paroles de l’adversaire pour en extirper le sens caché: épuisant, peu crédible, et tend à limiter le champ d’argumentation à « c’est pas bien » ou « c’est quasiment illégal. »
    Sans même mentionner l’existence d’associations inutiles qui se portent partie civile pour récupérer des pépéttes en sus des subventions.
    Liberté d’expression totale hors calomnie et appel au meurtre ou à la violence. Point barre.

  • J’avais pas été  » Charlie hebdo  » au lendemain des attentats ( mais solidaire avec les victimes ) car je savais qu’un fois le soufflé retombé; les moralistes de la liberté d’expression allaient retourner dans leur sectarisme où le droit à la liberté d’expression et seulement celle qu’ils choisissent. Les pires se sont les libertaires ( que je ne confond pas avec les libertariens ) qui sont pour les libertés individuelles que celles qu’ils trouvent acceptables à leur mode de pensée.

  • Tout à fait d’accord avec l’article. Et le respect de la liberté de pensée de chacun m’interdit de faire des reproches sur les autres commentaires.

  • l’Éducation nationale unique, obligatoire et organisée par l’État ;
    le quasi-monopole public sur la culture et les musées ;
    l’Histoire, en particulier l’Histoire de France, établie et enseignée de façon uniforme ;
    l’interdiction d’usage et d’apprentissage des langues régionales et des patois ;
    la presse subventionnée ;
    les noyautages omniprésents des services de l’État par diverses idéologies ;
    les versions officielles du bien-être, du bien-vivre, du bien-manger, du bien parler…
    la morale républicaine enseignée à l’école.

    Bon, à quand les libéraux critiqueront le concept de « nation française ? » , et d’affirmer que libéralisme et patriotisme/nationalisme sont par essence contradictoires ?

    • Mais on le fait: les grands nationalismes agressifs du XXème siècle sont entièrement dus aux états et à leurs propagande médiatiques et scolaires étatisées sans parler de leur mainmise sur l’industrie, la culture et j’en passe et des meilleurs.
      Les paysans ne sont pas réveillés un matin de 1914 on se disant qu’ils avaient soudains envie d’aller tirer sur des gens plutôt que de labourer leurs champs.
      Ensuite, je ne comprends pas votre propos: vous êtes « antilibéral » parce que les libéraux classiques admettent la nécessité d’un état de droit limité géographiquement, économiquement et législativement ?
      Vous êtes libertarien ou anarcap ?

    • Heu… la critique de « l’Etat-nation » est classique chez les libéraux, hein…

  • Je ne saisis pas bien le sens de l’article. Pour moi la liberté de pensée n’est rien, puisque personne ne peut m’empêcher de penser par définition.
    L’important c’est la liberté d’expression et je ne comprends pas, mais alors pas du tout, pourquoi elle devrait être limitée par quoi que ce soit.
    Déjà la liberté d’expression n’est pas accordée par qui que ce soit. Elle est, point. Le problème vient toujours de ce que l’autorité veuille la restreindre (on dit l’encadrer en langage politiquement correct). A mon avis on s’épargnerait bien des débats oiseux en s’en tenant à cette problématique.

    • Il y a des limites légales et naturelles à la liberté d’expression. Par exemple la diffamation ou l’appel au meurtre.

      En revanche, on tente de contraindre la pensée au delà de l’expression quand on prétend qu’une pensée est amorale, individualiste, raciste ou qu’on affiche fièrement vouloir « changer les mentalités ».

      • Et c’est d’autant plus stupide quand on se réfère au mythe du « bon sauvage » corrompu par la société, mais à qui on va apprendre à redevenir et penser comme il convient à un bon sauvage.

        Si l’homme est un bon sauvage, il faut accepter ses qualités et ses défauts. Et simplement passer un accord de non-agression entre bons sauvages.

      • Comment peut-on affirmer qu’une pensée est amorale ou autre chose, avant que celle-ci ne soit prononcée ?
        Le sujet se ramène donc toujours à ce qu’on dit, et non à ce qu’on pense.
        Pour le reste, d’accord avec vous, les contraintes visant la liberté d’expression sont destinées à éviter les conséquences dramatiques qui pourraient en naître, comme, en effet, les appels au meurtre, ou à la haine, anti-chambre des violences physiques. Un peu comme on interdit de boire avant de prendre le volant, parce que cela augmente dans des proportions importantes le risque d’accident.
        Evidemment, tout dépend ensuite où l’on place le curseur.

  • Dans la liste vous avez oublié la justice qui est LA première tâche fondamentale d’un état.
    Et cette justice est totalement infestée par une une idéologie nauséabonde, anti-victime, anti-entrepreneur et j’en passe et des meilleurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence W. Reed.

Dans une chronique du 21 mars 2021, Jeff Jacoby, rédacteur du Boston Globe, a cité le grand abolitionniste Frederick Douglass :

Supprimer la liberté d'expression est une double faute qui viole les droits de l'auditeur aussi bien que ceux de l'orateur. Il est tout aussi criminel de priver un homme de son droit de parler et d'entendre que de le priver de son argent.

Le fait que la déclaration de Douglass ne soit pas approuvée par la majorité des Américains est un constat triste, tra... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En écho à l’article bienvenu de Philippe Bilger sur « la liberté d’expression et la liberté de rire de tout », diffusé sur Contrepoints, un court hommage à Pierre Desproges, personnalité à l’humour unique qui continue d’inspirer ponctuellement un certain nombre d’humoristes.

 

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens avoir regardé à plusieurs reprises, tout jeune, la fameuse minute de monsieur Cyclopède, diffusée quasi-quotidiennement à la télévision. Mais j'étais alors probablement bien t... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles